Le post-porn et la culture morale de la pornographie

Le mois dernier, j’étais invité à l’Institut d’Études Politiques de Paris dans le cadre de la Queer Week par le collectif Garçes pour participer à une table-ronde sur la pornographie, en compagnie de Carmina Ama, qui tient sur Le Cul entre deux chaises le « Journal d’une camgirl », et Sam Bourcier. Le festival consacrait cette année deux sessions à la question de la pornographie, la première destinée à parler de la pornographie de manière générale, si l’on peut dire, et la seconde à revenir sur les pornographies alternatives et, singulièrement, le post-porn, un concept qui a le vent en poupe et qui vient prendre sa place dans la longue lignée des pornographies alternatives.

Depuis la parution de mon livre en 2014 et surtout de mon article sur les blogs pornographiques, publié à l’invitation de Marie-Anne Paveau dans Questions de communication, mon travail s’est progressivement éloigné de l’analyse de la pornographie contemporaine d’un point de vue visuel ou formel pour se concentrer plutôt sur des questions d’encadrement judiciaire et administratif, d’une part, et d’autre part sur des considérations plus historiques, qui occupaient déjà il est vrai la plus grande part de mon Introduction aux porn studies. Avant la fin de l’année devrait paraître ainsi dans un ouvrage collectif mon article sur les contes pornographiques cinématographiques dans le contexte de la Révolution sexuelle des années 1960 à 1980, pour lequel j’avais proposé ici quelques notes préparatoires.

En somme, mon intérêt pour la recherche sur la pornographie s’inscrit dans deux des grands domaines que je travaille par ailleurs. D’un côté, il contribue à mon travail sur l’encadrement administratif, judiciaire et commercial des productions discursives, auquel ma thèse se consacre pour les livres et les journaux de l’époque moderne, du point de vue de la propriété et de la responsabilité juridique, et que j’ai abordé ici pour la pornographie dans un billet sur les techniques juridiques interprétatives. De l’autre, il participe à ma réflexion sur l’histoire de/par la culture audiovisuelle en Grande-Bretagne et aux États-Unis des années 1960 au début du XXIe siècle, qui est aussi le sujet de mon prochain livre, Gouverner l’Amérique, sur la politique et les séries télévisées.

À ce titre, je dois bien avouer que la question du post-porn m’intéresse finalement assez peu et qu’elle me fait souvent l’impression d’une construction conceptuelle qui a peu de rapport avec l’objet auquel elle parait, de prime abord, se rattacher. Je veux dire par là que l’intérêt académique soutenu pour l’analyse et la promotion du post-porn, particulièrement dans la mouvance des porn studies, tend à occulter les analyses précises sur ce que l’on appelle par ailleurs la pornographie mainstream, c’est-à-dire de grande diffusion. J’ai parfois le sentiment qu’en trente ans d’histoire, à peu près, depuis la parution du Hard Core de Linda Williams en 1989, les porn studies ont accompli une révolution au sens planétaire à l’égard du genre d’analyses auquel elles s’opposaient d’abord.

Dans l’introduction de l’ouvrage collectif Porn Studies en 2004, Williams expliquait combien elle avait voulu s’opposer à Dworkin et MacKinnon, qui traitaient la pornographie comme un ensemble discursif monolithique que l’on était susceptible de condamner en bloc. Or, malgré l’insistance des tenants du post-porn, Sam Bourcier par exemple à la table ronde de la Queer Week ou encore Rachele Borghi dans un article de Rue Descartes, à faire valoir l’idée qu’il y a plusieurs pornographies, l’appel à la nuance dans le propos ne vaut que pour faire émerger le post-porn, à la rigueur toutes les pornographies alternatives, en comparaison à la pornographie mainstream, qui peut désormais inclure ou non, selon la personne qui parle, la pornographie commerciale gay. Dans ces analyses, cette pornographie reste appréhendée comme un tout compact, uniformément sexiste, capitaliste, patriarcal, excluant, jugeant, humiliant, etc.

