L’Appropriation de l’œuvre — Sommaire & Index

Comme je l’ai annoncé ici au mois d’avril, je soutiendrai le 13 octobre de cette année, à Grenoble, ma thèse de doctorat en littérature française et, plus particulièrement, en histoire littéraire. Elle a été dirigée par Yves Citton et Christine Noille-Clauzade ; son jury sera composé de Marc Escola (Université de Lausanne), Antoine Lilti (EHESS), Dinah Ribard (EHESS) et Florence Magnot (Université Rennes 2). Sous le titre « L’Appropriation de l’œuvre — Instances et visées de l’attribution des œuvres à leur auteur dans la France de l’Ancien Régime (1650-1777) », elle propose un parcours de la propriété littéraire de la première modernité à l’aune de l’histoire du livre, de l’histoire du droit et de l’histoire littéraire.

Continuer la lecture de « L’Appropriation de l’œuvre — Sommaire & Index »

Les injonctions nouvelles dans l’université moderne et contemporaine

Il y a peu, j’ai lu avec attention l’excellent article qu’Alex Mahoudeau a publié en réaction à une petite polémique qui a agité le monde académique britannique, ces deux dernières semaines. Elle a été déclenchée par un billet de la série « Academic Anonymous » du Guardian, consacré à l’injonction de visibilité virtuelle faite aux universitaires. La série « Academic Anonymous », qui est théoriquement un moyen pour le Guardian de permettre aux universitaires de prendre la parole franchement et sans avoir à trop s’inquiéter des conséquences professionnelles de leur exposé, est aussi parfois comprise comme un clickbait de la part du site. The Guardian manque d’ailleurs rarement son objectif et la dernière tribune de la même série, « Student surveys are destroying my confidence, says new academic », a elle aussi fait l’objet d’assez vives discussions. Les articles, très brefs et sans doute lourdement retravaillés par la rédaction du site, ne sont pas faits pour susciter une discussion saine et raisonnable. De façon plus générale, l’activité du Guardian s’inscrit dans le paysage des produits médiatiques adressés aux universitaires, dont les plus connus sont peut-être le Times Higher Education ou bien, de l’autre côté de l’Atlantique, au Canada, les University Affairs. Dans la même veine que le dernier article des « Academic Anonymous » du Guardian, ces dernières publiaient par exemple, en mai 2016, des vidéos d’enseignants réagissant à leur évaluation par les élèves. On imagine aisément qu’une partie des articles sur ces sites sont produits par des universitaires, trop heureux d’avoir la chance de s’exprimer, sans rémunération particulière.

Continuer la lecture de « Les injonctions nouvelles dans l’université moderne et contemporaine »

Lire et interpréter La Princesse de Clèves dans la France des cités

J’ai rédigé hier un article pour un collectif dirigé par Anne Réach-Ngô sur la réédition des classiques, dont on peut encore lire l’appel à contributions. Cet article, intitulé “Dysharmonie entre militantisme universitaire et pratiques éditoriales : les éditions contemporaines de La Princesse de Clèves et la polémique des années 2000″ constituait la suite de mes réflexions sur la place de cette oeuvre canonique dans la culture française contemporaine. J’avais déjà consacré un article aux adaptations cinématographiques de la nouvelle, qui vient de paraître de la revue Romanica Wratislaviensia — j’en reparlerai bientôt. Pour faire le lien entre cette parution et cette écriture récente, je propose ici un article inédit, que j’avais rédigé en 2011 pour un numéro d’une revue doctorale étasunienne. La revue a cessé de paraître avant sa publication. J’ai augmenté la bibliographie de liens hypertextuels.

Continuer la lecture de « Lire et interpréter La Princesse de Clèves dans la France des cités »

En octobre sur Contagions : au fil des cours

En septembre, j’avais profité de la rentrée pour observer les conséquences concrètes d’une modification de mon service de doctorant, de la pure recherche à la recherche et l’enseignement, pour donner quelques indications sur la manière de comprendre, à partir des outils de la sociologie et de la sociologie de la littérature en particulier, la manière dont l’universitaire évolue dans le champ de possibles restreints qui est le sien. Parmi les accusations traditionnelles adressées aux approches sociologiques de la littérature, outre celle, toujours savoureuse, de gâcher le plaisir du monde par une espèce de cynisme supposé, on trouve bien entendu celle de rester à l’extérieur des textes ou, dans le cas du savant, de sa pratique — de cette noble, sainte et belle mission qu’est la Science.

