L’édition francophone danoise au 18e siècle

Depuis un an, je poursuis, à Varsovie, au sein du Centre de Civilisation Française, des recherches débutées dans le cadre d’une petite partie de ma thèse, consacrée aux périodiques francophones publiés à l’étranger, au 18e siècle. Il y a deux situations qui m’intéressent particulièrement : celle de Varsovie et celle de Copenhague. J’ai étendu ma réflexion au-delà de la question des périodiques, pour m’intéresser de manière générale à la circulation des pratiques linguistiques, aux politiques culturelles et aux efforts de publications plurilingues dans l’Europe de la première modernité, et en particulier en Pologne et au Danemark.

Continuer la lecture de « L’édition francophone danoise au 18e siècle »

The Cartography of Poland: A Conversation in Europe

I recently submitted in English a proposal for a mobility grant to study XVIIIth century maps of Poland. The proposal was sadly rejected, on grounds which could by themselves be the matter of a whole story. I will pursue this work nevertheless, most likely in French, and I therefore offer here the core text of my original proposal, as an introduction to this on-going research. I’ve removed only the previsional costs section and some considerations specific to the original institution calling for applications. I’ve also added links to some of the sources and works cited.

Continuer la lecture de « The Cartography of Poland: A Conversation in Europe »

Transferts linguistiques et réformes culturelles dans l’Europe du XVIIIe siècle

Comme certains le savent déjà, je suis depuis quelque temps chercheur assistant au Centre de Civilisation Française et d’Études Francophones de l’Université de Varsovie, où je travaille principalement sur la question de la culture francophone dans la République des deux Nations au XVIIIe siècle. Dans ce cadre, j’ai participé la semaine dernière à l’ouverture du colloque international « Translatio et histoire des idées », organisé par l’Institut de Linguistique Appliquée de l’Université de Varsovie, sous la direction d’Anna Kukułka-Wojtasik.

Continuer la lecture de « Transferts linguistiques et réformes culturelles dans l’Europe du XVIIIe siècle »

Avis de soutenance

Je suis heureux d’annoncer plus officiellement la soutenance de ma thèse de doctorat.

Avis de soutenance

François-Ronan Dubois
Chercheur Assistant à l’Université de Varsovie
Présentera les travaux de sa thèse de doctorat

L’Appropriation de l’œuvre
Instances et visées de l’attribution des œuvres à leur auteur dans la France de l’Ancien Régime
1645 — 1777

Thèse de doctorat
Lettres & Arts
Littératures française et francophone

Thèse dirigée par M. Yves Citton et Mme Christine Noille-Clauzade
Université Grenoble-Alpes

La soutenance se déroulera le vendredi 13 octobre 2017, à l’Université Grenoble Alpes dans la Petite Salle des Colloques au 621 Avenue Centrale, 38400 Saint-Martin-d’Hères, à partir de 13 heures.

Le jury est composé de :

  • Madame Christine Noille-Clauzade, co-directrice de thèse, professeure à l’Université Grenoble-Alpes
  • Monsieur Yves Citton, co-directeur de thèse, professeur à l’Université Paris 8
  • Monsieur Antoine Lilti, rapporteur, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • Madame Dinah Ribard, rapporteure, directrice d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • Madame Florence Magnot, examinatrice, professeure à l’Université Rennes 2
  • Monsieur Marc Escola, examinateur, professeur à l’Université de Lausanne

La table des matières et l’index de la thèse peuvent être consultés en ligne, tout comme un résumé et quelques notes de recherche. La soutenance sera suivie d’un thé d’honneur, rendu hélas modeste par les contraintes géographiques. La soutenance est publique et chacun y est cordialement invité.

L’Appropriation de l’œuvre — Sommaire & Index

Comme je l’ai annoncé ici au mois d’avril, je soutiendrai le 13 octobre de cette année, à Grenoble, ma thèse de doctorat en littérature française et, plus particulièrement, en histoire littéraire. Elle a été dirigée par Yves Citton et Christine Noille-Clauzade ; son jury sera composé de Marc Escola (Université de Lausanne), Antoine Lilti (EHESS), Dinah Ribard (EHESS) et Florence Magnot (Université Rennes 2). Sous le titre « L’Appropriation de l’œuvre — Instances et visées de l’attribution des œuvres à leur auteur dans la France de l’Ancien Régime (1650-1777) », elle propose un parcours de la propriété littéraire de la première modernité à l’aune de l’histoire du livre, de l’histoire du droit et de l’histoire littéraire.

Continuer la lecture de « L’Appropriation de l’œuvre — Sommaire & Index »

Le comique Alexis Piron

Il y a plus de perles dans le rayon « Humour » d’une librairie que dans les bassins d’un ostréiculteur spécialisé. Perles de psychiatre et perles de prof’, perles de comptoir et perles d’expert-comptable : chacun y va de son bon mot. Dans le rayon « Humour », on trouve aussi des livres de comique : le comique est une personne spécialisée dans les choses drôles, qui dit et écrit des choses drôles, sur la scène, à la télévision, parfois au cinéma. Le comique se présente en spectacle, pour faire des bons mots et raconter des histoires. Il semblerait que cette activité soit somme toute d’invention récente.

En réalité, par « comique », nous entendons aujourd’hui le plus souvent quelqu’un qui s’est spécialisé dans le stand-up et c’est cette activité particulière, propre, autant qu’on puisse en juger, à l’époque contemporaine, qui qualifie par excellence le comique, alors que celui-ci, auparavant, exerçait son art dans des œuvres de fiction, sur les planches du théâtre. Selon Jim Mendrinos, le stand-up apparait au milieu du XIXe siècle aux États-Unis mais il n’existe, à ma connaissance, aucune histoire satisfaisante de cet art.

Le stand-up se caractérise a priori par un plus grand engagement existentiel du comique dans son texte comique : c’est à la première personne le plus souvent qu’il fait ses remarques et raconte des histoires qui sont autant de commentaires sur l’existence réel. Cet engagement existentiel, perçu comme une caractéristique contemporaine, n’est pourtant pas l’apanage de notre époque et j’aimerais revenir ici sur l’une des sources que j’étudie dans ma thèse, les recueils d’ana, et en particulier à un recueil consacré à un auteur français du XVIIIe siècle, Alexis Piron.

Comme je l’ai déjà expliqué sur ce carnet, les recueils d’ana sont un genre littéraire de l’époque moderne, qui se poursuit jusqu’en 1830 à peu près, et où des anecdotes, des citations et des remarques sont attribuées à une figure centrale, généralement un écrivain ou un politicien important. Théoriquement, ces différents éléments sont récoltés par les familiers du grand homme et rassemblés en hommage après son décès mais, peu à peu, à cause d’un succès de librairie, on se met à fabriquer des recueils d’ana de toute pièce, dont certains fonctionnent comme les perles de nos librairies contemporaines.

L’un de ces recueils est consacré, en 1800, par Cousin d’Avalon, à Alexis Piron, sous le titre Pironiana, ou Recueil Des aventures plaisantes, bons mots, saillies ingénieuses, etc. d’ALEXIS PIRON, et publié à Paris, chez Vatar-Jouannet et Pigoreau. Cousin d’Avalon est le spécialiste de l’ana au XIXe siècle et quasi le seul à perpétuer un genre dont il fait son fonds de commerce. Il procède parfois en rassemblant des citations de sources imprimées et d’autres fois en inventant. Ses recueils n’ont pas grand-chose à voir avec les recueils commensaux qui marquent la naissance du genre, au début de l’époque moderne : ils tiennent le plus souvent d’une anthologie posthume de certains auteurs classiques.

Alexis Piron, quant à lui, est un auteur du XVIIIe siècle, mort en 1773, qui s’est fait une spécialité de l’opéra-comique, des chansons, des comédies et des épigrammes, quoiqu’il ait bien écrit une tragédie, Gustave Wasa, en 1733, pour la Comédie-Française. Pour le XIXe siècle, Piron est une figure marquante du siècle précédent et le type même de l’auteur comique qui amuse par son génie personnel et non par l’effet d’un travail laborieux. Pour Sainte-Beuve, le talent de Piron en matière de comédie est même atavique. Dès son vivant mais plus encore au siècle suivant, Alexis Piron devient un personnage comique, plutôt qu’un auteur, un peu à la manière d’un Arlequin.

Arlequin a lui aussi droit à ses recueils d’ana, dès le XVIIIe siècle. C’est d’ailleurs l’un des tournants dans l’histoire du genre, qui se détache petit à petit de la collection plus ou moins attestée de propos réels à l’anthologie plaisante, dont la source peut être fictive. Le Pironiana est en tout point construit comme un recueil d’ana pour Arlequin et l’auteur comique devient personnage comique grâce à la disponibilité de cette figure dans la culture du temps en général et dans le genre des anas en particulier. Alexis Piron n’est plus comique par la vertu de son art, de sa technique : il est un comique, de manière existentielle.

Dans la « Vie » de Piron qui précède les anecdotes du Pironiana, le recueil joue encore sur les deux registres. Cette biographie sommaire commence en effet pour souligner que Piron a reçu une excellente éducation classique, rigoureuse et sévère, mais cette insistance sur la technique acquise au contact des chefs-d’œuvre du passé, qui ne sont évoqués que du point de vue de leur austérité, ne sert guère qu’à mettre en évidence le caractère propre du comique, qui ne se laisse pas entamer par ces activités érudites et fastidieuses.

Finalement, si Piron est talentueux dans son domaine, ce n’est pas grâce à l’étude mais malgré elle et parce qu’il a bon naturel :

Son caractère franc et honnête, sa conversation pleine de sel et d’ingénuité, sa gaieté naturelle et soutenue, ses saillies toujours neuves et intarissables, le firent rechercher par ces sociétés formées sous les seuls auspices du plaisir et de la liberté. (5)

Avec le « caractère », l’« ingénuité », le naturel, tout est fait pour que le talent comique paraisse inné plutôt qu’acquis. Tout le reste de la « Vie » est pour dire combien Piron fut un grand homme, malgré une fortune parfois contraire, combien il fut reconnaissant envers les puissants et bienveillant envers ses contradicteurs. Bien sûr, il entre ici beaucoup de lieux communs, propres aux genres biographiques de l’époque moderne, mais l’auteur s’en sert pour construire une figure particulière, que le recueil va ensuite développer en l’illustrant.

