Le post-porn et la culture morale de la pornographie

Le mois dernier, j’étais invité à l’Institut d’Études Politiques de Paris dans le cadre de la Queer Week par le collectif Garçes pour participer à une table-ronde sur la pornographie, en compagnie de Carmina Ama, qui tient sur Le Cul entre deux chaises le « Journal d’une camgirl », et Sam Bourcier. Le festival consacrait cette année deux sessions à la question de la pornographie, la première destinée à parler de la pornographie de manière générale, si l’on peut dire, et la seconde à revenir sur les pornographies alternatives et, singulièrement, le post-porn, un concept qui a le vent en poupe et qui vient prendre sa place dans la longue lignée des pornographies alternatives.

Depuis la parution de mon livre en 2014 et surtout de mon article sur les blogs pornographiques, publié à l’invitation de Marie-Anne Paveau dans Questions de communication, mon travail s’est progressivement éloigné de l’analyse de la pornographie contemporaine d’un point de vue visuel ou formel pour se concentrer plutôt sur des questions d’encadrement judiciaire et administratif, d’une part, et d’autre part sur des considérations plus historiques, qui occupaient déjà il est vrai la plus grande part de mon Introduction aux porn studies. Avant la fin de l’année devrait paraître ainsi dans un ouvrage collectif mon article sur les contes pornographiques cinématographiques dans le contexte de la Révolution sexuelle des années 1960 à 1980, pour lequel j’avais proposé ici quelques notes préparatoires.

En somme, mon intérêt pour la recherche sur la pornographie s’inscrit dans deux des grands domaines que je travaille par ailleurs. D’un côté, il contribue à mon travail sur l’encadrement administratif, judiciaire et commercial des productions discursives, auquel ma thèse se consacre pour les livres et les journaux de l’époque moderne, du point de vue de la propriété et de la responsabilité juridique, et que j’ai abordé ici pour la pornographie dans un billet sur les techniques juridiques interprétatives. De l’autre, il participe à ma réflexion sur l’histoire de/par la culture audiovisuelle en Grande-Bretagne et aux États-Unis des années 1960 au début du XXIe siècle, qui est aussi le sujet de mon prochain livre, Gouverner l’Amérique, sur la politique et les séries télévisées.

À ce titre, je dois bien avouer que la question du post-porn m’intéresse finalement assez peu et qu’elle me fait souvent l’impression d’une construction conceptuelle qui a peu de rapport avec l’objet auquel elle parait, de prime abord, se rattacher. Je veux dire par là que l’intérêt académique soutenu pour l’analyse et la promotion du post-porn, particulièrement dans la mouvance des porn studies, tend à occulter les analyses précises sur ce que l’on appelle par ailleurs la pornographie mainstream, c’est-à-dire de grande diffusion. J’ai parfois le sentiment qu’en trente ans d’histoire, à peu près, depuis la parution du Hard Core de Linda Williams en 1989, les porn studies ont accompli une révolution au sens planétaire à l’égard du genre d’analyses auquel elles s’opposaient d’abord.

Dans l’introduction de l’ouvrage collectif Porn Studies en 2004, Williams expliquait combien elle avait voulu s’opposer à Dworkin et MacKinnon, qui traitaient la pornographie comme un ensemble discursif monolithique que l’on était susceptible de condamner en bloc. Or, malgré l’insistance des tenants du post-porn, Sam Bourcier par exemple à la table ronde de la Queer Week ou encore Rachele Borghi dans un article de Rue Descartes, à faire valoir l’idée qu’il y a plusieurs pornographies, l’appel à la nuance dans le propos ne vaut que pour faire émerger le post-porn, à la rigueur toutes les pornographies alternatives, en comparaison à la pornographie mainstream, qui peut désormais inclure ou non, selon la personne qui parle, la pornographie commerciale gay. Dans ces analyses, cette pornographie reste appréhendée comme un tout compact, uniformément sexiste, capitaliste, patriarcal, excluant, jugeant, humiliant, etc.

En réalité, il m’est de plus en plus difficile de voir des différences entre l’analyse du mouvement anti-pornographie des années 1980 et celle du post-porn, pour ce qui est de la majorité de la pornographie (et par conséquent des personnes qui la financent, la produisent et la consomment). La différence réelle, et elle est bien sûr notable et conséquente, c’est que les mouvements anti-pornographie pariaient sur l’interdiction de la pornographie dans son ensemble tandis que le post-porn, lui, privilégie l’idée qu’une pornographie alternative, plus intelligente, plus éthique, plus responsable, plus diverse, plus digne culturellement, est susceptible de se substituer à la pornographie majoritaire et dominante.

Lors de la table-ronde, la discussion a buté — par ma faute — sur certaines des apories inhérentes à l’entreprise du post-porn et a en tout cas fait émerger à mes yeux l’impossibilité de tenir de front, en toutes les circonstances, un discours à la fois académique et militant. J’ai évoqué par exemple le problème de la disponibilité socio-économique du post-porn et la possibilité qu’il renforce des logiques d’exclusion économiques et culturelles. Face aux descriptions enthousiastes de Sam Bourcier des festivals pornographiques indépendants, j’ai demandé, sans avoir vraiment de réponse solide, s’il n’y avait pas une géographie économique de l’accessibilité des pornographies alternatives.

On pourrait formuler toutes sortes d’autres remarques que je n’ai pas eu le temps de faire à cette occasion. En guise d’exemple d’appropriation et de subversion des codes de la pornographie dans une optique post-porn, Sam Bourcier a présenté un petit clip réalisé par ses étudiantes, où l’on voit les trois jeunes femmes danser avec des godes-ceintures devant le siège de l’UMP. Au-delà de savoir si l’on a bien affaire à quelque chose comme de la pornographie et non plutôt, par exemple, à de la performance artistique (à moins que ces catégories ne soient pas mutuellement exclusives), il m’est difficile de ne pas voir dans de pareilles tentatives la manifestation d’un parti pris relativement conventionnel sur ce qui mérite d’être approuvé en matière de représentations sexuelles : les représentations qui ont une valeur esthétique, politique ou intellectuelle.

