Avis de soutenance

Je suis heureux d’annoncer plus officiellement la soutenance de ma thèse de doctorat.

Avis de soutenance

François-Ronan Dubois
Chercheur Assistant à l’Université de Varsovie
Présentera les travaux de sa thèse de doctorat

L’Appropriation de l’œuvre
Instances et visées de l’attribution des œuvres à leur auteur dans la France de l’Ancien Régime
1645 — 1777

Thèse de doctorat
Lettres & Arts
Littératures française et francophone

Thèse dirigée par M. Yves Citton et Mme Christine Noille-Clauzade
Université Grenoble-Alpes

La soutenance se déroulera le vendredi 13 octobre 2017, à l’Université Grenoble Alpes dans la Petite Salle des Colloques au 621 Avenue Centrale, 38400 Saint-Martin-d’Hères, à partir de 13 heures.

Le jury est composé de :

  • Madame Christine Noille-Clauzade, co-directrice de thèse, professeure à l’Université Grenoble-Alpes
  • Monsieur Yves Citton, co-directeur de thèse, professeur à l’Université Paris 8
  • Monsieur Antoine Lilti, rapporteur, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • Madame Dinah Ribard, rapporteure, directrice d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • Madame Florence Magnot, examinatrice, professeure à l’Université Rennes 2
  • Monsieur Marc Escola, examinateur, professeur à l’Université de Lausanne

La table des matières et l’index de la thèse peuvent être consultés en ligne, tout comme un résumé et quelques notes de recherche. La soutenance sera suivie d’un thé d’honneur, rendu hélas modeste par les contraintes géographiques. La soutenance est publique et chacun y est cordialement invité.

L’Appropriation de l’œuvre — Sommaire & Index

Comme je l’ai annoncé ici au mois d’avril, je soutiendrai le 13 octobre de cette année, à Grenoble, ma thèse de doctorat en littérature française et, plus particulièrement, en histoire littéraire. Elle a été dirigée par Yves Citton et Christine Noille-Clauzade ; son jury sera composé de Marc Escola (Université de Lausanne), Antoine Lilti (EHESS), Dinah Ribard (EHESS) et Florence Magnot (Université Rennes 2). Sous le titre « L’Appropriation de l’œuvre — Instances et visées de l’attribution des œuvres à leur auteur dans la France de l’Ancien Régime (1650-1777) », elle propose un parcours de la propriété littéraire de la première modernité à l’aune de l’histoire du livre, de l’histoire du droit et de l’histoire littéraire.

Continuer la lecture de « L’Appropriation de l’œuvre — Sommaire & Index »

L’Appropriation de l’œuvre — vers la soutenance

Pour fêter, avec la sombre austérité qui convient, la dernière ligne droite de ma thèse, qui devrait être soutenue en octobre prochain, je vais essayer de proposer dans les mois à venir quelques billets où évoquer certains aspects de mes recherches. Comme je l’avais expliqué en fondant ce carnet, il y a plusieurs années, je voulais éviter que le travail de thèse y tienne la plus grande part, pour ne pas réduire mon activité de chercheur à sa seule dimension doctorale. Au bout du compte, je n’ai publié qu’une poignée de billets qui aient un rapport étroit avec ma thèse, à savoir, par ordre chronologique :

Avant toute chose, il m’est sans doute nécessaire d’expliquer sur quoi porte cette thèse et comment s’y articule la démonstration, parce que je me rends parfois compte que des amis et des chercheurs avec qui j’échange depuis longtemps n’ont en fait aucune idée de ce que je peux bien fabriquer de mon temps, quand je ne me livre pas à de honteuses apologies de la décadence sexuelle et morale ou de l’abêtissement télévisuel. Ma thèse, qui s’intitule « L’Appropriation de l’œuvre », étudie l’attribution des œuvres à leur auteur, principalement en France et/ou en français, entre les années 1640 et les années 1777. Elle ne s’interdit pas de remonter parfois à certains textes du XVIe siècle et pousse, sur certains sujets, jusqu’en 1830 à peu près, où se publient par exemple les derniers recueils d’ana. « En France et/ou en français », ça veut dire qu’il y est question des œuvres qui sont publiées en France dans une autre langue que le français (surtout le latin, donc) et en français ailleurs qu’en France, ce qui invite inévitablement à parler aussi, ponctuellement, de textes ni en français, ni en France.

Méthodiquement, j’y suis proche de la (nouvelle) histoire littéraire, c’est-à-dire d’une histoire littéraire très nourrie par l’histoire du droit, l’histoire du livre, la bibliographie matérielle et la sociologie de la littérature et qui peut paraître parfois éloignée des études littéraires dans ce qu’elles impliquent d’évaluation esthétique et de critique interprétative. Le propos historique est cadré, en introduction et en conclusion, soit une petite cinquantaine de pages, par une discussion théorique consacrée à l’auctorialité, en philosophie et en théorie littéraire, d’une part, et d’autre part à l’histoire de l’État du point de vue de l’histoire économique.

Le propos est sinon organisé en trois parties : la première sur les questions de propriété et de responsabilité du livre, du point de vue de l’État et du droit, la deuxième sur les classements des textes par les outils bibliographiques et la troisième sur les appropriations intellectuelles et éditoriales des œuvres par les auteurs en eux-mêmes. Il y est question à la fois d’auteurs très connus, comme Rousseau, Diderot ou Voltaire, et de personnes plus obscures, de sources très travaillées, comme le Dictionnaire historique et critique, et d’autres moins familières, comme le Journal de Varsovie, une publication périodique polonaise, en langue française, du XVIIIe siècle.

Dans la première partie, je reviens sur la pratique française des privilèges de librairie, qui encadrent à la fois la propriété privée des textes, qui est une conséquence des rapports de force entre des imprimeurs, des libraires, des auteurs et différentes institutions étatiques, et la responsabilité juridique des producteurs de ces textes, qu’il s’agisse des producteurs matériels (libraires et imprimeurs) ou intellectuels (auteurs). J’étudie plus en détail la responsabilité juridique de l’auteur du point de vue de la censure et de ses différentes formes, notamment à travers les affaires de l’Histoire amoureuse des Gaules, de l’Esprit d’Helvétius et de l’Émile de Rousseau. Enfin, je propose, une fois ce cadre posé, une typologie rapide des acteurs du livre à l’époque moderne.