Je donne ici quelques exemples de ce que l’on trouve dans le recueil, pour qu’on se fasse une idée du genre du recueil d’ana en ce début de XIXe siècle.

Parlant d’un journaliste qui ne passait pas pour modeste, et dont le maintien annonçait la hauteur. Piron disait : Son visage appelle les soufflets.

Robbé lisant un jour son poëme de la vérole à Piron, celui-ci lui dit avec vivacité : — Monsieur, vous me paraissez plein de votre sujet. (89)

Piron ayant plaisanté assez vivement un homme qui n’entendait pas raillerie, celui-ci se fâcha et lui demanda raison de ses sarcasmes. A la bonne heure, dit Piron. Les champions partent pour aller se battre hors Paris. Piron, à demi-chemin s’arrête (la soif le pressait), il entre dans le premier endroit, et y boit abondamment de la bière. Son camarade, toujours marchant, s’excède de fatigue, et tout en sueur, se retourna enfin pour voir si son adversaire le suit. Point de Piron. L’homme court de plus belle, vole à la découverte : mais c’est inutilement. Harassé, il rentre chez lui, et meurt en deux jours d’une fluxion de poitrine. Piron en fut instruit. Quelque temps après plusieurs personnes lui demandèrent malignement des nouvelles de son affaire. — Comment vous en êtes-vous tiré avec un tel, lui dirent-elles ? — Fot bien, répondit Piron, je l’ai enrhumé. (107)

Piron avait coutume d’aller presque tous les matins au bois de Boulogne, pour y rêver à son aise. Un jour il s’y égara, et n’en sortit qu’à quatre heures du soir, si las de sa promenade, qu’il fut obligé de se reposer sur un banc tenant à un des pilliers de la porte. A peine est-il assis, que, de droite et gauche, il est salué par tous les passans qui entraient et sortaient à pied, à cheval, ou en voiture. Piron d’ôter son chapeau, plus ou moins bas suivant la qualité apparente des personnes. — Oh ! oh ! disait-il en lui-même, je suis beaucoup plus connu que je ne le pensais ! Que M. de Voltaire n’est-il ici, pour être témoin de la considération dont je jouis en ce moment ! lui, devant lequel je me suis presque prosterné ce matin, sans qu’il ait daigné autrement y répondre que par un léger mouvement de tête !
Pendant qu’il fait ces réflexions, le monde allait et venait à-la-fois, tant qu’à la fin l’exercice du chapeau devint très fatiguant pour Piron : il l’ôta tout-à-fait, se contentant de s’incliner devant ceux qui le saluaient.
Une vieille survient qui se jette à ses genoux, les mains jointes. Piron surpris et ne sachant pas ce qu’elle veut : — relevez-vous, lui dit-il, bonne femme, relevez-vous ; vous me traitez en faiseur de poëme épique ou de tragédie, vous vous trompez, je n’ai pas encore cet honneur-là ; je n’ai fait parler jusqu’à présent que des marionnettes. Mais la vieille restant toujours à genous sans l’écouter, Piron croit apercevoir qu’elle remue les lèvres, et qu’elle lui parle, il se baisse, s’approche et prête l’oreille. Il entend en effet qu’elle marmotte quelque chose entre ses dents : c’était un ave qu’elle adressait à une image de la Vierge, placée directement au-dessus du banc où Piron était assis. Alors il lève les yeux et voit que c’est à cette image que s’adressaient aussi tous les saluts qu’il avait pris pour lui. — Voilà bien les poëtes, dit Piron en s’en allant, ils croient que toute la terre les contemple, ou qu’elle est à leurs pieds, quand on ne songe pas seulement s’ils existent ! (73-75)

Continuités juridiques à travers la Révolution

J’ai annoncé il y a deux semaines mon projet de donner ici quelques éclairages sur des aspects de ma thèse et je vais aujourd’hui en profiter pour développer un point sur lequel je me contente, dans mon travail doctoral, de faire des remarques rapides. Il s’agit d’un commentaire d’explications données par Philippe-Antoine Merlin dans le Supplément de 1810 à son Recueil alphabétique des questions de droit. En particulier, ce qui m’intéresse, c’est une affaire qui oppose la veuve Duchesne et Lejay, tous les deux libraires, autour de la Henriade de Voltaire, une épopée dont Duchesne avait obtenu le privilège exclusif le 31 août 1770, qu’elle avait fait enregistrer à la chambre syndicale des libraires.

L’affaire en elle-même est assez simple. Le privilège est un instrument juridique et économique qui assure à Duchesne le droit d’imprimer et de distribuer de manière exclusive l’œuvre sur laquelle il porte, pendant une durée déterminée. La chambre syndicale est chargée de consigner les différents privilèges accordés et de tenir le registre qui sert de référence en cas de contestation et les privilèges sont par ailleurs imprimés dans chaque exemplaire de l’œuvre, avec la date d’obtention et la date d’enregistrement. Il n’y a pas de contestation sur la validité du privilège de Duchesne mais sur son extension et, en particulier, sur ce qui constitue un objet intellectuel nouveau.

Lejay, en effet, ne se contente pas d’imprimer la Henriade puisqu’il y ajoute un paratexte critique et qu’il publie l’ensemble sous le titre de Commentaire sur la Henriade par feu M. de la Beaumelle, revu et corrigé par M. Fréron. Le titre peut paraître trompeur, dans la mesure où les volumes contiennent en effet tout le texte de la Henriade et que le commentaire correspond à un système d’annotation, selon la pratique déjà ancienne des commentaires rhétoriques. L’argument de Lejay est qu’il y a là œuvre nouvelle et que la présence du texte même de la Henriade est finalement accessoire, puisque c’est bien du commentaire qu’il s’agit, comme l’atteste son titre. Duchesne ne conteste pas que les deux livres soient distincts mais que le commentaire constitue un changement susceptible de rendre caduque son privilège.

En particulier, Duchesne, qui fait saisir les livres de Lejay par le lieutenant-général de police, accuse celui-ci de contrefaçon, ce dont Lejay se défend en arguant que le contrefaçon consiste à reproduire sans autorisation un texte à l’identique en le faisant passer pour véritable, ce qui ne saurait être son cas, puisqu’il ajoute des commentaires. La qualification de contrefaçon est un problème technique auquel Lejay ajoute un argument culturel, relatif à l’utilité publique : qu’il serait dangereux d’étendre la portée de privilèges de sorte à empêcher la circulation de commentaires profitables à l’édification commune, étant entendu qu’il est peu pratique de commenter une œuvre dont on ne fournirait pas le texte et par conséquent peu souhaitable, à cet égard, d’imprimer le commentaire sans le texte.

Le 6 février 1776, le lieutenant-général de police ordonne finalement la restitution des ouvrages saisis à Lejay et condamne Duchesne à payer les frais de justice. En dehors de l’exposé de l’affaire, la contribution de Merlin se résume à poser une question relative à la contrefaçon, à introduire l’affaire et à poser une autre question, relative elle aux changements juridiques qui interviennent après 1776.

Peut-on poursuivre comme contrefacteur, celui qui ayant commenté un ouvrage, le fait imprimer avec son commentaire ; et le propriétaire du premier peut-il faire saisir le deuxième comme une contrefaçon ?
Cette s’est élevée, sous l’ancien régime, entre la veuve Duchesne et le sieur Lejay, libraires à Paris.
[…] Aurait-on pu juger de même après l’arrêt du conseil du 30 août 1777 ; et pourrait-on encore juger de même aujourd’hui ?

Si Merlin ne donne pas son propre commentaire détaillé de l’affaire, il cite beaucoup plus longuement l’argumentaire de Lejay que celui de Duchesne, réduit en quelques lignes, de sorte que le lecteur n’a guère de doute sur la préférence du juriste en la matière. L’argumentaire de Lejay, appuyé par le jugement final, est bien celui qui vaut et qui propose une analyse raisonnable de la question posée a posteriori par Merlin.

Si ce texte me parait digne d’intérêt, c’est finalement moins pour les détails d’une affaire assez commune et dont la résolution est prévisible que pour la présence de ce précédent dans un ouvrage de droit du début du XIXe siècle. Alors même que Merlin reconnait que l’on a ici affaire à un cas d’« ancien régime », il ne s’en sert pas moins comme référence pour résoudre une question générale susceptible de connaître des applications actuelles et postérieures. En d’autres termes, pour le juriste spécialiste de la jurisprudence, il y a ici une forme de continuité, si ce n’est dans les dispositifs juridiques, tout du moins dans leur esprit et leurs raisons, entre le droit pré-révolutionnaire et le droit post-révolutionnaire.

Pareil commentaire laisse voir que la rupture juridique de la Révolution en matière de droit de la propriété intellectuelle n’a pas été si considérable qu’on a souvent voulu l’écrire et que, de manière générale, l’abolition des privilèges n’implique pas nécessairement un changement juridique radical qui interdit les juristes de dresser des comparaisons entre l’Ancien Régime et les nouveaux dispositifs. Au contraire, il y a bien une continuité dans la réflexion juridique entre les deux périodes, non seulement dans les grands principes de ce qu’il est souhaitable que le droit protège, c’est-à-dire ici l’utilité publique et la propriété privée, mais également dans le détail des jugements et l’application des dispositifs.

Philippe-Antoine Merlin, parfois plus connu sous le nom de Merlin de Douai (1754-1838), n’est pas un juriste de second rang : spécialiste de la jurisprudence dès l’Ancien Régime, il est ensuite membre de l’Assemblée Constituante, où il participe à la liquidation du droit féodal, puis ministre de la justice sous le Directoire, avant de continuer à faire carrière sous l’Empire, où il devient comte. La Restauration lui sourit moins, qui le contraint à l’exil jusqu’en 1830. Il n’a donc rien d’un royaliste convaincu, partisan de l’Ancien Régime, qui tenterait à toute force de restaurer des références datées dans le cadre d’un droit républicain puis impérial. Il représente tout au contraire le souci révolutionnaire d’intégrer le corpus jurisprudentiel à la conception des nouveaux dispositifs, ce qui permet d’instituer une continuité juridique de fait entre l’Ancien et les nouveaux régimes.