Le post-porn fonctionne à peu près avec les mêmes critères que le droit étasunien applique pour déterminer si un document est pornographique — c’est-à-dire condamnable sous certaines conditions — ou non. Ces critères ont été formulés par la Cour Suprême en 1973 dans l’affaire Miller v. California et ont conduit à la création du test juridique appelé le Miller Test. Le test est censé permettre de déterminer en trois étapes si un document est pornographique et si sa circulation est donc susceptible d’être entravée malgré la protection que le premier amendement garantit à la freedom of speech. Première étape : est-ce que l’on peut estimer par consensus (community standards) que le document vise à éveiller le désir (appeals to the prurient interest) ? Deuxième étape : est-ce que le document montre ou décrit une conduite sexuelle ou des fonctions d’excrétion ? Troisième étape : est-ce que le document manque de qualités littéraires, artistiques, politiques ou scientifiques ? On le voit, le présupposé est que la pornographie est fondamentalement ce qui est dénué de valeur intellectuelle ou culturelle, tout l’inverse, en somme, du post-porn, qui est intelligent, ironique, distancié, conceptualisé, etc.

Indépendamment de mon avis personnel sur la question de savoir si le post-porn ne constitue pas un retour en force du moralisme dans le traitement de la pornographie, je me demande si, du point de vue académique, le concept ne conduit pas à brouiller les analyses. La nécessité où se trouvent certaines disciplines de se valoriser en valorisant l’objet de la recherche, un phénomène sur lequel je me suis penché à plusieurs occasions pour la pornographie et la télévision, conduit parfois à de curieuses opérations de sélection. L’intérêt répété du journal Porn Studies pour des approches plus austères et concrètes me parait tout à fait louable dans ce contexte, comme c’est le cas avec l’article de Berg sur les sources de revenus dans le monde de la pornographie ou avec celui d’Arnberg sur la régulation des magazines pornographiques en Suède dans la première moitié du XXe siècle.

Je crois qu’il est tout à fait urgent d’examiner les discours de la pornographie alternative à l’aune de l’histoire longue des documents pornographiques, de leur encadrement judiciaire, de leur gestion administrative, de leur économie, de leur géographie et de leur sociologie, sans céder à la séduction de concepts néo-butlériens sur la performativité qui, privés de leur perspective généalogique, courent le risque de boucler la boucle de l’anti-pornographie.

Notes préparatoires sur le conte pornographique

Récemment, ma proposition d’article pour le volume collectif Le Conte dans tous ses états a été acceptée par Florence Fix et Germeline Pernoud, que je remercie encore une fois. Ma proposition, intitulée « La Révolution sexuelle et les contes pornographiques au cinéma », porte plus particulièrement sur deux classiques du genre, si l’on peut dire, l’Alice in Wonderland: An X-Rated Musical Comedy de Townsend et Osco en 1976 et le Grimms Märchen von Lusternen Pärchen de Thiele en 1969. En attendant de m’atteler à la rédaction complète de l’article, je voudrais proposer ici sur le sujet quelques notes de recherche sans ordre particulier et tenter d’expliquer ce qui fait à mon avis l’intérêt de semblables documents.

Après avoir travaillé essentiellement sur des questions de diffusion numérique de la pornographie, dans mon article sur les tubes et dans celui sur le reblogging, j’ai souhaité élargir le propos à des documents plus anciens. Dans mon Introduction aux Porn Studies déjà, et en particulier dans le premier chapitre historique, j’avais tenté de replacer les études universitaires sur la pornographie contemporaine face au temps long de l’histoire des représentations sexuelles. Pour l’heure, l’étude de la pornographie, dans le cadre des porn studies en tout cas, se fait principalement au présent, ce qui conduit parfois à surestimer la nouveauté de certains phénomènes technologiques.

Bien sûr, il existe un certain nombre de recherches sur les représentations sexuelles explicites en dehors du champ ordinaire des porn studies qui est, pour aller vite, la pornographie audiovisuelle occidentale entre 1990 et aujourd’hui. Ces travaux cependant ne font pas toujours partie du bagage systématique des porn studies. Il faut dire que certains, comme les recherches de Danielle Talerico sur les représentations sexuelles japonaises, publiées par exemple dans Impressions, ne sont pas facilement accessibles. La plupart du temps cependant, cette indifférence historique des porn studies à l’américaine s’explique par une préférence prononcée pour les explorations conceptuelles, aux dépends des recherches documentaires elles-mêmes.

Quoi qu’il en soit, je cherche depuis quelques temps des occasions d’étudier des documents pornographiques qui ne sont pas dans la droite ligne des porn studies, par souci de diversité. Le rapport entre conte et pornographie me paraissait devoir être prometteur pour trois raisons au moins.

  1. Le développement conjoint, au XVIIIe siècle, en France en tout cas, de la littérature de conte et de la littérature pornographique, qui sont alors deux phénomènes de librairie importants et qui sont tous les deux reliés à la mouvance philosophique. Le conte et le roman pornographique sont alors deux formes populaires, en tout cas du point de vue de la diffusion, qui peuvent avoir, mais pas toujours, un usage idéologique.
  2. L’abondance de fanfictions érotiques ou pornographiques qui prennent appui sur l’univers des contes. Naturellement, une partie de ces fictions est produite à partir des adaptations contemporaines de contes, comme Once Upon A Time, si bien qu’elle est plutôt caractéristique du potentiel pornographique de toute fiction contemporaine que du potentiel pornographique du conte en tant que genre. Ces fictions sont toutefois au moins l’indicateur d’une convergence possible entre contes et pornographie.
  3. La tradition d’interprétation psychanalytique des contes de fée, qui s’est attaché à y découvrir un contenu sexuel latent. On pense évidemment à The Uses of Enchantment de Bettelheim, dans les années 1970. La valeur de ces interprétations en tant que telle m’était indifférente mais elle rendait très probable une réappropriation militante de la psychanalyse des contes de fées par la pornographie alternative.