Continuer la lecture de « En octobre sur Contagions : au fil des cours »

La scientificité de la théorie littéraire

Vous me suivez

Au gré des rapprochements de circonstances et des stratégies de défense, à l’heure de la constitution de structures de recherche toujours plus vastes, susceptibles de drainer les financements d’institutions nationales et supra-nationales toujours plus lointaines, les études littéraires sont fréquemment associées aux sciences sociales, dans l’archi-domaine du savoir que constituent, désormais, les « sciences humaines et sociales ». En empruntant largement à une conception anglo-saxonne des humanities, conception fondée elle-même sur une certaine idée de la culture classique et de son rôle dans le développement humaniste d’un sujet et de la société dans laquelle il s’implique, la recherche française en littérature est engagée dans une reconfiguration complexe, faite à la fois des emprunts à des traditions académiques étrangères et de l’influence de ses propres lignes de partage.

La question de la scientificité des études littéraires est un problème à la fois interne et externe à la discipline. Comme problème externe, elle intervient, je crois, assez tard dans les processus d’évaluation de la recherche et de l’enseignement en littérature, à mesure que croît la préoccupation d’une université formatrice, c’est-à-dire essentiellement technique et professionnelle. Comme problème interne, en revanche, elle prend forme beaucoup plus tôt, à l’époque où la linguistique propose, dans un contexte structuraliste, un modèle scientifique aux disciplines du langage. Ce moment structuraliste, presque entièrement épuisé désormais, et retourné contre lui-même par le post-structuralisme anglo-saxon dont il faudrait examiner les apories pour bien comprendre les spécificités des « sciences humaines et sociales », n’est pas la seule tentative interne, de la part des études littéraires, de se présenter comme une discipline scientifique : mais elle est l’une des plus anciennes et l’une de celles qui informe, sinon les pratiques quotidiennes, du moins l’imaginaire des enseignants et des chercheurs.

J’avais un peu examiné cette (re-)constitution d’un paradigme humaniste dans les études littéraires, à l’occasion d’un billet d’Elena Azofra dans la Villa réflexive, auquel j’avais répondu moi-même sur Contagions. De fait, le statut disciplinaire des études littéraires est de plus en plus difficile à décider, à la fois parce que leurs praticiens travaillent, comme je le soulignais en introduction de ce mois d’août, sur des objets non-littéraires, et parce qu’ils entrent en collaboration, bon an mal an, avec d’autres traditions disciplinaires au sein de projets relativement rapides, c’est-à-dire circonscrits dans le temps. En pratique, ces interactions disciplinaires n’impliquent pas toujours une modification de la tradition épistémique qui caractérise les études littéraires et, plus particulièrement, pour le problème qui nous occupe ici, un gain de scientificité.

En fait, les prétentions à la scientificité sont partagées par les approches les plus périphériques, très éloignées du centre des études littéraires et de sa pratique du commentaire. On peut grossièrement les partager en deux domaines : celui de la théorie littéraire formelle, survivant péniblement à un désengagement constant, décennie après décennie, et celui d’une histoire littéraire purgée de sa psychologisation et parfois extrêmement proche des études historiques à proprement parler, notamment dans des domaines comme l’histoire du droit et son rapport à l’histoire de la propriété intellectuelle. De ces deux domaines, seul le premier défend ou, tout du moins, a pu défendre, une scientificité qui soit proprement littéraire, dans la mesure où l’histoire littéraire s’est pensée dans un constant rapprochement avec l’histoire en général et l’histoire de l’art en particulier.

Schémas et tableaux

L’un des signes les plus évidents de l’ambition scientifique de la théorie littéraire formelle ou, si l’on préfère et quoique ce ne soit pas exactement la même chose, formaliste, se trouve dans la présentation du propos, qui rompt parfois avec les codes littéraires pour adopter un style scientifique. Tout élève du secondaire a pu éprouver une certaine perplexité devant un professeur français soucieux de l’aider à développer la beauté de sa plume dans l’exercice de la dissertation, tout en prétendant que la dissertation est une entreprise d’argumentation rigoureuse. On pourrait tenter, avec un peu de roublardise, de faire passer ce paradoxe en le comparant avec les exigences d’élégance dans les démonstrations qui sont parfois professées par les enseignants de mathématiques et de sciences physiques, mais il y a là bien plutôt une spécificité de l’enseignement de la littérature : que le commentaire du texte doive avoir, en lui-même, une certaine qualité stylistique.