La page de titre du Supplément de 1810 ne laisse d’ailleurs pas de doute sur le caractère officiel du projet, puisque Merlin y est présenté en tous ses titres et qualités : « Comte de l’Empire, Conseiller d’Etat, Procureur-Général-Impérial à la Cour de Cassation ; Commandant de la Légion d’honneur et Membre de l’Institut de France ». Les ouvrages de Merlin témoignent non de projets de rupture juridique radicale et de fondation nouvelle pour le droit mais au contraire de la préoccupation de construire une continuité entre les lois de l’Ancien Régime, d’un côté, et les dispositions révolutionnaires, de l’autre, dont le droit impérial, qui prend les unes et les autres pour références, se voudrait une synthèse conciliatrice, justifiée à la fois par son renouvellement positif et rationnel et par ses racines profondes dans les pratiques juridiques bien établies.

La conclusion de l’article du Supplément consacré à la condition de manbournie, c’est-à-dire le cas où un « mari disposait de ses propres à l’effet que sa femme, si elle le survivait, en jouît et fît sa volonté », est à ce titre emblématique. Après un long exposé (529-535) sur le cas de Marie-Anne Flament et Pierre Lechausseteur dans les années 1740, Merlin conclut en citant un arrêt du 14 thermidor an XI, qui repose lui-même entièrement sur le droit de l’Ancien Régime : deux chartes, l’une de 1410 et l’autre de 1533, organisent d’après le droit coutumier la condition de manbournie et servent de référence au rapporteur, Vasse.

Le cas n’a donc rien d’exceptionnel au regard de l’œuvre de Merlin ni, d’ailleurs, des pratiques révolutionnaires : il suffit de consulter la Jurisprudence du Tribunal de Cassation donnée régulièrement par Jean-Baptiste Sirey (1762-1845) à partir de 1802, juriste par ailleurs célèbre pour ses codes annotés, pour se rendre compte que c’est le fonctionnement normal du droit révolutionnaire. Ainsi pour l’an XII, publié chez Laporte à Paris, on remarque par exemple que sur la question de l’anatocisme, il n’y a « aucune loi du nouveau régime, qui ait réformé à cet égard la disposition de l’ordonnance de 1673 » (128). Chez Sirey, la possibilité d’une continuité entre droit d’Ancien Régime et droit révolutionnaire est justifiée par le recours commun des deux régimes au droit romain, comme il l’explique par exemple pour les retraits (42) : « Décidé que les lois nouvelles abolitives du retrait féodal, n’ont pas atteint l’espèce de retrait établi par les lois romaines per diversas et ab anastasio ».

Les différences entre les deux — voire les trois — régimes de droit sont bien sûr considérables mais il convient de garder à l’esprit qu’il existe au moins jusqu’à 1830 un droit partagé entre les deux régimes, à la fois dans de manière théorique et de manière usuelle. Du point de vue de l’histoire littéraire, cette situation permet d’éclairer la capacité des libraires, des imprimeurs et de l’ensemble des agents littéraires à continuer d’opérer dans l’un et l’autre régimes, sans faire nécessairement l’expérience de changements toujours radicaux, à la Révolution, dans la manière de gérer leurs droits de propriété.

Un Montaigne à la poubelle : authenticité et bibliophilie

Il y a quelques jours, une amie a trouvé un livre dans une poubelle. C’est un petit objet singulier qui invite à quelques réflexions sur la bibliophilie et sur le goût de l’ancien — de ce qui fait ancien. Il s’agit du premier volume d’une édition des Essais de Montaigne chez Jean de Bonnot en 1993 à partir d’un texte établi par Jacques Haumont et avec des notes de Joseph Victor Leclerc. Ce qui rend cette édition digne d’intérêt, c’est qu’elle fait partie de ce qu’il est convenu d’appeler les « beaux livres », c’est-à-dire les livres qui ont de la valeur à cause de leurs qualités matérielles (l’impression, la reliure, le papier). Dans le discours qui encadre les beaux livres et qui cherche à les vendre, la valeur matérielle de l’ouvrage tend à être justifiée par la valeur culturelle du texte dont il est le vecteur, ce qui peut laisser croire au lecteur que le beau livre renferme le meilleur des textes possibles pour l’œuvre dont il est question, la meilleure version. La réalité est parfois bien différente.

Jean de Bonnot se présente comme « l’éditeur de beaux livres, [qui] réédite des collections dans les règles de l’art en perpétuant la tradition des beaux livres reliés plein cuir ». Il se retrouve dans cette présentation les valeurs de la bibliophilie telles qu’elles commencent à émerger à l’époque moderne et en particulier à partir du XVIIe siècle : la rareté de l’ouvrage, la qualité de la reliure, le prix des matériaux, l’authenticité des pratiques et la complétude d’une collection. D’autres valeurs sont bien sûr absentes, qui dépendent plutôt des antiquaires que des éditeurs : l’ancienneté du livre lui-même, ses précédents propriétaires ou la rareté de cette édition en particulier.

L’éditeur de beaux livres joue aussi sur les deux registres de la valeur patrimoniale pour laquelle Nathalie Heinich a récemment rappelé ses analyses dans Des Valeurs. Une approche sociologique (Gallimard, 2017) : d’un côté, les valeurs esthétiques, de l’autre les valeurs scientifiques (ici de qualité textuelle), entre lesquelles les valeurs de pureté, et en particulier l’authenticité, joue un rôle médiateur. Ainsi l’édition de Montaigne nous livrerait à la fois un Montaigne « à l’ancienne », censément meilleur qu’un Montaigne contemporain, et un beau Montaigne. Il y a un lieu causal entre ces deux aspects de l’objet : l’édition est belle justement parce qu’elle respecte une tradition ancienne.

Dans ce paysage, Jean de Bonnot constitue un cas un peu particulier. Outre ses démêlés avec la justice, l’éditeur subit parfois l’ire des bibliophiles, qui considèrent qu’il s’approprie indument la rhétorique de la bibliophilie en prétendant que ses ouvrages à gros tirage sont rares. Les valeurs trouvent leur opposé : à l’ancien, on oppose le toc, à l’élégant, le clinquant. Ce billet du blog BiblioMab et les commentaires qui l’accompagnent illustrent la tension entre ces deux pôles et les différents jugements que les bibliophiles formulent sur les éditions Jean de Bonnot. Les points d’achoppement avec la rhétorique de l’éditeur s’y font sentir : le prix des ouvrages, la qualité douteuse des matériaux, la manière de se présenter à travers le site, le choix des textes et le recours à l’ancien. La capacité à reconnaître un authentique livre de bibliophile est une capacité de distinction sociale, aujourd’hui comme au dix-septième siècle. La collection bibliophilique reflète un pouvoir économique (être en mesure de se procurer des éditions rares et coûteuses) et culturel (être en mesure d’identifier ce qui en est de ce qui n’en est pas). Jean de Bonnot pêche à deux titres : parce que ses éditions sont relativement abordables, selon les standards de la bibliophilie, et parce qu’elles ne sont pas authentiques.

Il n’en demeure pas moins que certaines des éditions de Jean de Bonnot paraissent être des références dans l’histoire du livre contemporain pour certains, comme l’édition bilingue du Petit Livre Rouge dans les années 1970, saluée par Paul Thibaud dans « La culture et le marché » (Esprit 453.1 : 1976, 94-107), qui y voit la première version bilingue disponible en français, ou celle du Mémorial de Sainte-Hélène en 1969, qu’Elena Cristian et Svetlana Cecan considèrent comme « luxueuse », avant d’en donner la description dans « Ediţii de lux şi bibliofile din colecţia de patrimoniu a BŞ USARB » (Colloquia Bibliothecariorium 478.2 : 2016, 12-19). Sur un autre registre, dans son article sur Jacques Haumont justement, Jean Langevin souligne la qualité intellectuelle de son édition des Pensées pour Jean de Bonnot (« Jacques Haumont, typographe, imprimeur, éditeur », Communication et langage 62.4 : 1984, 86-104). Qu’en est-il de ce Montaigne jeté à la poubelle ?

Il faut d’abord remarquer que le texte ne fait pas apparaître les couches de composition des Essais, c’est-à-dire les ajouts successifs de Montaigne, au fil des éditions, qui permettent de bien comprendre le développement de sa rhétorique et qui ont fait l’objet de nombreuses analyses. Ces couches, qui sont généralement représentées par des / désormais, n’auraient pas été du meilleur effet, sans aucun doute, dans une édition où la rigueur génétique compte bien moins que l’aspect. Ensuite, il faut considérer la structure du texte lui-même. Par exemple, l’édition de 1595 fait de « De la coustume & de ne changer aisément une loy receue » l’essai 23, quand celle de Jean de Bonnot préfère l’essai 24 de 1595, « Divers evenements de mesme conseil ». C’est l’essai 14 de 1595 qui crée le décalage, puisqu’il est déplacé au 40 chez Jean de Bonnot. En fait, l’édition Jean de Bonnot se repose sur le texte de 1826 par Joseph-Victor Le Clerc chez Lefèvre, de sorte que la participation posthume de Leclerc s’étend bien au-delà de seules notes évoquées sur la page de titre. C’était par exemple à partir des éditions Leclerc que Flaubert lisait Montaigne (Timothy Chesters, « Flaubert’s Reading Notes on Montaigne », French Studies 63.4 : 2009, 399-415). Dans l’avis « Au Lecteur » reproduit en tête de l’édition de Jean de Bonnot, Leclerc rejette avec ambiguïté la leçon de Bordeaux.