La deuxième partie étudie une autre manière de rapporter les textes à leurs auteurs, qui implique d’autres usages de ces textes : l’attribution par les bibliographes. Elle étudie des séquences bibliographiques et plus précisément des séquences attributives, qui peuvent être plus ou moins étendues (quelques mots, plusieurs pages) et que l’on trouve notamment dans trois types de sources : les dictionnaires historiques et biographiques, les recueils d’ana et les recensions de livres et de spectacles dans la presse périodique. J’y aborde principalement le Dictionnaire historique et critique et ses modèles, l’ensemble des recueils d’ana en anglais, en français et en latin de la période, le Journal des sçavans, le Mercure Galant et une grande partie des périodiques en langue française publiés à l’étranger.

La troisième partie s’attache à l’exploration du rapport interprétatif et culturel des auteurs à leurs œuvres et aux œuvres des autres. J’y étudie un certain nombre de cas particuliers. Dans le premier chapitre, je reviens sur Charles Sorel, sa présentation des oppositions Charron-Montaigne et Voiture-Balzac, sa position intermédiaire d’auteur et de bibliographe, ses exercices d’auto-attribution et sa querelle avec Furetière, ainsi que le rôle qu’y joue la référence à Cyrano de Bergerac. Dans le deuxième chapitre, je me penche sur le cas de Vincent Voiture, sur les opérations éditoriales complexes dont il fait l’objet et sur son appropriation par Pierre Costar. Dans le troisième chapitre, je me consacre aux œuvres complètes de grands auteurs dirigées par d’autres auteurs et en particulier au Corneille de Voltaire, au Rousseau de Mercier et au Voltaire de Beaumarchais.

Ce travail présente quelques caractéristiques méthodiques propres et notamment une attention particulière à l’interprétation détaillée des paratextes (préfaces, privilèges, notices), en laissant parfois de côté les œuvres elles-mêmes, un choix systématique de privilégier les études de cas développées aux approches systématiques et notamment quantitatives, que l’on peut déjà trouver ailleurs, et une mise en avant des travaux internationaux susceptibles d’offrir des points de comparaison, en adoptant à chaque fois que c’était possible une bibliographie critique plurilingue qui ne se réduise pas seulement à la triade traditionnelle du français, de l’anglais et de l’allemand.

J’aurais l’occasion de présenter plus en détail dans les semaines à venir tel ou tel point de ce travail et j’invite mes (éventuels) lecteurs à me faire part de ceux qui retiennent en particulier leur attention.

Le style académique dans les études littéraires

Il y a quelques jours, je lisais le billet d’Antoine Tilloy sur la « vulgarisation en physique en France ». À partir de l’affaire Klein, Tilloy y revient sur les maux dont la vulgarisation française serait affligée. Je recommande la lecture de ce texte fort intéressant, avec lequel j’ai toutefois un certain nombre de points de désaccord. Quoi qu’il en soit, j’ai été intéressé en particulier par les remarques de Tilloy sur le style « littéraire », pour reprendre son terme, de certains vulgarisateurs, un style qui nuirait à la clarté et même à l’honnêteté de la démarche. La réflexion est intéressante et elle me parait mettre en évidence un problème qui, d’une part, ne touche pas que la vulgarisation et, d’autre part, ne touche pas que les sciences scientifiquement scientifiques. La question du style du chercheur en études littéraires est, en France en tout cas, un problème informulé mais majeur, sur lequel je propose de revenir ici en quelques lignes.

Continuer la lecture de « Le style académique dans les études littéraires »

L’analyse structurelle d’ensemble dans l’étude de la télévision

La semaine dernière, l’émission Last Week Tonight de John Oliver sur HBO recevait 3 Emmys, la plus haute récompense professionnelle de la télévision américaine. Au total, le premium cable américain a récolté 22 awards, dont 12 pour le seul programme Game of Thrones. Si le succès de ce dernier est sans surprise, celui de John Olivier, dont l’émission a été acclamée par les critiques, a pu paraître plus surprenant, dans la mesure où Last Week Tonight était en compétition avec des grands noms du late night show et notamment le Tonight Show de Jimmy Fallon et le Saturday Night Live sur la NBC. On peut télécharger la liste des nominations pour toutes les catégories sur le site des Emmys. Le succès de Last Week Tonight est l’occasion de se pencher une nouvelle fois sur le concept de structure multiscalaire que j’ai proposé ici ou là pour l’analyse télévisuelle.

Continuer la lecture de « L’analyse structurelle d’ensemble dans l’étude de la télévision »

Roman & réel aux XVIIe et XVIIIe siècles

Cette note de lecture a été publiée en 2012 dans la revue Acta Fabula, dont elle suit la norme et les lignes éditoriales. On peut en consulter en ligne la version originale. Elle concerne l’ouvrage :

Nicholas D. Paige, Before Fiction : the Ancien Régime of the Novel, Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 2011, 312 p., EAN 9780812243550.

Le texte original a été aussi légèrement corrigé, lorsque des erreurs typographiques y demeuraient. Il a été également augmenté de liens vers les articles académiques cités, ainsi que vers différentes entrées de l’encyclopédie libre et collaborative Wikipedia, susceptible d’éclairer les lecteurs peu familiers avec le sujet. Il est présenté en plusieurs pages.

François-Ronan Dubois, « Roman & réel aux XVIIe & XVIIIe siècles : un problème d’histoire littéraire », Acta fabula, vol. 13, n° 5, Notes de lecture, Mai-Juin 2012, URL : http://www.fabula.org/revue/document7073.php, page consultée le 12 mai 2014.

La théorie poétique aristo-platonicienne et l’audiovisuel contemporain


I don’t play well with others.

J’avais choisi de mener mon cours de théorie littéraire en bonne marche chronologique, pour mettre en évidence le caractère hérité et donc construit des théories qui tendent à naturaliser ou essentialiser leurs axiomes en principes d’existence. Découvrir que le système aristotélicien informe plus ou moins des dizaines de siècles de conceptualisation culturelle avant de s’émietter et de ne survivre que par fragments après l’avènement de l’esthétique kantienne ou romantique, c’est un bon moyen pour les élèves de comprendre qu’il y a toujours des classements culturels mais que ces classements ne sont jamais absolument évidents.

Continuer la lecture de « La théorie poétique aristo-platonicienne et l’audiovisuel contemporain »

En septembre sur Contagions : quo vadis ?

