Blogging in English

Regular readers have noticed that I’ve started doing some blogging in English these past few weeks. Choosing a language to blog when an academic should never be an easy nor obvious choice. As a matter of fact, lingustic choices are very important all across our activities, be they a matter of language or style. I’ve never been at ease with the possibility to blog or write papers in English. I’ve only ever written one paper in English, for a presentation given in Lisbon, a few years back, as I can only read but not speak Portuguese. When I got back, I soon translated this talk in French and published it here, where it attracted its little readership. This was proof to me that although English is widely spread in Academia, other languages could still be of relevance.

Since the beginning of my short career, I’ve tried to support in my own little way non-English languages within Academia, especially in an international context. I’ve tried to jump in the finnish sauna. I’ve helped non-native French speaker give presentations and publish papers in French and I’ve included in my papers, my talks and my thesis, as often as possible, references to works in German, Spanish, Italian, Catalan, Portuguese and, more recently and with greater difficulties, Deutsch, Danish and Polish. There’s a lot of papers and thesis out there that are quite deserving but that garner little attention because scholars won’t often search through databases with keywords other than those of their own language and English. Obviously, it’s always possible to add English keywords to any document but, by and large, the gap between avaibility of world scholarship on any subject and linguistic diverisity in citations is disappointingly large.

For instance, there has been a constant interest for French early modern literature in Brazil and Spain these last decades. But, whereas Japanese scholars, who have contributed in an important way in the same field, usually publish in French or English, many scholars from Bresil and Spain choose to do so in their own language. Although I personally find this very commendable, it has obviously gravely impeded the spread of such scholarship in the rest of the world. The same could be said, I gather, of Romanian scholarship in medieval studies, less known than its German counterpart, for instance, even so there seems to be less and less interest in German scholarship in German from young scholars as we move further into the XXIth century.

And yet, lately, some events made me rethink my position about on avoiding English if possible. First of all, let’s be clear. I love English. I’ve truly learned English when reading J.K. Rowling and W.B. Yeats back to back when I was fourteen. When I was seventeen, I paid little attention to my philosophy class because I was reading Shakespeare, hidden in the last row. Many of my favorite writers write in English: Dickinson, Yeats, Plath, Dickens. I’ve translated some of Woolf’s essays in French and published one of them in an academic journal, an other in a literary journal and a third in an academic blog. I’ve worked extensively on English literature, English and American television. If I avoid writing English, it’s partly because my style and my grammar are lacking, mainly because I feel the need to promote other languages but certainly not because any spite I would feel for this beautiful language.

The first event was when a colleague of mine was pressured to deliver her presentation in English, in an academic conference in Paris. Most of the audience was French but the chief of the organizing comittee felt that the only way to produce true international scholarship was to speak and write in English. Apparently, there was some resistance during the conference and my colleague spoke half in English, half in French. Needless to say it was not a enjoyable experience for her. Yet, as I listened to her when she told me about this, although I found the methods and demands of this organizer quite injustified and indeed deeply discourteous, I could see his point. On this occasion, he truly didn’t want to have a bigger impact factor, he just wanted to be able to engage with other academics that didn’t speak French.

The second event was when I gave the draft from my upcoming book on American television to read to my best friend. She lives with her partner in Warsaw: he speaks English and Polish, she speaks French, English, Spanish and she’s currently learning Polish. Therefore, when she would talk to him about the book, she would do so in English and, as he was kind enough to show some interest, he would ask her questions in English. She would then ask my these suestions in French and in French I responded, which she then conveyed in English back to her partner, with some precisions in Polish. It did seem like quite a bit of trouble to share my modest insights on 24. There, academic English was no longer for me an abstract aspect of the contemporary international academia but a rather more personal matter.

So, recently, when I wanted to engage with the Twitterstorians in the discussion of enjoyable historical sources and when I wanted to write about a show my stepbrother, who was raised in the United Kingdom, had watched in English, while my first impulse was to stick to French, I ended up writting in English. It has been a great experience. For a start, it has improved a little my writing, although I remain rather ashamed at my performances. It certainly doesn’t mean that I intend to stop writing in French. I still think it’s very important that every scholar publishes, at least once in a while, in his or her own language. I’m still scooping blogs in Spanish and Portuguese, on Hypotheses, for good entries to share and the references sections of my works will still be as babelian as I can make them.

