Le post-porn et la culture morale de la pornographie

Le mois dernier, j’étais invité à l’Institut d’Études Politiques de Paris dans le cadre de la Queer Week par le collectif Garçes pour participer à une table-ronde sur la pornographie, en compagnie de Carmina Ama, qui tient sur Le Cul entre deux chaises le « Journal d’une camgirl », et Sam Bourcier. Le festival consacrait cette année deux sessions à la question de la pornographie, la première destinée à parler de la pornographie de manière générale, si l’on peut dire, et la seconde à revenir sur les pornographies alternatives et, singulièrement, le post-porn, un concept qui a le vent en poupe et qui vient prendre sa place dans la longue lignée des pornographies alternatives.

Depuis la parution de mon livre en 2014 et surtout de mon article sur les blogs pornographiques, publié à l’invitation de Marie-Anne Paveau dans Questions de communication, mon travail s’est progressivement éloigné de l’analyse de la pornographie contemporaine d’un point de vue visuel ou formel pour se concentrer plutôt sur des questions d’encadrement judiciaire et administratif, d’une part, et d’autre part sur des considérations plus historiques, qui occupaient déjà il est vrai la plus grande part de mon Introduction aux porn studies. Avant la fin de l’année devrait paraître ainsi dans un ouvrage collectif mon article sur les contes pornographiques cinématographiques dans le contexte de la Révolution sexuelle des années 1960 à 1980, pour lequel j’avais proposé ici quelques notes préparatoires.

En somme, mon intérêt pour la recherche sur la pornographie s’inscrit dans deux des grands domaines que je travaille par ailleurs. D’un côté, il contribue à mon travail sur l’encadrement administratif, judiciaire et commercial des productions discursives, auquel ma thèse se consacre pour les livres et les journaux de l’époque moderne, du point de vue de la propriété et de la responsabilité juridique, et que j’ai abordé ici pour la pornographie dans un billet sur les techniques juridiques interprétatives. De l’autre, il participe à ma réflexion sur l’histoire de/par la culture audiovisuelle en Grande-Bretagne et aux États-Unis des années 1960 au début du XXIe siècle, qui est aussi le sujet de mon prochain livre, Gouverner l’Amérique, sur la politique et les séries télévisées.

À ce titre, je dois bien avouer que la question du post-porn m’intéresse finalement assez peu et qu’elle me fait souvent l’impression d’une construction conceptuelle qui a peu de rapport avec l’objet auquel elle parait, de prime abord, se rattacher. Je veux dire par là que l’intérêt académique soutenu pour l’analyse et la promotion du post-porn, particulièrement dans la mouvance des porn studies, tend à occulter les analyses précises sur ce que l’on appelle par ailleurs la pornographie mainstream, c’est-à-dire de grande diffusion. J’ai parfois le sentiment qu’en trente ans d’histoire, à peu près, depuis la parution du Hard Core de Linda Williams en 1989, les porn studies ont accompli une révolution au sens planétaire à l’égard du genre d’analyses auquel elles s’opposaient d’abord.

Dans l’introduction de l’ouvrage collectif Porn Studies en 2004, Williams expliquait combien elle avait voulu s’opposer à Dworkin et MacKinnon, qui traitaient la pornographie comme un ensemble discursif monolithique que l’on était susceptible de condamner en bloc. Or, malgré l’insistance des tenants du post-porn, Sam Bourcier par exemple à la table ronde de la Queer Week ou encore Rachele Borghi dans un article de Rue Descartes, à faire valoir l’idée qu’il y a plusieurs pornographies, l’appel à la nuance dans le propos ne vaut que pour faire émerger le post-porn, à la rigueur toutes les pornographies alternatives, en comparaison à la pornographie mainstream, qui peut désormais inclure ou non, selon la personne qui parle, la pornographie commerciale gay. Dans ces analyses, cette pornographie reste appréhendée comme un tout compact, uniformément sexiste, capitaliste, patriarcal, excluant, jugeant, humiliant, etc.

