Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes en 2020

Le programme de l’agrégation de lettres modernes pour l’année 2019-2020 est désormais disponible et, comme d’habitude, il est marqué par une très grande disparité entre les auteurs et les autrices. Cette année, les femmes sont entièrement absentes en littérature française et reléguées dans une seule question de littérature comparée, d’ailleurs exclusivement féminine, avec Carson McCullers, Marguerite Duras et Christa Wolf. C’est une situation regrettable et malheureusement trop familière : depuis des années désormais, les programmes de littérature, au baccalauréat, au concours des écoles normales supérieures ou bien à ‘agrégation ne font guère qu’une place anecdotique, dans le meilleur des cas, à la littérature des écrivaines.

Continuer la lecture de « Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes en 2020 »

Valeurs culturelles de la quiche et posture de cheffe médiatique

On s’est beaucoup amusé ce week-end, sur Twitter, d’un article du New York Times au titre un peu singulier : « Real People Eat Quiche ». Ce texte, écrit par Gabrielle Hamilton,évoque le peu d’engouement aux États-Unis pour la quiche, les valeurs culturelles (souvent assez négatives) qui lui sont associées et le plaisir ou l’intérêt que l’on peut trouver à la cuisiner et à la servir dans des restaurants de bonne réputation.

Continuer la lecture de « Valeurs culturelles de la quiche et posture de cheffe médiatique »

Le plurilinguisme en Europe à l’époque moderne

J’ai publié récemment un article intitulé « Le plurilinguisme dans les Entretiens de Pierre Costar et Vincent Voiture », dans le cadre du volume collectif dirigé par Agnès Coussin et consacré au genre de l’entretien, au XVIIe siècle. Cet article s’inscrit dans une étude plus large de la construction éditoriale de l’œuvre de Vincent Voiture, développée dans l’un des chapitres de la troisième partie de ma thèse, ainsi que dans les articles « Beautés et défauts de Voiture. La Défense des ouvrages de M. de Voiture de Pierre Costar » et « L’usage de la correspondance dans les textes théoriques de l’époque moderne : le cas de la querelle de Costar-Girac dans les années 1650 ». Mais il participe aussi d’une recherche que j’ai commencé à mettre en place l’année dernière et qui prend la suite d’un certain nombre d’observations formulées dans la deuxième partie de ma thèse.

Continuer la lecture de « Le plurilinguisme en Europe à l’époque moderne »

Avis de soutenance

Je suis heureux d’annoncer plus officiellement la soutenance de ma thèse de doctorat.

Avis de soutenance

François-Ronan Dubois
Chercheur Assistant à l’Université de Varsovie
Présentera les travaux de sa thèse de doctorat

L’Appropriation de l’œuvre
Instances et visées de l’attribution des œuvres à leur auteur dans la France de l’Ancien Régime
1645 — 1777

Thèse de doctorat
Lettres & Arts
Littératures française et francophone

Thèse dirigée par M. Yves Citton et Mme Christine Noille-Clauzade
Université Grenoble-Alpes

La soutenance se déroulera le vendredi 13 octobre 2017, à l’Université Grenoble Alpes dans la Petite Salle des Colloques au 621 Avenue Centrale, 38400 Saint-Martin-d’Hères, à partir de 13 heures.

Le jury est composé de :

  • Madame Christine Noille-Clauzade, co-directrice de thèse, professeure à l’Université Grenoble-Alpes
  • Monsieur Yves Citton, co-directeur de thèse, professeur à l’Université Paris 8
  • Monsieur Antoine Lilti, rapporteur, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • Madame Dinah Ribard, rapporteure, directrice d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • Madame Florence Magnot, examinatrice, professeure à l’Université Rennes 2
  • Monsieur Marc Escola, examinateur, professeur à l’Université de Lausanne

La table des matières et l’index de la thèse peuvent être consultés en ligne, tout comme un résumé et quelques notes de recherche. La soutenance sera suivie d’un thé d’honneur, rendu hélas modeste par les contraintes géographiques. La soutenance est publique et chacun y est cordialement invité.

