Valeurs culturelles de la quiche et posture de cheffe médiatique

On s’est beaucoup amusé ce week-end, sur Twitter, d’un article du New York Times au titre un peu singulier : « Real People Eat Quiche ». Ce texte, écrit par Gabrielle Hamilton,évoque le peu d’engouement aux États-Unis pour la quiche, les valeurs culturelles (souvent assez négatives) qui lui sont associées et le plaisir ou l’intérêt que l’on peut trouver à la cuisiner et à la servir dans des restaurants de bonne réputation.

Continuer la lecture de « Valeurs culturelles de la quiche et posture de cheffe médiatique »

Transferts linguistiques et réformes culturelles dans l’Europe du XVIIIe siècle

Comme certains le savent déjà, je suis depuis quelque temps chercheur assistant au Centre de Civilisation Française et d’Études Francophones de l’Université de Varsovie, où je travaille principalement sur la question de la culture francophone dans la République des deux Nations au XVIIIe siècle. Dans ce cadre, j’ai participé la semaine dernière à l’ouverture du colloque international « Translatio et histoire des idées », organisé par l’Institut de Linguistique Appliquée de l’Université de Varsovie, sous la direction d’Anna Kukułka-Wojtasik.

Continuer la lecture de « Transferts linguistiques et réformes culturelles dans l’Europe du XVIIIe siècle »

Les études sur Magic: The Gathering

Depuis quelques semaines, je prépare un article sur la représentation de la science dans Magic: the Gathering, un jeu de cartes à collectionner que j’avais déjà évoqué dans un précédent billet consacré à l’Antiquité et le Moyen-Âge dans les jeux de société contemporains. Assurément l’ancêtre, le plus célèbre et le plus prolifique des collectible/trading card games, Magic domine depuis 1993 un marché qui n’a cessé de se diversifier ces vingt dernières années. Fort de son succès, le jeu est devenu une franchise transmedia, avec des comics, des jeux vidéos, des nouvelles et des romans, peut-être bientôt un film.

Dès 2005, Hasbro, qui avait racheté en 1999 Wizards of the Coast, la société à l’origine de Magic, affirmait que ce jeu était devenu sa meilleur vente, devant le Monopoly, le Trivial Pursuit et le Cluedo. Aujourd’hui, le jeu dispose d’un circuit professionnel avec de nombreux tournois mondiaux, en Asie, en Europe et en Amérique. Dans ce contexte, Magic a paru digne d’intérêt aux chercheurs à quatre titres : du point de vue de la théorie des jeux et des résolutions automatiques, du point de vue de l’imaginaire et des représentations, du point de vue de la sociabilité entre les joueurs et, enfin, du point de vue de son marché secondaire.

Sans être considérable, la bibliographie universitaire consacrée à Magic n’en est pas pour autant anecdotique et je voudrais en proposer un bref aperçu ici, pour montrer quels terrains divers restent encore à explorer aux études de jeux, au-delà des jeux vidéos qui, jusque là, continuent à tenir le haut du pavé. On verra au demeurant que c’est aussi en tant que Magic peut être réduit à un jeu informatique, c’est-à-dire à un jeu où les informations peuvent être traitées par un joueur non-humain, qu’il a attiré l’attention de certains commentateurs.

Par exemple, Ward et Cowling en 2009, dans leur présentation intitulée « Monte Carlo search applied to card selection in Magic: The Gathering », donnée à Milan au congrès « Computational Intelligence and Games », ont proposé d’appliquer la recherche arborescente Monte Carlo ou Monte Carlo Tree Search (MCTS), connue pour son succès au go notamment, à une version réduite du jeu. Ward a développé ses résultats avec Powley en 2012, dans une autre conférence, « Determinization in Monte Carlo Tree Search for the Imperfect Information Card Game Magic: The Gathering ». Les chercheurs ont entrepris de prouver l’efficacité de la MCTS grâce à des simulations et à des confrontations avec des joueurs humains de niveaux divers, pour des résultats qui, il faut bien l’admettre, laissent largement à désirer.

Comme bien des articles en réalité, les recherches de Ward et de ses confrères tendent à réduire la complexité du jeu, qu’il s’agisse du système de jeu lui-même, de son histoire, de la diversité des représentations ou des modes de sociabilité entre joueurs. Les recherches sur la MCTS appliquée à Magic ne se concentrent ainsi que sur une infime partie des interactions possibles entre les joueurs, à savoir les combats de créatures, qui peuvent être entièrement absents de certains modes de jeu.

De la même manière, les recherches culturalistes, interprétatives ou thématiques — selon le nom qu’on voudra leur donner — travaillent elles aussi souvent sur un échantillon réduit de cartes, dont elles prétendent tirer des conclusions générales. C’est le cas de Meggie Rosar Fornazarì dans « Magic The Gathering sob a ótica da Gramática Visual », qui veut établir la grammaire visuelle du jeu à partir d’une approche restreinte à quelques éditions de base, sachant que le jeu est enrichi, chaque année, de plusieurs éditions, depuis près de 25 ans. Dans « Jeu et fiction dans un jeu de cartes à collectionner : le cas Magic : l’Assemblée » Pierre Cuvelier propose en 2011, pour la revue Strenæ, un échantillon plus large mais qui demeure très restreint.

Le jeu se trouve ainsi souvent réduit à un imaginaire classique de fantasy, plus ou moins informé par la mythologie. L’extension Theros, inspirée par la mythologie grecque, semble surtout avoir retenu l’attention, avec l’article « The Recontextualization of the Kraken in Popular Culture, from Class of the Titans to Magic: The Gathering » de Stian Sundell Torjussen dans New Voices in Classical Reception Studies, en 2016 ou celui de Rosar Fornazari et Barbosa Macedo, « Gender Representation in Trading Card Games: Women and Men in “Magic: The Gathering” », pour Estudos Anglo-Americanos, la même année. Ces études, qui ont le mérite de montrer de quelle manière un TCG est susceptible de se réduire à des grilles de lecture importées, ne sauraient être entièrement satisfaisantes.

La sociabilité entre les joueurs n’a elle-même été que partiellement étudiée, dans des textes qui ont surtout eu pour objet de vanter les mérites de la diversification des services et des activités dans les bibliothèques, qu’elles soient communautaires ou universitaires. Plusieurs bibliothèques paraissent ainsi s’être reposées sur les jeux vidéos et Magic pour attirer un public différent, comme l’exposent par exemple Vanden Elzen et Roush dans « Gaming Programs for Impactful Outreach and Instruction at an Academic Library » (Library Trends, 2013) ou encore Jenny Levine dans « Libraries, Videogames, and Civic Engagement » (Library Technology Reports, 2009). Rares sont les observations sur les joueurs professionnels ou, ce qui serait aussi significatif, sur les joueurs dans les local game stores, quoiqu’il faille signaler l’article de J. Patrick Williams, « Consumption and Authenticity in the Collectible Strategy Games Subculture » (Gaming as Culture, 2006).

Enfin, l’économie secondaire de Magic a attiré l’attention à la fois du point de vue des enchères lors de la revente de cartes unitaires en ligne et de celui de la vente des modifications artistiques. C’est David Lucking-Reiley qui a surtout travaillé sur le premier point, par exemple dans un article de 1999 pour l’American Economic Review, « Using Field Experiments to Test Equivalence between Auction Formats: Magic on the Internet ». On doit à Aaron Tramell un article stimulant sur les implications juridiques du second point, « Magic Modders: Alter Art, Ambiguity, and the Ethics of Prosumption » (Journal of Virtual Worlds Research, 2013).

Comme c’est ordinairement le cas des objets qui émergent dans le champ académique sans parvenir à se constituer comme domaine de recherche à part entière et jouir, partant, d’une certaine récurrence et donc d’une force cumulative des études, Magic sert ainsi souvent à des exercices d’application théoriques, du reste souvent tout à fait dignes d’intérêt, et se trouve raboté au besoin pour constituer un bon cas d’école. De façon symptomatique, le jeu est parfois considéré comme le TCG typique, dont l’évocation vaut pour tous les jeux du même domaine, comme chez Darryl Woodford dans « Governance challenges in the global games industry » (2013) ou encore chez Lundgren, Bergström et Björk, dans « Exploring Aesthetic Ideals of Gameplay » (2009).

Les lecteurs curieux pourront se faire une idée des enjeux à partir de la bibliographie indicative suivante. La plupart des textes est facile à se procurer.