Cette conviction est toujours bien ancrée dans le monde de la recherche, qui ne diffère pas fondamentalement de celui de l’enseignement de ce point de vue. Sans parler des quelques professeurs d’université qui écrivent de la poésie ou des romans, beaucoup plus rarement des pièces de théâtre, il n’est pas rare de croiser des articles qui tentent d’illuminer une publication d’un style tout personnel, quitte à sacrifier l’intelligibilité du propos et à exiger de leur lecteur à la recherche d’informations et d’arguments une patience trop angélique pour qu’elle soit tout à fait humaine. Quoi qu’il en soit, l’enseignant-chercheur en littérature est censé savoir écrire, alors que le spécialiste de Léonard de Vinci n’excelle pas nécessairement dans la pratique du sfumato, ni celui d’Eisenstein dans la manipulation d’une caméra.

Une attitude fondamentalement opposée est adoptée par une partie des théoriciens de la littérature, à l’époque des grandes querelles. Ils ne sont bien sûr pas les seuls, au sein des sciences humaines, à prôner un style peu littéraire, voire parfaitement opaque. On se souvient par exemple qu’en 1998, Denis Dutton décernait à Judith Butler le prix du plus mauvais style (bad writing), pour une phrase, il est vrai, douloureusement représentative des complications syntaxico-conceptuelles du post-structuralisme :

The move from a structuralist account in which capital is understood to structure social relations in relatively homologous ways to a view of hegemony in which power relations are subject to repetition, convergence, and rearticulation brought the question of temporality into the thinking of structure, and marked a shift from a form of Althusserian theory that takes structural totalities as theoretical objects to one in which the insights into the contingent possibility of structure inaugurate a renewed conception of hegemony as bound up with the contingent sites and strategies of the rearticulation of power.

Ce à quoi Butler avait répondu que l’obscurité d’un style participait à la dé-naturalisation des concepts et, par conséquent, à la vigilance critique. Cette réponse, qui peut paraître de prime abord suintante de mauvaise foi, n’a rien d’original : elle avait été employée déjà par Lacan, référence constante de Butler, alors qu’il s’éloignait progressivement du style positiviste de la psychanalyse freudienne.

Une stratégie semblable se devine dans certains écrits narratologiques et formalistes. Les essais narratologiques de Gérard Genette, Figures III et le Nouveau discours du récit, sont souvent tenus pour des exemples typiques des complications du style théorique, notamment à cause de la multiplication de leurs néologismes. Cette critique est d’ailleurs l’une des attaques auxquelles répond Genette dans le Nouveau discours du récit de 1983, qui a le double but polémique de prouver le bien-fondé de certains points avancés dans le « Discours du récit » contenu dans Figures III et d’en souligner la spécificité. Mais le Nouveau discours du récit a aussi la particularité de tenter un renversement semblable à l’argument de Butler : prétendre que l’obscurité du style est voulue, comique, ironique, ludique, parodique. Le Nouveau discours du récit démonte donc les tics stylistiques du premier « Discours », par exemple dans la première note de la page 91 :

Le double statut de Renoncour (et de bien d’autres de même type) semble parfois mal compris ; c’est pourtant simple : il est intradiégétique comme narrataire de Des Grieux et extradiégiétique comme narrateur (auteur fictif) du récit primaire de Manon Lescaut. Et il ne peut être les deux que parce qu’il est narrateur homodiégiétique, c’est-à-dire présent comme personnage (entre autres, comme narrataire) dans le récit qu’il assume. Tout narrateur extra-homodiégiétique est intradiégétique comme personne et extradiégétique comme narrateur. Vu ?

Ce style conceptuel accompagne une démarche descriptive qui se veut rigoureuse et systématique. Cette démarche cherche à se distinguer esthétiquement, si je puis dire, du commentaire plus ou moins impressionniste des études littéraires traditionnelles et elle le fait d’une autre manière encore : en employant des schémas et des tableaux. La présence de schémas et de tableaux tend à formaliser, de fait, les textes et à mettre en valeur des structures. Le plus connu est sans aucun doute le carré sémiotique de Greimas.

Carré Sémiotique

Les tableaux, eux, abondent dans Figures III, qui développe le mythe de la case vide. La case vide, c’est le cas possible que la théorie peut étudier de manière abstraite, quoiqu’il ne soit pas actualisé dans les corpus littéraires existants. En insistant sur les cases vides, la théorie littéraire se fait prédictive et remplit donc l’une des conditions de la scientificité ; en adoptant les schémas, elle se fait objective. Ces schémas ne sont pas beaucoup mieux reçus que les néologismes. En fait, ils rapprochent dangereusement la théorie littéraire du lacanisme qui, plus ou moins à la même époque, développe des mathèmes et des schémas topologiques de plus en plus complexes — ou de plus en plus burlesques, selon le point de vue. Encore une fois, le Nouveau discours du récit va prendre le parti de l’ironie en adoptant des schémas volontiers infantiles :Schéma Discours du Récit
(On remarquera que l’expression du bonhomme n’est pas tout à fait neutre.)