En réalité, il m’est de plus en plus difficile de voir des différences entre l’analyse du mouvement anti-pornographie des années 1980 et celle du post-porn, pour ce qui est de la majorité de la pornographie (et par conséquent des personnes qui la financent, la produisent et la consomment). La différence réelle, et elle est bien sûr notable et conséquente, c’est que les mouvements anti-pornographie pariaient sur l’interdiction de la pornographie dans son ensemble tandis que le post-porn, lui, privilégie l’idée qu’une pornographie alternative, plus intelligente, plus éthique, plus responsable, plus diverse, plus digne culturellement, est susceptible de se substituer à la pornographie majoritaire et dominante.

Lors de la table-ronde, la discussion a buté — par ma faute — sur certaines des apories inhérentes à l’entreprise du post-porn et a en tout cas fait émerger à mes yeux l’impossibilité de tenir de front, en toutes les circonstances, un discours à la fois académique et militant. J’ai évoqué par exemple le problème de la disponibilité socio-économique du post-porn et la possibilité qu’il renforce des logiques d’exclusion économiques et culturelles. Face aux descriptions enthousiastes de Sam Bourcier des festivals pornographiques indépendants, j’ai demandé, sans avoir vraiment de réponse solide, s’il n’y avait pas une géographie économique de l’accessibilité des pornographies alternatives.

On pourrait formuler toutes sortes d’autres remarques que je n’ai pas eu le temps de faire à cette occasion. En guise d’exemple d’appropriation et de subversion des codes de la pornographie dans une optique post-porn, Sam Bourcier a présenté un petit clip réalisé par ses étudiantes, où l’on voit les trois jeunes femmes danser avec des godes-ceintures devant le siège de l’UMP. Au-delà de savoir si l’on a bien affaire à quelque chose comme de la pornographie et non plutôt, par exemple, à de la performance artistique (à moins que ces catégories ne soient pas mutuellement exclusives), il m’est difficile de ne pas voir dans de pareilles tentatives la manifestation d’un parti pris relativement conventionnel sur ce qui mérite d’être approuvé en matière de représentations sexuelles : les représentations qui ont une valeur esthétique, politique ou intellectuelle.

Le post-porn fonctionne à peu près avec les mêmes critères que le droit étasunien applique pour déterminer si un document est pornographique — c’est-à-dire condamnable sous certaines conditions — ou non. Ces critères ont été formulés par la Cour Suprême en 1973 dans l’affaire Miller v. California et ont conduit à la création du test juridique appelé le Miller Test. Le test est censé permettre de déterminer en trois étapes si un document est pornographique et si sa circulation est donc susceptible d’être entravée malgré la protection que le premier amendement garantit à la freedom of speech. Première étape : est-ce que l’on peut estimer par consensus (community standards) que le document vise à éveiller le désir (appeals to the prurient interest) ? Deuxième étape : est-ce que le document montre ou décrit une conduite sexuelle ou des fonctions d’excrétion ? Troisième étape : est-ce que le document manque de qualités littéraires, artistiques, politiques ou scientifiques ? On le voit, le présupposé est que la pornographie est fondamentalement ce qui est dénué de valeur intellectuelle ou culturelle, tout l’inverse, en somme, du post-porn, qui est intelligent, ironique, distancié, conceptualisé, etc.

Indépendamment de mon avis personnel sur la question de savoir si le post-porn ne constitue pas un retour en force du moralisme dans le traitement de la pornographie, je me demande si, du point de vue académique, le concept ne conduit pas à brouiller les analyses. La nécessité où se trouvent certaines disciplines de se valoriser en valorisant l’objet de la recherche, un phénomène sur lequel je me suis penché à plusieurs occasions pour la pornographie et la télévision, conduit parfois à de curieuses opérations de sélection. L’intérêt répété du journal Porn Studies pour des approches plus austères et concrètes me parait tout à fait louable dans ce contexte, comme c’est le cas avec l’article de Berg sur les sources de revenus dans le monde de la pornographie ou avec celui d’Arnberg sur la régulation des magazines pornographiques en Suède dans la première moitié du XXe siècle.