So, while I will still support scholars I know who fear they’ll be missing on something if ever they don’t publish in English, I will also help in any modest way I can those who would wish to do so in English. I know many French academics, both young and weathered, who, although being proficient readers of numerous foreign languages, are intimidated at the prospect of writing or speaking English. Yet, we’ve all heard very good talks delivered in a terrible accent and dubious grammar. More often than not, academic gatherings should be like ordering in a foreign pub: it’s the drink that matters.

(P.S.: Since I’ve written this blog, last week, interactions in English on Twitter have allowed Emilie K. M. Murphy and myself to virtually meet, as she was looking for a French early-modernist who could help her assess stylistical aspects of a corpus of XVIIth century letters written by English nuns in French. So, I guess I’ve come full circle.)

Vers une édition pédagogique d’Isabelle de Charrière

Le 7 août dernier, une question anonyme a été posée sur le site Academia Stack Exchange, une plateforme dédiée aux questions et aux réponses des universitaires à propos d’une grande variété de sujets touchant à leur pratique professionelle : aux questions de recherche, que l’on trouve déjà dans certains réseaux sociaux comme Research Gate se mêlent des questions déontologiques, politiques ou purement pratiques. La question du 7 août portait ainsi le titre suivant : «Should I inform students that there are cheaper alternatives to the on-campus book store ?». Je la reproduis ici intégralement :

Continuer la lecture de « Vers une édition pédagogique d’Isabelle de Charrière »

Twitter : un an après

Le 3 juin dernier, je (ne) fêtais (pas) ma première année passée sur Twitter. À cette occasion, comme beaucoup, j’ai eu la curiosité de retrouver le premier de mes tweets. À l’époque, j’y signalais la parution récente de ma traduction d’une nouvelle de Virginia Woolf, les « Jardins de Kew », dans un numéro estival de la revue poético-académique, Le Pan des Muses. Aujourd’hui, un an et deux mois plus tard, avec 10 049 tweets au compteur, je crois que le moment est venu de faire le bilan de cette année passée sur la twittosphère académique.

Continuer la lecture de « Twitter : un an après »

LaTeX en amont des humanités numériques

(Nota Bene : Ce billet a été écrit il y a quelques jours, avant les opérations de maintenance de la plateforme. Depuis, j’ai croisé sur mon chemin le livre de Maïeul Rouquette (qui tient sur Hypothèses le carnet Apocryphes), (Xe)LaTeX appliqué aux sciences humaines, qui sauvera votre vie ou au moins votre santé mentale. Puisse-t-il en être infiniment remercié.)

Continuer la lecture de « LaTeX en amont des humanités numériques »

La gouvernance citoyenne des savoirs académiques

La semaine dernière se tenait à Nancy le forum fédéral des Jeunes Écologistes, organisation politique étroitement liée au parti Europe Écologie les Verts. Le forum est l’occasion de rencontrer des personnes d’horizon différent, mais le tropisme du chercheur l’incite invariablement à rencontrer d’autres chercheurs, tels les canards qui se regroupent dans les étangs. J’ai ainsi pu engager la discussion avec un docteur récemment diplômé en agronomie, un autre membre du mouvement, qui préparait un doctorat en chirurgie dentaire et un employé du service de recherche et développement de l’entreprise Michelin. Le voyage à Nancy fut aussi l’occasion de faire la connaissance de vive voix d’une docteure, que je connaissais par les réseaux sociaux, et qui vient de soutenir une thèse en psychologie du travail. Il était ainsi inévitable de parler avec les uns et les autres de la boutique universitaire, mais aussi, plus fondamentalement, de la gouvernance de la recherche, problème tout à la fois politique et professionnel.

Continuer la lecture de « La gouvernance citoyenne des savoirs académiques »

Qui suis-je ? Où cours-je ?