En somme, le travail d’établissement du texte est ici minimal. Enfin, il convient de se pencher sur l’orthographe. L’avis « Au Lecteur » de Montaigne lui-même laisse voir des choix qui tendent moins à l’exactitude historique qu’au souci d’avoir l’air le plus ancien possible. On peut consulter la page de l’édition de Bordeaux sur le Montaigne Project. C’est notamment le choix de conserver la transcription des « u » en « v » et de certains « j » en « i », sous prétexte de respecter l’orthographe de Montaigne, sans remettre en contexte les choix typographiques de l’époque, qui marque. Du reste, la leçon de Bordeaux, dont Leclerc puis Haumont disent qu’elle sert à corriger les inexactitudes typographiques et à revenir à l’orthographe n’est respectée en aucune manière. Par exemple, l’édition Jean de Bonnot propose « à ce que m’ayants perdu (ce qu’ils ont à faire bientost), ils y puissent retrouver », quand la leçon de Bordeaux donne « à ce que m’ayant perdu (ce qu’ils ont à faire bien tost) ils y puissent retrouuer », avec des « s » longs à « puissent ». Il s’agit donc non tant de proposer un texte rigoureusement fidèle à une copie originale que de faire authentique en mimant à peu près un certain nombre de marqueurs d’ancienneté.

Ce qui est vrai pour l’orthographe l’est aussi pour la présentation du livre en lui-même et notamment pour sa page de titre. Celle-ci entreprend de mimer une page de titre d’Ancien Régime, en particulier dans l’adresse du libraire, qui se présente de la manière suivante :

A PARIS, au 7 du faubourg St-Honoré
près de la nouvelle église de La Madeline
CHEZ JEAN DE BONNOT
tenant négoce de libraire à l’enseigne du canon

Puis, après une ligne de démarcation, la date écrite en chiffres romains. L’achevé d’imprimer donne à peu près le même ton :

Ce livre
a été réalisé dans l’atelier d’art
de
JEAN DE BONNOT.
Il a été achevé d’imprimer
le jour anniversaire
de la
SAINT-MICHEL
patron des escrimeurs.

La mention « tenant négoce de libraire » en rajoute sur celles que l’on trouve le plus souvent dans l’Ancien Régime, qui s’en tiennent à « Libraire » ou des qualités précises, comme « Libraire ordinaire du Roy ». Quant aux achevés d’imprimé, ils sont rarement aussi cryptiques et proposent bien plutôt la date, avec le jour et l’année en chiffres, jamais romains, les chiffres romains étant réservés à la date de la page de titre. À ma connaissance, cette mention est exclusivement pratiquée par Jean de Bonnot et donc purement contemporaine et il me semble que c’est aussi le cas de cet achevé d’imprimer. Comme pour les meubles en quelque sorte, l’objet est artificiellement vieilli.

De semblables objets trouvés dans les poubelles sont d’un grand intérêt pour l’histoire sinon littéraire tout du moins de la littérature. S’il est difficile de s’en servir pour étudier le texte lui-même, ils sont en revanche des terrains de réflexion sur ce qui fait la valeur du livre, en tant qu’objet, sur le rôle de l’ancien, sur ce qui fait ou ne fait pas ancien, sur l’intérêt de vendre de la patine. Et, de ce point de vue, il n’est pas indifférent que ce livre ait fini dans une poubelle, après que son propriétaire a essayé de le revendre, sans succès, à bien des libraires, peu convaincus finalement de sa valeur marchande.

L’Appropriation de l’œuvre — vers la soutenance

Pour fêter, avec la sombre austérité qui convient, la dernière ligne droite de ma thèse, qui devrait être soutenue en octobre prochain, je vais essayer de proposer dans les mois à venir quelques billets où évoquer certains aspects de mes recherches. Comme je l’avais expliqué en fondant ce carnet, il y a plusieurs années, je voulais éviter que le travail de thèse y tienne la plus grande part, pour ne pas réduire mon activité de chercheur à sa seule dimension doctorale. Au bout du compte, je n’ai publié qu’une poignée de billets qui aient un rapport étroit avec ma thèse, à savoir, par ordre chronologique :

Avant toute chose, il m’est sans doute nécessaire d’expliquer sur quoi porte cette thèse et comment s’y articule la démonstration, parce que je me rends parfois compte que des amis et des chercheurs avec qui j’échange depuis longtemps n’ont en fait aucune idée de ce que je peux bien fabriquer de mon temps, quand je ne me livre pas à de honteuses apologies de la décadence sexuelle et morale ou de l’abêtissement télévisuel. Ma thèse, qui s’intitule « L’Appropriation de l’œuvre », étudie l’attribution des œuvres à leur auteur, principalement en France et/ou en français, entre les années 1640 et les années 1777. Elle ne s’interdit pas de remonter parfois à certains textes du XVIe siècle et pousse, sur certains sujets, jusqu’en 1830 à peu près, où se publient par exemple les derniers recueils d’ana. « En France et/ou en français », ça veut dire qu’il y est question des œuvres qui sont publiées en France dans une autre langue que le français (surtout le latin, donc) et en français ailleurs qu’en France, ce qui invite inévitablement à parler aussi, ponctuellement, de textes ni en français, ni en France.

Méthodiquement, j’y suis proche de la (nouvelle) histoire littéraire, c’est-à-dire d’une histoire littéraire très nourrie par l’histoire du droit, l’histoire du livre, la bibliographie matérielle et la sociologie de la littérature et qui peut paraître parfois éloignée des études littéraires dans ce qu’elles impliquent d’évaluation esthétique et de critique interprétative. Le propos historique est cadré, en introduction et en conclusion, soit une petite cinquantaine de pages, par une discussion théorique consacrée à l’auctorialité, en philosophie et en théorie littéraire, d’une part, et d’autre part à l’histoire de l’État du point de vue de l’histoire économique.

Le propos est sinon organisé en trois parties : la première sur les questions de propriété et de responsabilité du livre, du point de vue de l’État et du droit, la deuxième sur les classements des textes par les outils bibliographiques et la troisième sur les appropriations intellectuelles et éditoriales des œuvres par les auteurs en eux-mêmes. Il y est question à la fois d’auteurs très connus, comme Rousseau, Diderot ou Voltaire, et de personnes plus obscures, de sources très travaillées, comme le Dictionnaire historique et critique, et d’autres moins familières, comme le Journal de Varsovie, une publication périodique polonaise, en langue française, du XVIIIe siècle.

Dans la première partie, je reviens sur la pratique française des privilèges de librairie, qui encadrent à la fois la propriété privée des textes, qui est une conséquence des rapports de force entre des imprimeurs, des libraires, des auteurs et différentes institutions étatiques, et la responsabilité juridique des producteurs de ces textes, qu’il s’agisse des producteurs matériels (libraires et imprimeurs) ou intellectuels (auteurs). J’étudie plus en détail la responsabilité juridique de l’auteur du point de vue de la censure et de ses différentes formes, notamment à travers les affaires de l’Histoire amoureuse des Gaules, de l’Esprit d’Helvétius et de l’Émile de Rousseau. Enfin, je propose, une fois ce cadre posé, une typologie rapide des acteurs du livre à l’époque moderne.

La deuxième partie étudie une autre manière de rapporter les textes à leurs auteurs, qui implique d’autres usages de ces textes : l’attribution par les bibliographes. Elle étudie des séquences bibliographiques et plus précisément des séquences attributives, qui peuvent être plus ou moins étendues (quelques mots, plusieurs pages) et que l’on trouve notamment dans trois types de sources : les dictionnaires historiques et biographiques, les recueils d’ana et les recensions de livres et de spectacles dans la presse périodique. J’y aborde principalement le Dictionnaire historique et critique et ses modèles, l’ensemble des recueils d’ana en anglais, en français et en latin de la période, le Journal des sçavans, le Mercure Galant et une grande partie des périodiques en langue française publiés à l’étranger.

La troisième partie s’attache à l’exploration du rapport interprétatif et culturel des auteurs à leurs œuvres et aux œuvres des autres. J’y étudie un certain nombre de cas particuliers. Dans le premier chapitre, je reviens sur Charles Sorel, sa présentation des oppositions Charron-Montaigne et Voiture-Balzac, sa position intermédiaire d’auteur et de bibliographe, ses exercices d’auto-attribution et sa querelle avec Furetière, ainsi que le rôle qu’y joue la référence à Cyrano de Bergerac. Dans le deuxième chapitre, je me penche sur le cas de Vincent Voiture, sur les opérations éditoriales complexes dont il fait l’objet et sur son appropriation par Pierre Costar. Dans le troisième chapitre, je me consacre aux œuvres complètes de grands auteurs dirigées par d’autres auteurs et en particulier au Corneille de Voltaire, au Rousseau de Mercier et au Voltaire de Beaumarchais.

Ce travail présente quelques caractéristiques méthodiques propres et notamment une attention particulière à l’interprétation détaillée des paratextes (préfaces, privilèges, notices), en laissant parfois de côté les œuvres elles-mêmes, un choix systématique de privilégier les études de cas développées aux approches systématiques et notamment quantitatives, que l’on peut déjà trouver ailleurs, et une mise en avant des travaux internationaux susceptibles d’offrir des points de comparaison, en adoptant à chaque fois que c’était possible une bibliographie critique plurilingue qui ne se réduise pas seulement à la triade traditionnelle du français, de l’anglais et de l’allemand.

J’aurais l’occasion de présenter plus en détail dans les semaines à venir tel ou tel point de ce travail et j’invite mes (éventuels) lecteurs à me faire part de ceux qui retiennent en particulier leur attention.

L’État moderne et la privatisation au prisme de la librairie

Ces dernières semaines, j’ai beaucoup parlé ici de la télévision et des différents aspects de son analyse. Depuis la parution de l’Introduction aux porn studies, les études médiatiques sont à vrai dire la partie la plus visible, ou en tout cas la mieux connue, de mon activité de recherche, ce qui n’en laisse pas d’être un peu étrange pour moi, qui suis d’abord un spécialiste de littérature. C’est vers des questions littéraires que je propose de se tourner aujourd’hui, en reprenant le fil des notes sur des aspects de ma thèse, que j’avais laissé dans le billet sur la traduction en français, parue dans un journal danois, d’un poème de Klopstock.