À partir de ces trois observations, deux choix s’offraient alors à moi : enquêter du côté du XVIIIe siècle et mettre en évidence des rapports étroits entre conte de fée et pornographie ou bien chercher, dans les années 1970 et autour des interprétations de Bettelheim, des productions pornographiques significatives. J’ai écarté la première voie parce qu’il y a déjà beaucoup de travaux sur les contes de l’époque moderne, qu’on peut retrouver notamment dans la revue de références Fééries et que, quoique moderniste moi-même, j’ai toujours souhaité travailler dans des directions différentes selon que je m’occupais de textes et d’histoire du livre, pour l’époque moderne, ou d’images et d’étude des médias, pour l’époque contemporaine. On trouvera en tout cas dans Fééries l’article de Sermain sur « le fantasme de l’absolutisme dans le conte de fées ».

Ceci n’étant pas pour dire que le conte pornographique contemporain est un sujet jusque là entièrement ignoré. Il a donné lieu à quelques études partielles. En 2008, Eric Tribunella publie dans Children’s Literature Association Quaterly un article intitulé « From Kiddie Lit to Kiddie Porn: The Sexualization of Children’s Literature » (33.2) et la question est évoquée par Jack Zipes dans son Enchanted Screen, dont on peut lire une recension par Jeana Jorgensen dans le Journal of Folklore Research. Le cinéma allemand des années 70 a aussi intéressé les chercheurs, tout comme le sous-genre du sexploitation film. On pourra consulter notamment les articles suivants :

  1. Jules Cohen. « The Chronic Crisis in West German Film ». Film Comment 3.1 (1965) : 32-35.
  2. Esteve Riambeau. « La venganza del sexo: The Curious Mutation from Horror Fantasy to Sexploitation Film (Emilio Vieyra, 1967) ». Despite All Adversities: Spanish-American Queer Cinema. Sous la direction d’Andrés Lema-Hincapié et Debra A. Castillo. New York : SUNY Press, 2015. 99-110.
  3. Harald Steinwender et Alexander Zahlten. « Sexploitation Film from West Germany ». A Companion to German Cinema. Sous la direction de Terri Ginsberg et Andrea Mensch. Oxford : Blackwell Publishing, 2012. 287-318.
  4. Gregory A. Waller. « An Annoted Filmography of R-Rated Sexploitation Films Released During the 1970s &lraquo;. Journal of Popular Film and Television 9.2 (1981) : 98-112.

Je ne doute pas de découvrir encore d’autres ressources au cours de mes recherches mais on ne peut pas dire que l’ensemble soit très abondant. Il existe cela dit, en parallèle, de nombreuses ressources de fans, comme c’est souvent le cas dans l’étude de la culture populaire.

À partir de ce premier examen en tout cas, mon argumentaire, en quelques mots, sera le suivant. Dans le contexte de la révolution sexuelle des années 1960 et 1970, qui peut très bien être une révolution perçue plutôt que réelle sans que cela ne change grand-chose au propos, les contes de fées pornographiques, qui représentent une part significative de la sexploitation, témoignent d’une appropriation des codes culturels et moraux traditionnels par les pornographes. C’est précisément parce que le conte est moral et éducatif qu’il est un instrument de choix pour la pornographie : il sert à la fois à dénigrer les valeurs morales ordinaires et à promouvoir une nouvelle éducation sexuelle.

Le conte a aussi une valeur esthétique : l’adaptation d’un conte exige des accessoires et des décors spécifiques, qui sont souvent l’occasion pour le cinéaste de prouver sa virtuosité technique. La littérature de l’époque moderne fournit traditionnellement au cinéma des occasions de ce genre, que l’on pense à la carrière de Starewicz à partir de La Fontaine, que j’avais évoquée il y a quelques années dans mon article non-publié sur la fable dans le cinéma d’animation, ou, plus proche de la sexploitation, à l’adaptation de Peau d’Âne par Demy. Il faut alors se garder de ne voir dans l’adaptation pornographique du conte de fées qu’une subversion parodique, un pied de nez à l’éducation traditionnelle, et être sensible à la volonté d’inscrire le cinéma pornographique dans une tradition culturelle ambiguë.

IPPR Porn Report

Il y a deux jours, un rapport paraissait sur la perception de la pornographie par les adolescents britanniques. En un temps où le gouvernement conservateur tente de contrôler, en Grande-Bretagne, la diffusion de la pornographie sur Internet, ce rapport se trouve être du pain béni pour les médias alarmistes toujours prompts à dénoncer l’influence pernicieuse des images pornographiques sur la vie personnelle de la population en général et des adolescents en particulier. Le recours aux dangers que la pornographie ferait courir à la jeunesse est un instrument typique de la rhétorique anti-pornographique, même s’il n’est pas beaucoup plus falsifiable que son grand concurrent, l’argument du rapport causal entre pornographie et viol. Quoi qu’il en soit, le rapport de l’Institute for Public Policy Research a reçu un traitement médiatique bien troublant.

Continuer la lecture de « IPPR Porn Report »

Techniques juridiques et interprétatives de la pornographie

La parution du premier numéro de la revue Porn Studies a attiré une attention considérable de la part du milieu académique et journalistique et beaucoup y voient l’acte de naissance d’un nouveau champ ou la conquête d’une légitimité inédite, à l’intérieur des institutions, pour les universitaires impliqués dans l’étude de la pornographie. C’est une position que j’ai défendue moi-même dans certaines pages de mon Introduction aux porn studies, qui fait depuis quelques semaines l’objet des billets de Contagions, et les questions que les journalistes de la presse de grande diffusion me posent depuis quelques semaines à ce propos vont également en ce sens. Il existe des désaccords quant à l’existence effective d’un champ des porn studies, mais le consensus me parait assez large, à la fois pour les spécialistes et pour le public plus élargi, quant à l’importance de cette publication régulière instituée.

Continuer la lecture de « Techniques juridiques et interprétatives de la pornographie »

Qui suis-je ? Où cours-je ?