@Francois_Ronan @nomarignier je m’interroge sur l’intention de notre ami : aspirer les énonciations ? énoncer les aspirations ? un programme

— Marie-Anne Paveau (@mapav8) 29 Avril 2014

 

Hier, Noémie Marignier, fondatrice et rédactrice du carnet Corps et mots et invitée ce mois-ci des Espaces réflexifs, publiait le dernier en date d’une série de billets consacrés à la situation des productrices et producteurs de discours savants. Sous le titre « Je suis une femme blanche, valide, athée… », Noémie Marignier souligne comment l’impératif de se situer explicitement dans un réseau de dominations, avant de produire un discours, tend parfois à se réduire à de simples formules liminaires, sans portée méthodique et épistémique nettement sensible. En d’autres termes, quelques mots sur sa propre situation de chercheur constituent un alibi acquis à peu de frais qui couvre un discours académique somme toute assez classique, dont les prétentions à l’objectivité systématique ne sont en rien entamées par ces préludes post-modernes.

Continuer la lecture de « Qui suis-je ? Où cours-je ? »

En octobre sur Contagions : au fil des cours

En septembre, j’avais profité de la rentrée pour observer les conséquences concrètes d’une modification de mon service de doctorant, de la pure recherche à la recherche et l’enseignement, pour donner quelques indications sur la manière de comprendre, à partir des outils de la sociologie et de la sociologie de la littérature en particulier, la manière dont l’universitaire évolue dans le champ de possibles restreints qui est le sien. Parmi les accusations traditionnelles adressées aux approches sociologiques de la littérature, outre celle, toujours savoureuse, de gâcher le plaisir du monde par une espèce de cynisme supposé, on trouve bien entendu celle de rester à l’extérieur des textes ou, dans le cas du savant, de sa pratique — de cette noble, sainte et belle mission qu’est la Science.

Continuer la lecture de « En octobre sur Contagions : au fil des cours »

C’était en septembre sur Contagions : l’agentivité

Dance there upon the shore;
What need have you to care
For wind or water’s roar?
And tumble out your hair
That the salt drops have wet;
Being young you have not known
The fool’s triumph, nor yet
Love lost as soon as won,
Nor the best labourer dead
And all the sheaves to bind.
William Butler Yeats

Le mois de septembre s’est achevé et il a apporté tout ce qu’il avait promis : telles les déesses moissonneuses les bras chargés de gerbes de blés, les enseignants ont recommencé à errer dans les couloirs de l’université les bras chargés de polycopiés, qu’ils distribuent avec la générosité mystérieuse des entités mystiques aux étudiants perplexes, qui préféreraient de beaucoup savoir où se trouve la fameuse passerelle que relie le bâtiment F au bâtiment B à la lecture de Lucrèce.

Continuer la lecture de « C’était en septembre sur Contagions : l’agentivité »

Exercice en réflexivité : la posture d’universitaire

Posture

Comme c’est la rentrée, les espaces de sociabilité virtuelle des doctorants fleurissent de commentaires sur l’enseignement : nouveaux élèves, nouvelles classes, nouvelles institutions et, pour certains, première fois de tout cela. Vacataires, ATER, contractuels dans le meilleur des cas, ces premières expériences donnent lieu à des interrogations tout à fait pratiques, terre à terre pour ainsi dire, que n’importe quel enseignant aura eues, sans doute, au début de sa carrière. Comment s’adresser aux élèves ? Quelle tenue porter ? Que faire de son tableau, de son bureau, de ses mains, de son vidéoprojecteur ?

Continuer la lecture de « Exercice en réflexivité : la posture d’universitaire »

En septembre sur Contagions : quo vadis ?

Cette brume insensée où s’agitent les ombres
— est-ce donc là mon avenir ?
Raymond Queneau, Chêne et chien

Les signes des temps ne mentent pas : il faut désormais un quart d’heure pour passer de la fin de la file d’attente au tapis roulant de la caisse, au supermarché. Les étudiants en colocation, revenus des endroits où ils se cachent l’été, errent, l’œil hagard, dans les rayons inconnus : on reconnaît chez les plus jeunes l’ancestral dilemme de l’oiseau tombé du nid. Faut-il s’essayer à un nouveau régime alimentaire ou tenter de retrouver, dans cette jungle hostilement consumériste, les mêmes ingrédients qui composaient jadis — c’était il y a bien longtemps, au mois du juin — les dîners à la maison ? Peut-on raisonnablement vivre de bière et de pâtes bon marché ? Vaut-il mieux acheter des sauces tomates déjà préparées ou presser soi-même la pulpe des baies, pour faire quelques économies ?