Le tournant ludique

Si le Nouveau discours du récit est un exemple précieux, c’est qu’en répondant à la fois à Figures III et à la réception souvent glaciale qui fut la sienne en contexte anglo-saxon, il donne les éléments du détour adopté par la théorie littéraire française, au moment de la chute du structuralisme, telle qu’elle est décrite dans Le Chant du Cygne de François Dosse, deuxième volume de son Histoire du structuralisme, dont j’ai proposé un compte-rendu, pour la nouvelle édition, sur Lectures. Dès 1983, Genette ménage une porte de sortie du formalisme et de ses ambitions scientifiques, vers une théorie ludique, anticipant la grande rupture qui constituera plus tard, aux yeux de ses commentateurs, Bardadrac en 2006.

Dans le numéro « L’Aventure Poétique » de la revue LHT, que j’ai cité la semaine dernière dans la Cité des Liens, Gérard Genette, au cours d’un entretien, tente de réduire la part de l’humour dans son corpus théorique, tout en reconnaissant celle qu’y tient l’agencement ludique des possibilités. Cet aspect ludique de la théorie littéraire repose donc précisément sur ce qui était censé, à une autre époque, assurer sa pleine et complète scientificité, à savoir sa capacité à prédire des éléments inactuels. La théorie littéraire ne s’arrête pas aux textes : elle les modifie ou les prédit, c’est donc un jeu avec le texte. Ce tour de force qui arrive à faire passer pour le propre du jeu ce qui était, auparavant, le propre de la science, est représentatif du renversement théorique destiné à éviter l’impasse de la scientificité.

Pareil renversement a donné lieu à des enfantements un peu monstrueux : c’est le cas de la canonisation de Pierre Bayard au panthéon de la théorie littéraire française. Pierre Bayard est probablement le représentant le plus connu de cette théorie littéraire ludique et les titres de ses ouvrages parlent d’eux-mêmes : Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ? (2007), Le Plagiat par anticipation (2009), Et si les œuvres changeaient d’auteur ? (2010). Même c’est sans doute à L’Affaire du chien des Baskerville (2008) que Pierre Bayard doit sa gloire théorique, puisque c’est dans cet ouvrage qu’il met en pratique une théorie du texte possible, reçue comme une hymne à l’intervention du théoricien dans le texte, très proche donc, a priori, des positions rhétoriques des élèves de Michel Charles.

En fait, les choses sont beaucoup, beaucoup plus compliquées que cela, d’abord parce que la rhétorique de Michel Charles n’est pas nécessairement proche de la poétique envisagée par Genette, comme l’entretien précédemment indiqué le suggère avec plus ou moins de diplomatie, ensuite parce que Pierre Bayard appartient à une tradition intellectuelle à peu près antagoniste à la théorie littéraire française : la psychanalyse. Mais il faut remonter un peu avant dans la bibliographie de Pierre Bayard pour repérer l’influence psychanalytique, par exemple à un ouvrage de 2004 assez peu lu, Peut-on appliquer la littérature à la psychanalyse ? Loin d’opérer le séduisant renversement suggéré par le titre, Pierre Bayard y adopte une démarche psychanalytique dans le fond assez classique, proche des lectures psychopathologiques de la première moitié du vingtième siècle.

Or, le versant psychanalytique des études littéraires fonctionne à peu près en vase clos. S’il est vrai que la plupart des chercheurs, notamment ceux qui se consacrent aux dix-neuvième et vingtième siècles, ont quelques notions de vocabulaire psychanalytique, nous sommes loin, en France, du créole psychanalytico-marxo-philosophique qui règne dans les études culturelles anglo-saxonnes. En tant qu’espace intellectuel relativement marginal, les études littéraires psychanalytiques disposent de leur propre théorie, pour l’essentiel représentative du tournant langagier lacanien. En fait, le fossé qui sépare la psychanalyse platement freudienne qui affleure de temps à autre dans le gros de la production des études littéraires et les études littéraires proprement psychanalytiques témoigne d’une certaine incommunicabilité des deux perspectives, et donc d’une certaine autonomie pour les secondes.