@Francois_Ronan @nomarignier je m’interroge sur l’intention de notre ami : aspirer les énonciations ? énoncer les aspirations ? un programme

— Marie-Anne Paveau (@mapav8) 29 Avril 2014

 

Hier, Noémie Marignier, fondatrice et rédactrice du carnet Corps et mots et invitée ce mois-ci des Espaces réflexifs, publiait le dernier en date d’une série de billets consacrés à la situation des productrices et producteurs de discours savants. Sous le titre « Je suis une femme blanche, valide, athée… », Noémie Marignier souligne comment l’impératif de se situer explicitement dans un réseau de dominations, avant de produire un discours, tend parfois à se réduire à de simples formules liminaires, sans portée méthodique et épistémique nettement sensible. En d’autres termes, quelques mots sur sa propre situation de chercheur constituent un alibi acquis à peu de frais qui couvre un discours académique somme toute assez classique, dont les prétentions à l’objectivité systématique ne sont en rien entamées par ces préludes post-modernes.

Continuer la lecture de « Qui suis-je ? Où cours-je ? »

Histoire de la pornographie : problèmes de méthodes

Comme promis dans le précédent billet, ce mois-ci, je parle de pornographie et plus précisément j’évoque quelques points présents dans mon Introduction aux porn studies parue ce mois-ci aux Impressions Nouvelles. Ce bref ouvrage d’initiation — pour ne pas dire préliminaires — à la question se compose, en plus de l’avant-propos et de quelques remarques conclusives, de trois chapitres dont le premier est consacré à l’histoire de la pornographie. On s’en doute : il était impossible de couvrir en peu de caractères tout le spectre des produits et des pratiques pornographiques, des origines à nos jours, à la fois parce que les sources sont abondantes et, dans leur diversité, excèdent largement la compétence d’un seul individu, et parce que les travaux sur cette histoire sont, et c’est un euphémisme, inégalement répartis. En effet, l’immense majorité des productions académiques sur la pornographie concerne l’époque contemporaine, et même le vingtième siècle spécifiquement, et même spécifiquement, à l’intérieur du vingtième siècle, les sources audiovisuelles des années 1960 à nos jours.

Continuer la lecture de « Histoire de la pornographie : problèmes de méthodes »

Introduction à l’introduction de l’Introduction aux porn studies

Sachez que je ne vous ai pas oubliés. Au mois de janvier, vous vous souvenez peut-être que j’avais dit deux ou trois choses à côté, dans la Villa Réflexive, où depuis m’ont succédé Philippe Liotard et Mélodie Faury, dans une année toujours consacrée au genre. Il avait été pour moi l’occasion de parler de ma situation à l’intérieur d’une recherche orientée par le féminisme, de la question de la disciplinarité et de quelques problèmes de méthode. Le mois de février, lui, a été consacré à d’autres tâches : préparer un cours d’explication de textes théâtraux du vingtième siècle, en remplacement d’une collègue, reprendre un article de narratologie des séries télévisées, suivre des formations au sein du DFI et, enfin, déménager. Me voilà de retour — les cartons sont déballés, les meubles transportés, les clés rendues et j’ai l’esprit plus tranquille.

Continuer la lecture de « Introduction à l’introduction de l’Introduction aux porn studies »

Déclasser & Déranger

Pendant que sur Langues de Feu, Claire Placial publie six billets par jour tout en narguant ses collègues avec des photographies de plages et de palmiers sur Twitter, ici, sur Contagions, on se tourne les pouces, on bâille aux corneilles, on peigne des girafes, on regarde les mouches voler, bref, on zoologise, certes, mais on ne fait pas grand-chose de plus. La faute à qui ? Eh bien, à Marie-Anne Paveau, d’abord, évidemment, qui a eu la cruauté d’exiger de moi un article pour satisfaire sa libidineuse intellectualité, aux élèves, qui ont (parfois) la mauvaise idée de venir en cours, au Centre de Recherche sur l’Imaginaire, qui voulait que je confère (et aussi ai-je conféré), à la thèse, à la rhétorique, aux alignements stellaires et, accessoirement, à la vie.

Continuer la lecture de « Déclasser & Déranger »

Cité des Liens — 8 : Blogographie

Langues de Feu

Alors que mes Pokémons sont presque au niveau 100 et mes cours presque finis, je profite de la quiétude de cette fin d’été pour proposer un nouveau tour des carnets de recherches et des blogs, dans la Cité des Liens de cette semaine. Avec la fin de l’été justement, et la fin des vacances, les nouvelles fleurissent, les appels à contributions reviennent, les emplois du temps se chargent, se changent et se corrigent. De même pour Hypothèses, qui reprend peu à peu, semblerait-il, son rythme de croisière. C’est la fin du pastis et de la pétanque.

Continuer la lecture de « Cité des Liens — 8 : Blogographie »

Porn Wars

Dans un précédent billet, j’avais rapidement évoqué l’appel à contributions de la revue Regards sociologiques, qui prévoit de consacrer un numéro à la pornographie. L’actualité de cette recherche est dense, tout du moins si on la compare à son peu de popularité en France, quand on considère que pendant ce temps l’appel à contributions pour le premier numéro de Porn Studies court toujours et jusqu’au 30 juin et que la revue d’esthétique du cinéma Proteus vient de publier son cinquième numéro sur la question, avec le titre « Pornographies, entre l’animal et la machine ».

J’ai moi-même soumis une note de recherche au comité de rédaction de Porn Studies, sous le titre « Is There A Porn Continuum? From Hunk-Of-The-Day to NSFW Blogs », une affaire à suivre, et publié un article dans ce numéro de Proteus intitulé « La cohérence formelle et visuelle des tubes pornographiques : le cas de la catégorie Asian sur un tube gay ». C’est donc tout naturellement qu’il y a quelques jours, pris de curiosité, j’ai parcouru quelques dizaines de tweets pour le hashtag #pornstudies.