Continuer la lecture de « En septembre sur Contagions : quo vadis ? »

Cité des Liens — 7 : Thèse

Thesis Whisperer

Le statut du doctorant au sein de l’Université française est pour le moins incertain. Dans les disciplines les moins scientifiques notamment, où les laboratoires n’existent pas, où les manipulations et l’établissement de protocoles expérimentaux ne font pas partie de l’élaboration d’une thèse, où, en somme, toute la recherche est solitaire de sa conception à sa rédaction en passant par sa mise en œuvre, le doctorant n’est pas a priori un chercheur salarié par l’université. Dans les études littéraires par exemple, les contrats industriels sont rarissimes et les contrats universitaires n’excèdent guère la demi-douzaine par année, dans les grandes universités de province. Au-delà du problème financier, cette pénurie de postes entame les perspectives de valorisation professionnelle du doctorat.

À la fois titre, diplôme et distinction, le doctorat est fondé sur l’ambiguïté entre l’exercice d’une activité professionnelle (chercheur et, parfois, enseignant) et la poursuite d’études. Dans certaines disciplines et dans certaines universités, la formation doctorale est inexistante et, sans cursus imposé à proprement parler, le doctorant valide des crédits d’enseignement grâce à des activités qui correspondent, en réalité, à sa profession de chercheur : il gagne un peu de son diplôme en publiant dans une revue ou en donnant une conférence dans le cadre d’un colloque. Très pratiquement, le doctorant contractuel peut ainsi ranger dans son portefeuille et sa carte professionnelle d’enseignant-chercheur, et sa carte d’étudiant.

La prise de conscience des multiples difficultés de l’expérience doctorale, loin d’être toutes réductibles aux aléas de la rédaction d’une thèse ou, même, plus généralement, de la recherche académique, a conduit au fil des décennies, et particulièrement ces dernières années, à l’apparition à la fois de recherches en sciences de l’éducation consacrées à l’enseignement supérieur dans son ensemble et à l’enseignement doctoral en particulier, et à des témoignages, enthousiastes, angoissés ou désabusés, de doctorants de diverses disciplines. Ces recherches et ces témoignages constituent des ressources précieuses, tant pour les enseignants-chercheurs engagés dans un doctorat que pour ceux qui en sont désormais à les encadrer. En voici quelques exemples.

Le lien de la semaine : The Thesis Whisperer

Comme bien des témoignages réflexifs sur l’expérience doctorale, le Thesis Whisperer se présente sous la forme d’un blog. Collaboratif, il accueille des billets de doctorants de disciplines et, parfois, d’origines diverses, sous la direction d’Inger Mewburn, de l’Université de Melbourne en Australie, qui s’est spécialisée dans le domaine de la formation doctorale. On peut d’ailleurs retrouver quelques-uns de ses articles sur son profil Academia.

Le principe de Thesis Whisperer est de collecter des témoignages de doctorants qui soient compréhensibles indépendamment de l’ancrage disciplinaire de leur rédacteur. En d’autres termes, les billets n’explorent pas les problèmes de méthode ou de contenu qui peuvent être rencontrés, mais plutôt l’expérience professionnelle et personnelle du chercheur en formation, ses interrogations et ses problèmes pratiques. Le blog est donc loin d’adopter le style impersonnel de l’écriture académique.

Cette ligne éditoriale permet au Thesis Whisperer de ne pas redoubler d’autres publications virtuelles et notamment les carnets des doctorants qui y participent, dont le blog propose d’ailleurs une liste indicative. Comme bien souvent, la transcription publique de l’expérience doctorale occupe différents lieux, selon ce qu’il s’agit de dire, et les rédacteurs se croisent et se recroisent, dans leurs blogs personnels, dans les blogs généraux ou dans des lieux de discussion, comme le fameux #phdchat, dont le Thesis Whisperer fournit par ailleurs un guide.