Cette brume insensée où s’agitent les ombres
— est-ce donc là mon avenir ?
Raymond Queneau, Chêne et chien

Les signes des temps ne mentent pas : il faut désormais un quart d’heure pour passer de la fin de la file d’attente au tapis roulant de la caisse, au supermarché. Les étudiants en colocation, revenus des endroits où ils se cachent l’été, errent, l’œil hagard, dans les rayons inconnus : on reconnaît chez les plus jeunes l’ancestral dilemme de l’oiseau tombé du nid. Faut-il s’essayer à un nouveau régime alimentaire ou tenter de retrouver, dans cette jungle hostilement consumériste, les mêmes ingrédients qui composaient jadis — c’était il y a bien longtemps, au mois du juin — les dîners à la maison ? Peut-on raisonnablement vivre de bière et de pâtes bon marché ? Vaut-il mieux acheter des sauces tomates déjà préparées ou presser soi-même la pulpe des baies, pour faire quelques économies ?

Continuer la lecture de « En septembre sur Contagions : quo vadis ? »

C’était en août sur Contagions : enseigner la théorie littéraire

mirror-mirror

Le mois de septembre est là enfin et avec lui s’achève l’interlude estival de Contagions. Pendant deux mois, Contagions s’est fait, en vérité, plus démonstratif qu’à l’ordinaire et, surtout, plus thématique. Puisque ce carnet veut suivre le rythme d’une recherche quotidienne, avec ses sauts et sursauts, il n’était pas surprenant qu’en la morte saison de la vie académique, il partisse en croisière sur un fleuve choisi ; ce fleuve avait ses affluents sans doute, et, si ce n’était pas le Mississippi, tout de même n’était-ce pas non plus tout direct et tout droit.

Continuer la lecture de « C’était en août sur Contagions : enseigner la théorie littéraire »

Cité des Liens — 8 : Blogographie

Langues de Feu

Alors que mes Pokémons sont presque au niveau 100 et mes cours presque finis, je profite de la quiétude de cette fin d’été pour proposer un nouveau tour des carnets de recherches et des blogs, dans la Cité des Liens de cette semaine. Avec la fin de l’été justement, et la fin des vacances, les nouvelles fleurissent, les appels à contributions reviennent, les emplois du temps se chargent, se changent et se corrigent. De même pour Hypothèses, qui reprend peu à peu, semblerait-il, son rythme de croisière. C’est la fin du pastis et de la pétanque.

Continuer la lecture de « Cité des Liens — 8 : Blogographie »

La brève histoire de la théorie littéraire

Si j’entends encore une fois cette chanson
Je vous assomme tous.
Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac

***

La rentrée est décidément de plus en plus proche. La nuit, je me réveille en sursaut après avoir songé que les élèves allaient me perforer avec des sourires sadiques et des compas. (Ce n’est pas vrai — je dramatise pour capter l’attention du lecteur.) Donc, disais-je, j’entends dans la nuit le rire sardonique d’un étudiant de L3 qui refuse de s’intéresser au tableau mimétique platonicien et qui repart, sans avoir rien appris, Gros Jean comme devant, mener une vie qui ne pourra qu’être difficile, puisqu’elle sera privée de l’utile soutien de la poétique antique. La situation est terrible.

Continuer la lecture de « La brève histoire de la théorie littéraire »

La scientificité de la théorie littéraire

Vous me suivez

Au gré des rapprochements de circonstances et des stratégies de défense, à l’heure de la constitution de structures de recherche toujours plus vastes, susceptibles de drainer les financements d’institutions nationales et supra-nationales toujours plus lointaines, les études littéraires sont fréquemment associées aux sciences sociales, dans l’archi-domaine du savoir que constituent, désormais, les « sciences humaines et sociales ». En empruntant largement à une conception anglo-saxonne des humanities, conception fondée elle-même sur une certaine idée de la culture classique et de son rôle dans le développement humaniste d’un sujet et de la société dans laquelle il s’implique, la recherche française en littérature est engagée dans une reconfiguration complexe, faite à la fois des emprunts à des traditions académiques étrangères et de l’influence de ses propres lignes de partage.

La question de la scientificité des études littéraires est un problème à la fois interne et externe à la discipline. Comme problème externe, elle intervient, je crois, assez tard dans les processus d’évaluation de la recherche et de l’enseignement en littérature, à mesure que croît la préoccupation d’une université formatrice, c’est-à-dire essentiellement technique et professionnelle. Comme problème interne, en revanche, elle prend forme beaucoup plus tôt, à l’époque où la linguistique propose, dans un contexte structuraliste, un modèle scientifique aux disciplines du langage. Ce moment structuraliste, presque entièrement épuisé désormais, et retourné contre lui-même par le post-structuralisme anglo-saxon dont il faudrait examiner les apories pour bien comprendre les spécificités des « sciences humaines et sociales », n’est pas la seule tentative interne, de la part des études littéraires, de se présenter comme une discipline scientifique : mais elle est l’une des plus anciennes et l’une de celles qui informe, sinon les pratiques quotidiennes, du moins l’imaginaire des enseignants et des chercheurs.

J’avais un peu examiné cette (re-)constitution d’un paradigme humaniste dans les études littéraires, à l’occasion d’un billet d’Elena Azofra dans la Villa réflexive, auquel j’avais répondu moi-même sur Contagions. De fait, le statut disciplinaire des études littéraires est de plus en plus difficile à décider, à la fois parce que leurs praticiens travaillent, comme je le soulignais en introduction de ce mois d’août, sur des objets non-littéraires, et parce qu’ils entrent en collaboration, bon an mal an, avec d’autres traditions disciplinaires au sein de projets relativement rapides, c’est-à-dire circonscrits dans le temps. En pratique, ces interactions disciplinaires n’impliquent pas toujours une modification de la tradition épistémique qui caractérise les études littéraires et, plus particulièrement, pour le problème qui nous occupe ici, un gain de scientificité.

En fait, les prétentions à la scientificité sont partagées par les approches les plus périphériques, très éloignées du centre des études littéraires et de sa pratique du commentaire. On peut grossièrement les partager en deux domaines : celui de la théorie littéraire formelle, survivant péniblement à un désengagement constant, décennie après décennie, et celui d’une histoire littéraire purgée de sa psychologisation et parfois extrêmement proche des études historiques à proprement parler, notamment dans des domaines comme l’histoire du droit et son rapport à l’histoire de la propriété intellectuelle. De ces deux domaines, seul le premier défend ou, tout du moins, a pu défendre, une scientificité qui soit proprement littéraire, dans la mesure où l’histoire littéraire s’est pensée dans un constant rapprochement avec l’histoire en général et l’histoire de l’art en particulier.

