Retour sur six ans de rédaction

Aujourd’hui, j’ai fini la relecture de la première version du manuscrit temporairement définitif de ma thèse. J’ai donc pu envoyer, comme la misère tombe sur le pauvre monde, un peu plus de six cents pages à de malheureux relecteurs qui n’avaient rien demandé à personne. Il reste encore bien des corrections, bien des mises en forme et bien des ajouts à faire mais c’est tout de même la fin de la plus grande étape de la thèse. J’en profite pour revenir ici sur mon expérience de la rédaction au long cours, en remontant un peu avant le début de cette thèse, quand j’ai commencé à me lancer pour de bon dans la recherche académique, sans trop savoir quoi en attendre, ce qui m’a sans doute aidé à ne pas être déçu.

Continuer la lecture de « Retour sur six ans de rédaction »

La formation doctorale à Grenoble

La rentrée amène son lot d’étudiants, de formulaires à signer et de réunions & rendez-vous, dont la déferlante vous engloutit plus ou moins selon votre place dans la hiérarchie universitaire. C’est toujours l’occasion de découvrir de nouvelles salles et, pourquoi pas, de nouveaux bâtiments, de jalouser l’équipement des autres services et des autres UFRs, de réviser son organigramme de l’université que les fusions/réunions/démembrements rendent encore plus piquant que l’habituel mercato de l’été. Pendant que des étudiants en larmes hantent les couloirs en tentant désespérément de comprendre comment on peut bien s’inscrire dans une université française, pendant que le personnel administratif disparait sous des montagnes de dossiers tous aussi incomplets qu’atypiques, après des luttes titanesques avec des logiciels, dont la perversité algorithmique consiste de toute évidence à se créer leurs propres exceptions, le personnel enseignant et épisodiquement chercheur, dans la pesante ambiance d’un climat financier de moins en moins clément, se réunit.

Continuer la lecture de « La formation doctorale à Grenoble »