Les sujets abordés sont variés et, si certains sont étroitement liés au contexte universitaire australien voire, plus largement, anglo-saxon, d’autres peuvent aisément résonner avec les préoccupations des doctorants continentaux. J’en prends pour exemple quelques billets récents : celui de Laura McInerney sur la taille des programmes de colloques (« In praise of the small conference »), celui de Paula Hanasz sur la difficulté à évoquer l’expérience doctorale avec des non-universitaires (« PhD Lifestyle Guilt ») ou encore celui de Cassily Charles sur les manières de discuter des processus d’écriture (« Are your on the same page as your supervisor ? »). Nombre de billets donnent lieu à des commentaires de la part des lecteurs, qui poursuivent la discussion après une publication dont le format est ordinairement assez bref. Le blog s’accompagne évidemment d’un compte Twitter.

Les liens de la semaine : varia

Speculative Diction

Ce carnet de recherches est tenu par Melonie Fullick de l’université de York, qui étudie l’enseignement supérieur canadien. On y trouve de nombreux billets sur l’expérience doctorale et la gestion de l’enseignement doctoral par les institutions universitaires canadiennes. On a pu y lire récemment un billet sur les doctorats arrêtés avant leur terme (« War of attrition — asking why PhD students leave ») et un billet sur la question de la publication virtuelle des thèses avant leur édition en livre (« The stakes in (no) change : the AHA and academic careers »).

Infuse ! Nos rapports aux sciences

Le carnet de recherches bien connu sur Hypothèses de Mélodie Faury, consacré dans son ensemble, comme son sous-titre l’indique, à la réflexivité scientifique, propose la section dont j’ai donné le lien ici : les témoignages et la série « Paroles de doctorat », où des doctorants de disciplines très variées partagent leur expérience. On retrouve aussi des témoignages et des réflexions à ce sujet dans la catégorie Perspectives.

Les aspects concrets de la thèse

Autre carnet d’Hypothèses, qui se repose pendant l’été mais s’anime tout au long de l’année, les ACT sont fondés sur un séminaire de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Tous les billets ne concernent pas, cependant, les séances du séminaire et le carnet propose également un suivi de l’actualité des réflexions en français sur l’expérience doctorale en général et l’écriture de la thèse en particulier. La publication devrait reprendre à l’automne.

Ressources pour la thèse et au-delà

Toujours sur Hypothèses, ce carnet est lui joint à une association doctorale de l’École Normale Supérieure de Lyon. Plus récent que les ACT, ces Ressources présentent une ligne éditoriale similaire, à ceci près qu’elles se concentrent peut-être moins précisément sur la thèse que sur les autres aspects de l’expérience doctorale : participation à des projets de vulgarisation, valorisation professionnelle, rédaction de propositions, etc. De mon expérience, les deux carnets ne sont pas redondants et peuvent se consulter conjointement avec profit.

***

Ces quelques liens n’épuisent pas la grande diversité des ressources virtuelles pour la thèse et, surtout, des témoignages sur la thèse, puis plus largement sur l’expérience doctorale : nous aurons l’occasion sans doute de recroiser à l’avenir, dans la Cité des Liens, ce sujet. Il est impossible d’exagérer l’importance de ces réflexions, dans des contextes universitaires où bien des processus de formation doctorale pratique sont laissés à la charge d’initiatives personnelles de doctorants, au lieu d’être conçues et financées dans le cadre d’un programme de formation cohérent. Le danger pour le doctorant est bien sûr de s’exagérer sa marginalité dans le monde de la recherche, c’est-à-dire de ne concevoir ses travaux qu’à l’aune de la thèse et du doctorat, plutôt que de chercher à se légitimer comme enseignant-chercheur à part entière : entre la défense des intérêts propres et l’intégration de plein droit aux communautés institutionnelles, l’équilibre est souvent difficile à trouver.

Image

En-tête du Thesis Whisperer.

En août sur Contagions : théories littéraires

Dans le cadre de mon contrat doctoral au sein de l’Université de Grenoble 3, je commencerai, à la rentrée, à donner quelques cours de licence : en plus de trois séances d’histoire du théâtre du XVIIIe siècle pour la licence d’art du spectacle et d’une option consacrée à la littérature d’idées, j’assurerai, dans notre antenne valentinoise, le premier semestre du cours de théorie littéraire, en troisième année. Ce service d’enseignement, à l’exception peut-être de sa composante théâtrale, correspond précisément aux vœux que j’avais formulés : la théorie littéraire a constitué pendant plusieurs années le cœur de mes réflexions sur la littérature.