Par conséquent, l’introduction d’un psychanalyste dans le champ de la théorie littéraire, via le mythe de la case vide et des œuvres possibles, signe l’acte de décès des prétentions scientifiques de cette théorie. Bien entendu, la récupération des théories de Bayard par les rhétoriciens, par exemple autour de l’Atelier de théorie littéraire de Fabula, fait bon marché de leurs soubassements psychanalytiques, mais précisément cette récupération partielle est l’indice d’un virage méthodologique au terme duquel la cohérence conceptuelle de la théorie littéraire devient relativement indifférente : ce qui compte, c’est la performance de tel assemblage, avec comme critère la production d’un savoir sur le texte — c’est le test du Chien des Baskerville.

***

En d’autres termes, au moment même où la théorie littéraire, après le tournant ludique, adopte sans complexe le fantasme de la création de textes possibles, elle abandonne l’abstraction qui fondait ce fantasme, celui de la formalisation schématique et des cases vides. Se détacher du texte actuel, en pratique, c’est donc aussi, en théorie, retourner au texte en tant que tel et donc abandonner la théorie des formes. On voit bien que les modifications stylistiques de la théorie littéraire sont étroitement liées à des modifications méthodologiques profondes : abandonner une rigueur de style (qu’elle reflète ou non une scientificité, peu importe), c’est aussi abandonner une certaine conception de la théorie et de sa place au sein des études littéraires.

Image

Alain Ayroles et Jean-Luc Masbou, De Cape et de Crocs : De la Lune à la Terre, t. 10

Une très récente humanité ?

Archives

Dans un Thalys où un moine de l’Ordre de Jérusalem discute avec un vieux monsieur du Vietnam élevé dans un internat bénédictin (je crois), tandis qu’un jeune homme, à l’autre bout du wagon, soutenu par les rires de ses amis, propose : « toutes les femmes vont me lécher la rondelle » (sans succès, de toute évidence) et que j’apprends, grâce au VSD de ma voisine, que Laurence Ferrari est « accusée d’avoir été la maîtresse de Sarkozy », je songe au billet qu’Elena Azofra postait, hier soir, dans la Villa Réflexive — un billet fait d’interrogations et fondé sur le diagnostic d’une prolifération de billets indisciplinaires dans les carnets, ces derniers temps.

Elena Azofra s’adresse à la communauté d’Hypothèses, une communauté qui reflète, en petit, la communauté plus vaste des sciences humaines et sociales, une communauté faite, donc, d’humanistes. Depuis quelques temps, ce terme, que j’ai utilisé moi-même en ouverture de ce carnet, paraît jouir d’une certaine évidence. Puisque nous étudions l’humain, nous sommes des humanistes — et nous présupposons l’évidence suivante : que nous étudions l’humain. Ou qu’à défaut d’étudier l’humain, nous étudions des artefacts, c’est-à-dire des produits de l’humanité. Donc, nous sommes humanistes.

Mais à bien y regarder, ces termes d’humanistes et d’humanités que nous employons désormais si volontiers, encore que je ne sois pas sûr que nous soyons en cela majoritaires, ces termes connaissent un succès certain mais récent. Mais, à moins que je ne me trompe beaucoup, si nous ouvrions les ouvrages des décennies 70, 80 et peut-être 90, il n’est pas certain que nous les trouvions si populaires. L’adjectif, peut-être, serait employé plus volontiers que les substantifs — la perspective humaniste, des études humanistes, une ambition humaniste, autant d’expressions qui recouvriraient une idéologie dont nous ne serions pas tous heureux de nous réclamer.

La justification sociale des disciplines

Si l’on admet l’hypothèse que les expressions d’« humanités » et « humanistes » connaissent une reviviscence ces dix ou vingt dernières années, je propose au moins deux raisons pour cela. La première résiderait dans une pression externe exercée sur un ensemble de disciplines et la deuxième dans un mouvement interne à ces disciplines. En d’autres termes, je crois qu’il faut veiller, lorsque nous réfléchissons à nos terminologies, à nos méthodes et, plus généralement, à notre compréhension de la discipline qui nous accueille, à ne pas négliger les circonstances stratégiques qui peuvent les gouverner.

Un exemple récent en serait l’inflexion qu’a donnée aux études littéraires la remise en cause de leur place au sein des dispositifs de formation. L’idée que l’existence même d’un enseignement littéraire pût être discutée a suscité, en France par exemple, de vives réactions de la part du milieu académique, dont les conséquences ont dépassé le cadre si je puis dire restreint des seules polémiques identifiables par l’objet sur lequel elles portaient — loi LRU, Princesse de Clèves, etc.

La publication rapprochée, dans ces années de tension politique entre l’Université et l’État, de deux ouvrages d’Yves Citton intitulés l’un Lire, interpréter, actualiser : pourquoi les études littéraires ?, dont on peut consulter l’introduction, et L’Avenir des Humanités ou, de la même manière, sur le site de référence de la recherche en littérature, Fabula, du « Manifesto for the Arts and Humanities » de David McCallam, tout comme le développement du versant éthique des théories possibilistes de Pavel ou du narrativisme, que j’ai évoqué dans un précédent billet, est symptomatique, en cela que ces textes étaient promis à un bel avenir théorique.