Ce qui en ressortait était l’apparente résurrection d’un phénomène marquant qui, des années 70 à 90, a caractérisé les études sur la pornographie, ce qu’on a pu appeler la ou les Porn Wars. De fait, l’annonce de la publication, à partir de 2014, du périodique académique Porn Studies a suscité des réactions symptomatiques de l’époque et motivé certains à proposer un bilan transitoire des Porn Wars, tel qu’on peut le lire par exemple sur le site Sociology Lens, dans un article intitulé « Revisiting the Porn Wars ».

Un pareil climat de tension a été, je crois, propice au repli sur des positions éthiques, qui sont loin de se trouver sans conséquence sur le matériau traité par les porn studies. De ce point de vue, le matériel pornographique constitue un cas d’école de la contagion entre valorisation culturelle, légitimation académique et considérations morales, contagion qui plus est prise dans un nœud d’interdisciplinarité extrêmement difficile à défaire, depuis la publication de l’ouvrage collectif programmatique, Porn Studies, dirigé par Linda Williams.

La polarisation du débat

Dans un billet de son blog daté du 1er juin, la psychologue Meg Barker, figure éminente de la recherche sur la sexualité, expliquait les raisons de son engagement au sein du comité éditorial de la revue Porn Studies en y soulignant qu’elle y voyait une chance de « sortir de la polarisation » (moving away from polarisation) qui affecte depuis longtemps le domaine. En d’autres termes, que les opposants à Porn Studies avaient tort de considérer que le journal serait ouvertement pro-pornographie.

Pour résumer grossièrement l’antagonisme que tous les acteurs de cette micro-polémique évoquent comme s’il devait être des plus évidents, disons qu’il se fonde sur l’opposition, au sein du féminisme, de deux attitudes à l’égard de la pornographie : l’une voit en elle la dégradation systématique des femmes sans aucune ressource pour une amélioration et l’autre une possible subversion des normes sexuelles. Cette opposition assez simple, de principes, est rapidement compliquée par des oppositions de méthodes.

En fait, la définition pour le moins extensive de la pornographie qui sous-tend les travaux des féministes anti-pornographies tend à faire perdre au concept toute valeur opératoire, dans la mesure où la pornographie y est susceptible de recouvrir n’importe quel rapport sexué (mais non nécessairement sexuel) entre un homme et une femme qui impliquerait une forme de domination (peu importe sa nature). La pornographie devient alors moins un champ spécifique de la production culturelle qu’un état d’esprit ou même un quasi synonyme de la société patriarcale.

Le point dangereux de cette abstraction de la pornographie, qui rejoint par là des concepts aussi vagues et inopérants que le « phallogocentrisme » ou la « société patriarcale » elle-même, est sa propension à effacer les dimensions pratiques et existentielles des expériences particulières en les repliant sur une idée globale censée pouvoir rendre compte de tous les phénomènes. L’exemple de le plus frappant de cette dérive a été, selon Linda Williams, ainsi qu’elle l’explique dans l’introduction de l’ouvrage Porn Studies, la vitalité du slogan emprunté par Catharine MacKinnon à Susan Brownmiller : « pornography is the theory and rape is the practice ».

Cette extension conceptuelle, dont les défauts ont été analysés par exemple par Ian Halley dans « Queer Theory By Men », a semblé particulièrement pernicieuse à Linda Williams quand elle a conduit Catharine McKinnon à analyser les viols collectifs de la guerre au Kosovo, dans le cadre du génocide, comme une expression de la pornographie. Dans son introduction intitulée « Teaching Pornography », où elle retrace les étapes qui l’ont menée à donner son premier cours sur la question, Williams explique :

Catherine MacKinnon wrote an article for Ms. that entirely changed my mind. She argued that the Serbian rapes of Muslim and Croatian women in Bosnia constituted an unprecedented policy of extermination caused by pornography: […] The real culprit in these rapes was, for MacKinnon, not the Serbian rapists, but the supposed saturation of Yugoslavia with pornography. Such an argument encourages us to shift attention from the real crime of politically motivated rape to the supposedly more heinous crime of filming it. Instead of concentrating on how Muslim and Croatian women became the targets of sexual crimes, MacKinnon preferred to blame pornography as their cause. We come away from her article with the impression that it is pornography that we must fight, not rape.

In cauda venenum, puisque les derniers mots de ce paragraphe mettent précisément les féministes anti-pornographie face à une contradiction que Williams perçoit interne à leur méthode. En effet, la question des dégâts (harm) causés par la pornographie av été l’un des arguments légaux majeurs pour contourner l’amendement sur la liberté d’expression et imposer des mesures de censure aux États-Unis : la pornographie conduirait au viol, donc elle menacerait les citoyennes, donc elle devait être interdite. Un autre argument majeur est que la pornographie ne pourrait être protégée par la liberté d’expression (freedom of speech), puisque précisément elle ne serait pas un discours (speech) : sans contenu, elle serait purement efficiente, autrement dit, une aide à la masturbation. C’est un argument semblable à celui qui avait permis de réguler la publicité.

Partant, pour les féministes pro-pornographie, qui voient d’un mauvais œil l’alliance de circonstance entre féminisme et réaction religieuse sur le terrain des mœurs sexuelles, le discours, qui est une réaction à ces critiques, portent sur deux points : 1) mettre en évidence l’inanité scientifique des conclusions (souvent peu concluantes, justement) des études psychologiques censées démontrer l’influence de la pornographie sur la violence sexuelle et 2) souligner la densité intellectuelle du matériau pornographique et ses possibilités de subversion.

Délimiter les objets d’étude

C’est la seconde stratégie qui, historiquement, occupe le plus de terrain, d’abord parce qu’aucune étude n’a été capable d’établir très clairement le rapport entre consommation de pornographie et violence sexuelle et ensuite parce que c’est un ouvrage en analyse filmique, le Hard Core de Linda Williams, qui devient le fer de lance du féminisme pro-pornographie. D’un certain point de vue, la lutte est aisée : la plupart des articles anti-pornographie témoignent en effet d’une ignorance si complète de ce qu’est, de facto, la pornographie, qu’il n’y a guère de spécialistes que celles et ceux qui en ont, eux, consulté — les féministes pro-pornographies.