Elle tient également, en théorie si je puis dire, une place importante dans la formation des futurs enseignants de français, dans la mesure où les compétences théoriques sont évaluées par la plupart des épreuves des concours de recrutement et ces concours constituent, bien entendu, l’une des principales perspectives de carrière pour les étudiants en lettres modernes. Pourtant, la part effective de la théorie littéraire dans le cursus de lettres modernes, variable selon les universités, peut parfois paraître bien réduite au regard des exigences implicites des concours.

Plus largement, les rapports entre la théorie littéraire et le reste des études littéraires, du point de vue de la recherche comme de celui de l’enseignement, sont notoirement complexes. Depuis quelques mois, alors que je me détache d’une approche philosophique qui avait d’abord été la mienne pour adopter une perspective de plus en plus historique, je m’interroge sur les raisons qui continuent, aujourd’hui encore, à diviser le champ de la discipline entre pratiques théoriques et pratiques du commentaire. S’il est devenu un lieu commun d’affirmer les rapports étroits qui unissent l’interprétation, l’histoire et la théorie, dans les études littéraires, et de se détacher de clivages largement hérités d’un contexte polémique, l’enseignement de la théorie littéraire et, plus largement, sa gestion au sein des institutions académiques, continuent à favoriser des séparations simplificatrices.

Je voudrais consacrer un ou deux billets, au cours de ce mois d’août, à examiner quelques problèmes propres à la théorie littéraire, à ce qui se qualifie ou non comme telle, à sa perception. À mesure que mes cours prennent peu à peu forme, des interrogations anciennes refont surface et de nouvelles se précisent à leur tour : c’est le trait d’union qui lie les mots « enseignant » et « chercheur » sur ma carte professionnelle.

Littéraire en théorie

J’ai déjà beaucoup parlé de théorie littéraire sur Contagions, par exemple en commentant l’approche éthique de l’interprétation littéraire proposée par Yves Citton ou les enjeux philosophiques du narrativisme à partir d’un colloque consacré à Paul Ricoeur. Mais, la plupart du temps, j’ai appliqué quelques éléments simples de théorie littéraire à des domaines médiatiques différents : la musique rap , les livres-jeux, les séries télévisées, les textes académiques, etc. De mon point de vue, la théorie littéraire peut être la théorie d’autre chose que de la littérature et c’est parfois par accident que la littérature devient l’objet privilégié de telle ou telle approche.

La place du fait littéraire dans la théorie littéraire est une évidence et un principe : non une nécessité. Certaines théories littéraires contemporaines n’accordent d’ailleurs pas à la littérature un rôle plus important qu’à d’autres objets culturels : c’est souvent le cas au sein des différentes branches des études culturelles, dont les théorisations politiques et philosophiques ne s’intéressent pas toujours aux spécificités médiatiques des objets considérés, c’est encore le cas pour une partie de la littérature comparée, préoccupée par des mises en rapport plus générales que celles d’une confrontation de textes. L’introduction, au sein des études littéraires, d’une élaboration conceptuelle non formelle entraîne nécessairement l’abandon d’une spécificité médiatique.

À ce mouvement centrifuge, qui conduit la théorie littéraire, par sa propre dynamique, à se préoccuper d’autre chose que de la littérature, il faut ajouter un décadrage extérieur, c’est-à-dire l’emprunt de la théorie littéraire pour étudier des objets culturels nouveaux, sans chercher à établir entre eux et les objets traditionnels de la théorie source un rapport quelconque. C’est le cas par exemple de l’approche textualiste en analyse des médias, qui conçoit toute production culturelle comme un texte susceptible de s’offrir aux mêmes techniques interprétatives et, par conséquent, aux mêmes théorisations que le texte littéraire — une approche qui informe la plupart des pratiques interprétatives contemporaines au sein de l’Université et, plus particulièrement, de l’Université anglo-saxonne.

