Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes

Le programme de l’agrégation de Lettres Modernes de 2018 fait parler de lui depuis sa parution. Les programmes d’agrégation sont toujours des occasions de commentaires plus ou moins amènes sur la manière dont le concours est géré : éditions médiocres, livres hors de prix, choix curieux, auteurs controversés, projet consensuel, il est rare que l’on n’y trouve pas à redire. La session de 2018 fait fort cependant, en ne proposant, sur les 12 œuvres considérées, aucune à avoir été écrite par une femme.

Une pétition a été lancée, qui n’est pas sans rappeler celle de Françoise Cahen en 2016 à propos des programmes de littérature du bac, et qui avait conduit à l’inscription de La Princesse de Montpensier, une œuvre présumée de Marie-Madeleine de Lafayette, au demeurant l’objet, comme La Princesse de Clèves, d’un débat d’attribution. Rappelons que les personnes qui constituent le programme de l’agrégation ne sont traditionnellement pas dénuées d’humour noir puisqu’en 2015, la question de littérature générale et comparée intitulée « La comédie, héroïsme au féminin » comportait quatre pièces, toutes écrites par des hommes. Cette année-là, d’ailleurs, le programme ne proposait qu’une seule écrivaine, avec Marguerite Yourcenar et ses Mémoires d’Hadrien.

Depuis le lancement de la pétition, on peut entendre tous les vieux arguments qui servent à décrédibiliser des revendications qui, pourtant, même si l’on faisait l’économie de toute considération féministe, relèvent d’un souci élémentaire pour la culture générale et le sacro-saint « niveau » de l’agrégation. On dit donc qu’il serait ridicule de réclamer la parité dans les programmes ou qu’il est bien difficile de trouver assez de femmes pour combler la moitié d’un programme d’agrégation. Voilà qui me parait bien curieux, dans la mesure où ce ne sont pas les outils qui manquent, de la littérature savante aux bibliographies critiques, pour aider ces âmes en détresse qui voudraient bien lire des femmes mais qui, décidément, ne savent pas où en trouver.

J’admets qu’exiger la parité dans le programme de l’année suivante, par exemple, serait une perspective bien saugrenue : pour rétablir la balance, il faudrait au contraire que pour plusieurs années le programme de l’agrégation ne fasse figurer que des femmes ou, à la rigueur, un homme par an. Pour remplacer le programme de cette année, qui fait défiler Chrétien de Troyes, Rabelais, les tragédies chrétiennes de Racine, Chénier, Flaubert et Bouvier en littérature française, Char, Lorca et Darwich pour la question « Formes de l’action poétique » et Conrad, Antonio Lobo Antunes et Simon pour « Expériences de l’histoire, poétiques de la mémoire », on pourrait imaginer l’alternative suivante, qui emprunte certaines des pistes suggérées par le programme originel.

Littérature française

  • Marie de France, Lais, XIIe siècle
  • Marguerite de Navarre, L’Heptaméron, 1558
  • Marthe Cosnard, Les Chastes Martyrs, 1650
  • Anne-Marie Fiquet du Boccage, La Colombiade, 1756
  • George Sand, Le Compagnon du Tour de France, 1840
  • Sylvie Germain, Cracovie à vol d’oiseau, 2000

Formes de l’action poétique

  • Madeleine Riffaud, Cheval Rouge : Anthologie Poétique (1939-1972), 1973
  • Etel Adnan, Ce Ciel qui n’est pas, 1997
  • Lucía Sánchez Saornil, Poesía, [1920-1970], 1996

Expériences de l’histoire, poétiques de la mémoire

  • Virginia Woolf, La Promenade au Phare, 1927
  • Agustina Bessa-Luís, La Sybille, [1954], 2005
  • Marguerite Duras, Hiroshima mon amour, 1960

Pareil programme appelle sans doute quelques remarques. Il faut souligner d’abord que débusquer des autrices aussi célèbres que Marie de France, Marguerite de Navarre, George Sand, Sylvie Germain, Etel Adnan, Woolf, Bessa-Luís et Duras ne demande pas un effort surhumain de l’imagination ni beaucoup d’érudition. Les œuvres d’Adnan sont même souvent éditées en bilingue français-arabe sous sa propre supervision, ce dont on ne peut que se féliciter pour un programme de littérature comparée : c’est le cas d’ailleurs pour Ce Ciel qui n’est pas. Et la Sybille de Bessa-Luís, roman marquant de la littérature portugaise s’il en est, a connu une nouvelle traduction en français au XXIe siècle.