Je crois qu’il est tout à fait urgent d’examiner les discours de la pornographie alternative à l’aune de l’histoire longue des documents pornographiques, de leur encadrement judiciaire, de leur gestion administrative, de leur économie, de leur géographie et de leur sociologie, sans céder à la séduction de concepts néo-butlériens sur la performativité qui, privés de leur perspective généalogique, courent le risque de boucler la boucle de l’anti-pornographie.

Notes préparatoires sur le conte pornographique

Récemment, ma proposition d’article pour le volume collectif Le Conte dans tous ses états a été acceptée par Florence Fix et Germeline Pernoud, que je remercie encore une fois. Ma proposition, intitulée « La Révolution sexuelle et les contes pornographiques au cinéma », porte plus particulièrement sur deux classiques du genre, si l’on peut dire, l’Alice in Wonderland: An X-Rated Musical Comedy de Townsend et Osco en 1976 et le Grimms Märchen von Lusternen Pärchen de Thiele en 1969. En attendant de m’atteler à la rédaction complète de l’article, je voudrais proposer ici sur le sujet quelques notes de recherche sans ordre particulier et tenter d’expliquer ce qui fait à mon avis l’intérêt de semblables documents.

Après avoir travaillé essentiellement sur des questions de diffusion numérique de la pornographie, dans mon article sur les tubes et dans celui sur le reblogging, j’ai souhaité élargir le propos à des documents plus anciens. Dans mon Introduction aux Porn Studies déjà, et en particulier dans le premier chapitre historique, j’avais tenté de replacer les études universitaires sur la pornographie contemporaine face au temps long de l’histoire des représentations sexuelles. Pour l’heure, l’étude de la pornographie, dans le cadre des porn studies en tout cas, se fait principalement au présent, ce qui conduit parfois à surestimer la nouveauté de certains phénomènes technologiques.

Bien sûr, il existe un certain nombre de recherches sur les représentations sexuelles explicites en dehors du champ ordinaire des porn studies qui est, pour aller vite, la pornographie audiovisuelle occidentale entre 1990 et aujourd’hui. Ces travaux cependant ne font pas toujours partie du bagage systématique des porn studies. Il faut dire que certains, comme les recherches de Danielle Talerico sur les représentations sexuelles japonaises, publiées par exemple dans Impressions, ne sont pas facilement accessibles. La plupart du temps cependant, cette indifférence historique des porn studies à l’américaine s’explique par une préférence prononcée pour les explorations conceptuelles, aux dépends des recherches documentaires elles-mêmes.

Quoi qu’il en soit, je cherche depuis quelques temps des occasions d’étudier des documents pornographiques qui ne sont pas dans la droite ligne des porn studies, par souci de diversité. Le rapport entre conte et pornographie me paraissait devoir être prometteur pour trois raisons au moins.

  1. Le développement conjoint, au XVIIIe siècle, en France en tout cas, de la littérature de conte et de la littérature pornographique, qui sont alors deux phénomènes de librairie importants et qui sont tous les deux reliés à la mouvance philosophique. Le conte et le roman pornographique sont alors deux formes populaires, en tout cas du point de vue de la diffusion, qui peuvent avoir, mais pas toujours, un usage idéologique.
  2. L’abondance de fanfictions érotiques ou pornographiques qui prennent appui sur l’univers des contes. Naturellement, une partie de ces fictions est produite à partir des adaptations contemporaines de contes, comme Once Upon A Time, si bien qu’elle est plutôt caractéristique du potentiel pornographique de toute fiction contemporaine que du potentiel pornographique du conte en tant que genre. Ces fictions sont toutefois au moins l’indicateur d’une convergence possible entre contes et pornographie.
  3. La tradition d’interprétation psychanalytique des contes de fée, qui s’est attaché à y découvrir un contenu sexuel latent. On pense évidemment à The Uses of Enchantment de Bettelheim, dans les années 1970. La valeur de ces interprétations en tant que telle m’était indifférente mais elle rendait très probable une réappropriation militante de la psychanalyse des contes de fées par la pornographie alternative.