En réalité, il m’est de plus en plus difficile de voir des différences entre l’analyse du mouvement anti-pornographie des années 1980 et celle du post-porn, pour ce qui est de la majorité de la pornographie (et par conséquent des personnes qui la financent, la produisent et la consomment). La différence réelle, et elle est bien sûr notable et conséquente, c’est que les mouvements anti-pornographie pariaient sur l’interdiction de la pornographie dans son ensemble tandis que le post-porn, lui, privilégie l’idée qu’une pornographie alternative, plus intelligente, plus éthique, plus responsable, plus diverse, plus digne culturellement, est susceptible de se substituer à la pornographie majoritaire et dominante.

Lors de la table-ronde, la discussion a buté — par ma faute — sur certaines des apories inhérentes à l’entreprise du post-porn et a en tout cas fait émerger à mes yeux l’impossibilité de tenir de front, en toutes les circonstances, un discours à la fois académique et militant. J’ai évoqué par exemple le problème de la disponibilité socio-économique du post-porn et la possibilité qu’il renforce des logiques d’exclusion économiques et culturelles. Face aux descriptions enthousiastes de Sam Bourcier des festivals pornographiques indépendants, j’ai demandé, sans avoir vraiment de réponse solide, s’il n’y avait pas une géographie économique de l’accessibilité des pornographies alternatives.

On pourrait formuler toutes sortes d’autres remarques que je n’ai pas eu le temps de faire à cette occasion. En guise d’exemple d’appropriation et de subversion des codes de la pornographie dans une optique post-porn, Sam Bourcier a présenté un petit clip réalisé par ses étudiantes, où l’on voit les trois jeunes femmes danser avec des godes-ceintures devant le siège de l’UMP. Au-delà de savoir si l’on a bien affaire à quelque chose comme de la pornographie et non plutôt, par exemple, à de la performance artistique (à moins que ces catégories ne soient pas mutuellement exclusives), il m’est difficile de ne pas voir dans de pareilles tentatives la manifestation d’un parti pris relativement conventionnel sur ce qui mérite d’être approuvé en matière de représentations sexuelles : les représentations qui ont une valeur esthétique, politique ou intellectuelle.

Le post-porn fonctionne à peu près avec les mêmes critères que le droit étasunien applique pour déterminer si un document est pornographique — c’est-à-dire condamnable sous certaines conditions — ou non. Ces critères ont été formulés par la Cour Suprême en 1973 dans l’affaire Miller v. California et ont conduit à la création du test juridique appelé le Miller Test. Le test est censé permettre de déterminer en trois étapes si un document est pornographique et si sa circulation est donc susceptible d’être entravée malgré la protection que le premier amendement garantit à la freedom of speech. Première étape : est-ce que l’on peut estimer par consensus (community standards) que le document vise à éveiller le désir (appeals to the prurient interest) ? Deuxième étape : est-ce que le document montre ou décrit une conduite sexuelle ou des fonctions d’excrétion ? Troisième étape : est-ce que le document manque de qualités littéraires, artistiques, politiques ou scientifiques ? On le voit, le présupposé est que la pornographie est fondamentalement ce qui est dénué de valeur intellectuelle ou culturelle, tout l’inverse, en somme, du post-porn, qui est intelligent, ironique, distancié, conceptualisé, etc.

Indépendamment de mon avis personnel sur la question de savoir si le post-porn ne constitue pas un retour en force du moralisme dans le traitement de la pornographie, je me demande si, du point de vue académique, le concept ne conduit pas à brouiller les analyses. La nécessité où se trouvent certaines disciplines de se valoriser en valorisant l’objet de la recherche, un phénomène sur lequel je me suis penché à plusieurs occasions pour la pornographie et la télévision, conduit parfois à de curieuses opérations de sélection. L’intérêt répété du journal Porn Studies pour des approches plus austères et concrètes me parait tout à fait louable dans ce contexte, comme c’est le cas avec l’article de Berg sur les sources de revenus dans le monde de la pornographie ou avec celui d’Arnberg sur la régulation des magazines pornographiques en Suède dans la première moitié du XXe siècle.

Je crois qu’il est tout à fait urgent d’examiner les discours de la pornographie alternative à l’aune de l’histoire longue des documents pornographiques, de leur encadrement judiciaire, de leur gestion administrative, de leur économie, de leur géographie et de leur sociologie, sans céder à la séduction de concepts néo-butlériens sur la performativité qui, privés de leur perspective généalogique, courent le risque de boucler la boucle de l’anti-pornographie.