Bibliographie indicative sur Magic: The Gathering

  • Bisz Joe. « The birth of a community, the death of the win; player production of the Middle-Earth Collectible Card Game ». Transformative Works and Cultures 2 (2009) : en ligne.
  • Brett Martin. « Using the imagination: consumer evoking and thematizing of the fantastic imaginary ». Journal of Consumer Research 31.1 (2004) : 136-149.
  • Carter Marcus, Gibbs Martin et Harrop Mitchell. « Metagames, Paragames and Orthogames: A New Vocabulary ». FDG 12, Raleigh, 29 mai au 1 juin 2012.
  • Chatterjee Krishnendu et Ibsen-Jensen Rasmus. « The Complexity of Deciding Legality of a Single Step of Magic: the Gathering ». ECAI (2016) : 1432-1439.
  • Chen Peayton, Kuo Rita, Chang Maiga et Heh Jia-Sheng. « Designing a Trading Card Game as Educational Reward System to Improve Students’ Learning Motivations ». Transactions on Edutainment III (2009) : 116-128.
  • Costikyan Greg. « Game Styles, Innovation, and New Audiences: An Historical View ». Changing Views — Worlds in Play. Proceedings of DiGRA 2005.
  • Cowling Peter I., Ward Colin D. et Powley Edward J. « Ensembel Determinization in Monte Carlo Tree Search for the Imperfect Information Card Game Magic: The Gathering ». IEEE Transactions on Computational Intelligence and AI in Games 10.10 (2012).
  • Cuvelier Pierre. « Jeu et fiction dans un jeu de cartes à collectionner : le cas de Magic : l’Assemblée ». Strenæ 2 (2011) : en ligne.
  • Descampes Guillaume et d’Alcantara Ann. « Gaming as a therapeutic tool in adolescence: experience of Institutional Therapy of CThA, UCL, Brussels, Belgium ». Psychiatria Danubina 28.1 (2016) : 59-62.
  • Dubois Matthieu. « Imaginaire logocentrique et quête de performativité : Magic : l’assemblée ». Image & Narrative 16.3 (2015) : 90-99.
  • Fornazari Rosar Meggie et Barbosa Macedo Litiane. « Gender Representation in Trading Card Games: Women and Men in “Magic: The Gathering” ». Estudos Anglo-Americanos 45.1 (2016) : 154-174.
  • Fornazari Meggie. « Magic: The Gathering sob a ótica da Gramática Visual ». In-Traduções 5 (2013) : 13-28.
  • Galotti Kathleen M., Drebus David W. et Reimer Rebecca L. « Ways of Knowing as Learning Styles: Learning MAGIC With a Partner ». Sex Roles 44.7-8 (2011) : 419-436.
  • Ham Ethan. « Rarity and Power: Balance in Collectible Object Games ». Game Studies 10.1 (2010) : en ligne.
  • Levine Jenny. « Libraries, Videogames, and Civic Engagement ». Library Technology Reports 5 (2009) : 11-18.
  • Lucking-Reiley David. « Using Field Experiments to Test Equivalence between Auction Formats: Magic on the Internet ». The American Economic Review 89.5 (1999) : 1063-1080.
  • Lundgren Sus, Bergström Karl J., Björk Staffan. « Exploring Aesthetic Ideals of Gameplay ». Breaking New Ground: Innovation in Games, Play, Practice and Theory. Proceedings of DiGRA 2009, Londres, 1-4 septembre 2009.
  • Patrick Williams J. « Consumpting and Authenticity in the Collectible Strategy Games Subculture ». Gaming as Culture: Essays on Reality, Identity and Experience in Fantasy Games. Sous la direction de J. Patrick Williams, Sean Q. Hendricks et W. Keith Winkler. Jefferson : MacFarland & Co., 2006. 77-99.
  • Paul Christopher A. « Optimizing Play: How Theorycraft Changes Gameplay and Design ». Game Studies 11.2 (2011) : en ligne.
  • Pawlicki Matthew, Polin Joseph et Zhang Jesse. « Prediction of Price Increase for Magic: The Gathering Cards ». CS229 (2014), Stanford.
  • Sundell Torjussen Stian. « “Release the Kraken!” — The Recontextualization of the Kraken in Popular Culture, from Clash of the Titan to Magic: The Gathering ». New Voices in Classical Reception Studies 11 (2016) : en ligne.
  • Trammell Aaron. « Magic Modders: Alter Art, Ambiguity, and the Ethics of Prosumption ». Journal of Virtual Worlds Research 6.3 (2013) : en ligne.
  • Vanden Elzen Angela M. et Roush Jacob. « Brawling in the Library: Gaming Programs for Impactful Outreach and Instruction at an Academic Library ». Library Trends 61.4 (2013) : 802-813.
  • Ward Colin D. et Cowling Peter I. « Monte Carlo Search Applied to Card Selection in Magic: The Gathering ». CIG’09, Milan, 7-10 septembre 2009.
  • Woodford Darryl. « Governance challenges in the global games industry ». New Directions in the Development of Creative and Media Industries, Hong Kong, 7-8 juin 2013.

Le post-porn et la culture morale de la pornographie

Le mois dernier, j’étais invité à l’Institut d’Études Politiques de Paris dans le cadre de la Queer Week par le collectif Garçes pour participer à une table-ronde sur la pornographie, en compagnie de Carmina Ama, qui tient sur Le Cul entre deux chaises le « Journal d’une camgirl », et Sam Bourcier. Le festival consacrait cette année deux sessions à la question de la pornographie, la première destinée à parler de la pornographie de manière générale, si l’on peut dire, et la seconde à revenir sur les pornographies alternatives et, singulièrement, le post-porn, un concept qui a le vent en poupe et qui vient prendre sa place dans la longue lignée des pornographies alternatives.

Depuis la parution de mon livre en 2014 et surtout de mon article sur les blogs pornographiques, publié à l’invitation de Marie-Anne Paveau dans Questions de communication, mon travail s’est progressivement éloigné de l’analyse de la pornographie contemporaine d’un point de vue visuel ou formel pour se concentrer plutôt sur des questions d’encadrement judiciaire et administratif, d’une part, et d’autre part sur des considérations plus historiques, qui occupaient déjà il est vrai la plus grande part de mon Introduction aux porn studies. Avant la fin de l’année devrait paraître ainsi dans un ouvrage collectif mon article sur les contes pornographiques cinématographiques dans le contexte de la Révolution sexuelle des années 1960 à 1980, pour lequel j’avais proposé ici quelques notes préparatoires.

En somme, mon intérêt pour la recherche sur la pornographie s’inscrit dans deux des grands domaines que je travaille par ailleurs. D’un côté, il contribue à mon travail sur l’encadrement administratif, judiciaire et commercial des productions discursives, auquel ma thèse se consacre pour les livres et les journaux de l’époque moderne, du point de vue de la propriété et de la responsabilité juridique, et que j’ai abordé ici pour la pornographie dans un billet sur les techniques juridiques interprétatives. De l’autre, il participe à ma réflexion sur l’histoire de/par la culture audiovisuelle en Grande-Bretagne et aux États-Unis des années 1960 au début du XXIe siècle, qui est aussi le sujet de mon prochain livre, Gouverner l’Amérique, sur la politique et les séries télévisées.

À ce titre, je dois bien avouer que la question du post-porn m’intéresse finalement assez peu et qu’elle me fait souvent l’impression d’une construction conceptuelle qui a peu de rapport avec l’objet auquel elle parait, de prime abord, se rattacher. Je veux dire par là que l’intérêt académique soutenu pour l’analyse et la promotion du post-porn, particulièrement dans la mouvance des porn studies, tend à occulter les analyses précises sur ce que l’on appelle par ailleurs la pornographie mainstream, c’est-à-dire de grande diffusion. J’ai parfois le sentiment qu’en trente ans d’histoire, à peu près, depuis la parution du Hard Core de Linda Williams en 1989, les porn studies ont accompli une révolution au sens planétaire à l’égard du genre d’analyses auquel elles s’opposaient d’abord.

Dans l’introduction de l’ouvrage collectif Porn Studies en 2004, Williams expliquait combien elle avait voulu s’opposer à Dworkin et MacKinnon, qui traitaient la pornographie comme un ensemble discursif monolithique que l’on était susceptible de condamner en bloc. Or, malgré l’insistance des tenants du post-porn, Sam Bourcier par exemple à la table ronde de la Queer Week ou encore Rachele Borghi dans un article de Rue Descartes, à faire valoir l’idée qu’il y a plusieurs pornographies, l’appel à la nuance dans le propos ne vaut que pour faire émerger le post-porn, à la rigueur toutes les pornographies alternatives, en comparaison à la pornographie mainstream, qui peut désormais inclure ou non, selon la personne qui parle, la pornographie commerciale gay. Dans ces analyses, cette pornographie reste appréhendée comme un tout compact, uniformément sexiste, capitaliste, patriarcal, excluant, jugeant, humiliant, etc.

En réalité, il m’est de plus en plus difficile de voir des différences entre l’analyse du mouvement anti-pornographie des années 1980 et celle du post-porn, pour ce qui est de la majorité de la pornographie (et par conséquent des personnes qui la financent, la produisent et la consomment). La différence réelle, et elle est bien sûr notable et conséquente, c’est que les mouvements anti-pornographie pariaient sur l’interdiction de la pornographie dans son ensemble tandis que le post-porn, lui, privilégie l’idée qu’une pornographie alternative, plus intelligente, plus éthique, plus responsable, plus diverse, plus digne culturellement, est susceptible de se substituer à la pornographie majoritaire et dominante.

