Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes en 2020

Le programme de l’agrégation de lettres modernes pour l’année 2019-2020 est désormais disponible et, comme d’habitude, il est marqué par une très grande disparité entre les auteurs et les autrices. Cette année, les femmes sont entièrement absentes en littérature française et reléguées dans une seule question de littérature comparée, d’ailleurs exclusivement féminine, avec Carson McCullers, Marguerite Duras et Christa Wolf. C’est une situation regrettable et malheureusement trop familière : depuis des années désormais, les programmes de littérature, au baccalauréat, au concours des écoles normales supérieures ou bien à ‘agrégation ne font guère qu’une place anecdotique, dans le meilleur des cas, à la littérature des écrivaines.

Continuer la lecture de « Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes en 2020 »

Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes

Le programme de l’agrégation de Lettres Modernes de 2018 fait parler de lui depuis sa parution. Les programmes d’agrégation sont toujours des occasions de commentaires plus ou moins amènes sur la manière dont le concours est géré : éditions médiocres, livres hors de prix, choix curieux, auteurs controversés, projet consensuel, il est rare que l’on n’y trouve pas à redire. La session de 2018 fait fort cependant, en ne proposant, sur les 12 œuvres considérées, aucune à avoir été écrite par une femme.

Une pétition a été lancée, qui n’est pas sans rappeler celle de Françoise Cahen en 2016 à propos des programmes de littérature du bac, et qui avait conduit à l’inscription de La Princesse de Montpensier, une œuvre présumée de Marie-Madeleine de Lafayette, au demeurant l’objet, comme La Princesse de Clèves, d’un débat d’attribution. Rappelons que les personnes qui constituent le programme de l’agrégation ne sont traditionnellement pas dénuées d’humour noir puisqu’en 2015, la question de littérature générale et comparée intitulée « La comédie, héroïsme au féminin » comportait quatre pièces, toutes écrites par des hommes. Cette année-là, d’ailleurs, le programme ne proposait qu’une seule écrivaine, avec Marguerite Yourcenar et ses Mémoires d’Hadrien.

Depuis le lancement de la pétition, on peut entendre tous les vieux arguments qui servent à décrédibiliser des revendications qui, pourtant, même si l’on faisait l’économie de toute considération féministe, relèvent d’un souci élémentaire pour la culture générale et le sacro-saint « niveau » de l’agrégation. On dit donc qu’il serait ridicule de réclamer la parité dans les programmes ou qu’il est bien difficile de trouver assez de femmes pour combler la moitié d’un programme d’agrégation. Voilà qui me parait bien curieux, dans la mesure où ce ne sont pas les outils qui manquent, de la littérature savante aux bibliographies critiques, pour aider ces âmes en détresse qui voudraient bien lire des femmes mais qui, décidément, ne savent pas où en trouver.

J’admets qu’exiger la parité dans le programme de l’année suivante, par exemple, serait une perspective bien saugrenue : pour rétablir la balance, il faudrait au contraire que pour plusieurs années le programme de l’agrégation ne fasse figurer que des femmes ou, à la rigueur, un homme par an. Pour remplacer le programme de cette année, qui fait défiler Chrétien de Troyes, Rabelais, les tragédies chrétiennes de Racine, Chénier, Flaubert et Bouvier en littérature française, Char, Lorca et Darwich pour la question « Formes de l’action poétique » et Conrad, Antonio Lobo Antunes et Simon pour « Expériences de l’histoire, poétiques de la mémoire », on pourrait imaginer l’alternative suivante, qui emprunte certaines des pistes suggérées par le programme originel.