Je publie : Le secret dans la Princesse de Clèves (article)

Le secret

Il est des articles qui arrivent comme des capsules d’une autre époque et que l’on relit en ayant l’impression de rouvrir un vieux journal intime. L’effet est un peu désagréable sans doute et il l’est d’autant plus quand l’article en question, rédigé des années auparavant, vient de paraître : un an, c’est déjà beaucoup, deux, c’est trop. Hélas, le rythme des publications académiques n’est pas ainsi fait qu’il suive souvent le mouvement de nos réflexions et nous paraissons toujours avec un temps de retard. C’est, soit dit incidemment, l’une des utilités d’un carnet régulier que nous ne soyons pas toujours ainsi disharmonieux.

Continuer la lecture de « Je publie : Le secret dans la Princesse de Clèves (article) »

Cité des Liens — 1 : La documentation non académique

joueur du grenier

Comme promis dans le billet précédent, j’inaugure en ce début de semaine, après avoir survécu à la tempête de grêle qui s’est momentanément abattue sur Saint-Martin-d’Hères hier soir (qu’on se rassure, j’ai sauvé les plantes du balcon), une nouvelle rubrique censément hebdomadaire : la Cité des Liens. Le principe en est des plus simples : proposer chaque semaine quelques liens intéressants, qui entretiennent ou non un rapport avec les thèmes du mois en cours — vous voyez que je ne m’engage pas trop. On retrouvera bien sûr ici des billets d’autres carnets d’Hypothèses et d’autres blogs scientifiques, mais également des documents moins académiques.

Et c’est précisément avec ces documents que je souhaite aujourd’hui inaugurer cette rubrique. Chaque semaine, j’entends proposer un lien à l’honneur, qui aura un développement plus long que les autres, et quelques liens accompagnés, eux, d’un commentaire plus bref. Le but n’est bien sûr pas de fournir une description systématique des sites, blogs, vidéos, journaux, réseaux et autres entités de l’Internet ici évoqués, mais d’inviter les lecteurs de Contagions à découvrir ou re-découvrir quelques endroits remarquables de notre espace réticulaire partagé, mais bien souvent labyrinthique. Certains de ces endroits seront de notoriété publique, d’autres peut-être plus confidentiels — mais il est temps de se mettre en route.

Cette semaine, je voudrais considérer un cas typique de la documentation des études sur les produits de la culture populaire : les sources non académiques. Pour des produits culturels entourés par des communautés de récepteurs nombreuses et rompues à la communication, il existe souvent de vastes ensembles documentaires, à la fois informatifs et évaluatifs, susceptibles d’accompagner le chercheur dans son référencement du matériau et, souvent, dans l’identification d’intertextes. Ces sources, peu plastiques aux systèmes bibliographiques et aux normes des références universitaires, ont souvent un statut pour ainsi dire interlope, évoquées peut-être à l’oral, au détour d’une conversation, mais rarement référencées dans les formes écrites.

Bien entendu, ces sources seraient plus aisées à intégrer si elles étaient purement informatives. La collection de données par des organismes autres que ceux de l’Université n’est pas rare : ainsi l’Internet Movie Database paraît-elle constituer une ressource légitime pour de nombreux chercheurs engagés dans les études cinématographiques ou télévisuelles, alors même qu’en dépit de son nom, cette base de données se présente aussi comme une parution périodique et un instrument publicitaire. Mais le problème des sources issues du fandom est double : non seulement le contenu est évaluatif autant qu’informatif, mais la forme qu’il adopte peut-être parfois des plus artisanales — or, l’aspect esthétique d’une source virtuelle, du professionnalisme, en quelque sorte, de sa mise en page, joue un rôle tacite mais essentiel dans sa réception par les chercheurs.

Loin de moi l’idée de dire que ces difficultés tiennent seulement à des habitudes d’évaluation des matériaux scientifiques des plus superficielles et qu’il faudrait un grand mouvement de libération des hiérarchies bibliographiques. Mais entre l’ostracisme systématique des informations et des analyses qui ne sont pas passées sous les yeux de deux relecteurs académiques et l’intégration irréfléchie de ces mêmes éléments aux travaux des chercheurs, il existe vraisemblablement une solution médiane qui passe — au risque de souligner une évidence — par l’examen des sources en question. En voici quelques-unes.