Lors de la table-ronde, la discussion a buté — par ma faute — sur certaines des apories inhérentes à l’entreprise du post-porn et a en tout cas fait émerger à mes yeux l’impossibilité de tenir de front, en toutes les circonstances, un discours à la fois académique et militant. J’ai évoqué par exemple le problème de la disponibilité socio-économique du post-porn et la possibilité qu’il renforce des logiques d’exclusion économiques et culturelles. Face aux descriptions enthousiastes de Sam Bourcier des festivals pornographiques indépendants, j’ai demandé, sans avoir vraiment de réponse solide, s’il n’y avait pas une géographie économique de l’accessibilité des pornographies alternatives.

On pourrait formuler toutes sortes d’autres remarques que je n’ai pas eu le temps de faire à cette occasion. En guise d’exemple d’appropriation et de subversion des codes de la pornographie dans une optique post-porn, Sam Bourcier a présenté un petit clip réalisé par ses étudiantes, où l’on voit les trois jeunes femmes danser avec des godes-ceintures devant le siège de l’UMP. Au-delà de savoir si l’on a bien affaire à quelque chose comme de la pornographie et non plutôt, par exemple, à de la performance artistique (à moins que ces catégories ne soient pas mutuellement exclusives), il m’est difficile de ne pas voir dans de pareilles tentatives la manifestation d’un parti pris relativement conventionnel sur ce qui mérite d’être approuvé en matière de représentations sexuelles : les représentations qui ont une valeur esthétique, politique ou intellectuelle.

Le post-porn fonctionne à peu près avec les mêmes critères que le droit étasunien applique pour déterminer si un document est pornographique — c’est-à-dire condamnable sous certaines conditions — ou non. Ces critères ont été formulés par la Cour Suprême en 1973 dans l’affaire Miller v. California et ont conduit à la création du test juridique appelé le Miller Test. Le test est censé permettre de déterminer en trois étapes si un document est pornographique et si sa circulation est donc susceptible d’être entravée malgré la protection que le premier amendement garantit à la freedom of speech. Première étape : est-ce que l’on peut estimer par consensus (community standards) que le document vise à éveiller le désir (appeals to the prurient interest) ? Deuxième étape : est-ce que le document montre ou décrit une conduite sexuelle ou des fonctions d’excrétion ? Troisième étape : est-ce que le document manque de qualités littéraires, artistiques, politiques ou scientifiques ? On le voit, le présupposé est que la pornographie est fondamentalement ce qui est dénué de valeur intellectuelle ou culturelle, tout l’inverse, en somme, du post-porn, qui est intelligent, ironique, distancié, conceptualisé, etc.

Indépendamment de mon avis personnel sur la question de savoir si le post-porn ne constitue pas un retour en force du moralisme dans le traitement de la pornographie, je me demande si, du point de vue académique, le concept ne conduit pas à brouiller les analyses. La nécessité où se trouvent certaines disciplines de se valoriser en valorisant l’objet de la recherche, un phénomène sur lequel je me suis penché à plusieurs occasions pour la pornographie et la télévision, conduit parfois à de curieuses opérations de sélection. L’intérêt répété du journal Porn Studies pour des approches plus austères et concrètes me parait tout à fait louable dans ce contexte, comme c’est le cas avec l’article de Berg sur les sources de revenus dans le monde de la pornographie ou avec celui d’Arnberg sur la régulation des magazines pornographiques en Suède dans la première moitié du XXe siècle.

Je crois qu’il est tout à fait urgent d’examiner les discours de la pornographie alternative à l’aune de l’histoire longue des documents pornographiques, de leur encadrement judiciaire, de leur gestion administrative, de leur économie, de leur géographie et de leur sociologie, sans céder à la séduction de concepts néo-butlériens sur la performativité qui, privés de leur perspective généalogique, courent le risque de boucler la boucle de l’anti-pornographie.

Les séries au Festival du Film d’Amour

En février dernier, j’étais invité au Festival International du Film d’Amour de Mons pour animer une table-ronde autour des séries télévisées franco-belges. Y étaient conviés Dominique Besnehard pour la série Dix pour cent (France 2), Nathalie Basteyns, pour Beau Séjour (Één), Anthony Rey, pour La Trêve (La Une), Matthieu Frances, pour Ennemi Public et Élizabeth Bourgine, pour Meurtres au Paradis / Death in Paradise (BBC One). Avant cette table ronde, j’avais proposé ici un petit panorama des études sur la télévision belge francophone et je propose de revenir désormais sur ces quelques heures de discussion.

Continuer la lecture de « Les séries au Festival du Film d’Amour »

Les études sur la télévision belge francophone

Du 14 au 17 février, je serai au Festival International du Film d’Amour de Mons, où j’ai été invité à animer une table-ronde autour des séries télévisées de la Fédération Wallonie-Bruxelles. J’y accueillerai Dominique Besnehard pour la série Dix pour cent, Matthieu Frances, pour Ennemi Public, Anthony Rey, pour La Trêve, Nathalie Basteyns pour Beau Séjour et France Zobda. C’est l’occasion pour moi de donner ici un rapide aperçu de l’état des recherches sur la télévision en Belgique. Celles-ci sont riches et nombreuses et, quoiqu’elles se consacrent rarement de manière particulière à la fiction télévisuelle, elles permettent de décrire un contexte favorable à l’émergence de nouveaux programmes ambitieux et bien accueillis par la critique journalistique.

Continuer la lecture de « Les études sur la télévision belge francophone »

Cité des Liens — 8 : Blogographie

Langues de Feu

Alors que mes Pokémons sont presque au niveau 100 et mes cours presque finis, je profite de la quiétude de cette fin d’été pour proposer un nouveau tour des carnets de recherches et des blogs, dans la Cité des Liens de cette semaine. Avec la fin de l’été justement, et la fin des vacances, les nouvelles fleurissent, les appels à contributions reviennent, les emplois du temps se chargent, se changent et se corrigent. De même pour Hypothèses, qui reprend peu à peu, semblerait-il, son rythme de croisière. C’est la fin du pastis et de la pétanque.

Continuer la lecture de « Cité des Liens — 8 : Blogographie »

Porn Wars

Dans un précédent billet, j’avais rapidement évoqué l’appel à contributions de la revue Regards sociologiques, qui prévoit de consacrer un numéro à la pornographie. L’actualité de cette recherche est dense, tout du moins si on la compare à son peu de popularité en France, quand on considère que pendant ce temps l’appel à contributions pour le premier numéro de Porn Studies court toujours et jusqu’au 30 juin et que la revue d’esthétique du cinéma Proteus vient de publier son cinquième numéro sur la question, avec le titre « Pornographies, entre l’animal et la machine ».

J’ai moi-même soumis une note de recherche au comité de rédaction de Porn Studies, sous le titre « Is There A Porn Continuum? From Hunk-Of-The-Day to NSFW Blogs », une affaire à suivre, et publié un article dans ce numéro de Proteus intitulé « La cohérence formelle et visuelle des tubes pornographiques : le cas de la catégorie Asian sur un tube gay ». C’est donc tout naturellement qu’il y a quelques jours, pris de curiosité, j’ai parcouru quelques dizaines de tweets pour le hashtag #pornstudies.

Ce qui en ressortait était l’apparente résurrection d’un phénomène marquant qui, des années 70 à 90, a caractérisé les études sur la pornographie, ce qu’on a pu appeler la ou les Porn Wars. De fait, l’annonce de la publication, à partir de 2014, du périodique académique Porn Studies a suscité des réactions symptomatiques de l’époque et motivé certains à proposer un bilan transitoire des Porn Wars, tel qu’on peut le lire par exemple sur le site Sociology Lens, dans un article intitulé « Revisiting the Porn Wars ».

Un pareil climat de tension a été, je crois, propice au repli sur des positions éthiques, qui sont loin de se trouver sans conséquence sur le matériau traité par les porn studies. De ce point de vue, le matériel pornographique constitue un cas d’école de la contagion entre valorisation culturelle, légitimation académique et considérations morales, contagion qui plus est prise dans un nœud d’interdisciplinarité extrêmement difficile à défaire, depuis la publication de l’ouvrage collectif programmatique, Porn Studies, dirigé par Linda Williams.

La polarisation du débat

Dans un billet de son blog daté du 1er juin, la psychologue Meg Barker, figure éminente de la recherche sur la sexualité, expliquait les raisons de son engagement au sein du comité éditorial de la revue Porn Studies en y soulignant qu’elle y voyait une chance de « sortir de la polarisation » (moving away from polarisation) qui affecte depuis longtemps le domaine. En d’autres termes, que les opposants à Porn Studies avaient tort de considérer que le journal serait ouvertement pro-pornographie.

Pour résumer grossièrement l’antagonisme que tous les acteurs de cette micro-polémique évoquent comme s’il devait être des plus évidents, disons qu’il se fonde sur l’opposition, au sein du féminisme, de deux attitudes à l’égard de la pornographie : l’une voit en elle la dégradation systématique des femmes sans aucune ressource pour une amélioration et l’autre une possible subversion des normes sexuelles. Cette opposition assez simple, de principes, est rapidement compliquée par des oppositions de méthodes.

