Écrire sur un inconnu : problèmes de méthode

Cette note de lecture a été publiée en 2012 dans la revue Acta Fabula, dont elle suit la norme et les lignes éditoriales. On peut en consulter en ligne la version originale. Elle concerne l’ouvrage :

Keisuke Misono, Écrire contre le jansénisme : Léonard de Marandé, polémiste vulgarisateur, Paris : Honoré Champion, coll. « Lumière classique », 2012, 329 p., EAN 9782745323446.

Le texte original a été aussi légèrement corrigé, lorsque des erreurs typographiques y demeuraient. Il a été également augmenté de liens vers les articles académiques cités, ainsi que vers différentes entrées de l’encyclopédie libre et collaborative Wikipedia, susceptible d’éclairer les lecteurs peu familiers avec le sujet. Il est présenté en plusieurs pages.

François-Ronan Dubois, « Écrire sur un inconnu : problèmes de méthode », Acta fabula, vol. 13, n° 9, Notes de lecture, Novembre-Décembre 2012, URL : http://www.fabula.org/revue/document7372.php.

Image : Plan de l’abbaye de Port-Royal des Champs

Cinq ans de Princesse de Clèves

Il y a quelques années, quand en sortant de classes préparatoires je hantais un peu au hasard les couloirs de l’université à la recherche d’un directeur de mémoire, avec une idée pour cinq ou six années de recherche sur le rapport des représentations de l’espace et du corps dans les littératures francophones et anglophones de l’époque médiévale à l’époque contemporaine, je me suis retrouvé à pitcher une idée de mémoire sur La Princesse de Clèves, comme on le ferait d’une idée de start up, de film ou de produit capillaire innovant. C’était la toute première étape de mon parcours de jeune chercheur et j’avais choisi La Princesse de Clèves pour son intérêt propre, au même moment où l’œuvre (re)devenait hype dans le milieu académique et universitaire, grâce aux propos de Nicolas Sarkozy, au cœur d’une polémique à laquelle j’allais consacrer, l’année suivante, une partie de mon second mémoire de master.

Continuer la lecture de « Cinq ans de Princesse de Clèves »

La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité

Cet article est le second de ma campagne d’archivage et le premier que j’aie publié. Il a été publié en 2011 dans la revue Studii si Cercetari Filologice, Seria Limbi Romanice. Il reprend des thèmes développés dans mes deux mémoires de master, que l’on trouvera en bibliographie. Il constitue le premier d’une série d’articles sur l’interprétation et le traitement médiatique de La Princesse de Clèves. On a déjà pu lire sur Contagions l’article Lire et interpréter La Princesse de Clèves dans la France des cités.

L’image de bannière est un détail de la première page d’une édition de 1752.

François-Ronan Dubois. « La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité ». Studii si Cercetari Filologice, Seria Limbi Romanice 3.10 (2011) : 54-69

 


Roman & réel aux XVIIe et XVIIIe siècles

Cette note de lecture a été publiée en 2012 dans la revue Acta Fabula, dont elle suit la norme et les lignes éditoriales. On peut en consulter en ligne la version originale. Elle concerne l’ouvrage :

Nicholas D. Paige, Before Fiction : the Ancien Régime of the Novel, Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 2011, 312 p., EAN 9780812243550.

Le texte original a été aussi légèrement corrigé, lorsque des erreurs typographiques y demeuraient. Il a été également augmenté de liens vers les articles académiques cités, ainsi que vers différentes entrées de l’encyclopédie libre et collaborative Wikipedia, susceptible d’éclairer les lecteurs peu familiers avec le sujet. Il est présenté en plusieurs pages.

François-Ronan Dubois, « Roman & réel aux XVIIe & XVIIIe siècles : un problème d’histoire littéraire », Acta fabula, vol. 13, n° 5, Notes de lecture, Mai-Juin 2012, URL : http://www.fabula.org/revue/document7073.php, page consultée le 12 mai 2014.