Certaines autrices ne sont pas rééditées depuis longtemps, comme Cosnard à ma connaissance, à moins qu’elle n’ait trouvé sa place dans quelque anthologie, mais on peut exhumer facilement leurs œuvres numérisés sur Gallica, de sorte que les agrégatifs feront l’économie de leurs précieux deniers et se formeront à peu de frais aux TICE. On se reportera sinon sur le volume Théâtre de femmes de l’Ancien Régime paru en 2008 aux Publications de l’Université de Saint-Étienne sous la direction d’Aurore Evain, Perry Gethner et Henriette Goldwyn.

Dans cette liste, celle qui sort du lot est probablement Lucía Sánchez Saornil, personnalité historique et littéraire essentielle pour l’Espagne, qui a notamment cofondé en 1936 Mujeres Libres, mais qui parait curieusement échapper à l’intérêt des traducteurs francophones. Gageons qu’avec la promesse d’une programmation à l’agrégation, il se trouverait bien un éditeur pour mettre la main sur l’anthologie de 1996. C’est qu’il fallait trouver une remplaçante à Lorca. Ce ne sont pas les autrices qui manquent, on l’imagine, en langue espagnole, ni d’ailleurs les outils pour stimuler l’érudition en la matière, si l’on en croit les plus de 300 pages de Women Writers of Spain: An Annotated Bio-Bibliographical Guide que Carolyn L. Galerstein édita chez Greenwood Press en 1986 ou même, plus précisément, le Spanish Women Writers and Spain’s Civil War dirigé par Maryellen Bieder et Roberta Johnson chez Routledge en 2016, justement.

Dans l’ensemble, le programme a été facile à constituer et permet d’explorer bien des aspects essentiels de la littérature de l’époque médiévale à nos jours. Il suit souvent de près ce qui était suggéré par le programme officiel. Il ne prend pas beaucoup de risques en proposant presque systématiquement des autrices très connues et bien étudiées par la critique universitaire. Je comprends néanmoins qu’il puisse susciter bien des déceptions, à cause des choix nécessaires qu’on a dû se résoudre à y opérer : c’est qu’il y a tant de femmes qui ont écrit, à ces différentes époques, qu’il a bien fallu en laisser certaines de côté.

Préciosité vs. Galanterie

Il y a deux semaines, Caroline Muller du carnet Acquis de conscience était aux commandes du compte Twitter collaboratif En Direct du Labo pour y exposer son expérience au sein de l’université et différents aspects de son sujet de recherches. Comme on pouvait s’y attendre, le sujet de l’histoire du genre et de la sexualité a donné lieu à un spectaculaire lâché de trolls, tous plus hirsutes les uns que les autres. Il a néanmoins soulevé une question intéressante et récurrente qui, au-delà des acrimonies micro-bloggantes, aboutit à des prises de position très différentes chez les historiens et les littéraires. Cette question, c’est celle de l’usage ou non de catégories endémiques pour faire l’histoire des mentalités passées. Je propose de revenir ici sur un petit débat qui a agité et continue d’agiter, parfois, les spécialistes de la littérature française du XVIIe siècle : celui de la préciosité et de la galanterie.