En fait, la définition pour le moins extensive de la pornographie qui sous-tend les travaux des féministes anti-pornographies tend à faire perdre au concept toute valeur opératoire, dans la mesure où la pornographie y est susceptible de recouvrir n’importe quel rapport sexué (mais non nécessairement sexuel) entre un homme et une femme qui impliquerait une forme de domination (peu importe sa nature). La pornographie devient alors moins un champ spécifique de la production culturelle qu’un état d’esprit ou même un quasi synonyme de la société patriarcale.

Le point dangereux de cette abstraction de la pornographie, qui rejoint par là des concepts aussi vagues et inopérants que le « phallogocentrisme » ou la « société patriarcale » elle-même, est sa propension à effacer les dimensions pratiques et existentielles des expériences particulières en les repliant sur une idée globale censée pouvoir rendre compte de tous les phénomènes. L’exemple de le plus frappant de cette dérive a été, selon Linda Williams, ainsi qu’elle l’explique dans l’introduction de l’ouvrage Porn Studies, la vitalité du slogan emprunté par Catharine MacKinnon à Susan Brownmiller : « pornography is the theory and rape is the practice ».

Cette extension conceptuelle, dont les défauts ont été analysés par exemple par Ian Halley dans « Queer Theory By Men », a semblé particulièrement pernicieuse à Linda Williams quand elle a conduit Catharine McKinnon à analyser les viols collectifs de la guerre au Kosovo, dans le cadre du génocide, comme une expression de la pornographie. Dans son introduction intitulée « Teaching Pornography », où elle retrace les étapes qui l’ont menée à donner son premier cours sur la question, Williams explique :

Catherine MacKinnon wrote an article for Ms. that entirely changed my mind. She argued that the Serbian rapes of Muslim and Croatian women in Bosnia constituted an unprecedented policy of extermination caused by pornography: […] The real culprit in these rapes was, for MacKinnon, not the Serbian rapists, but the supposed saturation of Yugoslavia with pornography. Such an argument encourages us to shift attention from the real crime of politically motivated rape to the supposedly more heinous crime of filming it. Instead of concentrating on how Muslim and Croatian women became the targets of sexual crimes, MacKinnon preferred to blame pornography as their cause. We come away from her article with the impression that it is pornography that we must fight, not rape.

In cauda venenum, puisque les derniers mots de ce paragraphe mettent précisément les féministes anti-pornographie face à une contradiction que Williams perçoit interne à leur méthode. En effet, la question des dégâts (harm) causés par la pornographie av été l’un des arguments légaux majeurs pour contourner l’amendement sur la liberté d’expression et imposer des mesures de censure aux États-Unis : la pornographie conduirait au viol, donc elle menacerait les citoyennes, donc elle devait être interdite. Un autre argument majeur est que la pornographie ne pourrait être protégée par la liberté d’expression (freedom of speech), puisque précisément elle ne serait pas un discours (speech) : sans contenu, elle serait purement efficiente, autrement dit, une aide à la masturbation. C’est un argument semblable à celui qui avait permis de réguler la publicité.

Partant, pour les féministes pro-pornographie, qui voient d’un mauvais œil l’alliance de circonstance entre féminisme et réaction religieuse sur le terrain des mœurs sexuelles, le discours, qui est une réaction à ces critiques, portent sur deux points : 1) mettre en évidence l’inanité scientifique des conclusions (souvent peu concluantes, justement) des études psychologiques censées démontrer l’influence de la pornographie sur la violence sexuelle et 2) souligner la densité intellectuelle du matériau pornographique et ses possibilités de subversion.

Délimiter les objets d’étude

C’est la seconde stratégie qui, historiquement, occupe le plus de terrain, d’abord parce qu’aucune étude n’a été capable d’établir très clairement le rapport entre consommation de pornographie et violence sexuelle et ensuite parce que c’est un ouvrage en analyse filmique, le Hard Core de Linda Williams, qui devient le fer de lance du féminisme pro-pornographie. D’un certain point de vue, la lutte est aisée : la plupart des articles anti-pornographie témoignent en effet d’une ignorance si complète de ce qu’est, de facto, la pornographie, qu’il n’y a guère de spécialistes que celles et ceux qui en ont, eux, consulté — les féministes pro-pornographies.

Le combat est d’ailleurs d’autant plus inégal que seules les porn studies sont susceptibles d’accueillir l’étude de ce qui ne relève pas du schéma hétérosexuel global sur lequel repose la définition anti-pornographie de la pornographie et donc offrir une place à la pornographie gay, industrie de plus en plus florissante, et à la pornographie lesbienne, comble de la subversion. Tandis qu’en France on continue à se bercer du charme un peu désuet des affirmations générales plus ou moins psychanalytiques, dans le domaine anglophone, les porn studies ont quasi occupé tout le terrain.

Il faut donc se méfier un peu, non pas des porn studies, mais de l’affirmation de Meg Barker qui prétend qu’une dé-polarisation est possible avec la publication de la revue Porn Studies. L’historique récent du hashtag #pornstudies montre assez que les initiatives sont toutes marquées par une certaine forme de valorisation de la pornographie. J’en prendrai deux exemples. Le premier est la création d’un réseau (network) pour jeunes chercheurs en pornographie, XCircle, qui ne fait une place qu’au potentiel subversif du matériau, comme le signale sa page d’invitation  :

If you are a young academic, researching alternative / ethical / DIY / marginalised / queer / feminist porn / post-porn or a closely related topic, or you research/analyse/write about pornography from a feminist and/or queer perspective, then you would fit in perfectly in XCircle_edu!

Le deuxième est le sommaire d’un récent dossier du site Nonfiction, « Penser le porno aujourd’hui », où l’on retrouve pêle-mêle tous les indices d’une valorisation du matériau étudié : « le hors-champ de la baise et la poésie qu’il recèle », « esthétique et pornographie », « la pornographie comme une forme d’art », « (micro)-politique du porno version femmes », « corps en résistance », « explore les désirs », etc.

L’une des caractéristiques les plus récurrentes des porn studies, même si elle n’est pas systématique, est de présenter la pornographie comme une terre des possibles en insistant volontiers sur ses expressions les plus subversives et les plus originales. Par conséquent, la pornographie étudiée est loin, très loin d’être la même que celles que visent les féministes anti-pornographie, c’est-à-dire celle des femmes nues aux tours de poitrine improbables, étoiles sur les tétons, souplement offertes sur la couverture des magazines du buraliste de quartier.

Les porn studies courent donc un danger exactement inverse à celui des études anti-pornographiques : celui de réduire la définition de la pornographie à un tout petit corpus de productions valorisées. C’est tout du moins ce qu’avance Anne Sabo dans un article intitulé « Highbrow and Lowbrow Pornography : Prejudice Prevails Against Popular Culture. A Case Study », paru en 2009 dans le Journal of Popular Culture, mais resté, à ma connaissance, sans grande influence. L’idée de Sabo (la disqualification au sein des porn studies du gros de la production pornographique) est en fait incomplète, c’est-à-dire en partie inexacte, dans la mesure où une bonne part de la nébuleuse porn studies en constitution se consacre à une pornographie assez courante.

C’est notamment le cas des fameuses études en réception d’Alan McKee chez les acheteurs et acheteuses de pornographie en Australie, comme ses analyses filmiques qui rassemblent leur corpus plutôt à partir de ce que le marchand local propose en vidéos gays qu’à partir d’un quelconque jugement de valeur, mais c’est aussi plus généralement le cas de toute la composante sociologique, de plus en plus importante, dans le domaine et notamment de l’analyse du star system et des méthodes de production.

La polémique permanente

En fait, l’analyse de Sabo ne vaut que pour une partie du discours des porn studies, mais précisément sa partie la plus visible : celle qui, préfacielle et virulente comme l’introduction de Williams, procède à la légitimation des recherches sur le matériau pornographique lui-même plutôt que sur ses effets. En d’autres termes, alors que des disciplines assez scientifiques, typiquement la sociologie, travaillent dans le domaine des porn studies, ce sont les disciplines plus artistiques, comme les études cinématographiques, qui reçoivent la charge des relations publiques du champ.

On pourrait en effet tout à fait imaginer, a contrario, une ligne de défense de la forme suivante : la pornographie est l’industrie cinématographique la plus prospère au monde, elle se compose de milliers de films, elle a des millions et des millions de téléspectateurs, elle est soumise à des législations particulières, c’est donc un objet important de la société et l’on doit l’étudier. Une pareille justification, qui fait l’économie de toute réflexion sur la valeur intrinsèque de l’objet étudié, serait tout à fait recevable ; mais c’est bien sur la valeur de la pornographie que roulent les débats passés et actuels.

Il y a sans doute plusieurs raisons à cela, pour lesquelles j’aurais du mal à définir un ordre de préséance. L’importance du rôle de Linda Williams dans la constitution historique des porn studies implique une prégnance des traditions des études cinématographiques, d’une théorie esthétique du matériau et donc de sa valorisation intrinsèque. Le contexte antagoniste de la polémique invite à une inversion des arguments adverses et donc à une dé-dévalorisation. Le rôle affirmé de la pornographie dans la construction des identités sexuelles non-hétérosexuelles et la place faite à la pornographie non-hétérosexuelle dans les porn studies peuvent également jouer en ce sens.