Schémas et tableaux

L’un des signes les plus évidents de l’ambition scientifique de la théorie littéraire formelle ou, si l’on préfère et quoique ce ne soit pas exactement la même chose, formaliste, se trouve dans la présentation du propos, qui rompt parfois avec les codes littéraires pour adopter un style scientifique. Tout élève du secondaire a pu éprouver une certaine perplexité devant un professeur français soucieux de l’aider à développer la beauté de sa plume dans l’exercice de la dissertation, tout en prétendant que la dissertation est une entreprise d’argumentation rigoureuse. On pourrait tenter, avec un peu de roublardise, de faire passer ce paradoxe en le comparant avec les exigences d’élégance dans les démonstrations qui sont parfois professées par les enseignants de mathématiques et de sciences physiques, mais il y a là bien plutôt une spécificité de l’enseignement de la littérature : que le commentaire du texte doive avoir, en lui-même, une certaine qualité stylistique.

Cette conviction est toujours bien ancrée dans le monde de la recherche, qui ne diffère pas fondamentalement de celui de l’enseignement de ce point de vue. Sans parler des quelques professeurs d’université qui écrivent de la poésie ou des romans, beaucoup plus rarement des pièces de théâtre, il n’est pas rare de croiser des articles qui tentent d’illuminer une publication d’un style tout personnel, quitte à sacrifier l’intelligibilité du propos et à exiger de leur lecteur à la recherche d’informations et d’arguments une patience trop angélique pour qu’elle soit tout à fait humaine. Quoi qu’il en soit, l’enseignant-chercheur en littérature est censé savoir écrire, alors que le spécialiste de Léonard de Vinci n’excelle pas nécessairement dans la pratique du sfumato, ni celui d’Eisenstein dans la manipulation d’une caméra.

Une attitude fondamentalement opposée est adoptée par une partie des théoriciens de la littérature, à l’époque des grandes querelles. Ils ne sont bien sûr pas les seuls, au sein des sciences humaines, à prôner un style peu littéraire, voire parfaitement opaque. On se souvient par exemple qu’en 1998, Denis Dutton décernait à Judith Butler le prix du plus mauvais style (bad writing), pour une phrase, il est vrai, douloureusement représentative des complications syntaxico-conceptuelles du post-structuralisme :

The move from a structuralist account in which capital is understood to structure social relations in relatively homologous ways to a view of hegemony in which power relations are subject to repetition, convergence, and rearticulation brought the question of temporality into the thinking of structure, and marked a shift from a form of Althusserian theory that takes structural totalities as theoretical objects to one in which the insights into the contingent possibility of structure inaugurate a renewed conception of hegemony as bound up with the contingent sites and strategies of the rearticulation of power.

Ce à quoi Butler avait répondu que l’obscurité d’un style participait à la dé-naturalisation des concepts et, par conséquent, à la vigilance critique. Cette réponse, qui peut paraître de prime abord suintante de mauvaise foi, n’a rien d’original : elle avait été employée déjà par Lacan, référence constante de Butler, alors qu’il s’éloignait progressivement du style positiviste de la psychanalyse freudienne.

Une stratégie semblable se devine dans certains écrits narratologiques et formalistes. Les essais narratologiques de Gérard Genette, Figures III et le Nouveau discours du récit, sont souvent tenus pour des exemples typiques des complications du style théorique, notamment à cause de la multiplication de leurs néologismes. Cette critique est d’ailleurs l’une des attaques auxquelles répond Genette dans le Nouveau discours du récit de 1983, qui a le double but polémique de prouver le bien-fondé de certains points avancés dans le « Discours du récit » contenu dans Figures III et d’en souligner la spécificité. Mais le Nouveau discours du récit a aussi la particularité de tenter un renversement semblable à l’argument de Butler : prétendre que l’obscurité du style est voulue, comique, ironique, ludique, parodique. Le Nouveau discours du récit démonte donc les tics stylistiques du premier « Discours », par exemple dans la première note de la page 91 :

Le double statut de Renoncour (et de bien d’autres de même type) semble parfois mal compris ; c’est pourtant simple : il est intradiégétique comme narrataire de Des Grieux et extradiégiétique comme narrateur (auteur fictif) du récit primaire de Manon Lescaut. Et il ne peut être les deux que parce qu’il est narrateur homodiégiétique, c’est-à-dire présent comme personnage (entre autres, comme narrataire) dans le récit qu’il assume. Tout narrateur extra-homodiégiétique est intradiégétique comme personne et extradiégétique comme narrateur. Vu ?

Ce style conceptuel accompagne une démarche descriptive qui se veut rigoureuse et systématique. Cette démarche cherche à se distinguer esthétiquement, si je puis dire, du commentaire plus ou moins impressionniste des études littéraires traditionnelles et elle le fait d’une autre manière encore : en employant des schémas et des tableaux. La présence de schémas et de tableaux tend à formaliser, de fait, les textes et à mettre en valeur des structures. Le plus connu est sans aucun doute le carré sémiotique de Greimas.

Carré Sémiotique

Les tableaux, eux, abondent dans Figures III, qui développe le mythe de la case vide. La case vide, c’est le cas possible que la théorie peut étudier de manière abstraite, quoiqu’il ne soit pas actualisé dans les corpus littéraires existants. En insistant sur les cases vides, la théorie littéraire se fait prédictive et remplit donc l’une des conditions de la scientificité ; en adoptant les schémas, elle se fait objective. Ces schémas ne sont pas beaucoup mieux reçus que les néologismes. En fait, ils rapprochent dangereusement la théorie littéraire du lacanisme qui, plus ou moins à la même époque, développe des mathèmes et des schémas topologiques de plus en plus complexes — ou de plus en plus burlesques, selon le point de vue. Encore une fois, le Nouveau discours du récit va prendre le parti de l’ironie en adoptant des schémas volontiers infantiles :Schéma Discours du Récit
(On remarquera que l’expression du bonhomme n’est pas tout à fait neutre.)

Le tournant ludique

Si le Nouveau discours du récit est un exemple précieux, c’est qu’en répondant à la fois à Figures III et à la réception souvent glaciale qui fut la sienne en contexte anglo-saxon, il donne les éléments du détour adopté par la théorie littéraire française, au moment de la chute du structuralisme, telle qu’elle est décrite dans Le Chant du Cygne de François Dosse, deuxième volume de son Histoire du structuralisme, dont j’ai proposé un compte-rendu, pour la nouvelle édition, sur Lectures. Dès 1983, Genette ménage une porte de sortie du formalisme et de ses ambitions scientifiques, vers une théorie ludique, anticipant la grande rupture qui constituera plus tard, aux yeux de ses commentateurs, Bardadrac en 2006.