Ma thèse, qui porte sur les enjeux de l’attribution, à l’époque moderne, des livres à leurs auteurs, était à l’origine une thèse de théorie littéraire, dont j’avais jeté les fondements dans un article de 2012 sur l’attribution fictive et, dans une moindre mesure, dans un autre article sur l’actualisation. On m’a très vite conseillé, pour des raisons essentiellement stratégiques, de me détourner de la théorie, en tout cas pour le gros du travail, et de me concentrer sur l’histoire littéraire. C’est ainsi que j’ai abouti à mon sujet actuel d’histoire littéraire : les moyens et enjeux de l’attribution des œuvres à leurs auteurs.

Ma période, qui court de la mort de Voiture en 1648 au décret royal du 30 août 1777, correspond si l’on peut dire à celle du fonctionnement normal du système de librairie de la France, à l’époque moderne, une fois l’imprimerie inventée et les principales techniques juridiques et étatiques développées pour l’encadrer. Mon but, avec cette thèse, est d’offrir un panorama compréhensif du problème de la propriété littéraire à l’époque moderne, en France, et ma méthode est d’adopter un sujet très restreint, celui de l’attribution, de l’étudier au plus près d’un ensemble de documents discontinu et sur la longue durée. Je souhaite offrir, à côté des études quantitatives qui se développent et qui sont censées pouvoir seules fournir une compréhension exhaustive et satisfaisante d’un phénomène, une approche interprétative stricte, à partir de documents choisis.

La conséquence de cette option méthodologique, sur laquelle je reviendrai plus tard, dans l’introduction et la conclusion de ma thèse, plus en longueur, est que le corps du travail laisse peu de place aux considérations théoriques larges, qu’il s’agisse d’observations littéraires formelles ou d’analyses historiques fondamentales. Ma thèse construit de manière implicite des objets et des théories dont elle montre l’efficacité à travers l’analyse documentaire plutôt que de l’exposer in abstracto. À mesure que j’approche de la fin de ce travail cependant, je me propose de mettre en évidence, ici, certains de ces points, parfois évidents, parfois contre-intuitifs.

Aujourd’hui, j’aimerais revenir sur les contours de l’État à l’époque moderne. L’État moderne est devenu un pilier de notre compréhension de la période qui, au moins, en France, s’étend de la centralisation entreprise par François Ier, une centralisation qui construit l’espace, la langue, les administrations, la culture en général, l’économie et bien d’autres choses, jusqu’aux derniers efforts révolutionnaires, comme par exemple l’adoption du système métrique décimal en 1795. L’État moderne se caractériserait par une rationalisation, un contrôle et une gestion généralisée de l’espace, du temps et de celles et ceux qui les habitent par un ensemble d’administrations, soumises elles-mêmes à un pouvoir politique.

À lire beaucoup de littéraires et certains historiens, on a l’impression que l’État est un monolithe facile à décrire et dont l’action s’exerce simplement sur tout ce qui dépend de lui — donc sur tout. Une fois passé le cap de l’absolutisme, qui serait lui aussi un concept très facile à comprendre et bien incarné par le pouvoir total du roi, Versailles, de jolies perruques et des jardins à la française, l’État agirait simplement de telle et telle manière, tout en rencontrant des poches de résistance, des espaces de désordre que la Révolution, avec sa centralisation et son uniformisation ultime, à coup de service militaire, d’impérialisme linguistique et d’identité nationale, viendrait finalement résorber. La situation est peut-être sensiblement plus compliquée que cela.

Pour le sujet qui m’occupe, les enjeux étatiques s’expriment dans trois domaines principalement : 1) la gestion économique des livres en tant qu’ils sont des biens marchands et donc, notamment, la propriété intellectuelle, 2) la gestion idéologique des livres en tant qu’ils sont des idées incarnées et donc, notamment, l’exercice de la censure et 3) la gestion culturelle des livres en tant qu’ils sont des instruments d’opinion et d’éducation et, donc, notamment, ce que l’on appelle les politiques ou les réformes culturelles. J’ai évoqué le troisième point dans le billet cité plus haut, sur Klopstock et les réformes culturelles danoises, je vais donc me concentrer ici sur les deux premiers.

J’ai déjà rapidement expliqué sur ce carnet, l’année dernière, dans un billet où je commentais un privilège de librairie, le fonctionnement de la propriété intellectuelle sous l’Ancien Régime. Pour résumer, l’auteur vend pour une somme convenue son manuscrit à un libraire, qui passe contrat avec un imprimeur. Généralement, le libraire paie à l’imprimeur une somme fixe pour l’ensemble du travail. Il peut également arriver que le libraire fournisse des matières premières et notamment du papier ; dans le cas contraire, c’est l’imprimeur qui est en relation avec les papetiers. Le libraire écoule ensuite l’ouvrage dans son commerce et empoche seul les gains. La propriété du libraire est protégée par un privilège, qui lui permet d’exploiter exclusivement un titre pendant une durée définie.

Ce schéma typique connait de nombreuses variations : un auteur peut obtenir un privilège en son nom, pour renforcer sa position lors des négociations avec le libraire, le libraire peut être un imprimeur, des libraires et des imprimeurs peuvent s’associer par parts lorsque le travail d’impression est considérable, par exemple dans le cas d’une encyclopédie, les ouvrages peuvent être financés par des souscriptions ou bien différentes sortes d’abonnements. Pour une large part, ces transactions échappent a priori à l’administration royale et c’est pour contrôler ces rapports contractuels implicites et explicites que se développent deux technologies : celle du privilège et celle de la censure.

J’appelle ici « technologies » la rencontre de discours sur un objet (qui disent ce que c’est qu’être propriétaire, auteur, professionnel, commerçant, créateur) et de techniques/outils (des fichiers, des registres, des lois, des cas juridiques, des spécialistes). Les outils peuvent être inventés ad hoc ou être dérivés de pratiques existantes. L’ouvrage essentiel dirigé par Deazley, Kretschmer et Bently, Privilege and Property: Essays on the History of Copyright, que l’on peut consulter librement en ligne, montre comment, par exemple, le privilège est un outil dérivé des privilèges d’exploitation artisanaux de la fin de l’époque médiévale, qui protégeaient l’investissement matériel dans une invention. C’est d’abord en tant que le livre est un objet artisanal produit par la presse d’imprimerie que sa propriété est protégée et il faut attendre la distinction fonctionnelle, économique et commerciale entre les libraires et les imprimeurs pour que le privilège de librairie devienne un outil juridique autonome et la marque d’une propriété spécifique, la propriété intellectuelle.

En théorie, rien n’empêche, on le voit, qu’un ouvrage paraisse sans privilège : le privilège protège le libraire dans son investissement mais il n’est jamais produit, avant 1777, avec l’idée d’une exclusivité a priori de la création intellectuelle. Pendant un temps en effet, rien ne s’oppose à ce que paraisse un ouvrage sans privilège. Simplement, libre alors à n’importe qui de produire d’autres exemplaires du même texte et le libraire qui l’a fait paraître le premier ne peut se prévaloir d’aucune exclusivité. Rapidement cependant, la propriété économique se trouve étroitement liée au contrôle idéologique : le privilège devient une nécessité et tout livre sans privilège tombe dans l’illégalité, si bien que l’État prétend exercer un contrôle systématique sur la production intellectuelle. Quelles sont alors les logiques à l’œuvre ?

Le fonctionnement normal du privilège, avant sa systématisation, repose sur l’idée que ce qui n’appartient à personne appartient à tout le monde et est protégé par le roi. Le privilège exclue artificiellement, par l’action positive du droit, quelque chose de ce domaine commun, qui est toujours d’abord le domaine du roi. Pour aller vite, le roi, par l’intermédiaire d’une administration, confère un privilège comme il donnerait des terres. Le privilège est par conséquent un état d’exception mais avec ceci de paradoxal qu’il est rapidement un état d’exception généralisée. À partir du moment où le privilège est une obligation, il n’est plus l’exception mais la norme. Cette norme est une nouvelle norme : elle n’est plus celle du partage commun soumis à la volonté du roi mais celle de la privatisation des biens appuyée par l’autorité de l’État.

Si le pouvoir royal systématise les privilèges, ce n’est pas cependant dans une logique économique ou, pour être plus exact, ce n’est pas, de son côté, en poursuivant des buts économiques. La privatisation économique est un outil de marchandage, un levier pour atteindre un but idéologique : le contrôle culturel. Exiger un privilège systématique est une manière d’exercer une contrainte sur la librairie à laquelle les libraires sont susceptibles de se soumettre volontairement, puisqu’ils en tirent un profit économique. Le but est évidemment pour l’administration d’accéder a priori à tous les ouvrages et de troquer sa position de censure a posteriori, quand le mal est déjà fait, pour une position de censure éditoriale, qui intervient a priori dans les textes, avant leur publication. Pour que le système fonctionne, il faut que les libraires soumettent volontairement leurs livres à l’intervention de l’État, une volonté qui s’obtient à la fois par la crainte de la prison et des amendes, et par le marchandage de la privatisation.

De facto, les libraires deviennent alors un organe de l’État. Ils sont un organe de l’État non seulement parce qu’ils participent à l’action de contrôle que celui-ci entreprend et parce qu’ils entrent avec lui dans une relation de marchandage mais parce qu’ils se constituent et/ou se laissent constituer en administration royale par proxy. C’est en fait à la Compagnie des libraires, une organisation corporatiste, que revient la charge d’enregistrer administrativement les privilèges de librairie et le registre qu’elle tient est désormais un document officiel qui sert de point de référence dans les comparaisons. L’aboutissement du marchandage de la privatisation, ce n’est donc pas que coexistent deux pouvoirs, l’un public, l’un privé, qui s’exercent sur la collectivité et ses biens mais plutôt que les institutions publiques et les institutions privées participent conjointement à une administration régulatrice et coercitive.