Tous ces phénomènes ne me paraissent pas propres aux porn studies et, à bien des égards, les porn studies se présentent comme un lieu de convergence de différents traits de la légitimation d’objets dans le champ académique. J’ai signalé récemment la manière dont l’interprétation libertine et donc subversive des Liaisons dangereuses était plus naturellement adoptée, dans la réception contemporaine, que son opposée moraliste ; plus anciennement, j’ai également souligné la manière dont les études sur les séries télévisées, quand elles se faisaient interprétatives, impliquaient une valorisation esthétique du contenu.

De ce point de vue, je ne suis pas sûr que dans un contexte de crise de légitimité, au sein de l’Université, dans un champ d’études interdisciplinaires portant sur un objet émergeant, les disciplines non-scientifiques soient nécessairement les plus menacées ; au contraire, riches d’une tradition de valorisation automatique de l’objet sur lequel elles portent (par définition artistique), elles fournissent beaucoup plus de réponses, peu complexées par les opérations de sélections partiales d’un corpus au profit d’un autre, elles fournissent beaucoup plus d’armes dans un débat éthique et moral que la seule défense de l’intérêt scientifique et objectif.

***

Ma propre position sur la question est mêlée. Je suis clairement, par mes contributions (très) très ponctuelles, à la marge de la nébuleuse des porn studies. Dans les porn studies, parce qu’aucune version de l’antipornographisme ne me convainc, même de loin, même approximativement ; à la marge, parce que je suis de plus en plus persuadé que l’interprétation peut et doit s’étendre même aux matériaux a priori dépourvus de tout profondeur, qu’il s’agisse du gros de la production littéraire du dix-septième siècle, loin des chefs-d’œuvres classiques, des séries qui ne rentrent pas dans le canon de HBO, ou de la pornographie mainstream, gay mais pas queer, faussement lesbienne, très hétéro — ce qui n’exclue pas du champ des recherches les formes les plus subversives, mais une subversion privée de la compréhension de ses références est une coquille vide.

Vidéo

Cathy Verney, Hard, saison 1, épisode 3.

Appel à Contributions, Regards sociologiques

Regards sociologiques

Comment faire la sociologie de la pornographie ? Que signifie un tel programme de recherche ? Ce numéro de Regards Sociologiques a pour objectif d’ouvrir un domaine d’études peu exploré, et de faire le bilan des recherches en cours ou déjà menées. Trois pistes de recherche seront privilégiées : la pornographie peut être abordée comme une catégorie de l’action publique ; des pratiques de production et de réception qui construisent des mondes sociaux ; enfin un ensemble de représentations aux usages spécifiques.

1. Une catégorie de l’action politique

 De quoi parle-t-on quand on parle de pornographie ? Les travaux pionniers en histoire culturelle ont souligné la dimension historique du terme, qui « n’a pas constitué une catégorie entièrement séparée ou distincte de représentations visuelles ou écrites avant le premier dix-neuvième siècle » ouest-européen[1]. En s’intéressant aux processus de catégorisation, Walter Kendrick[2] appréhen-de la pornographie moins comme un ensemble d’œuvres ou de produits homogènes que comme un dispositif de contrôle et une « structure de sentiments » bourgeoise ciblant toutes les représentations perçues comme dangereuses. La pornographie peut donc être envisagée comme une catégorie de l’action politique, codifiée de manière plus ou moins précise dans le droit : dans cette perspective, la sociologie de la pornographie est d’abord une sociologie politique de la censure. Annie Stora-Lamarre montre ainsi comment l’imposition de cette catégorie a pour objectif la protection d’un public « fragile » ou « faible », et qu’elle est dépendante de procédures de dénonciation menées par des entrepreneurs moraux[3].

C’est aussi une catégorie contestée : la classification pornographique est un enjeu de lutte, et mobilise des groupes et des savoirs très divers. La constitution du film Baise-moi en affaire l’illustre : elle concerne moins la production pornographique française actuelle que la revendication d’une autonomie d’un champ artistique contre les instances politiques qui voudraient le contrôler, et l’instrumentalisation du droit par des associations à la visibilité réduite[4]. La constitution de la pornographie en cause par des groupes féministes dévoile les rapports de genre qui sont à son principe, elle participe également d’un processus de qualification de la pornographie, et enfin d’une recomposition du champ féministe[5]. Quels sont les enjeux sociaux de la catégorie de pornographie ? Quels groupes ou quelles instances en sont les producteurs et les usagers ?

2. Les mondes de la pornographie

La sociologie de la pornographie n’est pas seulement celle d’une mise à l’index, mais également celle de mondes sociaux façonnés par des pratiques de production et de réception. L’écriture de pamphlets pornographiques est, au 18e siècle, une activité clandestine, constitutive de la culture des « Lumières radicales », qui use de l’obscène pour opérer une critique des pouvoirs tels que l’État et l’Église[6]. Cette dimension contestataire s’affaiblit au cours du 19e siècle : il s’agit moins alors de déstabiliser l’ordre établi que de construire un marché et légitimer son activité[7]. C’est à la fois à la marge – à travers des réseaux de circulations de photos amateurs – et au cœur même de cette industrie culturelle – à travers la vente par correspondance de magazines dits de « santé masculine » – que s’invente au cours du 20e siècle une culture pornographique gaie[8]. Le statut de la pornographie, comme activité amateur ou professionnelle, métier principal ou secondaire, les relations d’emploi, les circuits des produits sont alors des questions centrales[9] : quelles sont les trajectoires et les appartenances sociales de celles et ceux qui s’y investissent ? Comment ce marché se développe malgré, ou à la faveur des encadrements juridiques et de la stigmatisation dont il est l’objet ? Quelles relations de domination et d’exploitation implique-t-il ?

Selon l’enquête Contexte de la sexualité en France, une femme sur cinq et un homme sur deux déclarent visionner régulièrement de la pornographie[10].  Il s’agit donc d’une pratique culturelle qui compte dans les trajectoires, les sociabilités et les constructions de soi. Cette pratique investit des espaces divers, de la sphère domestique[11] aux sex-shops, des forums Internet réunissant des passionnés aux sites de rencontre en ligne où s’échangent des photos pornographiques amateur[12]. Comment différents groupes sociaux déploient-ils différentes logiques d’appropriation des textes, sons, images, objets et dispositifs des différentes cultures pornographiques ? Comment ces pratiques de réception participent-elles en retour de la redéfinition des frontières et des propriétés de ces groupes sociaux ?

3. Représentation de la sexualité et érotisation des rapports sociaux

La représentation de la sexualité est un dernier axe de recherche. L’historienne du cinéma pornographique Linda Williams a montré comment la volonté (masculine) de la pornographie moderne de « dévoiler » les vérités cachées du sexe (féminin) est vouée à un perpétuel échec : les techniques pornographiques de visualisation de l’orgasme ne reflètent pas, mais produisent activement la sexualité[13]. Prolongeant ces analyses, les porn studies s’intéressent à la manière dont les films pornographiques contribuent à la définition publique du genre et de la sexualité, ainsi que des rapports de classe et des rapports de race[14] : la pornographie, à partir du 19e siècle notamment, participe d’une histoire nationale et impériale où l’émergence d’objets de fantasme est le revers de rapports de pouvoir[15], dont le redéploiement dans les anciennes métropoles coloniales s’accompagne d’une réactualisation des figures racialisées du désir[16]. C’est dire que la pornographie est dépendante d’une actualité sexuelle qui explique pour une part les variations de ses figures : comment traduit-elle sexuellement les tensions sociales et les rapports d’objectivation ? Et comment, en retour, ces repré-sentations sexuelles participent-elles de la reconfiguration des fantasmes publics et privés ?

Parce que ces représentations érotisent des rapports sociaux et « parlent » directement à l’inti-mité des publics (y compris universitaires), enquêter sur la pornographie nécessite une réflexion à part entière[17]. Comment rendre compte dans un langage sociologique de mondes sociaux où, selon un renversement proprement pornographique des valeurs dominantes[18], l’immoralité et la vulgarité sont célébrées ? La pornographie interroge le rôle de la sociologie dans la reproduction des hiérarchies culturelle et scientifique entre objets légitimes et objets illégitimes ; la place de la corporéité, des sensations et des émotions dans les processus de production de connaissance ; finalement  les appartenances sociales du regard sociologique, et notamment sa place dans les rapports de genre.

Modalités de soumission

Les contributions attendues pour le numéro spécial « Sur la pornographie » sont à envoyer, sous la forme d’articles complets pour le 30 octobre 2013.

Les articles soumis ne devront pas excéder 50 000 signes (espaces et notes comprises) et, pour le format attendu, voir :  http://www.regards-sociologiques.com/wp-content/uploads/rs_indications_publication.pdf

Les articles sont à adresser à :

mathieutrachman@yahoo.frflorian.voros@gmail.comasso_regarsoc@yahoo.fr

Regards Sociologiques est une revue à comité de lecture de sorte que les évaluations, effectuées à chaque fois selon le processus d’une double évaluation anonyme (une interne et une externe), seront communiquées courant décembre 2013.

