Lafayette, Segrais, Ménage et Huet

Le texte qui suit est celui d’un article que j’ai publié en 2014, dans un ouvrage intitulé Savantes femmes et citoyennes de Tendre en Europe (1607-1678) et dirigé par François Le Guénnec pour L’Harmattan. On le trouvera aux pages 107 à 120 de ce livre ainsi que sur HAL. Afin de faciliter le travail des professeurs et des étudiants qui travaillent cette année sur La Princesse de Clèves, je le mets ici en ligne, enrichi de liens encyclopédiques et de liens vers les articles cités, quand ceux-ci sont facilement disponibles en ligne, en accès ouvert.

J’attire l’attention des lecteurs sur le fait que l’article a été rédigé avant la publication du volume de La Pléiade consacré à Lafayette et qui contient la version la plus récente de sa correspondance. Il se fonde donc sur l’édition de ces lettres disponibles à l’époque, qui était déjà ancienne.

Continuer la lecture de « Lafayette, Segrais, Ménage et Huet »

Les tisons de Chapelain

Avant-hier, alors nous discutions sur Tweeter du petit billet écrit ici à propos de l’attribution de la Princesse de Clèves, la conversation en est venue à aborder les usages particuliers que l’on pouvait faire à l’époque moderne de la figure des auteurs. À cette occasion, j’ai évoqué le cas de ce que l’on pourrait appeler l’anecdote interprétative. Jean-Yves Vialleton a donné, notamment pour Corneille, des exemples de ce genre de choses1. Vialleton montre combien la vie de Corneille, même quand elle est écrite par ses contemporains, participe du répertoire des biographèmes mythiques hérités de la tradition antique : on y incorpore des éléments qui ne sont pas réels, des événements qui ne se sont pas vraiment produits, mais qui sont vrais au regard de l’interprétation qu’on donne de l’œuvre. En d’autres termes, la vie de l’auteur dramatique est façonnée de sorte à être conforme à l’interprétation de ses pièces. De ce point de vue, c’est une situation en quelque sorte comparable à celle que j’évoquais à propos de Lafayette, où l’on arrangeait la vie de la comtesse pour correspondre à une interprétation particulière de La Princesse de Clèves.

Continuer la lecture de « Les tisons de Chapelain »

  1. Jean-Yves Vialleton. « La vie de Corneille comme moment de réflexion des classiques sur la littérature ». Revue d’Histoire Littéraire de la France 106.3 (2006) : 599-628. []

L’attribution de la Princesse de Clèves

Il y a peu, je discutais sur Twitter avec Caroline Muller d’Acquis de conscience, Anne GE de Women and Fiction et Françoise Cahen à propos de Louise Labé et en particulier de l’ouvrage que Mireille Huchon lui a consacré. Dans Une créature de papier, Mireille Huchon se proposait, en 2006, de montrer que l’identification de « Louise Labé » à une personne physique réelle n’était pas aussi facile que la tradition littéraire ne le suggérait. Elle y développe la théorie que Louise Labé pourrait être une création d’un cercle de poètes lyonnais. On imagine sans peine que cette hypothèse a suscité des réactions assez vives et l’ouvrage de Huchon a fait l’objet de critiques nombreuses, certaines bien documentées, d’autres plus douteuses. Il n’a hélas pas toujours été bien compris — ou bien on n’a pas voulu faire l’effort de le comprendre — et l’affaire, à ma connaissance, est plus ou moins enterrée à ce jour.

Continuer la lecture de « L’attribution de la Princesse de Clèves »