De fait, à l’heure où les polémiques se sont tues pour laisser place à des atmosphères de réclusion ou de découragement, ces textes ou ces positions qui pouvaient paraître, à l’époque, des productions de circonstance, se sont installées dans le paysage critique de l’Université. Ce que je décrivais sous le terme de gestéthique a prouvé pouvoir être un questionnement durable et lorsque Sophie Rabau, dans le cadre du séminaire Anachronies, a proposé de réfléchir à une version autonome de la théorie de l’actualisation, j’en ai moi-même rappelé les fondements politiques.

Ces textes partagent quelques points communs, dont le premier, on le devine aux titres, est d’employer le mot des « humanités » pour succéder aux seules « études littéraires » et le deuxième est d’orienter ces « humanités » grâce à une finalité éthique (ou politique). L’étude de la littérature se présente alors comme une entreprise épistémique distincte de la logique scientifique, en cela que la connaissance de son objet est une fin subordonnée à l’exercice même qu’elle constitue.

Ce qui est encore remarquable, c’est que cette argumentation éthique n’est pas seulement conçue comme un souci de soi, mais également comme une entreprise politique. L’angle d’attaque si souvent économique dans les textes d’Yves Citton, qui établit la circulation des connaissances comme une circulation des biens, conduit implicitement à opposer les sciences de la matière aux sciences de l’esprit — opposition implicite et peut-être un peu douteuse, mais là n’est pas le propos. Ce qui compte, c’est que les études littéraires se cherchent là des alliés ou, plutôt, qu’elles s’inscrivent dans cette communauté des sciences humaines et sociales dont nous nous préoccupons.

Une dernière étape achève la transition : c’est la construction d’un objet positif commun qui permette de présenter l’orientation éthique comme une orientation épistémique et cet objet, c’est bien entendu l’humain, qui vient opportunément prendre la place du rôle fédérateur, laissé vacant, qui était celui du langage dans les années 1970 et 1980. Alors que l’humanisme, dans ses ambitions morales (le progrès du savoir, l’édification collective, etc.) comme dans ses conditions de possibilité (un humain universel) avait été violemment rejeté par la philosophie de l’après-guerre, il revient prendre sa place dans nos préoccupations, comme de bien entendu.

Comme de bien entendu — c’est-à-dire qu’il faudrait peut-être que nous nous étonnions un peu plus souvent du naturel avec lequel nous pouvons naviguer entre des références à Foucault, Derrida ou Deleuze et des affirmations humanistes, dans un mélange qui, il y a quarante ans encore, eût paru des plus improbables. Du côté de ces philosophes, l’effet est celui d’un désamorçage généralisée de la radicalité de leurs positions, de sorte que la French theory devient bel et bien une boîte à outils commodes dépourvue de véritable cohérence conceptuelle ou, à vrai dire, de force de proposition, et du côté de l’humanisme s’exerce l’influence peut-être néfaste d’une évidence jamais interrogée : devons-nous réellement de nous soucier de l’humanité ? (C’est-à-dire : existe-t-elle ? en vaut-elle la peine ? est-ce notre rôle ? en avons-nous les moyens ? etc.)

L’humanité est-elle toujours déjà là ?

Non que les choses fussent entièrement claires à l’époque même où Derrida, Deleuze et Foucault s’exerçaient. D’ailleurs, le danger de pareils panthéons, et celui-ci n’est d’ailleurs pas clos (on pourrait y rajouter Lacan, encore si populaire), est d’occulter la réalité de la pratique disciplinaire à une époque donnée, comme si les queer studies s’épuisaient aujourd’hui dans les brillants travaux de Judith Butler. Non seulement chez Foucault la question d’une éthique humaniste est-elle loin d’avoir entièrement disparue, comme en témoignent les deux derniers tomes de l’Histoire de la sexualité (beaucoup moins séduisants que la Volonté de savoir, à en croire les bibliographies de nos articles), mais dans le gros de la production de l’époque, il se cache à chaque coin de page.