Fondateur et directeur de la publication :

Christian de Montlibert

Conseil scientifique et comité de lecture

Gabrielle Balazs,
Patrick Champagne,
Annie Collovald,
Philippe Cordazzo,
Vincent Dubois,
Bertrand Geay,
Philippe Hamman,
Joseph Jurt,
Isabelle Kalinowski,
Frédéric Lebaron,
Rémi Lenoir,
Gérard Mauger,
Nikos Panayotopoulos,
Louis Pinto,
Franz Schultheis,
Sylvie Tissot,
Bernard Vernier,
Loïc WacquantComité de rédaction : Clément Bastien, Anaïs Cretin, Olivia Rick

 


[1] Hunt Lynn (éd.) The invention of pornography. Obscenity and the origins of modernity, 1500-1800, New York, Zone Books, 1993, p.355.

[2] Kendrick Walter, The secret museum. Pornography in modern culture, New York, Viking, 1987.

[3] Stora-Lamarre Annie, L’enfer de la 3ème République. Censeurs et pornographes, Paris, Imago, 1992.

[4] Mathieu Lilian, « L’art menacé par le droit ? Retour sur l’affaire Baise-moi », Mouvements, n°29, 2003, pp.60-65.

[5] Bronstein Carolyn, Battling pornography. The American feminist anti-pornography movement, 1976-1986, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

[6] Darnton Robert, Édition et sédition. L’univers de la littérature clandestine au 18ème siècle, Paris, Gallimard (coll. NRF essais), 1991 ; Hunt Lynn, Le roman familial de la révolution française, Paris, Albin Michel (coll. Bibliothèque Albin Michel Histoire), 1995 ; Darnton Robert, « Vies privées et affaires publiques sous l’Ancien Régime », Actes de la recherche en sciences sociales, n°154, vol.4, 2004, pp.24-35.

[7] Sigel Lisa Z. (éd.), International exposure. Perspectives on modern European pornography, 1800-2000, New Brunswick, New Jersey et Londres, Rutgers University Press, 2005 ; Coulmont Baptiste, avec Roca-Ortiz Irène, Sex-shop. Une histoire française, Paris, Dilecta, 2007.

[8] Waugh Thomas, Hard to imagine. Gay male eroticism in photography and film from their beginnings to Stonewall, New York, Columbia University Press, 1996.

[9] Trachman Mathieu, Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, Paris, La Découverte (coll. Genre et sexualité), 2013.

[10] Bozon Michel, « Pratiques et rencontres sexuelles : un répertoire qui s’élargit », in Bajos Nathalie, Bozon Michel (dir.), Beltzer Nathalie (coord.), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, 2008, pp.279-280

[11] Juffer Jane, At home with pornography. Women, sex and everyday Life, New York, NYU Press, 1998.

[12] Attwood Feona (éd.), Porn.com. Making sense of online pornography, Londres, Peter Lang, 2010.

[13] Williams Linda, Hard core. Power, pleasure and the « frenzy of the visible », Berkeley, University of California Press, 1989.

[14] Williams Linda (éd.), Porn Studies, Durham, Duke University, 2004.

[15] Sigel Lisa Z., Governing Pleasures. Pornography and social change in England, New Brunswick, New Jersey et Londres, Rutgers University Press, 2002.

[16] Cervulle Maxime, Rees-Roberts Nick, Homo exoticus. Race, classe et critique queer, Paris, Armand Colin et INA (coll. Médiacultures), 2010.

[17] Damian-Gaillard Béatrice, « Entretiens avec des producteurs de la presse pornographique. Des rencontres semées d’embûches… », Sur le journalisme, About journalism, Sobre Jornalismo [En ligne], vol.1, n°1, 2012.

[18] Paasonen Susanna, Carnal resonance. Affect and online pornography. Cambridge, Mass., MIT Press, 2011

Les études sur les séries télévisées et la culture populaire

colloque popline

Le texte qui suit est la traduction en français de mon intervention en anglais à la 3rd Graduate Conference in Culture Studies de Lisbonne, qui s’est tenue au début du mois de décembre 2012, sous le titre « Report From the Pop Line : On The Life and Afterlife of Popular » et qui était organisée par le CECC de l’Université Catholique de Lisbonne. C’est probablement au cours de ce colloque que j’ai conçu une solide méfiance pour les études culturelles dans les disciplines interprétatives.

Le texte que je publie ici a été légèrement remanié pour offrir au lecteur quelques liens vers les articles cités quand c’était possible, vers les présentations des revues ou des ouvrages évoqués et vers les pages de l’encyclopédie Wikipédia qui étaient susceptibles d’éclairer la compréhension des matières traitées. Il n’a pas fait l’objet d’autre publication, à la fois parce que je ne désirais pas apparaître dans les actes du colloque et parce que ces conclusions, pour être toujours opératoires, n’étaient que transitoires. Il portait le titre original de « In And Out The Popular : Framing TV Serials Studies ».

Il s’inscrit dans un projet personnel plus large, consacré à l’étude méthodologique de l’interprétation universitaire des séries télévisées. D’autres parties de mon enquête paraitront au cours de cette année et de la suivante, dans les actes d’autres colloques. Je peux donner pour l’heure, en guise d’indication, les titres provisoires de mes contributions : « Les marques du savoir disciplinaire dans les études sur les séries télévisées » (issu des journées doctorales Connivences de l’Université de Savoie en avril 2013), « Textes narratifs, séquences narratives : études littéraires et séries télévisées » (issu du colloque Enjeux et positionnement de l’interdisciplinarité de Nancy en mars 2012) et « Construire l’auteur à l’époque moderne et contemporaine : enjeux éditoriaux, enjeux interprétatifs » (issu des journées doctorales du LIRE de Grenoble 3, en juin 2013).

***

Un intérêt certain s’est fait jour, depuis une dizaine d’années, pour ce qui paraît être, à en croire certains universitaires, un objet nouveau dans le champ académique : les séries télévisées. La publication d’ouvrages collectifs tels que TV Goes To Hell (2011), Bigger on the Inside (2010) ou Gilmore Girls and the Politics of Identity (2008), respectivement consacrés à Supernatural, Doctor Who et Gilmore Girls, pour n’en citer que quelques-uns parmi d’autres traitant de Buffy, Sex and the City ou The X-Files, la tenue d’ateliers et de colloques, la conception de numéros spéciaux dans bien des journaux académiques et, plus significativement encore, la fondation de la Joss Whedon Studies Association et de ses deux périodiques, Slayage et Watchers Junior, tous ces phénomènes attestent de l’intérêt porté par beaucoup à un pareil sujet.

Quoique la plupart des exemples ci-dessus soient liés à des universitaires travaillant aux États-Unis, le développement est international. En 2010, Lindy Orthia soutenait sa thèse de doctorat à la National University of Australia, sous le titre « Enlightenment was the choice : democratisation of science in Doctor Who » et elle a depuis poursuivi ses recherches dans le domaine ; en septembre 2012, à Paris, le doctorant italien Rossend Sanchez Baro s’exprima sur Aaron Sorkin dans le colloque du CEISME intitulé « Qu’est-ce qu’une télévision de qualité ? ». En Italie encore, le groupe de philosophes Blitris a publié son étude sur House M.D., La filosofia del Dr. House (2007) tandis qu’en France, Sylvie Allouche et Sandra Laugier organisent depuis 2009 les journées d’études PhiloSéries et qu’au Québec Élaine Després, ainsi qu’elle m’en a informé, prépare avec d’autres un semblable événement. Les exemples abondent.

On peut trouver plusieurs facteurs à ce soudain engouement pour les séries télévisées, qui ont été elles-mêmes diffusées depuis au moins une soixantaine d’années. J’en donne ici quelques-uns, qui ne sont pas toujours mutuellement exclusifs.

1. Le facteur matériel. Par facteur matériel j’entends, à défaut d’un meilleur terme, le fait que les séries télévisées sont aujourd’hui beaucoup plus accessibles que par le passé. Le développement des dispositifs d’enregistrement personnels, depuis la VHS, a permis aux téléspectateurs d’acheter ou de rassembler par eux-mêmes les épisodes de leurs programmes favoris de sorte à pouvoir les regarder quand et comme ils le veulent. Les universitaires qui ne vivent ni ne travaillent dans la capitale de leur pays, où ils auraient été en mesure d’accéder aux archives publiques ou privées des gouvernements et des chaînes (à condition toutefois que ces archives existent et soient ouvertes au public), ont ainsi progressivement pu accéder au corpus. Le développement d’Internet a été un progrès technique plus significatif encore, puisqu’il a permis de visionner des séries qui n’étaient ni diffusées, ni vendues dans d’autres pays que celui où elles avaient été produites, et ce dans leur langue originale.

