Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes en 2020

Le programme de l’agrégation de lettres modernes pour l’année 2019-2020 est désormais disponible et, comme d’habitude, il est marqué par une très grande disparité entre les auteurs et les autrices. Cette année, les femmes sont entièrement absentes en littérature française et reléguées dans une seule question de littérature comparée, d’ailleurs exclusivement féminine, avec Carson McCullers, Marguerite Duras et Christa Wolf. C’est une situation regrettable et malheureusement trop familière : depuis des années désormais, les programmes de littérature, au baccalauréat, au concours des écoles normales supérieures ou bien à ‘agrégation ne font guère qu’une place anecdotique, dans le meilleur des cas, à la littérature des écrivaines.

Continuer la lecture de « Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes en 2020 »

L’Appropriation de l’œuvre — Sommaire & Index

Comme je l’ai annoncé ici au mois d’avril, je soutiendrai le 13 octobre de cette année, à Grenoble, ma thèse de doctorat en littérature française et, plus particulièrement, en histoire littéraire. Elle a été dirigée par Yves Citton et Christine Noille-Clauzade ; son jury sera composé de Marc Escola (Université de Lausanne), Antoine Lilti (EHESS), Dinah Ribard (EHESS) et Florence Magnot (Université Rennes 2). Sous le titre « L’Appropriation de l’œuvre — Instances et visées de l’attribution des œuvres à leur auteur dans la France de l’Ancien Régime (1650-1777) », elle propose un parcours de la propriété littéraire de la première modernité à l’aune de l’histoire du livre, de l’histoire du droit et de l’histoire littéraire.

Continuer la lecture de « L’Appropriation de l’œuvre — Sommaire & Index »