Continuer la lecture de « Préciosité vs. Galanterie »

L’attribution de la Princesse de Clèves

Il y a peu, je discutais sur Twitter avec Caroline Muller d’Acquis de conscience, Anne GE de Women and Fiction et Françoise Cahen à propos de Louise Labé et en particulier de l’ouvrage que Mireille Huchon lui a consacré. Dans Une créature de papier, Mireille Huchon se proposait, en 2006, de montrer que l’identification de « Louise Labé » à une personne physique réelle n’était pas aussi facile que la tradition littéraire ne le suggérait. Elle y développe la théorie que Louise Labé pourrait être une création d’un cercle de poètes lyonnais. On imagine sans peine que cette hypothèse a suscité des réactions assez vives et l’ouvrage de Huchon a fait l’objet de critiques nombreuses, certaines bien documentées, d’autres plus douteuses. Il n’a hélas pas toujours été bien compris — ou bien on n’a pas voulu faire l’effort de le comprendre — et l’affaire, à ma connaissance, est plus ou moins enterrée à ce jour.

Continuer la lecture de « L’attribution de la Princesse de Clèves »

Cinq ans de Princesse de Clèves

Il y a quelques années, quand en sortant de classes préparatoires je hantais un peu au hasard les couloirs de l’université à la recherche d’un directeur de mémoire, avec une idée pour cinq ou six années de recherche sur le rapport des représentations de l’espace et du corps dans les littératures francophones et anglophones de l’époque médiévale à l’époque contemporaine, je me suis retrouvé à pitcher une idée de mémoire sur La Princesse de Clèves, comme on le ferait d’une idée de start up, de film ou de produit capillaire innovant. C’était la toute première étape de mon parcours de jeune chercheur et j’avais choisi La Princesse de Clèves pour son intérêt propre, au même moment où l’œuvre (re)devenait hype dans le milieu académique et universitaire, grâce aux propos de Nicolas Sarkozy, au cœur d’une polémique à laquelle j’allais consacrer, l’année suivante, une partie de mon second mémoire de master.

Continuer la lecture de « Cinq ans de Princesse de Clèves »

La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité

Cet article est le second de ma campagne d’archivage et le premier que j’aie publié. Il a été publié en 2011 dans la revue Studii si Cercetari Filologice, Seria Limbi Romanice. Il reprend des thèmes développés dans mes deux mémoires de master, que l’on trouvera en bibliographie. Il constitue le premier d’une série d’articles sur l’interprétation et le traitement médiatique de La Princesse de Clèves. On a déjà pu lire sur Contagions l’article Lire et interpréter La Princesse de Clèves dans la France des cités.

L’image de bannière est un détail de la première page d’une édition de 1752.

François-Ronan Dubois. « La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité ». Studii si Cercetari Filologice, Seria Limbi Romanice 3.10 (2011) : 54-69

 


Déclasser & Déranger

Pendant que sur Langues de Feu, Claire Placial publie six billets par jour tout en narguant ses collègues avec des photographies de plages et de palmiers sur Twitter, ici, sur Contagions, on se tourne les pouces, on bâille aux corneilles, on peigne des girafes, on regarde les mouches voler, bref, on zoologise, certes, mais on ne fait pas grand-chose de plus. La faute à qui ? Eh bien, à Marie-Anne Paveau, d’abord, évidemment, qui a eu la cruauté d’exiger de moi un article pour satisfaire sa libidineuse intellectualité, aux élèves, qui ont (parfois) la mauvaise idée de venir en cours, au Centre de Recherche sur l’Imaginaire, qui voulait que je confère (et aussi ai-je conféré), à la thèse, à la rhétorique, aux alignements stellaires et, accessoirement, à la vie.

Continuer la lecture de « Déclasser & Déranger »

Je publie : Le secret dans la Princesse de Clèves (article)

Le secret

Il est des articles qui arrivent comme des capsules d’une autre époque et que l’on relit en ayant l’impression de rouvrir un vieux journal intime. L’effet est un peu désagréable sans doute et il l’est d’autant plus quand l’article en question, rédigé des années auparavant, vient de paraître : un an, c’est déjà beaucoup, deux, c’est trop. Hélas, le rythme des publications académiques n’est pas ainsi fait qu’il suive souvent le mouvement de nos réflexions et nous paraissons toujours avec un temps de retard. C’est, soit dit incidemment, l’une des utilités d’un carnet régulier que nous ne soyons pas toujours ainsi disharmonieux.

Continuer la lecture de « Je publie : Le secret dans la Princesse de Clèves (article) »