2. Le facteur de qualité. Il est généralement admis, parmi les universitaires travaillant au sein du champ des études sur les séries télévisées, que nous connaissons, depuis le début des années 1990 environ, ce que l’on peut appeler le Second Âge d’Or de la Télévision Américaine. Des travaux comme le fameux ouvrage dirigé par Kim Akass et Janet McAbe, Quality TV : Contemporary American Television and Beyond (2007), ont joué un rôle central dans l’élaboration de la théorie selon laquelle « la télévision américaine » (comprendre : les séries télévisées produites aux États-Unis) a été transformée à cette époque et encore une fois dans les premières années du vingt-et-unième siècle. Alors ont commencé à se développer, au sein du public, des stratégies marketing des chaînes et de l’Université, des discours qui traitent les séries télévisées comme une forme d’art assez comparable au cinéma auteuriste. Il y aurait donc eu des séries télévisées dans le passé, mais peu dignes d’intérêt, quand le présent offrirait des séries plus profondes et plus artistiques. Ces œuvres si stimulantes auraient d’abord été produites par HBO avant de conquérir les autres chaînes câblées et les networks.

3. Le facteur académique. Parallèlement à ces modifications du matériau lui-même, l’Université s’est elle-même transformée. Il est courant d’observer que le développement des études culturelles (quoi qu’elles puissent être) a élargi le champ d’intérêt des universitaires et il est peut-être tout aussi courant de dire qu’il a également allégé les exigences de rigueur méthodologique. En d’autres termes, on pourrait désormais travailler sur plus de choses et plus aisément. Plus besoin, dès lors, d’avoir une compréhension particulière, par exemple technique, de ce qu’est une série télévisée pour l’étudier, de sorte qu’on le peut réagir plus rapidement à un matériau toujours en expansion. Les adversaires des études culturelles ont pu dire que de semblables universitaires perdaient leur temps à étudier des objets pas même culturels et peu dignes d’intérêt, participant ainsi activement à la corruption de la vraie culture autant qu’au naufrage généralisé de la civilisation, tandis que les hérauts des études culturelles, de leur côté, ont affirmé combattre courageusement l’élitisme bourgeois/occidental/patriarcal. Les observateurs plus modérés de la polémique sont simplement restés perplexes.

Ces facteurs et l’avènement des séries télévisées qu’ils sont censés expliquer proposent en fait un tableau très schématique et très incomplet de la situation, non seulement parce qu’ils sont excessivement tournés du côté des États-Unis, mais aussi parce qu’ils manquent de profondeur de champ. Ceci constaté, on peut soit détourner avec dédain le regard ou essayer de comprendre à quoi servent ces (auto-)portraits du champ. Je vais essayer ici d’apporter un peu à cette compréhension 1) en présentant un panorama un peu plus général de ce qu’ont été et demeurent les études sur les séries télévisées et 2) en examinant des extraits de publications académiques pour décrire leurs stratégies de justification. Ce projet sera mené avec un intérêt plus spécifique, mais non exclusif, pour le champ français.

Les études sur les séries télévisées : un champ toujours à venir

Si le tableau est schématique, c’est peut-être qu’il n’y a pas encore de domaine disciplinaire tel que celui des études sur les séries télévisées — pour l’instant. Il y a, de toute évidence, une quantité considérable de travaux consacrés aux séries télévisées, mais les articles, les chapitres de livres et les cours donnés sur la question naissent d’une telle variété de méthodes qu’il est parfois impossible de mettre en rapport deux travaux portant sur le même sujet et d’imaginer un contexte où ils pourraient apparaître de concert — sauf à procéder à une recension bibliographique très, très large. Par exemple, l’article « An Interactive Analysis of Hyperboles in a British TV Series : Implications for EFL Classes », publié en 2008 dans ARECLS par Olckay Sert cherche à montrer que :

that TV series can be a useful tool for EFL learners when accompanied by explicit instruction in order to enhance communicative competence, and can be used to teach hyperbolic lexical items specifically. (p. 1)

L’hypothèse proposée est développée avec une méthode strictement linguistique — tout du moins est-ce ainsi que je la définirais, moi qui suis originellement un spécialiste de la littérature française du dix-septième siècle, ce qui déplairait vraisemblablement à l’auteur de l’article, si nous lui demandions son avis. La seconde pièce de mon exemple est un article assez semblable à celui de Sert, d’une certaine façon : « From Kafka to Casualty : doctors and medicine in popular culture and the arts — a special studies module », publié en 2001 dans J Med Ethics. L’article décrit un cours donné par son auteur, Brian Glassner, à la London Medical School. Les deux articles s’occupent de questions pédagogiques (comment utiliser les séries télévisées pour enseigner ceci ou cela), les deux articles ont été écrits par des universitaires britanniques, mais Glassner adopte une perspective philosophique qui n’entretient pas la moindre ressemblance avec l’enquête linguistique d’Olckay.

Une objection importante consisterait à souligner le fait que ces deux études ne sont pas spécifiquement consacrées aux séries télévisées mais plus généralement à l’utilisation de la culture populaire à une fin déterminée. La série télévisée est alors un outil auquel on pourrait en substituer un autre. Ce n’est pas faux, dans la mesure où Olckay compare la série télévisée utilisée avec les conversations de la vie courante, dont l’analyse aboutit aux mêmes observations et Glassner, comme le suggère le titre de son article, utilise également la littérature et le cinéma. On pourrait donc avancer que si ces articles avaient traité des séries télévisées pour elles-mêmes, il y aurait eu entre eux de sensibles similitudes. Cette affirmation serait fondée sur l’idée qu’une méthode d’analyse est plus déterminée par son objet que par ses préconceptions disciplinaires. Toutes considérations épistémologiques mises à part, cette objection admet, après examen de productions académiques attestées, une réponse mêlée.

Pour le dire grossièrement, il y a deux grands ensembles d’articles. D’un côté, ce que j’appellerai la sociologie des média et de l’autre, ce que j’appellerai très lâchement « le reste ».

La sociologie des média est un champ disciplinaire qui existe depuis les années soixante-dix au moins et qui a étudié la télévision dès cette époque. Ces moyens, sans surprise, sont ceux de la sociologie et par conséquent, elle a donné naissance à de solides études sur les systèmes de production de différents pays ainsi que sur la réception, par les téléspectateurs, de tel ou tel programme. Les séries télévisées sont l’un des nombreux types de programmes auxquels les sociologues des média s’intéressent : ils travaillent sur les journaux télévisés, sur les émissions de téléréalité, sur les talk shows, sur les retransmissions sportives, etc. Leur travail les conduit parfois à être sollicités par des gouvernements ou des entreprises, propositions qu’ils peuvent accepter ou refuser. L’universitaire français François Jost est aussi réalisateur de télévision et s’est vu proposer d’intégrer un groupe consultatif sur l’éthique de la téléréalité au sein d’Endemol, ce qu’il a refusé.

Un travail précoce et déterminant sur les séries télévisées par une sociologue des média se trouverait, par exemple, dans les articles publiés par Dominique Pasquier à la fin des années quatre-vingt-dix, intitulés l’un « Chère Hélène : les usages sociaux des séries collège », paru en 1995 dans Réseaux, l’autre « Télévision et apprentissages sociaux : les séries pour adolescents », paru en 1997 dans la revue Sociologie de la communication. Les deux articles analysent la manière dans les teen dramas aident les adolescents à formuler et construire leur expérience sociale. Dans une étude assez semblable, « Is Doctor Who political ? » (European Journal of Cultural Studies, 2004), Alan McKee observe la manière dont les téléspectateurs de la série britannique sont susceptibles de reconnaître dans le programme leur propre idéologie, même si les idéologies que le programme est ainsi censé incarner couvrent tout le spectre politique.

La sociologie des média est ainsi caractérisée par : 1) un ensemble d’outils disciplinaires et de méthodes homogène, 2) une longue histoire (comparée au « reste », mais courte, bien entendu, comparée à d’autres disciplines comme les études littéraires), et de ce fait une tradition académique, et 3) des institutions bien installées, c’est-à-dire des lieux clairement définis au sein de l’Université, avec leurs journaux, leurs centres d’études, leurs formations doctorales, leurs colloques internationaux de grands spécialistes et ainsi de suite.

De l’autre côté, « le reste » est plus diffus. Par « le reste », j’appelle un ensemble composé des travaux d’universitaires formés dans presque tous les champs des sciences humaines et sociales, que ces champs existent de longue date, comme la philosophie, la linguistique, l’histoire ou les études cinématographiques, ou qu’ils aient été récemment institués (mais souvent absorbés par les précédents), comme les études sur le genre ou les études post-coloniales. Par exemple, David Lavery, dans l’article « I Wrote My Thesis On You : Buffy Studies as An Academic Cult » (2004) affirme que Buffy a suscité des études dans plus de quarante champs disciplinaires différents (une affirmation pour le moins généreuse).

Ces travaux sont généralement récents et ne précédent pas l’année 1999. La plupart du temps, ils ne font pas montre d’une connaissance des travaux précédents issus de la sociologie des média, à l’exception peut-être de l’ouvrage fondateur de Tulloch et Alvarado, Doctor Who : The Unfolding Text (1986), souvent cité. Il est difficile de savoir si ce silence vient d’un manque d’intérêt ou d’une ignorance (que je n’entends certes pas condamner ici). Qui plus est, ces travaux contiennent peu d’analyses formelles ou techniques (souvent aucune) et paraissent se concentrer uniquement sur les thèmes ou sur une analyse textualiste. La plupart d’entre eux n’offre aucune théorie des séries télévisées mais s’empressent d’inscrire l’objet dans un champ plus large tel que celui de la « culture populaire ».

