Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes en 2020

Le programme de l’agrégation de lettres modernes pour l’année 2019-2020 est désormais disponible et, comme d’habitude, il est marqué par une très grande disparité entre les auteurs et les autrices. Cette année, les femmes sont entièrement absentes en littérature française et reléguées dans une seule question de littérature comparée, d’ailleurs exclusivement féminine, avec Carson McCullers, Marguerite Duras et Christa Wolf. C’est une situation regrettable et malheureusement trop familière : depuis des années désormais, les programmes de littérature, au baccalauréat, au concours des écoles normales supérieures ou bien à ‘agrégation ne font guère qu’une place anecdotique, dans le meilleur des cas, à la littérature des écrivaines.

Continuer la lecture de « Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes en 2020 »

Le problème de la valorisation des époques

J’ai évoqué à plusieurs endroits la propension des sciences humaines et des études médiatiques à défendre leur discipline en défendant leur objet de recherche, c’est-à-dire à tenter de prouver leur valeur en tant qu’activité productrice de connaissances en prouvant celle de ce sur quoi elles produisent ces connaissances. Comme je l’avais dit à propos des Teletubbies, la situation est frappante pour l’étude des séries télévisées, où toutes les séries jugées médiocres ont été promptement évacuées à partir de la montée de ce que l’on pourrait appeller le paradigme Slayage, du nom de la revue consacrée à l’étude de Buffy the Vampire Slayer. Ce n’est à vrai dire qu’une variation des attitudes adoptées souvent en histoire de l’art et en études littéraires — dont le sous-genre académique de la défense des études littéraires est un cas frappant — mais qui touchent également d’autres domaines.

Continuer la lecture de « Le problème de la valorisation des époques »

La littérature d’idées et ses autrices

Ce semestre, je reprends la responsabilité du cours de Littérature d’Idées, à destination des premières et deuxièmes années de licence, que j’avais assuré déjà l’année dernière et dont j’avais dit quelques mots ici. La description pédagogique de ce cours par les brochures de l’université est pour le moins laconique. Elle tient à vrai dire en un paragraphe unique :

Continuer la lecture de « La littérature d’idées et ses autrices »