Le combat est d’ailleurs d’autant plus inégal que seules les porn studies sont susceptibles d’accueillir l’étude de ce qui ne relève pas du schéma hétérosexuel global sur lequel repose la définition anti-pornographie de la pornographie et donc offrir une place à la pornographie gay, industrie de plus en plus florissante, et à la pornographie lesbienne, comble de la subversion. Tandis qu’en France on continue à se bercer du charme un peu désuet des affirmations générales plus ou moins psychanalytiques, dans le domaine anglophone, les porn studies ont quasi occupé tout le terrain.

Il faut donc se méfier un peu, non pas des porn studies, mais de l’affirmation de Meg Barker qui prétend qu’une dé-polarisation est possible avec la publication de la revue Porn Studies. L’historique récent du hashtag #pornstudies montre assez que les initiatives sont toutes marquées par une certaine forme de valorisation de la pornographie. J’en prendrai deux exemples. Le premier est la création d’un réseau (network) pour jeunes chercheurs en pornographie, XCircle, qui ne fait une place qu’au potentiel subversif du matériau, comme le signale sa page d’invitation  :

If you are a young academic, researching alternative / ethical / DIY / marginalised / queer / feminist porn / post-porn or a closely related topic, or you research/analyse/write about pornography from a feminist and/or queer perspective, then you would fit in perfectly in XCircle_edu!

Le deuxième est le sommaire d’un récent dossier du site Nonfiction, « Penser le porno aujourd’hui », où l’on retrouve pêle-mêle tous les indices d’une valorisation du matériau étudié : « le hors-champ de la baise et la poésie qu’il recèle », « esthétique et pornographie », « la pornographie comme une forme d’art », « (micro)-politique du porno version femmes », « corps en résistance », « explore les désirs », etc.

L’une des caractéristiques les plus récurrentes des porn studies, même si elle n’est pas systématique, est de présenter la pornographie comme une terre des possibles en insistant volontiers sur ses expressions les plus subversives et les plus originales. Par conséquent, la pornographie étudiée est loin, très loin d’être la même que celles que visent les féministes anti-pornographie, c’est-à-dire celle des femmes nues aux tours de poitrine improbables, étoiles sur les tétons, souplement offertes sur la couverture des magazines du buraliste de quartier.

Les porn studies courent donc un danger exactement inverse à celui des études anti-pornographiques : celui de réduire la définition de la pornographie à un tout petit corpus de productions valorisées. C’est tout du moins ce qu’avance Anne Sabo dans un article intitulé « Highbrow and Lowbrow Pornography : Prejudice Prevails Against Popular Culture. A Case Study », paru en 2009 dans le Journal of Popular Culture, mais resté, à ma connaissance, sans grande influence. L’idée de Sabo (la disqualification au sein des porn studies du gros de la production pornographique) est en fait incomplète, c’est-à-dire en partie inexacte, dans la mesure où une bonne part de la nébuleuse porn studies en constitution se consacre à une pornographie assez courante.

C’est notamment le cas des fameuses études en réception d’Alan McKee chez les acheteurs et acheteuses de pornographie en Australie, comme ses analyses filmiques qui rassemblent leur corpus plutôt à partir de ce que le marchand local propose en vidéos gays qu’à partir d’un quelconque jugement de valeur, mais c’est aussi plus généralement le cas de toute la composante sociologique, de plus en plus importante, dans le domaine et notamment de l’analyse du star system et des méthodes de production.

La polémique permanente

En fait, l’analyse de Sabo ne vaut que pour une partie du discours des porn studies, mais précisément sa partie la plus visible : celle qui, préfacielle et virulente comme l’introduction de Williams, procède à la légitimation des recherches sur le matériau pornographique lui-même plutôt que sur ses effets. En d’autres termes, alors que des disciplines assez scientifiques, typiquement la sociologie, travaillent dans le domaine des porn studies, ce sont les disciplines plus artistiques, comme les études cinématographiques, qui reçoivent la charge des relations publiques du champ.

On pourrait en effet tout à fait imaginer, a contrario, une ligne de défense de la forme suivante : la pornographie est l’industrie cinématographique la plus prospère au monde, elle se compose de milliers de films, elle a des millions et des millions de téléspectateurs, elle est soumise à des législations particulières, c’est donc un objet important de la société et l’on doit l’étudier. Une pareille justification, qui fait l’économie de toute réflexion sur la valeur intrinsèque de l’objet étudié, serait tout à fait recevable ; mais c’est bien sur la valeur de la pornographie que roulent les débats passés et actuels.

Il y a sans doute plusieurs raisons à cela, pour lesquelles j’aurais du mal à définir un ordre de préséance. L’importance du rôle de Linda Williams dans la constitution historique des porn studies implique une prégnance des traditions des études cinématographiques, d’une théorie esthétique du matériau et donc de sa valorisation intrinsèque. Le contexte antagoniste de la polémique invite à une inversion des arguments adverses et donc à une dé-dévalorisation. Le rôle affirmé de la pornographie dans la construction des identités sexuelles non-hétérosexuelles et la place faite à la pornographie non-hétérosexuelle dans les porn studies peuvent également jouer en ce sens.

Tous ces phénomènes ne me paraissent pas propres aux porn studies et, à bien des égards, les porn studies se présentent comme un lieu de convergence de différents traits de la légitimation d’objets dans le champ académique. J’ai signalé récemment la manière dont l’interprétation libertine et donc subversive des Liaisons dangereuses était plus naturellement adoptée, dans la réception contemporaine, que son opposée moraliste ; plus anciennement, j’ai également souligné la manière dont les études sur les séries télévisées, quand elles se faisaient interprétatives, impliquaient une valorisation esthétique du contenu.

De ce point de vue, je ne suis pas sûr que dans un contexte de crise de légitimité, au sein de l’Université, dans un champ d’études interdisciplinaires portant sur un objet émergeant, les disciplines non-scientifiques soient nécessairement les plus menacées ; au contraire, riches d’une tradition de valorisation automatique de l’objet sur lequel elles portent (par définition artistique), elles fournissent beaucoup plus de réponses, peu complexées par les opérations de sélections partiales d’un corpus au profit d’un autre, elles fournissent beaucoup plus d’armes dans un débat éthique et moral que la seule défense de l’intérêt scientifique et objectif.