De quel point de vue ces études forment-elles l’ensemble que j’ai appelé « le reste » ? Il n’y a pas de réponse beaucoup plus rapide et satisfaisante à cette question que « faites-moi confiance », mais voici quelques indications. Le premier point, et le plus significatif, est que ces études sont rassemblées dans des publications collectives (numéros de revues ou ouvrages), qui les unissent de facto au sein d’un même mouvement de pensée. La revue Slayage, citée en introduction, est peut-être l’exemple le plus marquant de ce phénomène. Dans les consignes aux auteurs, on trouve en effet le paragraphe suivant :

We welcome proposals (including at least a full paragraph description of your essay and a title) or completed essays on any aspect of BtVS. All proposals/essays should exhibit strong familiarity with already published BtVS scholarship (in Fighting the Forces, in Reading the Vampire Slayer, in Slayage, and in the many published books). The editors accept articles with a variety of documentation styles reflecting the varieties of disciplines discussed here.

Comme on peut le constater, le facteur de la cohérence est externe et historique. Externe, parce qu’il ne vient pas des articles eux-mêmes (ils n’appartiennent pas à la même discipline) mais de leur réunion dans une même publication. Historique, parce qu’il est construit via la connaissance et la citation d’articles précédents sur le même sujet, ce sujet (et voici le signe symptomatique que nous nous trouvons dans « le reste » et non dans la sociologie des média) étant identifié à un programme défini, à savoir Buffy the Vampire Slayer, plutôt que la télévision, les séries télévisées en général ou même la culture populaire.

Nous avons donc vu que les études sur les séries télévisées sont loin d’être un champ disciplinaire stable aux délimitations nettes. Ce phénomène tend bien évidemment à favoriser des stratégies de justification divergentes sur la question de savoir pourquoi l’on devrait passer du temps à étudier les séries télévisées.

Deux sortes de culture populaire ?

Quand j’ai décidé pour la première fois d’étudier la manière dont les articles sur les séries télévisées pouvaient justifier de se consacrer à cet objet, mon intuition était qu’il fallait tracer une ligne de démarcation entre la sociologie des média et « le reste », puis de supposer que « le reste » se préoccuperait du concept de « culture populaire ». Cette intuition venait de l’idée que la « culture populaire » était une torpille lancée par les études culturelles contre le vaisseau de la « vraie culture », occupée par les humanités traditionnelles, dans la bataille pour la légitimité académique. La sociologie des média étant déjà justifiée par l’utilisation d’outils sociologiques bien institués, je pensais qu’elle n’aurait pas besoin de développer un argumentaire particulier quant à la valeur intrinsèque de l’objet choisi. Il m’est rapidement devenu évident qu’il s’agissait d’une manière très simpliste d’envisager la situation. En fait, des articles venus aussi bien de la sociologie des média que du « reste » traitent (ou non) de la question de la culture populaire.

Dans son article précédemment cité de la revue Réseaux, la sociologue Dominique Pasquier consacre une longue introduction à la culture populaire, comprise comme la production et la consommation d’objets culturels via les média de masse. Elle compare le dédain contemporain pour la télévision avec la réaction que le cinéma de masse suscita dans les années trente et suggère que les média de masse sont un mode spécifique de l’expérience sociale. D’une manière assez similaire, Jean Bianchi, dans l’article « Dallas, les feuilletons et la télévision populaire », également publié dans Réseaux, écrit :

Les séries sont probablement les programmes les plus révélateurs de ce qu’on peut appeler la télévision populaire. L’expression appelle une explication. Une frontière assez repérable sépare la télévision grand public de la télévision de prestige. La télévision populaire est celle du journal, du sport, des jeux, du film de grand écran rediffusé au petit, des spots publicitaires, des variétés, du feuilleton. Elle diffère de celle du magazine artistique ou scientifique, de l’enquête de société, du concert de musique symphonique, du documentaire didactique, du téléfilm de création. (p. 25)

Il y aurait donc des relations nécessaires entre le contenu populaire d’un programme télévisé, son « grand » ou « populaire » public et la réception sociale de ce contenu. Mais de semblables observations se préoccupent peu de la justification académique. Il s’agit d’analyses internes sur les modalités particulières d’un objet donné qui ne peut que tomber dans le champ de la sociologie puisqu’il est une part de l’expérience sociale. De pareilles observations interviennent dès lors uniquement lorsque l’auteur ressent le besoin de comparer les séries télévisées à une autre forme d’expérience sociale (par exemple le cinéma, chez Pasquier) ou de découper l’objet en question (pour séparer « télévision grand public » et « télévision de prestige », chez Bianchi). Dans d’autres circonstances, de pareils arguments relèveraient de la pure évidence.

Les choses sont bien différentes pour « le reste » des publications académiques. Là, le concept de culture populaire connaît un double emploi. D’un côté, il sert de concept architectural, hérité du champ plus large des études culturelles. Des organisations comme l’association internationale Littératures Populaires et Culture Médiatique ou des publications comme Pop-en-stock : bazar d’études sur la culture populaire contemporaine sont fondées sur les prémisses que les séries télévisées participent au champ de la culture populaire, comme les romans graphiques, les histoires de détectives ou le cinéma hollywoodien et que ces objets, quoiqu’ils ne soient pas toujours explicitement interconnectés, partagent un ensemble de caractéristiques.

Mais l’expression « culture populaire » peut aussi être employé dans le contexte pugilistique que j’ai décrit au début de cette section. L’article que la très influente spécialiste des séries télévisées Rhonda WIlcox publia d’abord dans Critical Studies in Television puis dans Slayage sous le titre « In ‘The Demon Section of the Card Catalog’ : Buffy Studies and Television Studies » offre un bon échantillon de ce genre de rhétorique :

People quote lines of Buffy (often Whedon) the way they quote Shakespeare, making the text a part of the way to see life. Buffy has at its command not only the power of language but of image and of music—woven in story over long years, with living characters who grow through time. Its complexity and use of symbolism allows for a multiplicity of interpretations. Nowadays, people sometimes learn history in order to better enjoy Shakespeare’s plays—not the other way around. We love the language, we love the characters, we love the struggle of the characters—or their comedic play. The same is true for Buffy. Buffy lives in the memory of its viewers, many of whom invoke that memory by many re-viewings. Joss Whedon worked with a company of artistic collaborators (and I discuss this in the introduction Why Buffy Matters, among other places). A necessary part of the work of a television artist is the ability to generate such collaboration. That said, I will also assert that Whedon is probably the closest thing to Shakespeare that we have around these days. If we in television studies have a Shakespeare, it is no wonder that we have more and more scholarship and criticism engaged in praise of the medium. Whedon is helping to free television scholars to write about the inherent worth of television as art. (p. 24)

Un pareil extrait mériterait à soi seul un article entier, pour sa stratégie de justification extrêmement complexe et, à mon sens, parfaitement contradictoire. Pour l’heure, qu’il suffise de remarquer que la culture populaire y est effectivement construite à travers une opposition avec la culture savante, afin de défendre la première contre la seconde. Dans ce contexte, la culture populaire ne se comprend pas comme « la partie la plus basse de la culture » mais comme « la partie de la culture qui est valorisée par le plus grand nombre de personnes ».

Mais les occurrences des mots « populaire » et « culture populaire » sont plus rares que je n’y m’étais attendu en commençant mon enquête. Elles ne sont pas toujours cantonnées à des articles qui, comme celui de Wilcox, essayent de défendre un champ d’études, ni dans les bibliographies, ni dans les appels à contributions, c’est-à-dire pas toujours cantonnées aux textes qui réfléchissent explicitement au champ auquel ils appartiennent, mais il est indubitable que c’est en ces endroits qu’on les rencontre le plus souvent. Les articles qui traitent des séries télévisées comme leur discipline originelle le ferait de n’importe quel objet traditionnel, quand cette discipline est bien instituée (philosophie, histoire, études littéraires), évitent de poser le problème. Un pareil silence, de toute évidence, produit le même effet que la stratégie de justification de Wilcox : faire de la culture populaire une part de la vraie culture. De l’autre côté, les articles qui viennent du champ des études culturelles (les études de genre, les études queer, les études post-coloniales) trouvent simplement que l’intérêt de la culture populaire relève de l’évidence.

La façon dont le concept de « culture populaire » fonctionne à l’intérieur de la sociologie des média et à l’intérieur du « reste » n’est peut-être pas si différente après tout. Dans les deux champs, c’est une préconception qui permet à l’analyste de développer un raisonnement particulier. La seule différence réside dans le fait que « le reste » peut utiliser, de temps à autre, les termes de « culture populaire » comme un moyen de combattre ou d’envahir la « vraie culture ». Mais cette différence nous apprend moins ce qu’est la culture populaire que ce qu’est telle ou telle discipline au sein de l’Université.

Image

Logos du CECC et de l’Université Catholique de Lisbonne.