À partir de ces trois observations, deux choix s’offraient alors à moi : enquêter du côté du XVIIIe siècle et mettre en évidence des rapports étroits entre conte de fée et pornographie ou bien chercher, dans les années 1970 et autour des interprétations de Bettelheim, des productions pornographiques significatives. J’ai écarté la première voie parce qu’il y a déjà beaucoup de travaux sur les contes de l’époque moderne, qu’on peut retrouver notamment dans la revue de références Fééries et que, quoique moderniste moi-même, j’ai toujours souhaité travailler dans des directions différentes selon que je m’occupais de textes et d’histoire du livre, pour l’époque moderne, ou d’images et d’étude des médias, pour l’époque contemporaine. On trouvera en tout cas dans Fééries l’article de Sermain sur « le fantasme de l’absolutisme dans le conte de fées ».

Ceci n’étant pas pour dire que le conte pornographique contemporain est un sujet jusque là entièrement ignoré. Il a donné lieu à quelques études partielles. En 2008, Eric Tribunella publie dans Children’s Literature Association Quaterly un article intitulé « From Kiddie Lit to Kiddie Porn: The Sexualization of Children’s Literature » (33.2) et la question est évoquée par Jack Zipes dans son Enchanted Screen, dont on peut lire une recension par Jeana Jorgensen dans le Journal of Folklore Research. Le cinéma allemand des années 70 a aussi intéressé les chercheurs, tout comme le sous-genre du sexploitation film. On pourra consulter notamment les articles suivants :

  1. Jules Cohen. « The Chronic Crisis in West German Film ». Film Comment 3.1 (1965) : 32-35.
  2. Esteve Riambeau. « La venganza del sexo: The Curious Mutation from Horror Fantasy to Sexploitation Film (Emilio Vieyra, 1967) ». Despite All Adversities: Spanish-American Queer Cinema. Sous la direction d’Andrés Lema-Hincapié et Debra A. Castillo. New York : SUNY Press, 2015. 99-110.
  3. Harald Steinwender et Alexander Zahlten. « Sexploitation Film from West Germany ». A Companion to German Cinema. Sous la direction de Terri Ginsberg et Andrea Mensch. Oxford : Blackwell Publishing, 2012. 287-318.
  4. Gregory A. Waller. « An Annoted Filmography of R-Rated Sexploitation Films Released During the 1970s &lraquo;. Journal of Popular Film and Television 9.2 (1981) : 98-112.

Je ne doute pas de découvrir encore d’autres ressources au cours de mes recherches mais on ne peut pas dire que l’ensemble soit très abondant. Il existe cela dit, en parallèle, de nombreuses ressources de fans, comme c’est souvent le cas dans l’étude de la culture populaire.

À partir de ce premier examen en tout cas, mon argumentaire, en quelques mots, sera le suivant. Dans le contexte de la révolution sexuelle des années 1960 et 1970, qui peut très bien être une révolution perçue plutôt que réelle sans que cela ne change grand-chose au propos, les contes de fées pornographiques, qui représentent une part significative de la sexploitation, témoignent d’une appropriation des codes culturels et moraux traditionnels par les pornographes. C’est précisément parce que le conte est moral et éducatif qu’il est un instrument de choix pour la pornographie : il sert à la fois à dénigrer les valeurs morales ordinaires et à promouvoir une nouvelle éducation sexuelle.

Le conte a aussi une valeur esthétique : l’adaptation d’un conte exige des accessoires et des décors spécifiques, qui sont souvent l’occasion pour le cinéaste de prouver sa virtuosité technique. La littérature de l’époque moderne fournit traditionnellement au cinéma des occasions de ce genre, que l’on pense à la carrière de Starewicz à partir de La Fontaine, que j’avais évoquée il y a quelques années dans mon article non-publié sur la fable dans le cinéma d’animation, ou, plus proche de la sexploitation, à l’adaptation de Peau d’Âne par Demy. Il faut alors se garder de ne voir dans l’adaptation pornographique du conte de fées qu’une subversion parodique, un pied de nez à l’éducation traditionnelle, et être sensible à la volonté d’inscrire le cinéma pornographique dans une tradition culturelle ambiguë.