Dans le numéro « L’Aventure Poétique » de la revue LHT, que j’ai cité la semaine dernière dans la Cité des Liens, Gérard Genette, au cours d’un entretien, tente de réduire la part de l’humour dans son corpus théorique, tout en reconnaissant celle qu’y tient l’agencement ludique des possibilités. Cet aspect ludique de la théorie littéraire repose donc précisément sur ce qui était censé, à une autre époque, assurer sa pleine et complète scientificité, à savoir sa capacité à prédire des éléments inactuels. La théorie littéraire ne s’arrête pas aux textes : elle les modifie ou les prédit, c’est donc un jeu avec le texte. Ce tour de force qui arrive à faire passer pour le propre du jeu ce qui était, auparavant, le propre de la science, est représentatif du renversement théorique destiné à éviter l’impasse de la scientificité.

Pareil renversement a donné lieu à des enfantements un peu monstrueux : c’est le cas de la canonisation de Pierre Bayard au panthéon de la théorie littéraire française. Pierre Bayard est probablement le représentant le plus connu de cette théorie littéraire ludique et les titres de ses ouvrages parlent d’eux-mêmes : Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ? (2007), Le Plagiat par anticipation (2009), Et si les œuvres changeaient d’auteur ? (2010). Même c’est sans doute à L’Affaire du chien des Baskerville (2008) que Pierre Bayard doit sa gloire théorique, puisque c’est dans cet ouvrage qu’il met en pratique une théorie du texte possible, reçue comme une hymne à l’intervention du théoricien dans le texte, très proche donc, a priori, des positions rhétoriques des élèves de Michel Charles.

En fait, les choses sont beaucoup, beaucoup plus compliquées que cela, d’abord parce que la rhétorique de Michel Charles n’est pas nécessairement proche de la poétique envisagée par Genette, comme l’entretien précédemment indiqué le suggère avec plus ou moins de diplomatie, ensuite parce que Pierre Bayard appartient à une tradition intellectuelle à peu près antagoniste à la théorie littéraire française : la psychanalyse. Mais il faut remonter un peu avant dans la bibliographie de Pierre Bayard pour repérer l’influence psychanalytique, par exemple à un ouvrage de 2004 assez peu lu, Peut-on appliquer la littérature à la psychanalyse ? Loin d’opérer le séduisant renversement suggéré par le titre, Pierre Bayard y adopte une démarche psychanalytique dans le fond assez classique, proche des lectures psychopathologiques de la première moitié du vingtième siècle.

Or, le versant psychanalytique des études littéraires fonctionne à peu près en vase clos. S’il est vrai que la plupart des chercheurs, notamment ceux qui se consacrent aux dix-neuvième et vingtième siècles, ont quelques notions de vocabulaire psychanalytique, nous sommes loin, en France, du créole psychanalytico-marxo-philosophique qui règne dans les études culturelles anglo-saxonnes. En tant qu’espace intellectuel relativement marginal, les études littéraires psychanalytiques disposent de leur propre théorie, pour l’essentiel représentative du tournant langagier lacanien. En fait, le fossé qui sépare la psychanalyse platement freudienne qui affleure de temps à autre dans le gros de la production des études littéraires et les études littéraires proprement psychanalytiques témoigne d’une certaine incommunicabilité des deux perspectives, et donc d’une certaine autonomie pour les secondes.

Par conséquent, l’introduction d’un psychanalyste dans le champ de la théorie littéraire, via le mythe de la case vide et des œuvres possibles, signe l’acte de décès des prétentions scientifiques de cette théorie. Bien entendu, la récupération des théories de Bayard par les rhétoriciens, par exemple autour de l’Atelier de théorie littéraire de Fabula, fait bon marché de leurs soubassements psychanalytiques, mais précisément cette récupération partielle est l’indice d’un virage méthodologique au terme duquel la cohérence conceptuelle de la théorie littéraire devient relativement indifférente : ce qui compte, c’est la performance de tel assemblage, avec comme critère la production d’un savoir sur le texte — c’est le test du Chien des Baskerville.

***

En d’autres termes, au moment même où la théorie littéraire, après le tournant ludique, adopte sans complexe le fantasme de la création de textes possibles, elle abandonne l’abstraction qui fondait ce fantasme, celui de la formalisation schématique et des cases vides. Se détacher du texte actuel, en pratique, c’est donc aussi, en théorie, retourner au texte en tant que tel et donc abandonner la théorie des formes. On voit bien que les modifications stylistiques de la théorie littéraire sont étroitement liées à des modifications méthodologiques profondes : abandonner une rigueur de style (qu’elle reflète ou non une scientificité, peu importe), c’est aussi abandonner une certaine conception de la théorie et de sa place au sein des études littéraires.

Image

Alain Ayroles et Jean-Luc Masbou, De Cape et de Crocs : De la Lune à la Terre, t. 10

En août sur Contagions : théories littéraires

Dans le cadre de mon contrat doctoral au sein de l’Université de Grenoble 3, je commencerai, à la rentrée, à donner quelques cours de licence : en plus de trois séances d’histoire du théâtre du XVIIIe siècle pour la licence d’art du spectacle et d’une option consacrée à la littérature d’idées, j’assurerai, dans notre antenne valentinoise, le premier semestre du cours de théorie littéraire, en troisième année. Ce service d’enseignement, à l’exception peut-être de sa composante théâtrale, correspond précisément aux vœux que j’avais formulés : la théorie littéraire a constitué pendant plusieurs années le cœur de mes réflexions sur la littérature.

Elle tient également, en théorie si je puis dire, une place importante dans la formation des futurs enseignants de français, dans la mesure où les compétences théoriques sont évaluées par la plupart des épreuves des concours de recrutement et ces concours constituent, bien entendu, l’une des principales perspectives de carrière pour les étudiants en lettres modernes. Pourtant, la part effective de la théorie littéraire dans le cursus de lettres modernes, variable selon les universités, peut parfois paraître bien réduite au regard des exigences implicites des concours.

Plus largement, les rapports entre la théorie littéraire et le reste des études littéraires, du point de vue de la recherche comme de celui de l’enseignement, sont notoirement complexes. Depuis quelques mois, alors que je me détache d’une approche philosophique qui avait d’abord été la mienne pour adopter une perspective de plus en plus historique, je m’interroge sur les raisons qui continuent, aujourd’hui encore, à diviser le champ de la discipline entre pratiques théoriques et pratiques du commentaire. S’il est devenu un lieu commun d’affirmer les rapports étroits qui unissent l’interprétation, l’histoire et la théorie, dans les études littéraires, et de se détacher de clivages largement hérités d’un contexte polémique, l’enseignement de la théorie littéraire et, plus largement, sa gestion au sein des institutions académiques, continuent à favoriser des séparations simplificatrices.