Littérature française

  • Marie de France, Lais, XIIe siècle
  • Marguerite de Navarre, L’Heptaméron, 1558
  • Marthe Cosnard, Les Chastes Martyrs, 1650
  • Anne-Marie Fiquet du Boccage, La Colombiade, 1756
  • George Sand, Le Compagnon du Tour de France, 1840
  • Sylvie Germain, Cracovie à vol d’oiseau, 2000

Formes de l’action poétique

  • Madeleine Riffaud, Cheval Rouge : Anthologie Poétique (1939-1972), 1973
  • Etel Adnan, Ce Ciel qui n’est pas, 1997
  • Lucía Sánchez Saornil, Poesía, [1920-1970], 1996

Expériences de l’histoire, poétiques de la mémoire

  • Virginia Woolf, La Promenade au Phare, 1927
  • Agustina Bessa-Luís, La Sybille, [1954], 2005
  • Marguerite Duras, Hiroshima mon amour, 1960

Pareil programme appelle sans doute quelques remarques. Il faut souligner d’abord que débusquer des autrices aussi célèbres que Marie de France, Marguerite de Navarre, George Sand, Sylvie Germain, Etel Adnan, Woolf, Bessa-Luís et Duras ne demande pas un effort surhumain de l’imagination ni beaucoup d’érudition. Les œuvres d’Adnan sont même souvent éditées en bilingue français-arabe sous sa propre supervision, ce dont on ne peut que se féliciter pour un programme de littérature comparée : c’est le cas d’ailleurs pour Ce Ciel qui n’est pas. Et la Sybille de Bessa-Luís, roman marquant de la littérature portugaise s’il en est, a connu une nouvelle traduction en français au XXIe siècle.

Certaines autrices ne sont pas rééditées depuis longtemps, comme Cosnard à ma connaissance, à moins qu’elle n’ait trouvé sa place dans quelque anthologie, mais on peut exhumer facilement leurs œuvres numérisés sur Gallica, de sorte que les agrégatifs feront l’économie de leurs précieux deniers et se formeront à peu de frais aux TICE. On se reportera sinon sur le volume Théâtre de femmes de l’Ancien Régime paru en 2008 aux Publications de l’Université de Saint-Étienne sous la direction d’Aurore Evain, Perry Gethner et Henriette Goldwyn.

Dans cette liste, celle qui sort du lot est probablement Lucía Sánchez Saornil, personnalité historique et littéraire essentielle pour l’Espagne, qui a notamment cofondé en 1936 Mujeres Libres, mais qui parait curieusement échapper à l’intérêt des traducteurs francophones. Gageons qu’avec la promesse d’une programmation à l’agrégation, il se trouverait bien un éditeur pour mettre la main sur l’anthologie de 1996. C’est qu’il fallait trouver une remplaçante à Lorca. Ce ne sont pas les autrices qui manquent, on l’imagine, en langue espagnole, ni d’ailleurs les outils pour stimuler l’érudition en la matière, si l’on en croit les plus de 300 pages de Women Writers of Spain: An Annotated Bio-Bibliographical Guide que Carolyn L. Galerstein édita chez Greenwood Press en 1986 ou même, plus précisément, le Spanish Women Writers and Spain’s Civil War dirigé par Maryellen Bieder et Roberta Johnson chez Routledge en 2016, justement.

Dans l’ensemble, le programme a été facile à constituer et permet d’explorer bien des aspects essentiels de la littérature de l’époque médiévale à nos jours. Il suit souvent de près ce qui était suggéré par le programme officiel. Il ne prend pas beaucoup de risques en proposant presque systématiquement des autrices très connues et bien étudiées par la critique universitaire. Je comprends néanmoins qu’il puisse susciter bien des déceptions, à cause des choix nécessaires qu’on a dû se résoudre à y opérer : c’est qu’il y a tant de femmes qui ont écrit, à ces différentes époques, qu’il a bien fallu en laisser certaines de côté.

Le post-porn et la culture morale de la pornographie

Le mois dernier, j’étais invité à l’Institut d’Études Politiques de Paris dans le cadre de la Queer Week par le collectif Garçes pour participer à une table-ronde sur la pornographie, en compagnie de Carmina Ama, qui tient sur Le Cul entre deux chaises le « Journal d’une camgirl », et Sam Bourcier. Le festival consacrait cette année deux sessions à la question de la pornographie, la première destinée à parler de la pornographie de manière générale, si l’on peut dire, et la seconde à revenir sur les pornographies alternatives et, singulièrement, le post-porn, un concept qui a le vent en poupe et qui vient prendre sa place dans la longue lignée des pornographies alternatives.