J’en prendrai pour exemple une étude pour le moins atypique sur La Princesse de Clèves, menée par Jean de Bazin en 1971 et publiée sous le titre Qui a écrit la Princesse de Clèves ? Étude sur l’attribution de la Princesse de Clèves par des moyens de statistique du vocabulaire, qui constitue une espèce de mariage des contraires entre le psychologisme interprétatif et le scientisme de la théorie littéraire inspiré par la bonne fortune de la linguistique dans l’Université française. Je n’ai hélas pas pris l’ouvrage dans mes bagages, de sorte qu’en écrivant de mémoire, je ne pourrai pas illustrer de citations qui donnent à ces pages un air parfois très exotique.

Le propos de Bazin est de résoudre la querelle autour de l’attribution de La Princesse de Clèves à Marie-Madeleine de Lafayette, marronnier des études lafayettiennes qui sera replanté en 1981 par Geneviève Mouligneau dans Madame de La Fayette, romancière ?. Les deux ouvrages sont restés à peu près sans écho, malgré deux approches qui, quoique radicalement différentes, soulèvent des questions pour le moins embarrassantes dont il faudrait, précisément, que les interprètes de l’œuvre s’embarrassent. Je ne reviendrai cependant pas sur les détails de cette querelle un peu complexe et pluriséculaire, parce qu’elle n’est pas ici l’objet de mon propos.

Ce qui m’intéresse, ce sont les deux présentations contradictoires que Bazin proposent de son projet. La première, la plus massive, celle qui informe tout l’ouvrage, relève d’un positivisme forcené : l’auteur est convaincu que les mathématiques sont l’avenir des études littéraires, parce qu’elles permettent de résoudre très certainement des questions longtemps débattues. Par exemple, la question de l’attribution des œuvres, en faisant l’index des termes utilisés, puis des statistiques comparées. Pour savoir si La Princesse de Clèves a été écrite par Lafayette, Segrais ou La Rochefoucauld, il suffit de compter et de calculer : plus de place, donc, pour le douteux subjectivisme.

En cela déjà l’étude fournit un beau paradoxe, parce qu’entre les affirmations pour le moins ambitieuses de Bazin dans les premières pages et le résultat des plus décevants dans la conclusion, où la Princesse de Clèves est alternativement proche et éloignée des œuvres auxquelles on l’a comparée, si bien que le lecteur ne ressort pas beaucoup plus instruit par cette méthode qui devait clore définitivement la question.

Mais les choses se compliquent encore quand Bazin donne, au détour d’une ou deux phrases, le but ultime de l’étude : la connaissance de la psychologie de l’auteur. Et en termes très lansoniens d’évoquer la tonalité indubitablement féminine de l’œuvre, ou bien la question du pessimisme de La Rochefoucauld. Si l’exemple est frappant, c’est que la présentation par ailleurs très positiviste de l’étude donne à ces mentions psychologiques un air de coup de théâtre. L’ouvrage de Bazin est en cela symptomatique d’une oscillation dont témoigne une grande partie de la production universitaire sur la littérature depuis les années 1970, oscillation entre la tentation de la science et la tentation de l’humanité.

Cadrage par objet contre cadrage par discipline

À cette accentuation des tendances éthico-morales qui favorise un parallèle avec le mouvement historique de l’humanisme s’ajoutent, je crois, une modification née de l’intérieur des disciplines plutôt que suscitée par une remise en cause depuis l’extérieur de l’Université et cette modification, c’est celle d’un nouveau mode du partage des recherches en terme d’objets plutôt qu’en terme de disciplines.

La France est peut-être dans une position privilégiée (ou attardée, selon les points de vue) pour observer le phénomène. Le fait que des termes comme food studies, disability studies ou même gender studies continuent à apparaître, pour bien des universitaires français, peu compréhensibles voire infondés est caractéristique du déplacement qui s’opère, depuis les États-Unis, entre une organisation de la recherche universitaire en fonction de la méthode employée et une organisation de cette même recherche en fonction de l’objet sur lequel elle porte — organisation conceptuelle, au moins, si ce n’est institutionnelle, tant il est vrai que les découpages disciplinaires restent matériellement très importants.

Les deux modes de partage ont leurs cohérences et leurs étrangetés. Cohérence du point de vue des outils, pour le partage disciplinaire et cohérence du point de vue du contenu, pour le partage thématique. Étrangeté de regrouper des sociologues des organisations et des sociologues de l’art d’un côté, par exemple ; étrangeté de regrouper des sociologues de la pornographie et des spécialistes d’études filmiques, de l’autre. Mais on le voit, l’effet du cadrage par objet est bien de donner un sens très pratique, à travers une collaboration quotidienne, à l’expression « sciences humaines et sociales » et à sa version réduite des « humanités ».

