Le problème de la valorisation des époques

J’ai évoqué à plusieurs endroits la propension des sciences humaines et des études médiatiques à défendre leur discipline en défendant leur objet de recherche, c’est-à-dire à tenter de prouver leur valeur en tant qu’activité productrice de connaissances en prouvant celle de ce sur quoi elles produisent ces connaissances. Comme je l’avais dit à propos des Teletubbies, la situation est frappante pour l’étude des séries télévisées, où toutes les séries jugées médiocres ont été promptement évacuées à partir de la montée de ce que l’on pourrait appeller le paradigme Slayage, du nom de la revue consacrée à l’étude de Buffy the Vampire Slayer. Ce n’est à vrai dire qu’une variation des attitudes adoptées souvent en histoire de l’art et en études littéraires — dont le sous-genre académique de la défense des études littéraires est un cas frappant — mais qui touchent également d’autres domaines.

Continuer la lecture de « Le problème de la valorisation des époques »

L’analyse structurelle d’ensemble dans l’étude de la télévision

La semaine dernière, l’émission Last Week Tonight de John Oliver sur HBO recevait 3 Emmys, la plus haute récompense professionnelle de la télévision américaine. Au total, le premium cable américain a récolté 22 awards, dont 12 pour le seul programme Game of Thrones. Si le succès de ce dernier est sans surprise, celui de John Olivier, dont l’émission a été acclamée par les critiques, a pu paraître plus surprenant, dans la mesure où Last Week Tonight était en compétition avec des grands noms du late night show et notamment le Tonight Show de Jimmy Fallon et le Saturday Night Live sur la NBC. On peut télécharger la liste des nominations pour toutes les catégories sur le site des Emmys. Le succès de Last Week Tonight est l’occasion de se pencher une nouvelle fois sur le concept de structure multiscalaire que j’ai proposé ici ou là pour l’analyse télévisuelle.

Continuer la lecture de « L’analyse structurelle d’ensemble dans l’étude de la télévision »