Depuis la parution de mon livre en 2014 et surtout de mon article sur les blogs pornographiques, publié à l’invitation de Marie-Anne Paveau dans Questions de communication, mon travail s’est progressivement éloigné de l’analyse de la pornographie contemporaine d’un point de vue visuel ou formel pour se concentrer plutôt sur des questions d’encadrement judiciaire et administratif, d’une part, et d’autre part sur des considérations plus historiques, qui occupaient déjà il est vrai la plus grande part de mon Introduction aux porn studies. Avant la fin de l’année devrait paraître ainsi dans un ouvrage collectif mon article sur les contes pornographiques cinématographiques dans le contexte de la Révolution sexuelle des années 1960 à 1980, pour lequel j’avais proposé ici quelques notes préparatoires.

En somme, mon intérêt pour la recherche sur la pornographie s’inscrit dans deux des grands domaines que je travaille par ailleurs. D’un côté, il contribue à mon travail sur l’encadrement administratif, judiciaire et commercial des productions discursives, auquel ma thèse se consacre pour les livres et les journaux de l’époque moderne, du point de vue de la propriété et de la responsabilité juridique, et que j’ai abordé ici pour la pornographie dans un billet sur les techniques juridiques interprétatives. De l’autre, il participe à ma réflexion sur l’histoire de/par la culture audiovisuelle en Grande-Bretagne et aux États-Unis des années 1960 au début du XXIe siècle, qui est aussi le sujet de mon prochain livre, Gouverner l’Amérique, sur la politique et les séries télévisées.

À ce titre, je dois bien avouer que la question du post-porn m’intéresse finalement assez peu et qu’elle me fait souvent l’impression d’une construction conceptuelle qui a peu de rapport avec l’objet auquel elle parait, de prime abord, se rattacher. Je veux dire par là que l’intérêt académique soutenu pour l’analyse et la promotion du post-porn, particulièrement dans la mouvance des porn studies, tend à occulter les analyses précises sur ce que l’on appelle par ailleurs la pornographie mainstream, c’est-à-dire de grande diffusion. J’ai parfois le sentiment qu’en trente ans d’histoire, à peu près, depuis la parution du Hard Core de Linda Williams en 1989, les porn studies ont accompli une révolution au sens planétaire à l’égard du genre d’analyses auquel elles s’opposaient d’abord.

Dans l’introduction de l’ouvrage collectif Porn Studies en 2004, Williams expliquait combien elle avait voulu s’opposer à Dworkin et MacKinnon, qui traitaient la pornographie comme un ensemble discursif monolithique que l’on était susceptible de condamner en bloc. Or, malgré l’insistance des tenants du post-porn, Sam Bourcier par exemple à la table ronde de la Queer Week ou encore Rachele Borghi dans un article de Rue Descartes, à faire valoir l’idée qu’il y a plusieurs pornographies, l’appel à la nuance dans le propos ne vaut que pour faire émerger le post-porn, à la rigueur toutes les pornographies alternatives, en comparaison à la pornographie mainstream, qui peut désormais inclure ou non, selon la personne qui parle, la pornographie commerciale gay. Dans ces analyses, cette pornographie reste appréhendée comme un tout compact, uniformément sexiste, capitaliste, patriarcal, excluant, jugeant, humiliant, etc.

En réalité, il m’est de plus en plus difficile de voir des différences entre l’analyse du mouvement anti-pornographie des années 1980 et celle du post-porn, pour ce qui est de la majorité de la pornographie (et par conséquent des personnes qui la financent, la produisent et la consomment). La différence réelle, et elle est bien sûr notable et conséquente, c’est que les mouvements anti-pornographie pariaient sur l’interdiction de la pornographie dans son ensemble tandis que le post-porn, lui, privilégie l’idée qu’une pornographie alternative, plus intelligente, plus éthique, plus responsable, plus diverse, plus digne culturellement, est susceptible de se substituer à la pornographie majoritaire et dominante.