Je voudrais consacrer un ou deux billets, au cours de ce mois d’août, à examiner quelques problèmes propres à la théorie littéraire, à ce qui se qualifie ou non comme telle, à sa perception. À mesure que mes cours prennent peu à peu forme, des interrogations anciennes refont surface et de nouvelles se précisent à leur tour : c’est le trait d’union qui lie les mots « enseignant » et « chercheur » sur ma carte professionnelle.

Littéraire en théorie

J’ai déjà beaucoup parlé de théorie littéraire sur Contagions, par exemple en commentant l’approche éthique de l’interprétation littéraire proposée par Yves Citton ou les enjeux philosophiques du narrativisme à partir d’un colloque consacré à Paul Ricoeur. Mais, la plupart du temps, j’ai appliqué quelques éléments simples de théorie littéraire à des domaines médiatiques différents : la musique rap , les livres-jeux, les séries télévisées, les textes académiques, etc. De mon point de vue, la théorie littéraire peut être la théorie d’autre chose que de la littérature et c’est parfois par accident que la littérature devient l’objet privilégié de telle ou telle approche.

La place du fait littéraire dans la théorie littéraire est une évidence et un principe : non une nécessité. Certaines théories littéraires contemporaines n’accordent d’ailleurs pas à la littérature un rôle plus important qu’à d’autres objets culturels : c’est souvent le cas au sein des différentes branches des études culturelles, dont les théorisations politiques et philosophiques ne s’intéressent pas toujours aux spécificités médiatiques des objets considérés, c’est encore le cas pour une partie de la littérature comparée, préoccupée par des mises en rapport plus générales que celles d’une confrontation de textes. L’introduction, au sein des études littéraires, d’une élaboration conceptuelle non formelle entraîne nécessairement l’abandon d’une spécificité médiatique.

À ce mouvement centrifuge, qui conduit la théorie littéraire, par sa propre dynamique, à se préoccuper d’autre chose que de la littérature, il faut ajouter un décadrage extérieur, c’est-à-dire l’emprunt de la théorie littéraire pour étudier des objets culturels nouveaux, sans chercher à établir entre eux et les objets traditionnels de la théorie source un rapport quelconque. C’est le cas par exemple de l’approche textualiste en analyse des médias, qui conçoit toute production culturelle comme un texte susceptible de s’offrir aux mêmes techniques interprétatives et, par conséquent, aux mêmes théorisations que le texte littéraire — une approche qui informe la plupart des pratiques interprétatives contemporaines au sein de l’Université et, plus particulièrement, de l’Université anglo-saxonne.

Dans un article encore à paraître au sein d’un volume consacré aux méthodes interdisciplinaires, j’ai moi-même présenté une position médiane, en proposant de considérer l’existence de différents rangs théoriques : les théories de rang faible peuvent être considérées comme des archi-théories, des ensembles conceptuels abstraits dont découlent des théories de rang plus élevé, appliquées, elles, à des objets concrets. Cette approche synchronique, dans une perspective méthodologique, permet de ne pas s’arrêter aux filiations effectives pour imaginer les rapports dynamiques, dans l’état actuel des disciplines, entre différentes théories parentes : ainsi, ce n’est pas parce que la narratologie cinématographie découle de la narratologie littéraire que les deux doivent être hiérarchisées l’une par rapport à l’autre, soit en valorisant la solidité de l’ancêtre littéraire, soit en mettant l’accent sur le progressisme du rejeton cinématographique.

Cette présentation synchronique, dont je ne crois pas qu’elle doive occulter une présentation diachronique qui mette en évidence les mécanismes des enfantements institutionnels et intellectuels des nouvelles théories et des disciplines qu’elles forment et soutiennent, présente à mes yeux, entre autres, l’avantage d’être insensible a priori aux médias et donc à la hiérarchisation culturelle implicite. Elle permet aussi d’envisager une recherche théorique spéculative, aspiration fréquente de la théorie littéraire des années 1970 et 1980, mais jamais tout à fait satisfaite, tant le fétiche du texte littéraire est difficile à bazarder.

Réflexivités théoriques

De pareilles suggestions correspondent à ce que j’ai appelé (mais je ne sais plus où) le versant réflexif de la théorie littéraire, particulièrement sensible à l’âge de la justification éthique ou politique des institutions d’enseignement et de recherche littéraires, dans des contextes de polémique autour de l’intégration de l’Université à la société contemporaine. La réflexivité constitue indubitablement la partie ou la plus charmante, ou la plus agaçante de la théorie littéraire : charmante, parce qu’elle propose un renouveau des études littéraires qu’une densité historique empêche souvent d’aller de l’avant, agaçante, parce qu’elle tend parfois à devenir abyssale et à enfanter des théories de la théorie des théories de la théorie […] de la littérature.

Il est vrai qu’une certaine partie de la théorie littéraire contemporaine semble se complaire dans le solipsisme de son propre examen, de la même façon que certaines branches des études culturelles, notamment dans un contexte anglo-saxon, paraissent ne jamais produire autre chose que des commentaires de discussions sur des commentaires de discussions de Michel Foucault. De fait, la partie la plus philosophique de la théorie littéraire est souvent coupable d’une certaine complaisance conceptuelle dénoncée de temps à autre par de patients critiques. Agiter des débats en vase clos permet d’acquérir à peu de frais l’aura des polémistes et la précieuse casquette de la subversion intellectuelle, si utile dans certains contextes institutionnels — au détriment, hélas, de tout progrès disciplinaire sensible.

D’un autre côté, la théorie littéraire ne saurait être autre chose qu’un commentaire sur la manière d’étudier la littérature : c’est parce qu’elle s’oppose traditionnellement à l’interprétation et à la chronologisation simple des phénomènes que la théorie littéraire, même lorsqu’elle ne rend pas explicites ses conséquences sur l’une et l’autre de ces pratiques, en constitue néanmoins une critique. Perçue (à tort) comme la dernière venue des études littéraires, la théorie, en cherchant à justifier sa propre légitimité, attaque de facto celle des approches qui, jusqu’à lors, vivaient sur un mérite communément admis. Mais puisque la théorie littéraire, pendant un temps, détient le quasi monopole de la réflexion épistémologique au sein des études littéraires, toute nouvelle tentative du même ordre s’y trouve automatiquement annexée. Se distinguent finalement deux théories : celle des textes littéraires et celle de la manière de les étudier.

