La Princesse de Clèves au programme des Khâgnes

La Princesse de Clèves est au programme des classes préparatoires littéraires (PDF). Au jugé, il me semble que Lafayette est désormais l’écrivaine la plus souvent inscrite à des programmes d’examen et de concours. On se souvient qu’il y a deux ans, la pétition de Françoise Cahen pour la place des femmes dans les programmes littéraires avait profité à La Princesse de Montpensier. J’avais évoqué cette question déjà dans mon billet pour un programme alternatif de l’agrégation de lettres modernes.

Continuer la lecture de « La Princesse de Clèves au programme des Khâgnes »

Préciosité vs. Galanterie

Il y a deux semaines, Caroline Muller du carnet Acquis de conscience était aux commandes du compte Twitter collaboratif En Direct du Labo pour y exposer son expérience au sein de l’université et différents aspects de son sujet de recherches. Comme on pouvait s’y attendre, le sujet de l’histoire du genre et de la sexualité a donné lieu à un spectaculaire lâché de trolls, tous plus hirsutes les uns que les autres. Il a néanmoins soulevé une question intéressante et récurrente qui, au-delà des acrimonies micro-bloggantes, aboutit à des prises de position très différentes chez les historiens et les littéraires. Cette question, c’est celle de l’usage ou non de catégories endémiques pour faire l’histoire des mentalités passées. Je propose de revenir ici sur un petit débat qui a agité et continue d’agiter, parfois, les spécialistes de la littérature française du XVIIe siècle : celui de la préciosité et de la galanterie.

Continuer la lecture de « Préciosité vs. Galanterie »