M. van Strien-Chardonneau & M.-C. Kok Escalle, French as Language of Intimacy in the Modern Age, AUP, 2016

La semaine dernière, les Amsterdam University Press ont eu l’amabilité de me faire parvenir un exemplaire, afin que je puisse en faire la recension, de French as Language of Intimacy in the Modern Age, un ouvrage dirigé par Madeleine van Strien-Chardonneau et Marie-Christine Kok Escalle, paru en 2016. Les deux directrices avaient déjà apporté, depuis les années 1990, d’importantes contributions à l’étude du français en dehors de France à l’époque moderne. On peut en citer quelques-unes des dernières années. En 2013, M. van Strien-Chardonneau publiait avec Kees van Strien un article sur le maître de langues Étienne-Benard de Villemart, en 2010, les deux chercheuses collaboraient dans un article sur le plurilinguisme d’éducation aux Pays-Bas. En 2011, elles évaluaient la place des identités sexuées dans l’enseignement de la langue française, dans la même région et à la même époque. En 2013, toujours dans le même contexte, Kok Escalle revenait sur les répertoires de manuels d’enseignement, après avoir étudié, l’année précédente, une méthode utilisée en Perse à la fin du XIXe siècle. La plupart de ces travaux se sont inscrits dans le cadre de la Société Internationale pour l’Histoire du Français Langue Étrangère ou Seconde, la SIHFLES, et de sa revue, les Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, dans la lignée de la monumentale Histoire de la langue française (1905-1938) en onze volumes de Ferdinand Brunot, par l’intermédiaire d’André Reboullet, qui en fut l’un des membres fondateurs, en 1987.

Continuer la lecture de « M. van Strien-Chardonneau & M.-C. Kok Escalle, French as Language of Intimacy in the Modern Age, AUP, 2016 »

Quelques cas d’agents secrets à l’époque moderne

Ces derniers temps, j’ai travaillé sur l’édition de Kehl, une vaste entreprise d’impression des œuvres complètes de Voltaire, sous la direction de Beaumarchais et Condorcet. C’était pour moi l’occasion de me replonger dans les détails de la biographie de Beaumarchais, dont le nom reste associé, dans les manuels scolaires, à de grands succès théâtraux comme Le Barbier de Séville ou Le Mariage de Figaro mais dont les autres activités sont généralement moins bien connues. Pourtant, Beaumarchais est aussi un homme d’affaires, c’est-à-dire un entrepreneur et un spéculateur financier. Pour éditer Voltaire, par exemple, au lieu de collaborer avec un imprimeur déjà bien installé, il monte une société typographique qu’il installe finalement à Kehl, une forteresse qu’il loue pour vingt ans, avant de démonter ses ateliers et de poursuivre son activité à Paris. Après l’incendie chez son papetier fournisseur, il achète ses propres moulins à Arches. Son inventaire après décès, publié chez Champion en 1997 par Donald C. Spinelli, établi le 23 octobre 1800, soit un peu plus d’un an après sa mort, le 18 mai 1799, fait encore état d’une vaste collection de matériel typographique.

Continuer la lecture de « Quelques cas d’agents secrets à l’époque moderne »