Enseigner les querelles en sciences humaines et sociales

Quand je suis arrivé à l’université de Varsovie, en octobre 2017, après avoir soutenu ma thèse de doctorat en France, j’y ai trouvé, au sein du Centre de Civilisation Française et d’Études Francophones qui m’accueille, un séminaire de recherche francophone en sciences humaines et sociales. Toutes les deux semaines, le jeudi soir, le séminaire accueille des chercheurs et des chercheuses de Pologne, de France et d’ailleurs, qui viennent y évoquer leurs recherches en cours, devant une petite assemblée, laquelle compte des habitués et des personnes que le sujet du jour y a attirées.

Continuer la lecture de « Enseigner les querelles en sciences humaines et sociales »

Les bourses de mobilité académique des ambassades de France

La semaine dernière, j’ai expliqué le programme d’aide à la publication de l’Institut Français, qui permet notamment de faciliter la parution d’ouvrages français traduits dans les langues des pays où le réseau culturel français est très présent. Ces aides ne sont qu’une partie du dispositif de coopération scientifique déployé par le ministère des affaires étrangères. Dans l’ensemble, ce dispositif est peu lisible, parce qu’il fait intervenir beaucoup d’acteurs différents, qui dépendent plus ou moins étroitement du ministère : l’Agence Française de Développement, l’Institut Français de Paris et son réseau d’instituts locaux, Expertise France, les ambassades de France, les centres de recherche français à l’étranger, et notamment les IFRE, Campus France, Business France, France Alumni, et j’en passe. Peu lisible aussi parce que, au même moment où certaines instances des pouvoirs publics entendent mettre en place une politique de ségrégation par le revenu pour fermer les portes des universités françaises aux étudiants venus des pays les moins favorisés, d’autres instances incitent à la mobilité internationale.

Continuer la lecture de « Les bourses de mobilité académique des ambassades de France »

Les programmes d’aide à la traduction de l’Institut Français

Le 10 mars dernier, je siégeais comme membre scientifique dans la commission du prix Boy-Żeleński. Tadeusz Boy-Żeleński (1874-1941) fut un traducteur prolifique en polonais de la littérature française. Il s’est notamment occupé de la Recherche du temps perdu, en prenant il est vrai parfois des libertés significatives avec l’original, de sorte qu’un projet de retraduction intégrale de Proust en polonais a été lancé il y a quelques années. En tout cas, l’Institut Français de Varsovie a donné son nom à la commission qui siège annuellement pour examiner les demandes d’aide à la traduction de la part des éditeurs polonais. C’était la première fois que j’y participais et j’en tire quelques leçons qui ne seront peut-être pas inutiles aux universitaires français.

Continuer la lecture de « Les programmes d’aide à la traduction de l’Institut Français »

Le plurilinguisme en Europe à l’époque moderne

J’ai publié récemment un article intitulé « Le plurilinguisme dans les Entretiens de Pierre Costar et Vincent Voiture », dans le cadre du volume collectif dirigé par Agnès Coussin et consacré au genre de l’entretien, au XVIIe siècle. Cet article s’inscrit dans une étude plus large de la construction éditoriale de l’œuvre de Vincent Voiture, développée dans l’un des chapitres de la troisième partie de ma thèse, ainsi que dans les articles « Beautés et défauts de Voiture. La Défense des ouvrages de M. de Voiture de Pierre Costar » et « L’usage de la correspondance dans les textes théoriques de l’époque moderne : le cas de la querelle de Costar-Girac dans les années 1650 ». Mais il participe aussi d’une recherche que j’ai commencé à mettre en place l’année dernière et qui prend la suite d’un certain nombre d’observations formulées dans la deuxième partie de ma thèse.

Continuer la lecture de « Le plurilinguisme en Europe à l’époque moderne »

The Cartography of Poland: A Conversation in Europe

I recently submitted in English a proposal for a mobility grant to study XVIIIth century maps of Poland. The proposal was sadly rejected, on grounds which could by themselves be the matter of a whole story. I will pursue this work nevertheless, most likely in French, and I therefore offer here the core text of my original proposal, as an introduction to this on-going research. I’ve removed only the previsional costs section and some considerations specific to the original institution calling for applications. I’ve also added links to some of the sources and works cited.

Continuer la lecture de « The Cartography of Poland: A Conversation in Europe »

Centres de recherche et archivage des documents non-scientifiques

Comme certains d’entre vous le savent déjà, je suis depuis quelques semaines chercheur au Centre de Civilisation Française et d’Études Francophones de l’Université de Varsovie. Le CCFEF (ou OKFiSF, en polonais) fait partie de ces organismes de recherches maintenus par la France à l’étranger, dans le cadre de sa politique diplomatique et de sa politique de recherche. Ces organismes peuvent avoir des missions, des tailles et des formes juridiques très diverses, les plus connus étant d’un côté les Écoles françaises et de l’autre les centres qui participent du réseau des IFRE, les Instituts Français de Recherche à l’Étranger.

Continuer la lecture de « Centres de recherche et archivage des documents non-scientifiques »

Le problème de la valorisation des époques

J’ai évoqué à plusieurs endroits la propension des sciences humaines et des études médiatiques à défendre leur discipline en défendant leur objet de recherche, c’est-à-dire à tenter de prouver leur valeur en tant qu’activité productrice de connaissances en prouvant celle de ce sur quoi elles produisent ces connaissances. Comme je l’avais dit à propos des Teletubbies, la situation est frappante pour l’étude des séries télévisées, où toutes les séries jugées médiocres ont été promptement évacuées à partir de la montée de ce que l’on pourrait appeller le paradigme Slayage, du nom de la revue consacrée à l’étude de Buffy the Vampire Slayer. Ce n’est à vrai dire qu’une variation des attitudes adoptées souvent en histoire de l’art et en études littéraires — dont le sous-genre académique de la défense des études littéraires est un cas frappant — mais qui touchent également d’autres domaines.

Continuer la lecture de « Le problème de la valorisation des époques »

Transferts linguistiques et réformes culturelles dans l’Europe du XVIIIe siècle

Comme certains le savent déjà, je suis depuis quelque temps chercheur assistant au Centre de Civilisation Française et d’Études Francophones de l’Université de Varsovie, où je travaille principalement sur la question de la culture francophone dans la République des deux Nations au XVIIIe siècle. Dans ce cadre, j’ai participé la semaine dernière à l’ouverture du colloque international « Translatio et histoire des idées », organisé par l’Institut de Linguistique Appliquée de l’Université de Varsovie, sous la direction d’Anna Kukułka-Wojtasik.

Continuer la lecture de « Transferts linguistiques et réformes culturelles dans l’Europe du XVIIIe siècle »