L’un des grands enjeux pour le pouvoir royal est alors de contrôler son partenaire qui peut à tout moment devenir un concurrent. Pour cela, le pouvoir royal limite ceux des libraires qui sont susceptibles de participer à la privatisation de contrôle : il opère une limitation géographique et une limitation démographique. Du point de vue géographique, seuls les libraires parisiens ont finalement accès au système des privilèges, ce qui permet de centraliser toutes les opérations de contrôle et de faciliter la surveillance en réduisant les coûts. Les libraires lyonnais, second gros centre de l’édition française à l’époque, par où circulent notamment les livres espagnols et italiens, sont ainsi exclus. Du point de vue démographique, le pouvoir royal limite le nombre d’individus qui peuvent accéder au statut de libraire et à la corporation de la Compagnie, donc participer au marchandage de la privatisation.

Officiellement, ces limitations s’opèrent dans l’intérêt des lecteurs, parce qu’elles viseraient à garantir la qualité. Officiellement, le pouvoir royal s’assure que n’importe qui ne devienne pas un imprimeur et que des conditions minimales soient réunies pour que les produits de la presse répondent à un standard : le libraire doit avoir suivi la bonne formation, qui est un compagnonnage, il doit posséder un certain nombre d’objets (des presses, des caractères) et ainsi de suite. L’effet est bien entendu de créer des concentrations économiques dans le temps, c’est-à-dire qu’il est plus facile d’être libraire quand on est fils de libraire et époux de fille de libraire, que les veuves de libraires ont intérêt à épouser des libraires. La privatisation n’a alors rien à voir avec un hypothétique jeu du libre marché : au contraire, elle verrouille la profession autant qu’elle verrouille les produits. La privatisation entraine ainsi une disproportion toujours croissante entre ceux qui sont au centre des appareils de contrôle, au centre de la Compagnie, et ceux qui sont à la marge voire à l’extérieur.

La censure évolue de son côté selon une logique parallèle. Pour bien le comprendre, il faut opposer censure royale et censure ecclésiastique. On trouvera à ce sujet des informations très utiles dans l’ouvrage de 2013 par Laurie Catteeuw, Censures et raisons d’État. Une histoire de la modernité politique (XVIe-XVIIe siècle). La censure ecclésiastique demeure tout au long de la période une censure frontale qui oppose deux entités différentes : les auteurs et les libraires, d’un côté, et la Sorbonne, de l’autre. Il n’y a pas vraiment d’interférences fonctionnelles entre les deux mondes : les auteurs et les libraires se chargent de produire un texte et de le mettre en circulation, la Sorbonne se charge éventuellement de le lire, de le commenter, de le condamner et de le brûler. Elle peut ensuite chercher à punir de différentes manières l’auteur, s’entendre avec le reste de l’État, dont elle est une part elle-même, et ainsi de suite. La censure parlementaire fonctionne à peu près de la même manière. La censure royale emprunte des voies différentes.

La censure royale est en réalité un phénomène complexe qui s’exprime tant dans la création d’institutions culturelles, dans la mise en circulation de textes et dans l’édition active, c’est-à-dire la correction, la reformulation ou la suppression d’autres textes. Par exemple, on peut à bon droit considérer que le développement du salariat d’auteur est une forme de censure royale, dans le sens où le salariat remplit le même objectif que ce à quoi l’on pense spontanément quand on parle de censure : contrôler la circulation des idées. Minimiser la part des privilèges d’auteur dans le système de privilège est un exemple d’effort du pouvoir royal en direction du salariat d’auteur mais le plus connu est sans doute la mise en place de l’Académie Française. Le principe de l’Académie Française est en effet que l’État salarie des auteurs pour contrôler la langue officielle et sa manifestation culturelle. La querelle du Cid n’est pas seulement un affrontement esthétique et idéologique, elle est aussi une confrontation entre deux logiques économiques et sociales.

Bien sûr, quand on parle de censure royale, on parle généralement de l’activité de la direction de la librairie, dont Malesherbes fut le responsable le plus célèbre. Lorsque la direction reçoit un livre, elle le confie à un censeur, plus rarement plusieurs censeurs, qui le consultent, font des propositions de modification ou le rejettent entièrement. Les censeurs sont des gens de lettres, de même spécialité que celle de l’ouvrage, et dont la liste est officielle et annuellement publiée. Il faut que le censeur fournisse son approbation pour que l’ouvrage obtienne un privilège et paraisse. Ce système de censure fonctionne encore aujourd’hui dans certains domaines : en effet la revue par les pairs, dans le monde universitaire, opère de la même manière. Dans cette censure scientifique, un auteur envoie son texte et ne peut espérer le publier de manière officielle que s’il a été validé par plusieurs experts. La différence fondamentale est que, dans le second cas, le système est compliqué par le secret, puisque les experts ne sont pas connus. Dans les deux cas, le système est rendu acceptable aux auteurs qui s’y soumettent par l’expertise présumée des censeurs et il fait reposer la charge effective du contrôle à ceux-là mêmes qui sont contrôlés.

L’intérêt théorique de la censure royale est d’empêcher l’impression d’idées jugées dangereuses à l’ordre établi. Naturellement, elle ne fonctionne pas toujours très bien : les censeurs peuvent avoir trop de travail et mal lire les textes, ils peuvent être complices des idées à la mode, les libraires peuvent imprimer et faire circuler leurs textes de manière clandestine et ainsi de suite. L’un des ratés les plus célèbres de la censure royale est la parution de l’Esprit d’Helvétius en 1758, avec privilège et approbation des censeurs, l’un des plus gros scandales de librairie du siècle. Ce qui n’est pas toujours souligné, c’est que l’ouvrage a beau être rapidement jugé contraire à la monarchie et à l’Église, il n’en a pas moins été soumis à l’approbation, de la même manière que Rousseau, de son côté, entretient une longue relation avec Malesherbes. Comme l’Académie Française, l’activité des censeurs est organisée de telle sorte que la présence des pairs des auteurs au sein des administrations du pouvoir royal rend acceptable — voire souhaitable — le contrôle exercé par celui-ci et institue une relation de dépendance volontaire.

Rares sont évidemment les auteurs à être effectivement salariés, même si l’on veut bien élargir un peu la définition du salariat : il y a les Académiciens par exemple ou ceux qui jouissent du privilège d’un journal officiel. En revanche, la technologie du salariat s’exerce sur l’ensemble des auteurs. Ce contexte a produit des situations d’aliénation assez difficiles à analyser pour les historiens aujourd’hui et le cas le plus célèbre est celui de la Lettre écrite par Diderot, en 1763, pour le compte des libraires parisiens, à l’intention de Sartine, alors directeur de la librairie, dont je vous invite à lire le résumé lié.

Les mesures de contrôle de la librairie dans la seconde moitié de l’époque moderne, en France, invitent ainsi à aborder avec plus de nuance la question de l’État absolutiste. D’abord, mais c’est presque une évidence, l’État absolutiste n’a pas grand-chose d’absolu : il négocie efficacement mais péniblement avec toutes sortes d’acteurs pour établir son contrôle sur le territoire qu’il occupe et de larges parts de son territoire théorique lui échappent en pratique. Dans un tout autre domaine, celui de la gestion du foncier, on pourra trouver d’autres exemples dans l’étude récente consacrée par Castrucci à Marseille entre 1500 et 1790, dont j’ai proposé une recension dans Lectures — Liens Socio.

En fait, si l’État absolutiste est un État moderne, c’est en tant qu’il se construit sur une logique économique de privatisation et de salariat, dont il ne tire, en tant qu’administration, aucun profit en termes de recettes, mais qui est le double produit d’un côté d’un marchandage avec des secteurs d’activité de plus en plus concentrés et de l’autre du déploiement d’un système de contrôle pseudo-endogène. C’est aussi qu’il développe un discours sur son activité qui est sensiblement différent de l’activité elle-même : il dit qu’il contrôle le nombre de libraires et leur équipement, qu’il met en place l’Académie ou les journaux officiels pour produire un contenu de qualité alors qu’il fait en réalité tout autre chose. L’analyse la plus simple est de dire que l’État moderne repose sur la propagande, qui est un double discours : il y aurait le discours que l’État tient consciemment à ses complices et celui qu’il tient consciemment aux opprimés. L’examen des administrations polymorphes et sans cesse sous pression suggère néanmoins que l’État moderne a un double discours parce que les raisons et la marche de ses actions lui échappent à lui-même.

Le concept d’absolutisme monarchique n’a vraiment de sens que si l’on cherche à se réduire à l’analyse des institutions politiques en tant que telles et par comparaison avec la diffusion féodale du pouvoir. Suggérer que l’État absolutiste est un État qui s’organise en éliminant les contre-pouvoirs de l’exécutif est un aberration, parce que plus que tout autre, l’État absolutiste est soumis au contre-pouvoir réel des acteurs économiques privés et organisés, industriels, marchands et financiers, qui négocient avec lui un pouvoir politique officiel et institué grâce à la privatisation et à la participation aux administrations. On peut continuer à croire que lorsque le pouvoir monarchique impose le privilège nécessaire, c’est le signe d’un État absolutiste fort et centralisé qui prend le contrôle de la culture. Mais en réalité, c’est bien plutôt l’aveu d’une faiblesse et de l’insuffisance de la seule volonté royale à créer des états d’exception efficaces et encadrés, le moment où le pouvoir royal entame la privatisation systématique de la culture et cède son contrôle au pouvoir corporatiste.

Je voudrais conclure par une distinction importante. Mon propos n’est pas ici de dire que les visées absolutistes, de François Ier à Louis XIV, se sont heurtées à des forces contraires qui les ont empêchées de se réaliser pleinement mais bien que la logique même de centralisation absolutiste conduit à un affaiblissement du pouvoir royal dans la pratique, à la privatisation, à la concentration économique, au salariat intellectuel et au contrôle endogène.