Ainsi ai-je été invité par des historiens à participer à un projet sur la violence sexuelle faite aux femmes, en tant que spécialiste des séries télévisées, quoique ma formation soit purement littéraire. Ainsi la sociologue Frédérique Giraud vient-elle parler de Zola dans des colloques littéraires. Bien sûr, en France en tout cas, ces échanges ne sont pas sans difficulté, mais leur multiplication est caractéristique d’une approche dont je ne crois pas qu’elle puisse uniquement se comprendre en termes d’interdisciplinarité.

De fait, c’est bien le mot « interdisciplinarité » qui caractérise ces projets lorsqu’ils sont institués. Par exemple, c’est l’interdisciplinarité qui met en valeur un projet comme celui des Territoires de l’attente, qui regroupe littéraires, géographes, sociologues et historiens et c’est interdisciplinairement que littéraires, philosophes et scientifiques se sont réunis régulièrement cette année, à Grenoble, pour réfléchir au transhumanisme. Mais si le propre de l’interdisciplinarité est la modification des méthodes disciplinaires par leur hybridation, le propre du cadrage par objet, en cela très différent dla French theory, est de préserver l’identité méthodique de chaque discipline, en partant du principe que c’est l’objet qui fait la synthèse.

Paradoxalement, je serais même porté à dire qu’un pareil cadrage renforce la cohérence disciplinaire de ceux qui s’y impliquent, dans la mesure où il permet de concevoir un ensemble de méthodes relativement indépendant de l’objet. Alors que le cadrage disciplinaire tend à présenter le lien entre la discipline et l’objet qui est le sien comme un lien nécessaire (la littérature est la propriété des études littéraires), le cadrage par objet ne laisse en propre à une discipline donnée que les méthodes qu’elle s’est historiquement constituée.

***

On remarquera que j’ai très lâchement évité de répondre aux questions que j’avais ajoutées à celles d’Elena Azofra, sur l’intérêt d’une approche humaniste. À défaut, j’esquisse une réponse, de mon point de vue, aux questions du billet originel.

Je ne crois pas que le chercheur en sciences humaines soit une entité qui se définisse par une approche spécifique. Il me semble que l’ensemble sciences humaines et sociales est d’abord constitué par l’appréhension d’objets en tant qu’artefacts et qu’au sein de cet ensemble, les chercheurs se distinguent les uns les autres par leurs disciplines, c’est-à-dire une caisse à outils, une certaine tradition académique et des lieux (virtuels ou réels) partagés et que ce qui crée une impression de communauté (et parfois de confusion), ce sont deux mouvements : l’un vers la justification pour la société des activités du chercheur et l’autre vers un redécoupage des pratiques orienté vers les objets plutôt que vers les méthodes.

 Je n’ai évidemment pas répondu à la question de la limite entre travail et passion. J’ai du mal à concevoir ici une spécificité des sciences humaines. Ce qui caractérise peut-être les humanités, c’est l’application possible des méthodes d’une discipline à des objets nouveaux ou qui en sont traditionnellement exclus, ce qui peut donner l’impression, d’un point de vue diachronique, d’une extension perpétuelle et même difficilement contrôlable du champ de la recherche et d’une dispersion du chercheur. Il me semble cependant que le découplage objets/méthodes, encore balbutiants, amène à penser cette extension comme une dynamique cyclique d’une recherche composée de cas et de projets.

Tout cela cependant est fort hypothétique et peut-être très spécifique aux études littéraires, par essence peu scientifiques. Il faut espérer que la Villa reçoive de nombreux visiteurs autour de ce billet pour que le panorama de ces problèmes soit plus complet.

Image

André Franquin, Gaston Lagaffe, quelque part.

Contagions

Ce carnet a pour but d’accompagner une recherche théorique et interprétative dans le domaine par définition hybride de l’analyse transmédiatique. Il se veut à la fois le reflet des travaux personnels entrepris au fil des mois et une réflexion sur les difficultés de développer un projet transmédiatique dans les cadres disciplinaires parfois rigides de l’Université, et singulièrement de l’université française. Pour dépasser le caractère parcellaire des publications dans des revues spécialisées, susceptibles d’accueillir plutôt des études circonstanciées que des réflexions théoriques globales, Contagions cherche à restituer la cohérence méthodologique d’une entreprise qui s’attache aussi bien, parmi d’autres objets culturels, à la littérature savante du dix-septième siècle français qu’aux séries télévisées contemporains du monde anglophone. Il s’agit d’y souligner les points communs formels et médiatiques entre, par exemple, la construction de l’auctorialité à l’âge classique et l’émergence, dans la télévision du vingt-et-unième siècle, de la figure du show-runner, mais aussi de se heurter, parfois violemment, à l’irréductible hétérogénéité des objets considérés.