Dans un article encore à paraître au sein d’un volume consacré aux méthodes interdisciplinaires, j’ai moi-même présenté une position médiane, en proposant de considérer l’existence de différents rangs théoriques : les théories de rang faible peuvent être considérées comme des archi-théories, des ensembles conceptuels abstraits dont découlent des théories de rang plus élevé, appliquées, elles, à des objets concrets. Cette approche synchronique, dans une perspective méthodologique, permet de ne pas s’arrêter aux filiations effectives pour imaginer les rapports dynamiques, dans l’état actuel des disciplines, entre différentes théories parentes : ainsi, ce n’est pas parce que la narratologie cinématographie découle de la narratologie littéraire que les deux doivent être hiérarchisées l’une par rapport à l’autre, soit en valorisant la solidité de l’ancêtre littéraire, soit en mettant l’accent sur le progressisme du rejeton cinématographique.

Cette présentation synchronique, dont je ne crois pas qu’elle doive occulter une présentation diachronique qui mette en évidence les mécanismes des enfantements institutionnels et intellectuels des nouvelles théories et des disciplines qu’elles forment et soutiennent, présente à mes yeux, entre autres, l’avantage d’être insensible a priori aux médias et donc à la hiérarchisation culturelle implicite. Elle permet aussi d’envisager une recherche théorique spéculative, aspiration fréquente de la théorie littéraire des années 1970 et 1980, mais jamais tout à fait satisfaite, tant le fétiche du texte littéraire est difficile à bazarder.

Réflexivités théoriques

De pareilles suggestions correspondent à ce que j’ai appelé (mais je ne sais plus où) le versant réflexif de la théorie littéraire, particulièrement sensible à l’âge de la justification éthique ou politique des institutions d’enseignement et de recherche littéraires, dans des contextes de polémique autour de l’intégration de l’Université à la société contemporaine. La réflexivité constitue indubitablement la partie ou la plus charmante, ou la plus agaçante de la théorie littéraire : charmante, parce qu’elle propose un renouveau des études littéraires qu’une densité historique empêche souvent d’aller de l’avant, agaçante, parce qu’elle tend parfois à devenir abyssale et à enfanter des théories de la théorie des théories de la théorie […] de la littérature.

Il est vrai qu’une certaine partie de la théorie littéraire contemporaine semble se complaire dans le solipsisme de son propre examen, de la même façon que certaines branches des études culturelles, notamment dans un contexte anglo-saxon, paraissent ne jamais produire autre chose que des commentaires de discussions sur des commentaires de discussions de Michel Foucault. De fait, la partie la plus philosophique de la théorie littéraire est souvent coupable d’une certaine complaisance conceptuelle dénoncée de temps à autre par de patients critiques. Agiter des débats en vase clos permet d’acquérir à peu de frais l’aura des polémistes et la précieuse casquette de la subversion intellectuelle, si utile dans certains contextes institutionnels — au détriment, hélas, de tout progrès disciplinaire sensible.

D’un autre côté, la théorie littéraire ne saurait être autre chose qu’un commentaire sur la manière d’étudier la littérature : c’est parce qu’elle s’oppose traditionnellement à l’interprétation et à la chronologisation simple des phénomènes que la théorie littéraire, même lorsqu’elle ne rend pas explicites ses conséquences sur l’une et l’autre de ces pratiques, en constitue néanmoins une critique. Perçue (à tort) comme la dernière venue des études littéraires, la théorie, en cherchant à justifier sa propre légitimité, attaque de facto celle des approches qui, jusqu’à lors, vivaient sur un mérite communément admis. Mais puisque la théorie littéraire, pendant un temps, détient le quasi monopole de la réflexion épistémologique au sein des études littéraires, toute nouvelle tentative du même ordre s’y trouve automatiquement annexée. Se distinguent finalement deux théories : celle des textes littéraires et celle de la manière de les étudier.

La confusion de ces deux théories tend à priver les pratiques interprétatives de leur propre réflexivité. Le classement de certains textes, comme le fameux Forme et signification de Jean Rousset, somme toute pour l’essentiel un commentaire de textes, au sein de la théorie littéraire, simplifie une situation en réalité beaucoup plus complexe. Les textes interprétatifs importants ne sont pas rares, qui s’accompagnent d’un volet théorique, en post- ou préface ­— le Sur Racine de Roland Barthes en est sans doute l’exemple le plus connu. De la même façon, il est difficile de ne pas considérer le « Discours du récit » comme un commentaire de la Recherche en même que comme une élaboration théorique des principaux concepts de la narratologie.