Les injonctions nouvelles dans l’université moderne et contemporaine

Il y a peu, j’ai lu avec attention l’excellent article qu’Alex Mahoudeau a publié en réaction à une petite polémique qui a agité le monde académique britannique, ces deux dernières semaines. Elle a été déclenchée par un billet de la série « Academic Anonymous » du Guardian, consacré à l’injonction de visibilité virtuelle faite aux universitaires. La série « Academic Anonymous », qui est théoriquement un moyen pour le Guardian de permettre aux universitaires de prendre la parole franchement et sans avoir à trop s’inquiéter des conséquences professionnelles de leur exposé, est aussi parfois comprise comme un clickbait de la part du site. The Guardian manque d’ailleurs rarement son objectif et la dernière tribune de la même série, « Student surveys are destroying my confidence, says new academic », a elle aussi fait l’objet d’assez vives discussions. Les articles, très brefs et sans doute lourdement retravaillés par la rédaction du site, ne sont pas faits pour susciter une discussion saine et raisonnable. De façon plus générale, l’activité du Guardian s’inscrit dans le paysage des produits médiatiques adressés aux universitaires, dont les plus connus sont peut-être le Times Higher Education ou bien, de l’autre côté de l’Atlantique, au Canada, les University Affairs. Dans la même veine que le dernier article des « Academic Anonymous » du Guardian, ces dernières publiaient par exemple, en mai 2016, des vidéos d’enseignants réagissant à leur évaluation par les élèves. On imagine aisément qu’une partie des articles sur ces sites sont produits par des universitaires, trop heureux d’avoir la chance de s’exprimer, sans rémunération particulière.

Continuer la lecture de « Les injonctions nouvelles dans l’université moderne et contemporaine »

On a Danish French Translation of Klopstock’s German

In a recent blog on The Many-Headed Monster, scholar of early modern British history Laura Sangha has explained why she loved working on personal diaries. She was soon rejoined by Cath Feely, while another modernist, Pelayo Fernández García shared his passion for early modern private letters. These posts and tweets made for an interesting discussion and proved once more how Twitter has becomed an important feature of early modern studies, in English at least. Since then, #histsource hashtag has offered historians an occasion to give a glimpse of their sources. Although not an historian per se myself, I would like to write about what another type of sources has to offer. Those of you, if any, who may be following this blog have perhaps noticed that I’ve been working extensively on periodical press from the XVIIth and XVIIIth centuries. My corpus there encompasses everything that has been written either in France or in French and that has been periodically published. Many of these sources were described in the now famous Dictionnaire des journaux (1600-1789).

Early modern newspapers are without a doubt my favorite sources. They of course offer great material an almost every subject and can be studied in tens of different ways. Scholars may try to map the news networks in Europe, or rather describe the social strategies developped by their journalists, or track the signs of the operatic reform thourough accounts of significant performances. There has been and there is still a lot of work done on this subject, but one can always find new ways to explore these sources. One of the reasons for this is the ever growing number of digitalized documents we may access, as years go by. Papers that were once kept in Polish academic libraries for instance are now available online. These sources are also more accessible in the sense that one may now search through a vast corpus and cross-reference particular events.

What I love about early modern newspapers though is that most of the time, they lead to a kind of detective work. I’ve recently given an example of this in a previous blog about Dubois de Rochefort’s translation of homeric texts and how it was received by the Journal des Sçavants. I’ve encountered numerous such cases through the third chapter of the second part of my thesis. In fact, I sometime feel I could open any paper at any page and find there a text, often only a few words, that would seem just a little bit off and would lead to a thrilling inquiry in the depths of the French-speaking literary world of the XVIIIth century. I suspect the thrill there is all mine, and most readers would find both the process and the results of these inquiries rather dull, but such is often the nature of our work.

For instance, in the Mémoires sur la littérature du Nord, printed in French in Copenhagen, one would find in the september-october 1760 issue, an article entitled « Ode en stances sur le jubilé de la révolution de 1660 ». The article iteself is a translation of a text published in the Nordische Aufseher, in German. The original author of the text is never given, which is a little surprising since, at the same time, the translator compliments him on his style and insists on how famous he is. Who’s, then, the author of the original German text? A quick search on the Internet shows that the ode is in fact a translation of Klopstock’s Ode auf das Jubelfest der Souveränität in Dänemark, which indeed makes a lot of sense. Klopstock was invited by Frederick V in Denmark in 1760, so he would finish there the Messias, his epic masterpiece started in 1749. It’s no surprise then that Klopostock would celebrate Danish history, even less so when Denmark, at that time, comprised lands where German was the main language. That Frederick V would invite Klopstock in Copenhagen and that Klopstock would celebrate Denmark are two symptoms of a cultural plan to integrate the German lands in an unified Danish kingdom.

This cultural plan in turn takes place into the wider context of Bernstorff’s cultural reform which, like Czartoryski’s cultural reform in Poland at the same time, is heavily dependent on an influx of western and especially French and German cultural artefacts in Copenhagen. Czartoryski gets former printer of the Sorbonne Piotr Dufour to settle in Varsaw and Bernstorff finds in France and Switzerland French-speaking scholars and writers. In Copenhagen, some of these writers produce newspapers in French, newspapers which primary intended audience is certainly made by both a Danish cultural elite with a sufficient understanding of the French language and the French protestant diaspora. The translation in French of Klopstock’s poem is then produced in a very complex and dense cultural and political context.

And one of the many things that make this translation strange is its rendering of Klopstock’s original « Souveränität in Dänemark » by « révolution de 1660 ». The ode is by no mean a revolutionary text, quite the contrary even, since the first stanza is entirely designed to explain that liberty can thrive in a kingdom as well as (and if not better than) in a democracy. What is then the intent behind this translation? It is my guess that the translator is here trying to prove that the strong, national Danish kingdom of the XVIIIth century has been built through radical changes in the previous centuries, and that, therefore, contemporary changes, for instance Bernstorff’s cultural reform, can only benefit the nation. In other words, the French translation shows the events of 1660 not as part of a mythical and atemporal past but rather as the start of a modern and historically oriented political construction.

Future readers of my thesis will find there other similar investigations, for instance on why an article of the Journal de Vienne hardly mentioned Calzabigi in its review of the Alceste the Italien poet wrote for Gluck, or why the Journal littéraire de Varsovie says next to nothing on the Ernelinde polemic while still reviewing the second performance in Versailles. Why does the French Avantcoureur despise the Journal littéraire de Francfort? What can we infer from advertisments in Deutsch for French newspapers? What use do the heirs of Van Ghelen printing dynasty in Vienna have for newspapers printed in French?

All these questions open way to important conclusions on the early modern printing world, on the spread of the French language in XVIIIth Europe and how it responded to needs very different from those of Paris, on the western trend in cultural politics in northern and central Europe at that time, and so on. But really, they are first and foremost quite enjoyable. Granted, one might find more fun in tracking down a spirited Snorlax in a secluded place before brutally ending its freedom. Still, I find great pleasure in starting with just a few words, a name missing or added, a typographical oddity, and in ending up watching the unraveled web of early modern intellectual world. To me, it’s like these boardgames where one starts small and then builds up, to see later great plans in motion, except these plans are not one’s owns, but men’s and women’s who once lived, a long time ago.

It’s not letters and it’s not diaries, it’s not the very flesh and feelings of once unsuspected intimacies, and yet, it has the kind of humanity that only comes from the realization that one’s sources have been written by hands akin to our owns.

L’enclave papale d’Avignon et la presse à l’époque moderne

En ce moment se déroule le festival d’Avignon et c’est une excellente occasion de parler d’un sujet essentiel : l’enclave papale d’Avignon et son rôle dans la vie de l’imprimerie, de l’édition et de la culture française dans les deux dernières siècles de l’Ancien Régime. Il y a sans doute des sujets plus excitants de prime abord mais les particularités d’Avignon aux XVIIe et XVIIIe siècles sont très utiles pour comprendre comment les choses peuvent fonctionner, du point de vue des territoires et des dispositifs légaux, sous l’Ancien Régime. Et quoi de mieux qu’un jour de célébration de la Révolution Française pour tenter de se mettre les idées en ordre sur ces dispositifs et leur gestion ?

En fait, l’un des problèmes que l’on rencontre parfois quand on s’occupe de l’histoire de l’Ancien Régime, en tout cas pour ma part de l’histoire culturelle, c’est que les différences entre l’époque moderne et nos propres habitudes sont si considérables qu’on a souvent, de prime abord, l’impression d’avoir affaire à un chaos administratif et légal, même économique, qui représenterait un état immature de la gestion des affaires publiques. La grande histoire de la naissance de l’État moderne, étroitement associé au développement progressif d’administrations centralisées, a tendance à considérer qu’un État ne fonctionne bien que lorsqu’il gère de manière systématique et relativement cohérente l’ensemble de ce qui se passe sur son territoire. La période révolutionnaire verrait le premier grand aboutissement de cette dynamique, avec des dispositions marquantes comme celles qui concernent les poids et les mesures en 1795. Le système de 1795 serait l’aboutissement des recherches d’une mesure universelle entamées dès le XVIIe siècle1de la même manière que le droit d’auteur serait celui de la pénible lutte menée par de courageux écrivains pour la rationnalisation des dispositifs royaux en la matière.

Alternativement, on peut considérer que le système administratif et légal de l’Ancien Régime était un système fonctionnel, par exemple parce qu’il a fonctionné. Ça ne veut pas dire que ce système n’est pas plein de trous et d’imprévus. Récemment, par exemple, Colette Castrucci a souligné combien il était difficile, pour les propriétaires marseillais de l’époque moderne, de savoir sous quelle juridiction, pour aller vite, tombait leur bien immobilier2. Mais ces vides sont parfois utiles parce qu’ils laissent une marge de manœuvre aux différents acteurs du domaine considéré, que ce soit le foncier ou l’imprimerie. On peut essayer de comprendre en quoi ces incohérences et ces vides sont constitutifs et essentiels au fonctionnement du système en se penchant sur le cas de l’enclave papale d’Avignon.