Le lien de la semaine : Le Joueur du Grenier

En accord avec le thème ludique du mois, le premier lien d’honneur de la Cité est consacré à un objet culturel important dans le paysage vidéoludique francophone sur Internet : les vidéos du Joueur du Grenier. Généralement hébergées sur la plateforme de diffusion Youtube, les vidéos du Joueur du Grenier s’inscrivent dans l’ensemble plus vaste des séries de vidéos publiées sur Internet par des amateurs ou des professionnels et dont le contenu peut être très divers. Des vidéos sur la manière de réaliser de parfaits maquillages, comme les productions de Michelle Phan  (pour ne citer que la plus connue), aux vidéos humoristiques, ces webséries, fictionnelles ou documentaires, se sont multipliées avec l’amélioration et l’expansion des techniques de production et de diffusion.

Cette activité peut accompagner ou conduire à une professionnalisation, comme l’attestent les exemples de Michelle Phan ou, dans le domaine français, du désormais très connu Cyprien. En fait, il est souvent difficile, pour les créateurs les plus populaires et les mieux installés, de partager très nettement les activités professionnelles et para-professionnelles de celles qui relèveraient simplement d’une pratique amateur. De fait, les vidéos produites par Michelle Phan ou l’équipe du Joueur du Grenier témoignent d’une expertise technique considérable dans le domaine abordé et, le plus souvent, dans la réalisation cinématographique elle-même.

Le Joueur du Grenier, en particulier, est une initiative collective dont la qualité visuelle, le montage, les décors, les accessoires et le filmage dépassent de très loin le tout-venant de la production vidéo et des podcasts. Il n’est d’ailleurs pas rare que les vidéos, au-delà de la participation emblématique de leur présentateur Frédéric Molas, fassent la démonstration de cet effort collectif, en mettant en scène la prise de son ou grâce à la participation d’acteurs récurrents.

La série elle-même est inspirée du travail de James Rolfe dans The Angry Video Game Nerd. Les rapports entre les deux séries ont fait l’objet de quelques contestations, dont on retrouvera les grandes lignes sur la page Wikipédia du Joueur du Grenier déjà citée ici. De fait, elles présentent d’abord un format assez voisin : une critique de jeux vidéos jugés de piètre qualité, généralement dans le cadre du rétro-gaming. Mais la sphère d’intérêts du Joueur du Grenier s’est rapidement étendue, comme en témoigne une récente vidéo sur les super-héros, principalement consacrée au Batman de Martinson en 1966.

Mais si de pareils épisodes sont catalogués dans les hors-séries, c’est que l’essentiel du Joueur du Grenier est consacré aux tests de jeux vidéos, soit que le jeu soit isolé dans une vidéo qui lui est propre, soit qu’un ensemble de jeux soit traité de front. Le test des Schtroumpfs sur Megadrive constitue un exemple d’une vidéo sur un jeu particulier tandis que la vidéo sur les jeux de simulation, elle, témoigne d’une approche plus générique.

On le voit, dans le Joueur du Grenier se mêlent étroitement une expertise technique sur la conception des jeux vidéos, une vaste connaissance documentaire sur l’histoire et les classifications propres à l’objet et une constante évaluative.

Les liens de la semaine : varia

Supernatural Wiki : A Supernatural Canon & Fandom Resource

Le Supernatural Wiki est un excellent exemple de l’ampleur des ressources documentaires qui peut caractériser une production non académique. Consacré à la série du même nom, ce wiki propose des articles sur la plupart des personnages, épisodes, thèmes et objets évoqués dans la fiction, sur l’actualité de sa production, sur la production des fans, etc. Il constitue une source remarquable à la fois par l’exactitude et l’abondance de ses informations. J’aurais pu citer de la même manière le Tardis Data Core, à propos de la série Doctor Who.

Tric Trac

Rares sont les bases de données sur les objets de la culture populaire. On peut évidemment citer, dans une approche historique et muséographique, l’excellent EPOP, mais dans le domaine de la production contemporaine, les choses sont plus délicates. Tric Trac constitue une base de données, si ce n’est exhaustive, du moins très complète des jeux de société européens des vingtième et vingt-et-unième siècles, qui permet d’en retrouver aisément les concepteurs, éditeurs et dates de publication.