Lors de la table-ronde, la discussion a buté — par ma faute — sur certaines des apories inhérentes à l’entreprise du post-porn et a en tout cas fait émerger à mes yeux l’impossibilité de tenir de front, en toutes les circonstances, un discours à la fois académique et militant. J’ai évoqué par exemple le problème de la disponibilité socio-économique du post-porn et la possibilité qu’il renforce des logiques d’exclusion économiques et culturelles. Face aux descriptions enthousiastes de Sam Bourcier des festivals pornographiques indépendants, j’ai demandé, sans avoir vraiment de réponse solide, s’il n’y avait pas une géographie économique de l’accessibilité des pornographies alternatives.

On pourrait formuler toutes sortes d’autres remarques que je n’ai pas eu le temps de faire à cette occasion. En guise d’exemple d’appropriation et de subversion des codes de la pornographie dans une optique post-porn, Sam Bourcier a présenté un petit clip réalisé par ses étudiantes, où l’on voit les trois jeunes femmes danser avec des godes-ceintures devant le siège de l’UMP. Au-delà de savoir si l’on a bien affaire à quelque chose comme de la pornographie et non plutôt, par exemple, à de la performance artistique (à moins que ces catégories ne soient pas mutuellement exclusives), il m’est difficile de ne pas voir dans de pareilles tentatives la manifestation d’un parti pris relativement conventionnel sur ce qui mérite d’être approuvé en matière de représentations sexuelles : les représentations qui ont une valeur esthétique, politique ou intellectuelle.

Le post-porn fonctionne à peu près avec les mêmes critères que le droit étasunien applique pour déterminer si un document est pornographique — c’est-à-dire condamnable sous certaines conditions — ou non. Ces critères ont été formulés par la Cour Suprême en 1973 dans l’affaire Miller v. California et ont conduit à la création du test juridique appelé le Miller Test. Le test est censé permettre de déterminer en trois étapes si un document est pornographique et si sa circulation est donc susceptible d’être entravée malgré la protection que le premier amendement garantit à la freedom of speech. Première étape : est-ce que l’on peut estimer par consensus (community standards) que le document vise à éveiller le désir (appeals to the prurient interest) ? Deuxième étape : est-ce que le document montre ou décrit une conduite sexuelle ou des fonctions d’excrétion ? Troisième étape : est-ce que le document manque de qualités littéraires, artistiques, politiques ou scientifiques ? On le voit, le présupposé est que la pornographie est fondamentalement ce qui est dénué de valeur intellectuelle ou culturelle, tout l’inverse, en somme, du post-porn, qui est intelligent, ironique, distancié, conceptualisé, etc.

Indépendamment de mon avis personnel sur la question de savoir si le post-porn ne constitue pas un retour en force du moralisme dans le traitement de la pornographie, je me demande si, du point de vue académique, le concept ne conduit pas à brouiller les analyses. La nécessité où se trouvent certaines disciplines de se valoriser en valorisant l’objet de la recherche, un phénomène sur lequel je me suis penché à plusieurs occasions pour la pornographie et la télévision, conduit parfois à de curieuses opérations de sélection. L’intérêt répété du journal Porn Studies pour des approches plus austères et concrètes me parait tout à fait louable dans ce contexte, comme c’est le cas avec l’article de Berg sur les sources de revenus dans le monde de la pornographie ou avec celui d’Arnberg sur la régulation des magazines pornographiques en Suède dans la première moitié du XXe siècle.

Je crois qu’il est tout à fait urgent d’examiner les discours de la pornographie alternative à l’aune de l’histoire longue des documents pornographiques, de leur encadrement judiciaire, de leur gestion administrative, de leur économie, de leur géographie et de leur sociologie, sans céder à la séduction de concepts néo-butlériens sur la performativité qui, privés de leur perspective généalogique, courent le risque de boucler la boucle de l’anti-pornographie.

