Le problème de la valorisation des époques

J’ai évoqué à plusieurs endroits la propension des sciences humaines et des études médiatiques à défendre leur discipline en défendant leur objet de recherche, c’est-à-dire à tenter de prouver leur valeur en tant qu’activité productrice de connaissances en prouvant celle de ce sur quoi elles produisent ces connaissances. Comme je l’avais dit à propos des Teletubbies, la situation est frappante pour l’étude des séries télévisées, où toutes les séries jugées médiocres ont été promptement évacuées à partir de la montée de ce que l’on pourrait appeller le paradigme Slayage, du nom de la revue consacrée à l’étude de Buffy the Vampire Slayer. Ce n’est à vrai dire qu’une variation des attitudes adoptées souvent en histoire de l’art et en études littéraires — dont le sous-genre académique de la défense des études littéraires est un cas frappant — mais qui touchent également d’autres domaines.

Continuer la lecture de « Le problème de la valorisation des époques »

Transferts linguistiques et réformes culturelles dans l’Europe du XVIIIe siècle

Comme certains le savent déjà, je suis depuis quelque temps chercheur assistant au Centre de Civilisation Française et d’Études Francophones de l’Université de Varsovie, où je travaille principalement sur la question de la culture francophone dans la République des deux Nations au XVIIIe siècle. Dans ce cadre, j’ai participé la semaine dernière à l’ouverture du colloque international « Translatio et histoire des idées », organisé par l’Institut de Linguistique Appliquée de l’Université de Varsovie, sous la direction d’Anna Kukułka-Wojtasik.

Continuer la lecture de « Transferts linguistiques et réformes culturelles dans l’Europe du XVIIIe siècle »