L’Appropriation de l’œuvre — Sommaire & Index

Comme je l’ai annoncé ici au mois d’avril, je soutiendrai le 13 octobre de cette année, à Grenoble, ma thèse de doctorat en littérature française et, plus particulièrement, en histoire littéraire. Elle a été dirigée par Yves Citton et Christine Noille-Clauzade ; son jury sera composé de Marc Escola (Université de Lausanne), Antoine Lilti (EHESS), Dinah Ribard (EHESS) et Florence Magnot (Université Rennes 2). Sous le titre « L’Appropriation de l’œuvre — Instances et visées de l’attribution des œuvres à leur auteur dans la France de l’Ancien Régime (1650-1777) », elle propose un parcours de la propriété littéraire de la première modernité à l’aune de l’histoire du livre, de l’histoire du droit et de l’histoire littéraire.

Continuer la lecture de « L’Appropriation de l’œuvre — Sommaire & Index »

Un Montaigne à la poubelle : authenticité et bibliophilie

Il y a quelques jours, une amie a trouvé un livre dans une poubelle. C’est un petit objet singulier qui invite à quelques réflexions sur la bibliophilie et sur le goût de l’ancien — de ce qui fait ancien. Il s’agit du premier volume d’une édition des Essais de Montaigne chez Jean de Bonnot en 1993 à partir d’un texte établi par Jacques Haumont et avec des notes de Joseph Victor Leclerc. Ce qui rend cette édition digne d’intérêt, c’est qu’elle fait partie de ce qu’il est convenu d’appeler les « beaux livres », c’est-à-dire les livres qui ont de la valeur à cause de leurs qualités matérielles (l’impression, la reliure, le papier). Dans le discours qui encadre les beaux livres et qui cherche à les vendre, la valeur matérielle de l’ouvrage tend à être justifiée par la valeur culturelle du texte dont il est le vecteur, ce qui peut laisser croire au lecteur que le beau livre renferme le meilleur des textes possibles pour l’œuvre dont il est question, la meilleure version. La réalité est parfois bien différente.

Jean de Bonnot se présente comme « l’éditeur de beaux livres, [qui] réédite des collections dans les règles de l’art en perpétuant la tradition des beaux livres reliés plein cuir ». Il se retrouve dans cette présentation les valeurs de la bibliophilie telles qu’elles commencent à émerger à l’époque moderne et en particulier à partir du XVIIe siècle : la rareté de l’ouvrage, la qualité de la reliure, le prix des matériaux, l’authenticité des pratiques et la complétude d’une collection. D’autres valeurs sont bien sûr absentes, qui dépendent plutôt des antiquaires que des éditeurs : l’ancienneté du livre lui-même, ses précédents propriétaires ou la rareté de cette édition en particulier.

L’éditeur de beaux livres joue aussi sur les deux registres de la valeur patrimoniale pour laquelle Nathalie Heinich a récemment rappelé ses analyses dans Des Valeurs. Une approche sociologique (Gallimard, 2017) : d’un côté, les valeurs esthétiques, de l’autre les valeurs scientifiques (ici de qualité textuelle), entre lesquelles les valeurs de pureté, et en particulier l’authenticité, joue un rôle médiateur. Ainsi l’édition de Montaigne nous livrerait à la fois un Montaigne « à l’ancienne », censément meilleur qu’un Montaigne contemporain, et un beau Montaigne. Il y a un lieu causal entre ces deux aspects de l’objet : l’édition est belle justement parce qu’elle respecte une tradition ancienne.

Dans ce paysage, Jean de Bonnot constitue un cas un peu particulier. Outre ses démêlés avec la justice, l’éditeur subit parfois l’ire des bibliophiles, qui considèrent qu’il s’approprie indument la rhétorique de la bibliophilie en prétendant que ses ouvrages à gros tirage sont rares. Les valeurs trouvent leur opposé : à l’ancien, on oppose le toc, à l’élégant, le clinquant. Ce billet du blog BiblioMab et les commentaires qui l’accompagnent illustrent la tension entre ces deux pôles et les différents jugements que les bibliophiles formulent sur les éditions Jean de Bonnot. Les points d’achoppement avec la rhétorique de l’éditeur s’y font sentir : le prix des ouvrages, la qualité douteuse des matériaux, la manière de se présenter à travers le site, le choix des textes et le recours à l’ancien. La capacité à reconnaître un authentique livre de bibliophile est une capacité de distinction sociale, aujourd’hui comme au dix-septième siècle. La collection bibliophilique reflète un pouvoir économique (être en mesure de se procurer des éditions rares et coûteuses) et culturel (être en mesure d’identifier ce qui en est de ce qui n’en est pas). Jean de Bonnot pêche à deux titres : parce que ses éditions sont relativement abordables, selon les standards de la bibliophilie, et parce qu’elles ne sont pas authentiques.