IPPR Porn Report

Il y a deux jours, un rapport paraissait sur la perception de la pornographie par les adolescents britanniques. En un temps où le gouvernement conservateur tente de contrôler, en Grande-Bretagne, la diffusion de la pornographie sur Internet, ce rapport se trouve être du pain béni pour les médias alarmistes toujours prompts à dénoncer l’influence pernicieuse des images pornographiques sur la vie personnelle de la population en général et des adolescents en particulier. Le recours aux dangers que la pornographie ferait courir à la jeunesse est un instrument typique de la rhétorique anti-pornographique, même s’il n’est pas beaucoup plus falsifiable que son grand concurrent, l’argument du rapport causal entre pornographie et viol. Quoi qu’il en soit, le rapport de l’Institute for Public Policy Research a reçu un traitement médiatique bien troublant.

Continuer la lecture de « IPPR Porn Report »

Techniques juridiques et interprétatives de la pornographie

La parution du premier numéro de la revue Porn Studies a attiré une attention considérable de la part du milieu académique et journalistique et beaucoup y voient l’acte de naissance d’un nouveau champ ou la conquête d’une légitimité inédite, à l’intérieur des institutions, pour les universitaires impliqués dans l’étude de la pornographie. C’est une position que j’ai défendue moi-même dans certaines pages de mon Introduction aux porn studies, qui fait depuis quelques semaines l’objet des billets de Contagions, et les questions que les journalistes de la presse de grande diffusion me posent depuis quelques semaines à ce propos vont également en ce sens. Il existe des désaccords quant à l’existence effective d’un champ des porn studies, mais le consensus me parait assez large, à la fois pour les spécialistes et pour le public plus élargi, quant à l’importance de cette publication régulière instituée.

Continuer la lecture de « Techniques juridiques et interprétatives de la pornographie »

Histoire de la pornographie : problèmes de méthodes

Comme promis dans le précédent billet, ce mois-ci, je parle de pornographie et plus précisément j’évoque quelques points présents dans mon Introduction aux porn studies parue ce mois-ci aux Impressions Nouvelles. Ce bref ouvrage d’initiation — pour ne pas dire préliminaires — à la question se compose, en plus de l’avant-propos et de quelques remarques conclusives, de trois chapitres dont le premier est consacré à l’histoire de la pornographie. On s’en doute : il était impossible de couvrir en peu de caractères tout le spectre des produits et des pratiques pornographiques, des origines à nos jours, à la fois parce que les sources sont abondantes et, dans leur diversité, excèdent largement la compétence d’un seul individu, et parce que les travaux sur cette histoire sont, et c’est un euphémisme, inégalement répartis. En effet, l’immense majorité des productions académiques sur la pornographie concerne l’époque contemporaine, et même le vingtième siècle spécifiquement, et même spécifiquement, à l’intérieur du vingtième siècle, les sources audiovisuelles des années 1960 à nos jours.

Continuer la lecture de « Histoire de la pornographie : problèmes de méthodes »

Introduction à l’introduction de l’Introduction aux porn studies

Sachez que je ne vous ai pas oubliés. Au mois de janvier, vous vous souvenez peut-être que j’avais dit deux ou trois choses à côté, dans la Villa Réflexive, où depuis m’ont succédé Philippe Liotard et Mélodie Faury, dans une année toujours consacrée au genre. Il avait été pour moi l’occasion de parler de ma situation à l’intérieur d’une recherche orientée par le féminisme, de la question de la disciplinarité et de quelques problèmes de méthode. Le mois de février, lui, a été consacré à d’autres tâches : préparer un cours d’explication de textes théâtraux du vingtième siècle, en remplacement d’une collègue, reprendre un article de narratologie des séries télévisées, suivre des formations au sein du DFI et, enfin, déménager. Me voilà de retour — les cartons sont déballés, les meubles transportés, les clés rendues et j’ai l’esprit plus tranquille.

Continuer la lecture de « Introduction à l’introduction de l’Introduction aux porn studies »