M. van Strien-Chardonneau & M.-C. Kok Escalle, French as Language of Intimacy in the Modern Age, AUP, 2016

La semaine dernière, les Amsterdam University Press ont eu l’amabilité de me faire parvenir un exemplaire, afin que je puisse en faire la recension, de French as Language of Intimacy in the Modern Age, un ouvrage dirigé par Madeleine van Strien-Chardonneau et Marie-Christine Kok Escalle, paru en 2016. Les deux directrices avaient déjà apporté, depuis les années 1990, d’importantes contributions à l’étude du français en dehors de France à l’époque moderne. On peut en citer quelques-unes des dernières années. En 2013, M. van Strien-Chardonneau publiait avec Kees van Strien un article sur le maître de langues Étienne-Benard de Villemart, en 2010, les deux chercheuses collaboraient dans un article sur le plurilinguisme d’éducation aux Pays-Bas. En 2011, elles évaluaient la place des identités sexuées dans l’enseignement de la langue française, dans la même région et à la même époque. En 2013, toujours dans le même contexte, Kok Escalle revenait sur les répertoires de manuels d’enseignement, après avoir étudié, l’année précédente, une méthode utilisée en Perse à la fin du XIXe siècle. La plupart de ces travaux se sont inscrits dans le cadre de la Société Internationale pour l’Histoire du Français Langue Étrangère ou Seconde, la SIHFLES, et de sa revue, les Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, dans la lignée de la monumentale Histoire de la langue française (1905-1938) en onze volumes de Ferdinand Brunot, par l’intermédiaire d’André Reboullet, qui en fut l’un des membres fondateurs, en 1987.

Continuer la lecture de « M. van Strien-Chardonneau & M.-C. Kok Escalle, French as Language of Intimacy in the Modern Age, AUP, 2016 »

Quelques cas d’agents secrets à l’époque moderne

Ces derniers temps, j’ai travaillé sur l’édition de Kehl, une vaste entreprise d’impression des œuvres complètes de Voltaire, sous la direction de Beaumarchais et Condorcet. C’était pour moi l’occasion de me replonger dans les détails de la biographie de Beaumarchais, dont le nom reste associé, dans les manuels scolaires, à de grands succès théâtraux comme Le Barbier de Séville ou Le Mariage de Figaro mais dont les autres activités sont généralement moins bien connues. Pourtant, Beaumarchais est aussi un homme d’affaires, c’est-à-dire un entrepreneur et un spéculateur financier. Pour éditer Voltaire, par exemple, au lieu de collaborer avec un imprimeur déjà bien installé, il monte une société typographique qu’il installe finalement à Kehl, une forteresse qu’il loue pour vingt ans, avant de démonter ses ateliers et de poursuivre son activité à Paris. Après l’incendie chez son papetier fournisseur, il achète ses propres moulins à Arches. Son inventaire après décès, publié chez Champion en 1997 par Donald C. Spinelli, établi le 23 octobre 1800, soit un peu plus d’un an après sa mort, le 18 mai 1799, fait encore état d’une vaste collection de matériel typographique.

Continuer la lecture de « Quelques cas d’agents secrets à l’époque moderne »

Préciosité vs. Galanterie

Il y a deux semaines, Caroline Muller du carnet Acquis de conscience était aux commandes du compte Twitter collaboratif En Direct du Labo pour y exposer son expérience au sein de l’université et différents aspects de son sujet de recherches. Comme on pouvait s’y attendre, le sujet de l’histoire du genre et de la sexualité a donné lieu à un spectaculaire lâché de trolls, tous plus hirsutes les uns que les autres. Il a néanmoins soulevé une question intéressante et récurrente qui, au-delà des acrimonies micro-bloggantes, aboutit à des prises de position très différentes chez les historiens et les littéraires. Cette question, c’est celle de l’usage ou non de catégories endémiques pour faire l’histoire des mentalités passées. Je propose de revenir ici sur un petit débat qui a agité et continue d’agiter, parfois, les spécialistes de la littérature française du XVIIe siècle : celui de la préciosité et de la galanterie.