Il n’en demeure pas moins que certaines des éditions de Jean de Bonnot paraissent être des références dans l’histoire du livre contemporain pour certains, comme l’édition bilingue du Petit Livre Rouge dans les années 1970, saluée par Paul Thibaud dans « La culture et le marché » (Esprit 453.1 : 1976, 94-107), qui y voit la première version bilingue disponible en français, ou celle du Mémorial de Sainte-Hélène en 1969, qu’Elena Cristian et Svetlana Cecan considèrent comme « luxueuse », avant d’en donner la description dans « Ediţii de lux şi bibliofile din colecţia de patrimoniu a BŞ USARB » (Colloquia Bibliothecariorium 478.2 : 2016, 12-19). Sur un autre registre, dans son article sur Jacques Haumont justement, Jean Langevin souligne la qualité intellectuelle de son édition des Pensées pour Jean de Bonnot (« Jacques Haumont, typographe, imprimeur, éditeur », Communication et langage 62.4 : 1984, 86-104). Qu’en est-il de ce Montaigne jeté à la poubelle ?

Il faut d’abord remarquer que le texte ne fait pas apparaître les couches de composition des Essais, c’est-à-dire les ajouts successifs de Montaigne, au fil des éditions, qui permettent de bien comprendre le développement de sa rhétorique et qui ont fait l’objet de nombreuses analyses. Ces couches, qui sont généralement représentées par des / désormais, n’auraient pas été du meilleur effet, sans aucun doute, dans une édition où la rigueur génétique compte bien moins que l’aspect. Ensuite, il faut considérer la structure du texte lui-même. Par exemple, l’édition de 1595 fait de « De la coustume & de ne changer aisément une loy receue » l’essai 23, quand celle de Jean de Bonnot préfère l’essai 24 de 1595, « Divers evenements de mesme conseil ». C’est l’essai 14 de 1595 qui crée le décalage, puisqu’il est déplacé au 40 chez Jean de Bonnot. En fait, l’édition Jean de Bonnot se repose sur le texte de 1826 par Joseph-Victor Le Clerc chez Lefèvre, de sorte que la participation posthume de Leclerc s’étend bien au-delà de seules notes évoquées sur la page de titre. C’était par exemple à partir des éditions Leclerc que Flaubert lisait Montaigne (Timothy Chesters, « Flaubert’s Reading Notes on Montaigne », French Studies 63.4 : 2009, 399-415). Dans l’avis « Au Lecteur » reproduit en tête de l’édition de Jean de Bonnot, Leclerc rejette avec ambiguïté la leçon de Bordeaux.

En somme, le travail d’établissement du texte est ici minimal. Enfin, il convient de se pencher sur l’orthographe. L’avis « Au Lecteur » de Montaigne lui-même laisse voir des choix qui tendent moins à l’exactitude historique qu’au souci d’avoir l’air le plus ancien possible. On peut consulter la page de l’édition de Bordeaux sur le Montaigne Project. C’est notamment le choix de conserver la transcription des « u » en « v » et de certains « j » en « i », sous prétexte de respecter l’orthographe de Montaigne, sans remettre en contexte les choix typographiques de l’époque, qui marque. Du reste, la leçon de Bordeaux, dont Leclerc puis Haumont disent qu’elle sert à corriger les inexactitudes typographiques et à revenir à l’orthographe n’est respectée en aucune manière. Par exemple, l’édition Jean de Bonnot propose « à ce que m’ayants perdu (ce qu’ils ont à faire bientost), ils y puissent retrouver », quand la leçon de Bordeaux donne « à ce que m’ayant perdu (ce qu’ils ont à faire bien tost) ils y puissent retrouuer », avec des « s » longs à « puissent ». Il s’agit donc non tant de proposer un texte rigoureusement fidèle à une copie originale que de faire authentique en mimant à peu près un certain nombre de marqueurs d’ancienneté.