C’est aux travaux de René Moulinas dans les années 1970 que l’on doit les bases de notre connaissance de la presse à Avignon à l’époque moderne3. La création de l’enclave papale d’Avignon remonte à 1309, quand Clément V choisit Avignon comme siège papal, une situation qui dure jusqu’en 1377. À l’époque, la ville fait partie du Royaume d’Arles, à l’intérieur du Saint Empire Romain. Après bien des tribulations qui conduisent Avignon à jouer un rôle central dans le Grand Schisme d’Occident des XIVe et XVe siècles, le Comtat Venaissin et la ville d’Avignon demeurent des possessions papales, gouvernées par un légat, souvent le Cardinal-Neuveu, jusqu’à la bulle Romanum decet pontificem d’Innocent XII, qui abolit le népotisme en 1693 et conduit à la création de la Congrégation d’Avignon. Il faut attendre 1793 pour que, à la suite d’une décision votée en 1791 par l’Assemblée Constituante, le Venaissin et la principauté d’Orange soient intégrés, sous la forme du département du Vaucluse, au territoire français4. Les Constituants ne furent cependant pas les premiers à avoir des vues sur le Comtat Venaissin, puisque Louis XV avait occupé celui-ci peu de temps auparavant, entre 1768 et 1774, et y avait imposé une réforme française des institutions. Le Comtat avait d’ailleurs déjà été envahi plusieurs fois par la France dans les années 1660.

La situation des enclaves territoriales à l’époque moderne est toujours une situation fragile. Si elles peuvent exister, c’est bien sûr parce qu’elles sont soutenues par une grande puissance politique mais leur existence est étroitement conditionnée par les dispositions de la seconde grande puissance qui les entoure. La vie de ces enclaves est donc faite de compromis et de coups de force, de rencontres entre des préoccupations particulières et locales d’un côté et de l’autre des enjeux géopolitiques internationaux qui les dépassent de beaucoup5. Ces tensions s’expriment dans tous les aspects de la vie des enclaves et le cas de l’université d’Avignon, par exemple, a été bien documenté il y a quelques années6.

Pour la librairie, cette situation est bien éclairée par le cas du Courrier d’Avignon, dont les exemplaires connus sont numérisés et disponibles sur le site des Gazettes européennes du 18e siècle. Le Courrier d’Avignon est l’un des innombrables périodiques qui apparaissent avec le développement de la presse dans le dernier siècle de l’époque moderne. Les évolutions commerciales, technologiques et culturelles rendent en effet viables toutes sortes de publications régulières, qui sont plus faciles à produire, plus faciles à acheminer, plus faciles à financer et qui trouvent plus de clients. Le nombre de périodiques ne cesse de croître tout au long du siècle et leur portée géographique est parfois considérable. En effet, on ne lit pas, en France, que des périodes français : il existe en dehors du royaume un grand nombre de publications francophones. Toutes ne sont pas forcément destinées en premier lieu au public français mais, généralement, on peut quand même les acquérir chez les libraires parisiens qui ont des correspondants un peu partout en Europe.

Les situations juridiques de ces périodiques peuvent être très diverses. Certains sont évidemment interdits parce qu’ils sont licencieux ou séditieux, d’autres sont simplement tolérés tant qu’ils demeurent discrets, d’autres peuvent circuler à la vue de tous, sans être tout à fait soumis au même contrôle que les périodiques français, du moins en apparence. C’est le cas du Courrier d’Avignon. Celui-ci, imprimé dans l’enclave pontificale, n’est pas soumis à l’activité de la censure française de la Direction de la Librairie — dont il ne faut pas du reste exagérer l’efficacité mais c’est un autre problème — et peut donc, en théorie, jouir d’une plus grande liberté de ton. Ce qui le distingue des autres périodiques francophones extérieures, c’est sa relation privilégiée avec la Ferme générale des postes. Créée en 1672, la Ferme générale des postes a en charge le réseau postier français dans tous ses aspects, pour le transport des marchandises, du courrier et des voyageurs, pour le réseau7, pour les relais et pour les tarifs. Les accords particuliers permettent au Courrier d’Avignon de jouir de tarifs préférentiels, de sorte que le périodique est très compétitif parmi les publications étrangères : son prix en France varie du dixième à la moitié du prix d’un périodique venu d’Amsterdam.

En pratique, s’il est vrai que les périodiques étrangers ne sont pas soumis à la même censure que les périodiques français, ce sont les postes qui se substituent à la librairie pour assurer le contrôle du contenu de la publication. Dans les années 1750, l’intendant des postes Janel surveille activement le contenu des périodiques étrangers et empêche plusieurs gazettes hollandaises de pénétrer dans le royaume8. La puissance de l’intendant des postes est soulignée dans une lettre de Voltaire en 1763, où l’écrivain dit de Janel qu’il est le « maître absolu de tous les imprimés qu’on envoie ». L’intendant des postes joue ainsi, pour les périodiques étrangers notamment, le rôle que le directeur de la Librairie ne peut pas avoir. Comme toutes les publications étrangères, le Courrier d’Avignon est soumis à ce contrôle, qui est d’abord un contrôle économique.

Partant, les tarifs postaux dont jouit le Courrier de manière privilégiée le désignent comme une publication semi-officielle. À la différence du Mercure de France par exemple, il n’est pas un périodique officiel dans le sens où sa rédaction n’est pas étroitement contrôlée par le pouvoir mais son contenu est validé par des faveurs économiques particulières. Pourtant, le Courrier d’Avignon a aussi à l’époque une grande réputation d’indépendance qui, jointe à son accessibilité financière, lui donne un statut à part parmi les publications étrangères et assure son succès. Sans doute, son ton est plus libre que celui des périodiques français légaux mais cela ne veut pas dire qu’il peut développer une critique à l’encontre du pouvoir royal. Au contraire, ce dernier est le premier à profiter de la réputation d’indépendance d’un journal dont il contrôle par ailleurs étroitement la fortune commerciale et donc, indirectement, le contenu. Comme nombre de publications étrangères, le Courrier d’Avignon est une soupape de sécurité dans le système de la librairie d’Ancien Régime. Il a un statut comparable à ces livres que le directeur de la librairie Malesherbes, sans autoriser explicitement, parce qu’ils ne sauraient être approuvés par le pouvoir royal, laisse cependant circuler.

En d’autres termes, la diversité des juridictions ne doit pas toujours être interprétée comme un défaut d’organisation de la part de l’Ancien Régime et les privilèges particuliers, dont la multiplicité brouille l’application générale des dispositions légales, comme un frein à une approche systématique qui serait par ailleurs souhaitée par les institutions. La diversité des juridictions et des dispositifs est plutôt un moyen de mieux contrôler les produits culturels, en ménageant des marges, des espaces où des voix divergentes sont tolérées, parce qu’elles sont encadrées de manière discrète. Le contrôle exercé par les autorités sur le Courrier d’Avignon est plus étroit encore qu’il n’y paraît, si l’on songe que son impression est confiée à Charles Giroud, qui est par ailleurs l’imprimeur officiel du vice-légat. C’est par exemple Charles Giroud qui produit les documents nécessaires au contrôle de la population d’Avignon grâce au recensement de 17209.

Le Courrier d’Avignon n’est que l’un des multiples exemples de la manière dont la prolifération administrative de l’époque moderne permet au pouvoir royal d’assurer un contrôle discret des productions culturelles. Bien sûr, les avantages que présentent le règne des situations particulières, des exceptions et des privilèges n’interdisent pas que certains administrateurs aspirent à une gestion plus systématique des affaires : les entreprises révolutionnaires de normalisation ne naissent pas ex nihilo. Simplement, ces aspirations, plus conformes à nos conceptions contemporaines, ne doivent pas nous conduire à ignorer les logiques d’organisation et l’efficacité des processus qui dominent pendant plus d’un siècle.

  1. Jean-Robert Armoghate, « Un seul poids, une seule mesure », Dix-septième siècle, 2013, 2001, 631-640. []
  2. Colette Castrucci, Le quartier du port de Marseille (1500-1790). Une réalité urbaine restituée, Marseille, Presses Universitaires de Provence, 2016. J’ai fait pour Lectures un compte-rendu de cet ouvrage. []
  3. René Moulinas, L’Imprimerie, la Librairie et la Presse à Avignon au XVIIIe siècle, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1974. On peut lire en ligne un compte-rendu de l’ouvrage fait par Émile Lizé, l’année suivante, pour Dix-huitième siècle. []
  4. Edward James Kolla, « The French Revolution, the Union of Avignon, and the Challenges of National Self-Determination », Law and History Review, 31.4, 2013, 717-747. PDF. Jean-Jacques Clere, « Le rattachement d’Avignon et du Comtat à la France : approche juridique (1789-1791) », Annales historiques de la Révolution française, 290.1, 1992, 571-587. []
  5. Sur ces enclaves, on peut consulter : Paul Delsalle et André Ferrer (dir.), Les enclaves territoriales aux Temps modernes (XVIe-XVIIe siècles), Besançon, Presses Universitaires francomtoises, 2000 et le numéro des Mémoires de l’Académie de Vaucluse consacré en 2006 à la principauté d’Orange par Claude-France Hollard et Françoise Morel. On peut lire en ligne un compte-rendu de cet ouvrage dans les Annales du Midi par Patrick Fournier. []
  6. Patrick Ferté, « L’université d’Avignon, à la fois française et étrangère, et ses rivales (Aix-en-Provence, Besançon, Orange, Valence) », Annales du Midi, 268, 2009, 459-478. []
  7. Anne Bretagnolle et Nicolas Verdier, « Images d’un réseau en évolution : les routes de poste dans la France préindustrielle (XVIIe siècle-début XIXe siècle », M@ppemonde, 79, 2005, en ligne. []
  8. Pierre Retat, « Les gazetiers de Hollande et les puissances politiques : une difficile collaboration », Dix-huitième siècle, 25, 1993, 319-335. []
  9. Olivier Zeller, « La ville en fiches : la méthode de recensement urbain de Jean-François Palasse (Avignon, 1720) », Annales de démographie historique, 112, 2006, p. 217-241. []