La confusion de ces deux théories tend à priver les pratiques interprétatives de leur propre réflexivité. Le classement de certains textes, comme le fameux Forme et signification de Jean Rousset, somme toute pour l’essentiel un commentaire de textes, au sein de la théorie littéraire, simplifie une situation en réalité beaucoup plus complexe. Les textes interprétatifs importants ne sont pas rares, qui s’accompagnent d’un volet théorique, en post- ou préface ­— le Sur Racine de Roland Barthes en est sans doute l’exemple le plus connu. De la même façon, il est difficile de ne pas considérer le « Discours du récit » comme un commentaire de la Recherche en même que comme une élaboration théorique des principaux concepts de la narratologie.

La perspective méthodologique

Mon propos n’est pas d’affirmer, dès lors, l’inutilité de la catégorie de théorie littéraire en soulignant combien chaque pratique interprétative est portée à produire elle-même sa propre théorie. D’abord, il importe de ne pas confondre les textes désormais classiques du corpus académique des études littéraires avec la masse éditoriale de la discipline : l’immense majorité des commentaires est dépourvue de tout accompagnement théorique explicite. Ensuite, l’accentuation théorique de la réflexivité a le mérite de souligner l’importance de l’élaboration conceptuelle abstraite : il y a bien une partie théorique de l’interprétation, qui est une théorie de l’interprétation. La liaison des deux par la formule unique de « théorie littéraire » a remis en question, et avec succès, le mythe de l’élucidation du sens du texte — en d’autres termes, elle a dé-naturalisé les produits de l’interprétation.

Mais le danger d’une séparation radicale de la théorie littéraire et de l’interprétation, malgré tous les efforts pour les réunir et la tendance naturelle des deux approches à converger en effet, est bien réel. C’est pourquoi, au fil de mes propres travaux, j’ai jugé plus prudent d’annexer la théorie de l’interprétation à la méthodologie, comprise comme une théorie des pratiques interprétatives orientée vers ces pratiques mêmes. En d’autres termes, la perspective méthodologique est un détour par le concept pour favoriser le retour à l’interprétation. Elle ne recouvre donc pas totalement la théorie de l’interprétation, ni la théorie littéraire, dans la mesure où elle ne contient pas sa propre fin.

Des cours de méthodologie existent déjà dans la plupart des cursus de formation, mais ils souffrent, souvent, du déficit de prestige d’un terme peu populaire. Pour beaucoup d’enseignants, la méthodologie est le détour obligé d’un travail autrement plus intéressant sur l’objet même de la discipline, cadre pour des exercices d’évaluation : méthodologie de la dissertation, du commentaire composé et, plus tard, du mémoire. La méthodologie est alors un temps dans la formation de l’étudiant et, à proprement parler, le cours est un cours de méthode augmentée d’un suffixe clinquant. Seuls certains masters de recherche en littérature, dont on ne peut pas dire qu’ils draguent la plus grande part des étudiants en lettres, proposent des cours de méthodologie (et non des séminaires).

Et c’est peut-être précisément le problème : l’idée qu’une méthodologie n’est nécessaire qu’une fois un degré d’expertise atteint. Pourtant, il est difficile d’affirmer que seuls les étudiants susceptibles de rédiger un mémoire font acte d’interprétation. Est-il pour autant possible et même souhaitable de proposer des examens réflexifs dès les premières années de formation, à l’époque même où l’étudiant opère une transition parfois difficile entre les cours de français du lycée et les méthodes indépendantes des études littéraires, dans l’enseignement supérieur ? Pour le professeur de l’autre côté de l’amphithéâtre, il est toujours aisé de souhaiter que les étudiants en sachent autant que lui et soient assez conscients de toutes les difficultés du propos pour qu’il ne soit jamais nécessaire de le simplifier et d’en sacrifier la complexité — mais l’enseignement n’a pas les mêmes exigences que la recherche.

***

En somme, l’enseignement et la recherche en théories littéraires, même plusieurs décennies après les polémiques des années 1970, sont loin d’être pacifiés. Des oppositions héritées, ni tout à fait justifiées, ni tout à fait inutiles, compliquent la compréhension d’approches complémentaires qui opèrent, de manière plus ou moins implicite, au sein des études littéraires. Entre réflexivité et autonomie, centralité et marginalité, la théorie littéraire peine aujourd’hui encore à trouver une voix non tant au sein des institutions de la recherche, qu’elle a su se créer, qu’au sein des institutions de l’enseignement.

Vidéo

Doctor Who, Saison 3, épisode 10, 2007.

Cité des Liens — 5 : Fabula

 Fabula Bandeau

Bercé par la douce et voisine mélodie d’une scie circulaire, je commence le mois d’août avant d’en annoncer le commencement, avec un désordre de méthode du meilleur augure, en proposant ici dans la cinquième Cité des Liens quelques textes pour l’objet qui nous y occupera : les théories littéraires — ou, on le verra, les théories de la littérature. Il fut un temps, quand on me demandait ce que je faisais, je répondais « de la théorie littéraire » (maintenant, je montre un point dans le lointain et je m’enfuis en courant), l’une des réponses qui, même au sens des études littéraires, permettent de s’attirer un regard réprobateur et un reproche d’inutilité.

Il faut le reconnaître : la théorie littéraire n’est pas exactement le sport le plus respecté au sein des humanités lettrées, parce que souvent elle n’est pas très humaine. C’est même précisément pour ne l’être pas qu’elle a un temps paradé avec ses tableaux à double-entrée, mais nous reviendrons au cours du mois, peut-être, sur ces troublantes et rigoureuses épopées de cases à remplir. Pour l’heure, il faut voir au moins un paradoxe : que le site le plus populaire pour s’informer sur l’actualité des études littéraires soit précisément, en son cœur, un site de théorie.

Je parle bien entendu de Fabula ou, si l’on préfère et qu’on a le temps Fabula, la recherche en littérature, dont le renard louche anime notre quotidien depuis quelques années à présent. On y trouve les offres de postes, les annonces de publication, les appels à contributions, quelques liens, un peu d’actualité et trois revues. La première et la plus régulière, c’est Acta Fabula, répertoire mensuel de recensions — la deuxième, c’est LHT (Littérature, Histoire, Théorie), revue au format courant — la troisième, c’est L’Atelier de Théorie Littéraire, qui est peut-être un peu plus une malle aux merveilles qu’une revue à proprement parler.