Ce qui est vrai pour l’orthographe l’est aussi pour la présentation du livre en lui-même et notamment pour sa page de titre. Celle-ci entreprend de mimer une page de titre d’Ancien Régime, en particulier dans l’adresse du libraire, qui se présente de la manière suivante :

A PARIS, au 7 du faubourg St-Honoré
près de la nouvelle église de La Madeline
CHEZ JEAN DE BONNOT
tenant négoce de libraire à l’enseigne du canon

Puis, après une ligne de démarcation, la date écrite en chiffres romains. L’achevé d’imprimer donne à peu près le même ton :

Ce livre
a été réalisé dans l’atelier d’art
de
JEAN DE BONNOT.
Il a été achevé d’imprimer
le jour anniversaire
de la
SAINT-MICHEL
patron des escrimeurs.

La mention « tenant négoce de libraire » en rajoute sur celles que l’on trouve le plus souvent dans l’Ancien Régime, qui s’en tiennent à « Libraire » ou des qualités précises, comme « Libraire ordinaire du Roy ». Quant aux achevés d’imprimé, ils sont rarement aussi cryptiques et proposent bien plutôt la date, avec le jour et l’année en chiffres, jamais romains, les chiffres romains étant réservés à la date de la page de titre. À ma connaissance, cette mention est exclusivement pratiquée par Jean de Bonnot et donc purement contemporaine et il me semble que c’est aussi le cas de cet achevé d’imprimer. Comme pour les meubles en quelque sorte, l’objet est artificiellement vieilli.

De semblables objets trouvés dans les poubelles sont d’un grand intérêt pour l’histoire sinon littéraire tout du moins de la littérature. S’il est difficile de s’en servir pour étudier le texte lui-même, ils sont en revanche des terrains de réflexion sur ce qui fait la valeur du livre, en tant qu’objet, sur le rôle de l’ancien, sur ce qui fait ou ne fait pas ancien, sur l’intérêt de vendre de la patine. Et, de ce point de vue, il n’est pas indifférent que ce livre ait fini dans une poubelle, après que son propriétaire a essayé de le revendre, sans succès, à bien des libraires, peu convaincus finalement de sa valeur marchande.

L’Appropriation de l’œuvre — vers la soutenance

Pour fêter, avec la sombre austérité qui convient, la dernière ligne droite de ma thèse, qui devrait être soutenue en octobre prochain, je vais essayer de proposer dans les mois à venir quelques billets où évoquer certains aspects de mes recherches. Comme je l’avais expliqué en fondant ce carnet, il y a plusieurs années, je voulais éviter que le travail de thèse y tienne la plus grande part, pour ne pas réduire mon activité de chercheur à sa seule dimension doctorale. Au bout du compte, je n’ai publié qu’une poignée de billets qui aient un rapport étroit avec ma thèse, à savoir, par ordre chronologique :

Avant toute chose, il m’est sans doute nécessaire d’expliquer sur quoi porte cette thèse et comment s’y articule la démonstration, parce que je me rends parfois compte que des amis et des chercheurs avec qui j’échange depuis longtemps n’ont en fait aucune idée de ce que je peux bien fabriquer de mon temps, quand je ne me livre pas à de honteuses apologies de la décadence sexuelle et morale ou de l’abêtissement télévisuel. Ma thèse, qui s’intitule « L’Appropriation de l’œuvre », étudie l’attribution des œuvres à leur auteur, principalement en France et/ou en français, entre les années 1640 et les années 1777. Elle ne s’interdit pas de remonter parfois à certains textes du XVIe siècle et pousse, sur certains sujets, jusqu’en 1830 à peu près, où se publient par exemple les derniers recueils d’ana. « En France et/ou en français », ça veut dire qu’il y est question des œuvres qui sont publiées en France dans une autre langue que le français (surtout le latin, donc) et en français ailleurs qu’en France, ce qui invite inévitablement à parler aussi, ponctuellement, de textes ni en français, ni en France.