Continuer la lecture de « Préciosité vs. Galanterie »

Autour de la critique universitaire de Law & Order: SVU

Le corps en lambeaux. Violences sexuelles et sexuées faites aux femmes vient de paraître aux Presses Universitaires de Rennes, sous la direction de Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Ludovic Gaussot, Marie-José Grihom et Myriam Soria. Il comprend les actes du colloque de Poitiers, tenu en novembre 2014, et qui avait été également présenté à l’Assemblée Nationale. J’y fais paraître un article intitulé « Les problèmes de l’analyse de la violence sexuelle dans les fictions de grande diffusion : le cas de Law & Order: Special Victims Unit » (293-301). Ce colloque faisait suite au Corps empoisonné, dont les actes sont parus chez Classiques Garnier et pour lequel on peut lire en ligne ma contribution sur Doctor Who.

Continuer la lecture de « Autour de la critique universitaire de Law & Order: SVU »

L’attribution de la Princesse de Clèves

Il y a peu, je discutais sur Twitter avec Caroline Muller d’Acquis de conscience, Anne GE de Women and Fiction et Françoise Cahen à propos de Louise Labé et en particulier de l’ouvrage que Mireille Huchon lui a consacré. Dans Une créature de papier, Mireille Huchon se proposait, en 2006, de montrer que l’identification de « Louise Labé » à une personne physique réelle n’était pas aussi facile que la tradition littéraire ne le suggérait. Elle y développe la théorie que Louise Labé pourrait être une création d’un cercle de poètes lyonnais. On imagine sans peine que cette hypothèse a suscité des réactions assez vives et l’ouvrage de Huchon a fait l’objet de critiques nombreuses, certaines bien documentées, d’autres plus douteuses. Il n’a hélas pas toujours été bien compris — ou bien on n’a pas voulu faire l’effort de le comprendre — et l’affaire, à ma connaissance, est plus ou moins enterrée à ce jour.

Continuer la lecture de « L’attribution de la Princesse de Clèves »

La littérature d’idées et ses autrices

Ce semestre, je reprends la responsabilité du cours de Littérature d’Idées, à destination des premières et deuxièmes années de licence, que j’avais assuré déjà l’année dernière et dont j’avais dit quelques mots ici. La description pédagogique de ce cours par les brochures de l’université est pour le moins laconique. Elle tient à vrai dire en un paragraphe unique :

Continuer la lecture de « La littérature d’idées et ses autrices »

Femmes et activités littéraires à l’époque moderne

Le mois dernier, Cyril Barde publiait sur le carnet de recherche du laboratoire junior GenERe le compte-rendu d’une séance de séminaire intitulé « Comment peut-on être auteure ? » Il y était question du problème récurrent, dans les études littéraires en général et dans celles qui se consacrent à l’étude du genre en particulier, de l’auctorialité féminine et, comme il est fréquent, le texte distinguait un peu implicitement deux grandes périodes : celle de l’Ancien Régime, ou plutôt de l’époque moderne, et celle de l’époque contemporaine, à partir de la fin du dix-huitième siècle. En fait, l’essentiel du texte de Cyril Barde était consacré aux rapports entre les femmes et les activités littéraires dans les deux derniers siècles, laissant de côté les questions spécifiques à l’époque moderne, sauf quelques remarques de passage. Or, force est de constater que la situation des femmes du XVIe au XVIIIe siècles, en France particulièrement mais aussi, quoique d’une manière un peu différente, en Angleterre et en Italie, est loin de refléter la situation des deux siècles suivants.

Continuer la lecture de « Femmes et activités littéraires à l’époque moderne »

La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité

Cet article est le second de ma campagne d’archivage et le premier que j’aie publié. Il a été publié en 2011 dans la revue Studii si Cercetari Filologice, Seria Limbi Romanice. Il reprend des thèmes développés dans mes deux mémoires de master, que l’on trouvera en bibliographie. Il constitue le premier d’une série d’articles sur l’interprétation et le traitement médiatique de La Princesse de Clèves. On a déjà pu lire sur Contagions l’article Lire et interpréter La Princesse de Clèves dans la France des cités.

L’image de bannière est un détail de la première page d’une édition de 1752.

François-Ronan Dubois. « La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité ». Studii si Cercetari Filologice, Seria Limbi Romanice 3.10 (2011) : 54-69