Queer Zine Archive Project

Le QZAP est un exemple intermédiaire entre la documentation académique et non académique. En effet, le projet a été ponctuellement financé par l’Université du Wisconsin, mais il est né d’une initiative indépendante et conserve encore cette indépendance. Surtout, il archive un contenu documentaire marqué à la fois par une expertise dans un domaine donné et une forme éloignée de celles privilégiées par l’Université. Je rappelle que les zines sont des publications périodiques de formats divers, produites généralement par des amateurs.

***

Ainsi s’ouvrent les portes de la Cité des Liens. Ce premier épisode a eu pour ambition de souligner l’existence, en parallèle des publications universitaires, de leurs circuits ainsi que de leurs critères d’évaluation et de style, d’une production érudite et spécialisée, dont les critères d’exploitation par la recherche académique demeurent encore largement indéfinis.

Image

Logo du Joueur du Grenier2012

The subject of lesbianism is very ordinary

Tweet Adele

Je me promenais hier soir dans les rues de Bordeaux après le colloque sur l’Apocalypse quand j’ai vu, assis devant l’hôtel de ville, écoutant les lents sanglots d’un violoncelle, un groupe de personnes d’abord difficilement discernables dans l’obscurité grandissante, mais dont les motivations me sont devenues plus évidentes lors que j’ai pu discerner un drapeau désormais très reconnaissable, où un homme et une femme schématisés comme les signes qui indiquent les toilettes tiennent par la main leurs enfants. Le groupe des intégristes crépusculaires et mélomanes avaient étendu à ses pieds une banderole qui disait, s’il m’en souvient bien : « 1 Enfant, 1 Papa, 1 Maman ».

Cette petite manifestation d’une vingtaine de personnes qui, de toute évidence, n’avaient pas bénéficié de l’enseignement d’ECJS qui leur eût permis de comprendre le système législatif de la Cinquième République, cette manifestation dont la popularité était quelque peu entamée par la Fête du Fleuve et un match de football disputé ce soir-là par l’équipe de Bordeaux, cette manifestation est l’une des nombreuses raisons qui m’incitent à hâter la publication d’un billet que j’avais prévu pour plus tard.

Ce mois-ci, à l’annonce de la Palme d’Or décernée à Abdellatif Kechiche pour La Vie d’Adèle, un tweet de l’équipe de Canal+, que j’ai reproduit ici en en-tête, a suscité une première polémique promptement éclipsée par celle qui entoure désormais les conditions de production de l’œuvre victorieuse. Pour s’informer sur les développements des polémiques de Tweeter et le fonctionnement général de la plateforme, on pourra se reporter à deux billets récents de Marie-Anne Paveau, l’un sur l’affaire Jolie-Boutin dans La Pensée du discours et l’autre sur le hashtag dans Technologies discursives. Cette fois-ci, tentant de faire passer cette curieuse phrase pour la manifestation d’un humour un peu gaillard mais somme toute inoffensif, la chaîne n’a pas cru bon d’expliquer pourquoi, deux auparavant, personne ne s’était demandé si Brad Pitt allait proposer à Jessica Chastain un cunnilingus pour célébrer la victoire de Tree of Life.

Récemment encore, le magazine féminin Mademoizelle proposait un petit article sur la représentation phallocentrique de la sexualité lesbienne en décrivant les réactions perplexes de femmes homosexuelles devant les pratiques supposées du lesbianisme dans les films pornographiques hétérosexuels. On se souvient que la question de la pornographie lesbienne avait notamment été traitée avec beaucoup de clarté par Heather Butler dans sa contribution à l’important ouvrage de 2004, Porn Studies, « What Do You Call A Lesbian With Long Fingers ? The Development of Lesbian and Dyke Pornography ». Indissociablement liée à la problématique de la pornographie féministe et, une fois encore à celle des conditions de production des films, ainsi que l’avait analysé en 2010 Marie-Hélène Bourcier, à l’occasion d’un article paru dans Multitudes sous le titre « Red Light District et porno durable ! Le rouge et le vert du féminisme pro-sexe : un autre porno est possible », la question de la représentation de la sexualité lesbienne à l’écran est un débat important.

Il est l’une des expressions d’une reviviscence des problématiques queer et féministes dans le paysage médiatique français, à l’occasion, d’une part, de la régularisation tant attendue des droits civils français en matière d’union, jusque là en contradiction avec les principes constitutionnels de la République et la Déclaration des Droits de l’Homme, et d’autre part de l’activisme FEMEN, qui rencontre l’opposition de groupes masculins et féminins, comme on pourra le lire dans le billet de Muriel Salle sur le carnet Genre, Égalité, Mixité.