Du propre aveu des Fabulaïstes, tout cela n’était pas toujours très aisé à naviguer et le site, de fait, a été jeune en d’autres temps. C’est précisément pour cette raison qu’au cours de l’été, il fait un peu peau neuve. Moi-même, je ne retrouve pas toujours très aisément mes contributions à l’Atelier une fois qu’elles ont disparu de la page d’accueil ; j’y ai pourtant donné une traduction commentée d’un essai de Virginia Woolf et quelques notes sur les lectures actualisantes. Bref, il y a des textes cachés et enterrés dans Fabula : je voudrais en signaler quelques-uns et d’autres, plus visibles encore.

Le lien de la semaine : « Anachronies »

Lancé en 2011 par les départements Littérature et Langage et Sciences de l’Antiquité de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, le séminaire « Anachronies » est entièrement publié dans l’Atelier de théorie littéraire. Dans une certaine mesure, il est en fait une émanation de l’équipe qui anime historiquement Fabula et, par conséquent, le reflet de l’orientation théorique et méthodologique qui est celle du portail depuis sa création. La flexibilité de l’Atelier, qui n’est pas soumis aux mêmes règles de forme et de périodicité qu’une revue, permet d’accueillir les communications et les discussions que suscitent les différentes séances du séminaire et les invités qui s’y croisent.

Le propos d’Anachronies est de confronter les textes anciens et les théories modernes. Il est vrai que la théorie littéraire, quoiqu’elle soit historiquement liée aux poétiques antiques d’une part, et à l’étude d’une littérature pour le moins classique d’autre part, a eu parfois tendance à se replier sur un corpus contemporain, réputé plus expérimental et, par conséquent, plus propre à l’élaboration d’objets conceptuels. La littérature antique est par exemple largement délaissée par les approches théoriques. Le séminaire tend donc à combler un vide, même si l’ancienneté des textes y est assez large et atteint souvent l’âge classique.

Frédérique Fleck, dans un texte d’ouverture intitulé « Anachroni(sm)e : mise au point sur les notions d’anachronisme et d’anachronie » donne le cadre définitoire du projet, tandis qu’Arnaud Welfringer, dans « La théorie littéraire est-elle anachronique ? » l’oriente vers la méthodologie. En effet, Anachronies propose, plus encore qu’une application des théories modernes sur les textes anciennes, une réflexion sur les conditions et les possibilités de cette application, symptomatique de la part réflexive de la théorie littéraire, même en dehors des contextes polémiques. Dans la seconde séance inaugurale, pour la deuxième année du séminaire, en octobre 2012, c’est encore sur cette perspective méthodologique qu’insistent les contributions de et autour de Carlo Ginzburg, « Le donné et le construit ».

Méthodologique toujours la séance autour des lectures actualisantes, telles qu’elles sont présentées dans l’ouvrage Lire, interpréter, actualiser de mon co-directeur de thèse Yves Citton. La publication de l’ouvrage avait été ancrée dans la polémique autour de la place des études littéraires au sein de l’Université et, plus largement, de la société ; quelques années après, Yves Citton y revient dans quelques notes intitulées « Détourner l’actualisation » tandis que Sophie Rabau cherche des voies alternatives, dans « Deux raisons de ne plus actualiser et cinq brèves propositions pour ne plus actualiser », ce à quoi je répondais moi-même, à distance, dans « Ne pas ne plus actualiser : retour sur les lectures actualisantes du côté du monde ».

Autre pas de côté à l’égard de l’actualité et de l’historicité : la théorie des textes possibles, qui donne lieu à une séance autour de l’ouvrage collectif Théorie des textes possibles, largement alimenté par l’équipe de Fabula. Béranger Boulay propose une présentation synthétique de cette théorie dans « Trois aspects de la théorie des textes possibles », en introduction d’une séance où s’exprimaient Marc Douget, Marc Escola, Sophie Rabau et ma co-directrice de thèse, Christine Noille. On y trouve en outre les résumés des articles, l’introduction de l’ouvrage et sa bibliographie.

Les liens de la semaine : varia

« L’Aventure Poétique », LHT

Dans ce dixième numéro de la revue LHT (Littérature, Histoire, Théorie) publiée par Fabula se fait l’histoire d’une autre revue, la fameuse Poétique, lancée en 1970 par Gérard Genette et Tzvetan Todorov, et actuellement dirigée par Michel Charles. S’y mêlent histoire de la revue, continuation de ses propositions, témoignages personnels et doxographies. Ce numéro est accompagné d’un dossier critique dans le numéro 13.9 d’Acta Fabula.

« Écritures du savoir », Acta Fabula

Il arrive que la revue de recensions Acta Fabula propose, pour un mois, un dossier regroupant des recensions aux thèmes voisins, en plus des autres notes de lecture publiées au rythme de leur approbation par le comité de rédaction. C’est dans ce cadre que paraît, en avril 2012, dans le quatrième numéro du treizième volume, ce dossier qui se concentre sur les rapports entre sciences et lettres, aux époques médiévales, modernes et contemporaines.

« Théorie de la théorie », L’Atelier de Théorie Littéraire

Je parlais un peu plus haut de la propension réflexive de la théorie littéraire, qui la transforme en méthodologie des études qu’elle soutient : cette entrée de l’Atelier l’illustre, qui regroupe des textes tentant de cerner les limites et les enjeux de la théorie littéraire. On y retrouve, entre autres, un entretien entre Angela Braito et Yves Citton que j’avais déjà cité sur Contagions et un article conjoint de Sophie Rabau et Marc Escola, « Description et interprétation : l’objet de la poétique ».

« Pourquoi les études littéraires ? », L’Atelier de Théorie Littéraire

Cette entrée, qui reprend le sous-titre de l’ouvrage Lire, Interpréter, Actualiser, est essentiellement nourrie par la difficile situation institutionnelle des études littéraires. Outre l’introduction de l’ouvrage d’Yves Citton, s’y trouvent un texte polémique de Christine Noille, « Modestes propositions pour empêcher les études de lettres d’être à la charge de mon pays », le « Manifesto for the Arts and Humanities » de David McCallam et la synthèse du colloque « Littérature : où allons-nous ? », organisé par Hélène Merlin-Kajman.

***

En d’autres termes : il faut se méfier des pages d’actualité. Il est très utile de voir ce qui se publie de nouveau sur un site, un portail ou au sein d’une communauté, mais on court souvent le risque de survoler ces quelques titres, d’en lire certains, et de ne jamais y revenir. J’avais déjà évoqué, dans l’antépénultième Cité des Liens, la nécessité de fouiller les archives après des blogs et loué en cela la stabilité de l’hébergement proposé par Hypothèses : on peut tirer un grand profit d’un semblable travail d’archéologie virtuelle avec Fabula.

Image

Bandeau du site Fabula (première version).