Méthodiquement, j’y suis proche de la (nouvelle) histoire littéraire, c’est-à-dire d’une histoire littéraire très nourrie par l’histoire du droit, l’histoire du livre, la bibliographie matérielle et la sociologie de la littérature et qui peut paraître parfois éloignée des études littéraires dans ce qu’elles impliquent d’évaluation esthétique et de critique interprétative. Le propos historique est cadré, en introduction et en conclusion, soit une petite cinquantaine de pages, par une discussion théorique consacrée à l’auctorialité, en philosophie et en théorie littéraire, d’une part, et d’autre part à l’histoire de l’État du point de vue de l’histoire économique.

Le propos est sinon organisé en trois parties : la première sur les questions de propriété et de responsabilité du livre, du point de vue de l’État et du droit, la deuxième sur les classements des textes par les outils bibliographiques et la troisième sur les appropriations intellectuelles et éditoriales des œuvres par les auteurs en eux-mêmes. Il y est question à la fois d’auteurs très connus, comme Rousseau, Diderot ou Voltaire, et de personnes plus obscures, de sources très travaillées, comme le Dictionnaire historique et critique, et d’autres moins familières, comme le Journal de Varsovie, une publication périodique polonaise, en langue française, du XVIIIe siècle.

Dans la première partie, je reviens sur la pratique française des privilèges de librairie, qui encadrent à la fois la propriété privée des textes, qui est une conséquence des rapports de force entre des imprimeurs, des libraires, des auteurs et différentes institutions étatiques, et la responsabilité juridique des producteurs de ces textes, qu’il s’agisse des producteurs matériels (libraires et imprimeurs) ou intellectuels (auteurs). J’étudie plus en détail la responsabilité juridique de l’auteur du point de vue de la censure et de ses différentes formes, notamment à travers les affaires de l’Histoire amoureuse des Gaules, de l’Esprit d’Helvétius et de l’Émile de Rousseau. Enfin, je propose, une fois ce cadre posé, une typologie rapide des acteurs du livre à l’époque moderne.

La deuxième partie étudie une autre manière de rapporter les textes à leurs auteurs, qui implique d’autres usages de ces textes : l’attribution par les bibliographes. Elle étudie des séquences bibliographiques et plus précisément des séquences attributives, qui peuvent être plus ou moins étendues (quelques mots, plusieurs pages) et que l’on trouve notamment dans trois types de sources : les dictionnaires historiques et biographiques, les recueils d’ana et les recensions de livres et de spectacles dans la presse périodique. J’y aborde principalement le Dictionnaire historique et critique et ses modèles, l’ensemble des recueils d’ana en anglais, en français et en latin de la période, le Journal des sçavans, le Mercure Galant et une grande partie des périodiques en langue française publiés à l’étranger.

La troisième partie s’attache à l’exploration du rapport interprétatif et culturel des auteurs à leurs œuvres et aux œuvres des autres. J’y étudie un certain nombre de cas particuliers. Dans le premier chapitre, je reviens sur Charles Sorel, sa présentation des oppositions Charron-Montaigne et Voiture-Balzac, sa position intermédiaire d’auteur et de bibliographe, ses exercices d’auto-attribution et sa querelle avec Furetière, ainsi que le rôle qu’y joue la référence à Cyrano de Bergerac. Dans le deuxième chapitre, je me penche sur le cas de Vincent Voiture, sur les opérations éditoriales complexes dont il fait l’objet et sur son appropriation par Pierre Costar. Dans le troisième chapitre, je me consacre aux œuvres complètes de grands auteurs dirigées par d’autres auteurs et en particulier au Corneille de Voltaire, au Rousseau de Mercier et au Voltaire de Beaumarchais.

Ce travail présente quelques caractéristiques méthodiques propres et notamment une attention particulière à l’interprétation détaillée des paratextes (préfaces, privilèges, notices), en laissant parfois de côté les œuvres elles-mêmes, un choix systématique de privilégier les études de cas développées aux approches systématiques et notamment quantitatives, que l’on peut déjà trouver ailleurs, et une mise en avant des travaux internationaux susceptibles d’offrir des points de comparaison, en adoptant à chaque fois que c’était possible une bibliographie critique plurilingue qui ne se réduise pas seulement à la triade traditionnelle du français, de l’anglais et de l’allemand.