Queer ou hétéronormé ?

La nécessité d’entretenir un débat extérieur avec des fortes antagonistes conservatrices ou religieusement intégristes a stratégiquement conduit à l’occultation des divisions internes. La question du mariage comme forme souhaitable d’une union civile ne relève pourtant pas de l’évidence et ne constitue pas un agenda universellement partagé. Plus largement, c’est la mise en scène médiatique de la communauté gay par elle-même qui est devenue problématique aux yeux de certains observateurs, qui craignent qu’une spécificité politique et sociale se soit dissoute dans une intégration hétéronormée.

J’emprunte le titre de ce billet à un groupe canadien, Lesbians on Ecstasy ; la phrase « The subject of lesbianism is very ordinary » constitue la première moitié des paroles de la chanson « Victoria’s Secret », dans l’album We Know You Know (2007), dont la seconde est : « It’s the question of male domination that makes everybody angry ». Or, l’interprétation de ces deux phrases, apparemment de bonne obédience féministe, est peut-être plus retorse qu’on ne le croirait d’abord : c’est peut-être la normalisation du lesbianisme au sein d’un mouvement qui ne pense son progrès que dans son antagonisme radical avec la société patriarcale qui est jugée ici problématique.

Dans un article que je ne cesse de trouver extrêmement utile, publié en 2004 dans la revue de droit Duke Journal of Gender Law & Policy sous le titre « Queer Theory By Men », Ian Halley soulignait que la collusion entre féminisme et queer theory ne relevait ni de l’évidence, ni de la nécessité, non seulement au regard du féminisme essentialiste et moralisateur d’une Catharine MacKinnon, contre lequel l’ouvrage Porn Studies que j’ai cité plus haut s’élève, mais également de la conceptualisation queer-féministe de Judith Butler. Mon dessein n’est pas ici d’exposer les détails de ce débat complexe et important, mais d’en signaler l’existence aux lecteurs qui ne seraient pas familiers des dissensions internes d’un mouvement qui ne doit sa cohérence apparente, c’est-à-dire sa représentation comme mouvement, à des circonstances particulières et à autant une sélection médiatique stratégique de la part de ses instigateurs qu’à un polissage consensuel de la part des professionnels de l’information.

Queercore ou les critères d’une classification

Ce qui m’intéresse ici, c’est d’abord une subdivision d’un style musical : le queercore. Originellement appelé homocore, le queercore peut se présenter à première vue comme une variante de la musique punk. Musicalement, des groupes comme Gay For Johnny Depp entretiennent une ressemblance évidente avec d’autres artistes punks (hardcore) et le lien généalogique entre cette expression formée du queercore et des précurseurs comme 7 Seconds n’est pas difficile à retracer. On peut écouter par exemple la chanson « Lights Out! » de l’extended play Erotically Charged Dance Songs For The Desperate (2004) de Gay For Johnny Depp :

Et la comparer avec « Skins, Brains & Guts », de 7 Seconds, dans l’extended play du même nom (1982) :

Les choses deviennent cependant un peu plus compliquées si l’on observe que la catégorie telle qu’elle existe effectivement est bien différente de sa division théorique du point de vue stylistique. En d’autres termes, les groupes qui s’identifient et sont identifiés comme des groupes queercore, dans les discours qui entourent la production musicale, proposent des musiques dont les styles sont très différents. On aura remarqué qu’entre la chanson de Lesbians on Ecstasy proposée plus haut et la chanson de Gay For Johnny Depp, il n’existe pas de rapport évident à l’audition. On peut se convaincre encore de la diversité de cette production en écoutant une chanson représentative de l’œuvre du groupe Pansy Division, « The Cocksuckers Club », de l’album Undressed (1993).

Est-ce à dire qu’il y a ici une classification extérieure dans laquelle les artistes ne se reconnaitraient pas ? Dans une contribution à l’ouvrage Théories ordinaires, paru cette année aux presses de l’EHESS et dont j’ai fait la recension pour Liens socio — Lectures,  « Les théories ordinaires de la musique ancienne », Emmanuel Pedler rappelait, à propos de la musique dite baroque, le fossé qui séparait les critiques classificateurs des praticiens. Il faut cependant se garder de croire que la classification musicale n’est jamais qu’une affaire de style ou, même, de musique, d’une part, et qu’une classification soit exclusive aux autres, d’autre part.

