Femmes et activités littéraires à l’époque moderne

Le mois dernier, Cyril Barde publiait sur le carnet de recherche du laboratoire junior GenERe le compte-rendu d’une séance de séminaire intitulé « Comment peut-on être auteure ? » Il y était question du problème récurrent, dans les études littéraires en général et dans celles qui se consacrent à l’étude du genre en particulier, de l’auctorialité féminine et, comme il est fréquent, le texte distinguait un peu implicitement deux grandes périodes : celle de l’Ancien Régime, ou plutôt de l’époque moderne, et celle de l’époque contemporaine, à partir de la fin du dix-huitième siècle. En fait, l’essentiel du texte de Cyril Barde était consacré aux rapports entre les femmes et les activités littéraires dans les deux derniers siècles, laissant de côté les questions spécifiques à l’époque moderne, sauf quelques remarques de passage. Or, force est de constater que la situation des femmes du XVIe au XVIIIe siècles, en France particulièrement mais aussi, quoique d’une manière un peu différente, en Angleterre et en Italie, est loin de refléter la situation des deux siècles suivants.

Continuer la lecture de « Femmes et activités littéraires à l’époque moderne »

Les sources de l’histoire du livre à l’époque moderne

Depuis la parution en 1958 de L’Apparition du Livre, cosignée par Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, l’histoire du livre francophone a connu une expansion certaine — prospérité pas toujours sans heurt, comme l’a récemment souligné Dominique Varry dans le collectif 50 ans d’histoire du livre (ma recension), tant il est vrai que l’histoire du livre affronte souvent des difficultés de sources apparemment insurmontables et des positionnements disciplinaires délicats à concilier. Dans sa fameuse Aventure de l’Encyclopédie de 1979, Robert Darnton déplorait l’absence des États-Unis dans le développement de l’histoire du livre et confrontait une perspective anglo-saxonne héritière de la bibliographie matérielle née au XVIIIe siècle, dont on trouve, à titre d’exemple, un échantillon récent sur le carnet Crítica textual para Dummies, et une perspective française, celle de Febvre et Martin donc, tournée vers une sociographie des pratiques lectoriales et éditoriales.

Continuer la lecture de « Les sources de l’histoire du livre à l’époque moderne »

Auteur, régie discursive et primo-producteurs

À la rentrée, je co-animerai probablement un séminaire d’archéologie et écologie des médias, en compagnie de Christophe Cave, spécialiste de la presse d’Ancien Régime, et d’Yves Citton,  passeur (entre autres) de l’archéologie des médias en France. Ce séminaire de recherche s’adresse aux étudiants en master de recherche, lors de leur seconde année, particulièrement en lettres modernes et en arts du spectacle, et il est lié aux travaux de l’antenne grenobloise de l’UMR Littérature, Idéologies et Représentations. Les travaux de cette antenne concernent principalement les textes imprimés et les arts vivants, mais mes propres recherches concernent aussi bien l’imprimerie, que la télévision ou Internet, à travers les terrains de la littérature française de l’époque moderne, de la pornographie en ligne ou des séries télévisées anglophones des années 1990 aux années 2000.

Continuer la lecture de « Auteur, régie discursive et primo-producteurs »

La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité

Cet article est le second de ma campagne d’archivage et le premier que j’aie publié. Il a été publié en 2011 dans la revue Studii si Cercetari Filologice, Seria Limbi Romanice. Il reprend des thèmes développés dans mes deux mémoires de master, que l’on trouvera en bibliographie. Il constitue le premier d’une série d’articles sur l’interprétation et le traitement médiatique de La Princesse de Clèves. On a déjà pu lire sur Contagions l’article Lire et interpréter La Princesse de Clèves dans la France des cités.

L’image de bannière est un détail de la première page d’une édition de 1752.

François-Ronan Dubois. « La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité ». Studii si Cercetari Filologice, Seria Limbi Romanice 3.10 (2011) : 54-69

 


Roman & réel aux XVIIe et XVIIIe siècles

Cette note de lecture a été publiée en 2012 dans la revue Acta Fabula, dont elle suit la norme et les lignes éditoriales. On peut en consulter en ligne la version originale. Elle concerne l’ouvrage :

Nicholas D. Paige, Before Fiction : the Ancien Régime of the Novel, Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 2011, 312 p., EAN 9780812243550.

Le texte original a été aussi légèrement corrigé, lorsque des erreurs typographiques y demeuraient. Il a été également augmenté de liens vers les articles académiques cités, ainsi que vers différentes entrées de l’encyclopédie libre et collaborative Wikipedia, susceptible d’éclairer les lecteurs peu familiers avec le sujet. Il est présenté en plusieurs pages.

François-Ronan Dubois, « Roman & réel aux XVIIe & XVIIIe siècles : un problème d’histoire littéraire », Acta fabula, vol. 13, n° 5, Notes de lecture, Mai-Juin 2012, URL : http://www.fabula.org/revue/document7073.php, page consultée le 12 mai 2014.

La brève histoire de la théorie littéraire

Si j’entends encore une fois cette chanson
Je vous assomme tous.
Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac

***

La rentrée est décidément de plus en plus proche. La nuit, je me réveille en sursaut après avoir songé que les élèves allaient me perforer avec des sourires sadiques et des compas. (Ce n’est pas vrai — je dramatise pour capter l’attention du lecteur.) Donc, disais-je, j’entends dans la nuit le rire sardonique d’un étudiant de L3 qui refuse de s’intéresser au tableau mimétique platonicien et qui repart, sans avoir rien appris, Gros Jean comme devant, mener une vie qui ne pourra qu’être difficile, puisqu’elle sera privée de l’utile soutien de la poétique antique. La situation est terrible.

Continuer la lecture de « La brève histoire de la théorie littéraire »