J’aurais l’occasion de présenter plus en détail dans les semaines à venir tel ou tel point de ce travail et j’invite mes (éventuels) lecteurs à me faire part de ceux qui retiennent en particulier leur attention.

Le style académique dans les études littéraires

Il y a quelques jours, je lisais le billet d’Antoine Tilloy sur la « vulgarisation en physique en France ». À partir de l’affaire Klein, Tilloy y revient sur les maux dont la vulgarisation française serait affligée. Je recommande la lecture de ce texte fort intéressant, avec lequel j’ai toutefois un certain nombre de points de désaccord. Quoi qu’il en soit, j’ai été intéressé en particulier par les remarques de Tilloy sur le style « littéraire », pour reprendre son terme, de certains vulgarisateurs, un style qui nuirait à la clarté et même à l’honnêteté de la démarche. La réflexion est intéressante et elle me parait mettre en évidence un problème qui, d’une part, ne touche pas que la vulgarisation et, d’autre part, ne touche pas que les sciences scientifiquement scientifiques. La question du style du chercheur en études littéraires est, en France en tout cas, un problème informulé mais majeur, sur lequel je propose de revenir ici en quelques lignes.

Continuer la lecture de « Le style académique dans les études littéraires »

Préciosité vs. Galanterie

Il y a deux semaines, Caroline Muller du carnet Acquis de conscience était aux commandes du compte Twitter collaboratif En Direct du Labo pour y exposer son expérience au sein de l’université et différents aspects de son sujet de recherches. Comme on pouvait s’y attendre, le sujet de l’histoire du genre et de la sexualité a donné lieu à un spectaculaire lâché de trolls, tous plus hirsutes les uns que les autres. Il a néanmoins soulevé une question intéressante et récurrente qui, au-delà des acrimonies micro-bloggantes, aboutit à des prises de position très différentes chez les historiens et les littéraires. Cette question, c’est celle de l’usage ou non de catégories endémiques pour faire l’histoire des mentalités passées. Je propose de revenir ici sur un petit débat qui a agité et continue d’agiter, parfois, les spécialistes de la littérature française du XVIIe siècle : celui de la préciosité et de la galanterie.

Continuer la lecture de « Préciosité vs. Galanterie »

Femmes et activités littéraires à l’époque moderne

Le mois dernier, Cyril Barde publiait sur le carnet de recherche du laboratoire junior GenERe le compte-rendu d’une séance de séminaire intitulé « Comment peut-on être auteure ? » Il y était question du problème récurrent, dans les études littéraires en général et dans celles qui se consacrent à l’étude du genre en particulier, de l’auctorialité féminine et, comme il est fréquent, le texte distinguait un peu implicitement deux grandes périodes : celle de l’Ancien Régime, ou plutôt de l’époque moderne, et celle de l’époque contemporaine, à partir de la fin du dix-huitième siècle. En fait, l’essentiel du texte de Cyril Barde était consacré aux rapports entre les femmes et les activités littéraires dans les deux derniers siècles, laissant de côté les questions spécifiques à l’époque moderne, sauf quelques remarques de passage. Or, force est de constater que la situation des femmes du XVIe au XVIIIe siècles, en France particulièrement mais aussi, quoique d’une manière un peu différente, en Angleterre et en Italie, est loin de refléter la situation des deux siècles suivants.

Continuer la lecture de « Femmes et activités littéraires à l’époque moderne »

C’était en septembre sur Contagions : l’agentivité

Dance there upon the shore;
What need have you to care
For wind or water’s roar?
And tumble out your hair
That the salt drops have wet;
Being young you have not known
The fool’s triumph, nor yet
Love lost as soon as won,
Nor the best labourer dead
And all the sheaves to bind.
William Butler Yeats

Le mois de septembre s’est achevé et il a apporté tout ce qu’il avait promis : telles les déesses moissonneuses les bras chargés de gerbes de blés, les enseignants ont recommencé à errer dans les couloirs de l’université les bras chargés de polycopiés, qu’ils distribuent avec la générosité mystérieuse des entités mystiques aux étudiants perplexes, qui préféreraient de beaucoup savoir où se trouve la fameuse passerelle que relie le bâtiment F au bâtiment B à la lecture de Lucrèce.

Continuer la lecture de « C’était en septembre sur Contagions : l’agentivité »