***

Ma propre position sur la question est mêlée. Je suis clairement, par mes contributions (très) très ponctuelles, à la marge de la nébuleuse des porn studies. Dans les porn studies, parce qu’aucune version de l’antipornographisme ne me convainc, même de loin, même approximativement ; à la marge, parce que je suis de plus en plus persuadé que l’interprétation peut et doit s’étendre même aux matériaux a priori dépourvus de tout profondeur, qu’il s’agisse du gros de la production littéraire du dix-septième siècle, loin des chefs-d’œuvres classiques, des séries qui ne rentrent pas dans le canon de HBO, ou de la pornographie mainstream, gay mais pas queer, faussement lesbienne, très hétéro — ce qui n’exclue pas du champ des recherches les formes les plus subversives, mais une subversion privée de la compréhension de ses références est une coquille vide.

Vidéo

Cathy Verney, Hard, saison 1, épisode 3.

Appel à Contributions, Regards sociologiques

Regards sociologiques

Comment faire la sociologie de la pornographie ? Que signifie un tel programme de recherche ? Ce numéro de Regards Sociologiques a pour objectif d’ouvrir un domaine d’études peu exploré, et de faire le bilan des recherches en cours ou déjà menées. Trois pistes de recherche seront privilégiées : la pornographie peut être abordée comme une catégorie de l’action publique ; des pratiques de production et de réception qui construisent des mondes sociaux ; enfin un ensemble de représentations aux usages spécifiques.

1. Une catégorie de l’action politique

 De quoi parle-t-on quand on parle de pornographie ? Les travaux pionniers en histoire culturelle ont souligné la dimension historique du terme, qui « n’a pas constitué une catégorie entièrement séparée ou distincte de représentations visuelles ou écrites avant le premier dix-neuvième siècle » ouest-européen[1]. En s’intéressant aux processus de catégorisation, Walter Kendrick[2] appréhen-de la pornographie moins comme un ensemble d’œuvres ou de produits homogènes que comme un dispositif de contrôle et une « structure de sentiments » bourgeoise ciblant toutes les représentations perçues comme dangereuses. La pornographie peut donc être envisagée comme une catégorie de l’action politique, codifiée de manière plus ou moins précise dans le droit : dans cette perspective, la sociologie de la pornographie est d’abord une sociologie politique de la censure. Annie Stora-Lamarre montre ainsi comment l’imposition de cette catégorie a pour objectif la protection d’un public « fragile » ou « faible », et qu’elle est dépendante de procédures de dénonciation menées par des entrepreneurs moraux[3].

C’est aussi une catégorie contestée : la classification pornographique est un enjeu de lutte, et mobilise des groupes et des savoirs très divers. La constitution du film Baise-moi en affaire l’illustre : elle concerne moins la production pornographique française actuelle que la revendication d’une autonomie d’un champ artistique contre les instances politiques qui voudraient le contrôler, et l’instrumentalisation du droit par des associations à la visibilité réduite[4]. La constitution de la pornographie en cause par des groupes féministes dévoile les rapports de genre qui sont à son principe, elle participe également d’un processus de qualification de la pornographie, et enfin d’une recomposition du champ féministe[5]. Quels sont les enjeux sociaux de la catégorie de pornographie ? Quels groupes ou quelles instances en sont les producteurs et les usagers ?

2. Les mondes de la pornographie

La sociologie de la pornographie n’est pas seulement celle d’une mise à l’index, mais également celle de mondes sociaux façonnés par des pratiques de production et de réception. L’écriture de pamphlets pornographiques est, au 18e siècle, une activité clandestine, constitutive de la culture des « Lumières radicales », qui use de l’obscène pour opérer une critique des pouvoirs tels que l’État et l’Église[6]. Cette dimension contestataire s’affaiblit au cours du 19e siècle : il s’agit moins alors de déstabiliser l’ordre établi que de construire un marché et légitimer son activité[7]. C’est à la fois à la marge – à travers des réseaux de circulations de photos amateurs – et au cœur même de cette industrie culturelle – à travers la vente par correspondance de magazines dits de « santé masculine » – que s’invente au cours du 20e siècle une culture pornographique gaie[8]. Le statut de la pornographie, comme activité amateur ou professionnelle, métier principal ou secondaire, les relations d’emploi, les circuits des produits sont alors des questions centrales[9] : quelles sont les trajectoires et les appartenances sociales de celles et ceux qui s’y investissent ? Comment ce marché se développe malgré, ou à la faveur des encadrements juridiques et de la stigmatisation dont il est l’objet ? Quelles relations de domination et d’exploitation implique-t-il ?

Selon l’enquête Contexte de la sexualité en France, une femme sur cinq et un homme sur deux déclarent visionner régulièrement de la pornographie[10].  Il s’agit donc d’une pratique culturelle qui compte dans les trajectoires, les sociabilités et les constructions de soi. Cette pratique investit des espaces divers, de la sphère domestique[11] aux sex-shops, des forums Internet réunissant des passionnés aux sites de rencontre en ligne où s’échangent des photos pornographiques amateur[12]. Comment différents groupes sociaux déploient-ils différentes logiques d’appropriation des textes, sons, images, objets et dispositifs des différentes cultures pornographiques ? Comment ces pratiques de réception participent-elles en retour de la redéfinition des frontières et des propriétés de ces groupes sociaux ?

