Les tisons de Chapelain

Avant-hier, alors nous discutions sur Tweeter du petit billet écrit ici à propos de l’attribution de la Princesse de Clèves, la conversation en est venue à aborder les usages particuliers que l’on pouvait faire à l’époque moderne de la figure des auteurs. À cette occasion, j’ai évoqué le cas de ce que l’on pourrait appeler l’anecdote interprétative. Jean-Yves Vialleton a donné, notamment pour Corneille, des exemples de ce genre de choses1. Vialleton montre combien la vie de Corneille, même quand elle est écrite par ses contemporains, participe du répertoire des biographèmes mythiques hérités de la tradition antique : on y incorpore des éléments qui ne sont pas réels, des événements qui ne se sont pas vraiment produits, mais qui sont vrais au regard de l’interprétation qu’on donne de l’œuvre. En d’autres termes, la vie de l’auteur dramatique est façonnée de sorte à être conforme à l’interprétation de ses pièces. De ce point de vue, c’est une situation en quelque sorte comparable à celle que j’évoquais à propos de Lafayette, où l’on arrangeait la vie de la comtesse pour correspondre à une interprétation particulière de La Princesse de Clèves.

Continuer la lecture de « Les tisons de Chapelain »

  1. Jean-Yves Vialleton. « La vie de Corneille comme moment de réflexion des classiques sur la littérature ». Revue d’Histoire Littéraire de la France 106.3 (2006) : 599-628. []