La perspective méthodologique

Mon propos n’est pas d’affirmer, dès lors, l’inutilité de la catégorie de théorie littéraire en soulignant combien chaque pratique interprétative est portée à produire elle-même sa propre théorie. D’abord, il importe de ne pas confondre les textes désormais classiques du corpus académique des études littéraires avec la masse éditoriale de la discipline : l’immense majorité des commentaires est dépourvue de tout accompagnement théorique explicite. Ensuite, l’accentuation théorique de la réflexivité a le mérite de souligner l’importance de l’élaboration conceptuelle abstraite : il y a bien une partie théorique de l’interprétation, qui est une théorie de l’interprétation. La liaison des deux par la formule unique de « théorie littéraire » a remis en question, et avec succès, le mythe de l’élucidation du sens du texte — en d’autres termes, elle a dé-naturalisé les produits de l’interprétation.

Mais le danger d’une séparation radicale de la théorie littéraire et de l’interprétation, malgré tous les efforts pour les réunir et la tendance naturelle des deux approches à converger en effet, est bien réel. C’est pourquoi, au fil de mes propres travaux, j’ai jugé plus prudent d’annexer la théorie de l’interprétation à la méthodologie, comprise comme une théorie des pratiques interprétatives orientée vers ces pratiques mêmes. En d’autres termes, la perspective méthodologique est un détour par le concept pour favoriser le retour à l’interprétation. Elle ne recouvre donc pas totalement la théorie de l’interprétation, ni la théorie littéraire, dans la mesure où elle ne contient pas sa propre fin.

Des cours de méthodologie existent déjà dans la plupart des cursus de formation, mais ils souffrent, souvent, du déficit de prestige d’un terme peu populaire. Pour beaucoup d’enseignants, la méthodologie est le détour obligé d’un travail autrement plus intéressant sur l’objet même de la discipline, cadre pour des exercices d’évaluation : méthodologie de la dissertation, du commentaire composé et, plus tard, du mémoire. La méthodologie est alors un temps dans la formation de l’étudiant et, à proprement parler, le cours est un cours de méthode augmentée d’un suffixe clinquant. Seuls certains masters de recherche en littérature, dont on ne peut pas dire qu’ils draguent la plus grande part des étudiants en lettres, proposent des cours de méthodologie (et non des séminaires).

Et c’est peut-être précisément le problème : l’idée qu’une méthodologie n’est nécessaire qu’une fois un degré d’expertise atteint. Pourtant, il est difficile d’affirmer que seuls les étudiants susceptibles de rédiger un mémoire font acte d’interprétation. Est-il pour autant possible et même souhaitable de proposer des examens réflexifs dès les premières années de formation, à l’époque même où l’étudiant opère une transition parfois difficile entre les cours de français du lycée et les méthodes indépendantes des études littéraires, dans l’enseignement supérieur ? Pour le professeur de l’autre côté de l’amphithéâtre, il est toujours aisé de souhaiter que les étudiants en sachent autant que lui et soient assez conscients de toutes les difficultés du propos pour qu’il ne soit jamais nécessaire de le simplifier et d’en sacrifier la complexité — mais l’enseignement n’a pas les mêmes exigences que la recherche.

***

En somme, l’enseignement et la recherche en théories littéraires, même plusieurs décennies après les polémiques des années 1970, sont loin d’être pacifiés. Des oppositions héritées, ni tout à fait justifiées, ni tout à fait inutiles, compliquent la compréhension d’approches complémentaires qui opèrent, de manière plus ou moins implicite, au sein des études littéraires. Entre réflexivité et autonomie, centralité et marginalité, la théorie littéraire peine aujourd’hui encore à trouver une voix non tant au sein des institutions de la recherche, qu’elle a su se créer, qu’au sein des institutions de l’enseignement.

Vidéo

Doctor Who, Saison 3, épisode 10, 2007.