Les deux grouponymes que sont Gay for Johnny Depp et Lesbians On Ecstasy soulignent à eux seuls une parenté — et je renvoie, pour cette question des grouponymes et pseudonymes en musique à un billet de Charles Bonnot sur le carnet Funny you should say that. En fait, le queercore tire sa cohérence de considérations en partie extramusicales, qui le constituent pourtant bien en genre musical, susceptible de constituer, par des spectacles ou des enregistrements communs, une expérience auditive composée. Ces considérations sont au moins de deux ordres : le premier est médiatique et c’est la coprésence de ces groupes dans des zines spécialisés, le deuxième est thématique et c’est la préoccupation des paroles pour la question queer.

Queercore et anarcho-queer

Cette cohérence thématique a permis au queercore, en tant que genre musical et donc ensemble d’espaces médiatiques et sociaux partagés, de donner naissance à l’anarcho-queer, quoiqu’on puisse considérer à certains égards que l’anarcho-queer, en tant que position politique, ait donné naissance au queercore, qui lui aurait permis de se constituer en mouvement. Cette constitution réciproque n’est pas très surprenante si l’on conçoit d’abord le queercore comme un genre de la musique punk, dans la mesure où la musique punk peut en général se concevoir comme un espace de sociabilité anarchiste. De ce point de vue, queercore et anarcho-queer seraient d’abord des réponses internes à la domination hétérosexiste interne à l’anarchisme, caractéristique du contenu thématique de certaines chansons punks comme de l’organisation de certains groupes anarchistes.

Quoi qu’il en soit de l’ordre de cette relation de causalité, ce qu’il importe ici de remarquer, c’est que la compréhension du queercore en tant que genre musical implique la compréhension de son contexte politique, à la fois d’un point de vue interne à l’anarchisme et d’un point de vue externe. En-deçà même de l’ambition théorique et classificatrice, ou simplement de l’interprétation, l’expérience musicale du queercore peut inclure une expérience qui ne soit ni auditive, ni artistique, mais intellectuelle : celle de l’anarcho-queer.

Plus encore : le queercore et l’anarcho-queer se situent à la rencontre de plusieurs mouvements. De la même façon que l’anarcho-queer est un remaniement interne à l’anarchisme, il est aussi une force d’opposition interne aux mouvements LGBT ou, si l’on préfère, une alternative. Des groupes comme Gay For Johnny Depp procèdent par exemple à une violente critique de la discipline physique qui encadre le corps homosexuel au sein des discours gay, marque d’une esthétisation et d’une normalisation, naturellement suspectes à la pensée anarchiste. La chanson « She Said ‘I Like This One’ » de l’extended play déjà cité peut en être un exemple :

***

Mon objectif en présentant très brièvement le queercore et ses rapports avec l’anarcho-queer était double. D’abord, d’un point de vue méthodologique, il s’agit de mettre en évidence, à partir de ce qui constitue presque un cas d’école, la complexité multifcatorielle des classifications génériques et stylistiques, c’est-à-dire l’impasse théorique que constituent les approches esthétisantes, à la recherche de la spécificité médiatique de tel ou tel objet culturel, à l’exclusion de ses connexions avec d’autres phénomènes, par exemple d’une compréhension uniquement musicale du queercore, y compris dans sa musicalité même.

Ensuite, d’un point de vue politique, il s’agit de signaler l’existence, sur la gauche (extrême) du mouvement de gay tel qu’il s’est présenté ces derniers mois en France, de solutions alternatives dont l’agenda est extrêmement différent, parce qu’il recoupe, notamment sur le terrain de la morale, celui de l’anarchisme. Bien entendu, l’articulation d’un discours contre le mariage gay parce qu’il est une union contractuelle encadrée par la morale et l’État, discours, donc, proprement anarcho-queer, est extraordinairement complexe à développer dans une période d’antagonisme externe avec le conservatisme moral. En d’autres termes, des productions culturelles comme le queercore invitent à la vigilance devant toute construction schématique des débats politiques contemporains.

Image

Tweet cinemacanalplus lors de la remise de la Palme d’Or 2013.