3. Représentation de la sexualité et érotisation des rapports sociaux

La représentation de la sexualité est un dernier axe de recherche. L’historienne du cinéma pornographique Linda Williams a montré comment la volonté (masculine) de la pornographie moderne de « dévoiler » les vérités cachées du sexe (féminin) est vouée à un perpétuel échec : les techniques pornographiques de visualisation de l’orgasme ne reflètent pas, mais produisent activement la sexualité[13]. Prolongeant ces analyses, les porn studies s’intéressent à la manière dont les films pornographiques contribuent à la définition publique du genre et de la sexualité, ainsi que des rapports de classe et des rapports de race[14] : la pornographie, à partir du 19e siècle notamment, participe d’une histoire nationale et impériale où l’émergence d’objets de fantasme est le revers de rapports de pouvoir[15], dont le redéploiement dans les anciennes métropoles coloniales s’accompagne d’une réactualisation des figures racialisées du désir[16]. C’est dire que la pornographie est dépendante d’une actualité sexuelle qui explique pour une part les variations de ses figures : comment traduit-elle sexuellement les tensions sociales et les rapports d’objectivation ? Et comment, en retour, ces repré-sentations sexuelles participent-elles de la reconfiguration des fantasmes publics et privés ?

Parce que ces représentations érotisent des rapports sociaux et « parlent » directement à l’inti-mité des publics (y compris universitaires), enquêter sur la pornographie nécessite une réflexion à part entière[17]. Comment rendre compte dans un langage sociologique de mondes sociaux où, selon un renversement proprement pornographique des valeurs dominantes[18], l’immoralité et la vulgarité sont célébrées ? La pornographie interroge le rôle de la sociologie dans la reproduction des hiérarchies culturelle et scientifique entre objets légitimes et objets illégitimes ; la place de la corporéité, des sensations et des émotions dans les processus de production de connaissance ; finalement  les appartenances sociales du regard sociologique, et notamment sa place dans les rapports de genre.

Modalités de soumission

Les contributions attendues pour le numéro spécial « Sur la pornographie » sont à envoyer, sous la forme d’articles complets pour le 30 octobre 2013.

Les articles soumis ne devront pas excéder 50 000 signes (espaces et notes comprises) et, pour le format attendu, voir :  http://www.regards-sociologiques.com/wp-content/uploads/rs_indications_publication.pdf

Les articles sont à adresser à :

mathieutrachman@yahoo.frflorian.voros@gmail.comasso_regarsoc@yahoo.fr

Regards Sociologiques est une revue à comité de lecture de sorte que les évaluations, effectuées à chaque fois selon le processus d’une double évaluation anonyme (une interne et une externe), seront communiquées courant décembre 2013.

Fondateur et directeur de la publication :

Christian de Montlibert

Conseil scientifique et comité de lecture

Gabrielle Balazs,
Patrick Champagne,
Annie Collovald,
Philippe Cordazzo,
Vincent Dubois,
Bertrand Geay,
Philippe Hamman,
Joseph Jurt,
Isabelle Kalinowski,
Frédéric Lebaron,
Rémi Lenoir,
Gérard Mauger,
Nikos Panayotopoulos,
Louis Pinto,
Franz Schultheis,
Sylvie Tissot,
Bernard Vernier,
Loïc WacquantComité de rédaction : Clément Bastien, Anaïs Cretin, Olivia Rick

 


[1] Hunt Lynn (éd.) The invention of pornography. Obscenity and the origins of modernity, 1500-1800, New York, Zone Books, 1993, p.355.

[2] Kendrick Walter, The secret museum. Pornography in modern culture, New York, Viking, 1987.

[3] Stora-Lamarre Annie, L’enfer de la 3ème République. Censeurs et pornographes, Paris, Imago, 1992.

[4] Mathieu Lilian, « L’art menacé par le droit ? Retour sur l’affaire Baise-moi », Mouvements, n°29, 2003, pp.60-65.

[5] Bronstein Carolyn, Battling pornography. The American feminist anti-pornography movement, 1976-1986, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

[6] Darnton Robert, Édition et sédition. L’univers de la littérature clandestine au 18ème siècle, Paris, Gallimard (coll. NRF essais), 1991 ; Hunt Lynn, Le roman familial de la révolution française, Paris, Albin Michel (coll. Bibliothèque Albin Michel Histoire), 1995 ; Darnton Robert, « Vies privées et affaires publiques sous l’Ancien Régime », Actes de la recherche en sciences sociales, n°154, vol.4, 2004, pp.24-35.

[7] Sigel Lisa Z. (éd.), International exposure. Perspectives on modern European pornography, 1800-2000, New Brunswick, New Jersey et Londres, Rutgers University Press, 2005 ; Coulmont Baptiste, avec Roca-Ortiz Irène, Sex-shop. Une histoire française, Paris, Dilecta, 2007.

[8] Waugh Thomas, Hard to imagine. Gay male eroticism in photography and film from their beginnings to Stonewall, New York, Columbia University Press, 1996.

[9] Trachman Mathieu, Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, Paris, La Découverte (coll. Genre et sexualité), 2013.

[10] Bozon Michel, « Pratiques et rencontres sexuelles : un répertoire qui s’élargit », in Bajos Nathalie, Bozon Michel (dir.), Beltzer Nathalie (coord.), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, 2008, pp.279-280

[11] Juffer Jane, At home with pornography. Women, sex and everyday Life, New York, NYU Press, 1998.

[12] Attwood Feona (éd.), Porn.com. Making sense of online pornography, Londres, Peter Lang, 2010.

[13] Williams Linda, Hard core. Power, pleasure and the « frenzy of the visible », Berkeley, University of California Press, 1989.

[14] Williams Linda (éd.), Porn Studies, Durham, Duke University, 2004.

[15] Sigel Lisa Z., Governing Pleasures. Pornography and social change in England, New Brunswick, New Jersey et Londres, Rutgers University Press, 2002.

[16] Cervulle Maxime, Rees-Roberts Nick, Homo exoticus. Race, classe et critique queer, Paris, Armand Colin et INA (coll. Médiacultures), 2010.

[17] Damian-Gaillard Béatrice, « Entretiens avec des producteurs de la presse pornographique. Des rencontres semées d’embûches… », Sur le journalisme, About journalism, Sobre Jornalismo [En ligne], vol.1, n°1, 2012.

[18] Paasonen Susanna, Carnal resonance. Affect and online pornography. Cambridge, Mass., MIT Press, 2011