Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes en 2020

Le programme de l’agrégation de lettres modernes pour l’année 2019-2020 est désormais disponible et, comme d’habitude, il est marqué par une très grande disparité entre les auteurs et les autrices. Cette année, les femmes sont entièrement absentes en littérature française et reléguées dans une seule question de littérature comparée, d’ailleurs exclusivement féminine, avec Carson McCullers, Marguerite Duras et Christa Wolf. C’est une situation regrettable et malheureusement trop familière : depuis des années désormais, les programmes de littérature, au baccalauréat, au concours des écoles normales supérieures ou bien à ‘agrégation ne font guère qu’une place anecdotique, dans le meilleur des cas, à la littérature des écrivaines.

Continuer la lecture de « Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes en 2020 »

La Princesse de Clèves au programme des Khâgnes

La Princesse de Clèves est au programme des classes préparatoires littéraires (PDF). Au jugé, il me semble que Lafayette est désormais l’écrivaine la plus souvent inscrite à des programmes d’examen et de concours. On se souvient qu’il y a deux ans, la pétition de Françoise Cahen pour la place des femmes dans les programmes littéraires avait profité à La Princesse de Montpensier. J’avais évoqué cette question déjà dans mon billet pour un programme alternatif de l’agrégation de lettres modernes.

Continuer la lecture de « La Princesse de Clèves au programme des Khâgnes »

Le problème de la valorisation des époques

J’ai évoqué à plusieurs endroits la propension des sciences humaines et des études médiatiques à défendre leur discipline en défendant leur objet de recherche, c’est-à-dire à tenter de prouver leur valeur en tant qu’activité productrice de connaissances en prouvant celle de ce sur quoi elles produisent ces connaissances. Comme je l’avais dit à propos des Teletubbies, la situation est frappante pour l’étude des séries télévisées, où toutes les séries jugées médiocres ont été promptement évacuées à partir de la montée de ce que l’on pourrait appeller le paradigme Slayage, du nom de la revue consacrée à l’étude de Buffy the Vampire Slayer. Ce n’est à vrai dire qu’une variation des attitudes adoptées souvent en histoire de l’art et en études littéraires — dont le sous-genre académique de la défense des études littéraires est un cas frappant — mais qui touchent également d’autres domaines.

Continuer la lecture de « Le problème de la valorisation des époques »

Le style académique dans les études littéraires

Il y a quelques jours, je lisais le billet d’Antoine Tilloy sur la « vulgarisation en physique en France ». À partir de l’affaire Klein, Tilloy y revient sur les maux dont la vulgarisation française serait affligée. Je recommande la lecture de ce texte fort intéressant, avec lequel j’ai toutefois un certain nombre de points de désaccord. Quoi qu’il en soit, j’ai été intéressé en particulier par les remarques de Tilloy sur le style « littéraire », pour reprendre son terme, de certains vulgarisateurs, un style qui nuirait à la clarté et même à l’honnêteté de la démarche. La réflexion est intéressante et elle me parait mettre en évidence un problème qui, d’une part, ne touche pas que la vulgarisation et, d’autre part, ne touche pas que les sciences scientifiquement scientifiques. La question du style du chercheur en études littéraires est, en France en tout cas, un problème informulé mais majeur, sur lequel je propose de revenir ici en quelques lignes.

Continuer la lecture de « Le style académique dans les études littéraires »

IPPR Porn Report

Il y a deux jours, un rapport paraissait sur la perception de la pornographie par les adolescents britanniques. En un temps où le gouvernement conservateur tente de contrôler, en Grande-Bretagne, la diffusion de la pornographie sur Internet, ce rapport se trouve être du pain béni pour les médias alarmistes toujours prompts à dénoncer l’influence pernicieuse des images pornographiques sur la vie personnelle de la population en général et des adolescents en particulier. Le recours aux dangers que la pornographie ferait courir à la jeunesse est un instrument typique de la rhétorique anti-pornographique, même s’il n’est pas beaucoup plus falsifiable que son grand concurrent, l’argument du rapport causal entre pornographie et viol. Quoi qu’il en soit, le rapport de l’Institute for Public Policy Research a reçu un traitement médiatique bien troublant.

Continuer la lecture de « IPPR Porn Report »

Vers une édition pédagogique d’Isabelle de Charrière

Le 7 août dernier, une question anonyme a été posée sur le site Academia Stack Exchange, une plateforme dédiée aux questions et aux réponses des universitaires à propos d’une grande variété de sujets touchant à leur pratique professionelle : aux questions de recherche, que l’on trouve déjà dans certains réseaux sociaux comme Research Gate se mêlent des questions déontologiques, politiques ou purement pratiques. La question du 7 août portait ainsi le titre suivant : «Should I inform students that there are cheaper alternatives to the on-campus book store ?». Je la reproduis ici intégralement :

Continuer la lecture de « Vers une édition pédagogique d’Isabelle de Charrière »

Twitter : un an après

Le 3 juin dernier, je (ne) fêtais (pas) ma première année passée sur Twitter. À cette occasion, comme beaucoup, j’ai eu la curiosité de retrouver le premier de mes tweets. À l’époque, j’y signalais la parution récente de ma traduction d’une nouvelle de Virginia Woolf, les « Jardins de Kew », dans un numéro estival de la revue poético-académique, Le Pan des Muses. Aujourd’hui, un an et deux mois plus tard, avec 10 049 tweets au compteur, je crois que le moment est venu de faire le bilan de cette année passée sur la twittosphère académique.

Continuer la lecture de « Twitter : un an après »

La gouvernance citoyenne des savoirs académiques

La semaine dernière se tenait à Nancy le forum fédéral des Jeunes Écologistes, organisation politique étroitement liée au parti Europe Écologie les Verts. Le forum est l’occasion de rencontrer des personnes d’horizon différent, mais le tropisme du chercheur l’incite invariablement à rencontrer d’autres chercheurs, tels les canards qui se regroupent dans les étangs. J’ai ainsi pu engager la discussion avec un docteur récemment diplômé en agronomie, un autre membre du mouvement, qui préparait un doctorat en chirurgie dentaire et un employé du service de recherche et développement de l’entreprise Michelin. Le voyage à Nancy fut aussi l’occasion de faire la connaissance de vive voix d’une docteure, que je connaissais par les réseaux sociaux, et qui vient de soutenir une thèse en psychologie du travail. Il était ainsi inévitable de parler avec les uns et les autres de la boutique universitaire, mais aussi, plus fondamentalement, de la gouvernance de la recherche, problème tout à la fois politique et professionnel.

Continuer la lecture de « La gouvernance citoyenne des savoirs académiques »

Christiane Taubira et la rhétorique

RARE

L’une des spécialités de l’université Stendhal — Grenoble 3, en littérature, c’est la rhétorique. J’ai déjà évoqué un peu, à la fin de la dernière année scolaire, le séminaire mensuel de l’équipe de recherche Rhétorique de l’Antiquité à la Révolution et ce que l’on pouvait y faire. Cette semaine, nous nous déplaçons d’ailleurs à la Sorbonne, à l’occasion de la journée d’études sur le rhétoricien Jouvency/Jouvancy, dont on peut consulter le programme en ligne (PDF). L’orientation prise par l’équipe dans ses recherches en rhétorique, dès sa fondation, a été celle de la rhétorique classique via les commentaires, c’est-à-dire de la rhétorique comme technique de dé-construction de textes déjà existants.

Continuer la lecture de « Christiane Taubira et la rhétorique »