Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes

Le programme de l’agrégation de Lettres Modernes de 2018 fait parler de lui depuis sa parution. Les programmes d’agrégation sont toujours des occasions de commentaires plus ou moins amènes sur la manière dont le concours est géré : éditions médiocres, livres hors de prix, choix curieux, auteurs controversés, projet consensuel, il est rare que l’on n’y trouve pas à redire. La session de 2018 fait fort cependant, en ne proposant, sur les 12 œuvres considérées, aucune à avoir été écrite par une femme.

Une pétition a été lancée, qui n’est pas sans rappeler celle de Françoise Cahen en 2016 à propos des programmes de littérature du bac, et qui avait conduit à l’inscription de La Princesse de Montpensier, une œuvre présumée de Marie-Madeleine de Lafayette, au demeurant l’objet, comme La Princesse de Clèves, d’un débat d’attribution. Rappelons que les personnes qui constituent le programme de l’agrégation ne sont traditionnellement pas dénuées d’humour noir puisqu’en 2015, la question de littérature générale et comparée intitulée « La comédie, héroïsme au féminin » comportait quatre pièces, toutes écrites par des hommes. Cette année-là, d’ailleurs, le programme ne proposait qu’une seule écrivaine, avec Marguerite Yourcenar et ses Mémoires d’Hadrien.

Depuis le lancement de la pétition, on peut entendre tous les vieux arguments qui servent à décrédibiliser des revendications qui, pourtant, même si l’on faisait l’économie de toute considération féministe, relèvent d’un souci élémentaire pour la culture générale et le sacro-saint « niveau » de l’agrégation. On dit donc qu’il serait ridicule de réclamer la parité dans les programmes ou qu’il est bien difficile de trouver assez de femmes pour combler la moitié d’un programme d’agrégation. Voilà qui me parait bien curieux, dans la mesure où ce ne sont pas les outils qui manquent, de la littérature savante aux bibliographies critiques, pour aider ces âmes en détresse qui voudraient bien lire des femmes mais qui, décidément, ne savent pas où en trouver.

J’admets qu’exiger la parité dans le programme de l’année suivante, par exemple, serait une perspective bien saugrenue : pour rétablir la balance, il faudrait au contraire que pour plusieurs années le programme de l’agrégation ne fasse figurer que des femmes ou, à la rigueur, un homme par an. Pour remplacer le programme de cette année, qui fait défiler Chrétien de Troyes, Rabelais, les tragédies chrétiennes de Racine, Chénier, Flaubert et Bouvier en littérature française, Char, Lorca et Darwich pour la question « Formes de l’action poétique » et Conrad, Antonio Lobo Antunes et Simon pour « Expériences de l’histoire, poétiques de la mémoire », on pourrait imaginer l’alternative suivante, qui emprunte certaines des pistes suggérées par le programme originel.

Littérature française

  • Marie de France, Lais, XIIe siècle
  • Marguerite de Navarre, L’Heptaméron, 1558
  • Marthe Cosnard, Les Chastes Martyrs, 1650
  • Anne-Marie Fiquet du Boccage, La Colombiade, 1756
  • George Sand, Le Compagnon du Tour de France, 1840
  • Sylvie Germain, Cracovie à vol d’oiseau, 2000

Formes de l’action poétique

  • Madeleine Riffaud, Cheval Rouge : Anthologie Poétique (1939-1972), 1973
  • Etel Adnan, Ce Ciel qui n’est pas, 1997
  • Lucía Sánchez Saornil, Poesía, [1920-1970], 1996

Expériences de l’histoire, poétiques de la mémoire

  • Virginia Woolf, La Promenade au Phare, 1927
  • Agustina Bessa-Luís, La Sybille, [1954], 2005
  • Marguerite Duras, Hiroshima mon amour, 1960

Pareil programme appelle sans doute quelques remarques. Il faut souligner d’abord que débusquer des autrices aussi célèbres que Marie de France, Marguerite de Navarre, George Sand, Sylvie Germain, Etel Adnan, Woolf, Bessa-Luís et Duras ne demande pas un effort surhumain de l’imagination ni beaucoup d’érudition. Les œuvres d’Adnan sont même souvent éditées en bilingue français-arabe sous sa propre supervision, ce dont on ne peut que se féliciter pour un programme de littérature comparée : c’est le cas d’ailleurs pour Ce Ciel qui n’est pas. Et la Sybille de Bessa-Luís, roman marquant de la littérature portugaise s’il en est, a connu une nouvelle traduction en français au XXIe siècle.

Certaines autrices ne sont pas rééditées depuis longtemps, comme Cosnard à ma connaissance, à moins qu’elle n’ait trouvé sa place dans quelque anthologie, mais on peut exhumer facilement leurs œuvres numérisés sur Gallica, de sorte que les agrégatifs feront l’économie de leurs précieux deniers et se formeront à peu de frais aux TICE. On se reportera sinon sur le volume Théâtre de femmes de l’Ancien Régime paru en 2008 aux Publications de l’Université de Saint-Étienne sous la direction d’Aurore Evain, Perry Gethner et Henriette Goldwyn.

Dans cette liste, celle qui sort du lot est probablement Lucía Sánchez Saornil, personnalité historique et littéraire essentielle pour l’Espagne, qui a notamment cofondé en 1936 Mujeres Libres, mais qui parait curieusement échapper à l’intérêt des traducteurs francophones. Gageons qu’avec la promesse d’une programmation à l’agrégation, il se trouverait bien un éditeur pour mettre la main sur l’anthologie de 1996. C’est qu’il fallait trouver une remplaçante à Lorca. Ce ne sont pas les autrices qui manquent, on l’imagine, en langue espagnole, ni d’ailleurs les outils pour stimuler l’érudition en la matière, si l’on en croit les plus de 300 pages de Women Writers of Spain: An Annotated Bio-Bibliographical Guide que Carolyn L. Galerstein édita chez Greenwood Press en 1986 ou même, plus précisément, le Spanish Women Writers and Spain’s Civil War dirigé par Maryellen Bieder et Roberta Johnson chez Routledge en 2016, justement.

Dans l’ensemble, le programme a été facile à constituer et permet d’explorer bien des aspects essentiels de la littérature de l’époque médiévale à nos jours. Il suit souvent de près ce qui était suggéré par le programme officiel. Il ne prend pas beaucoup de risques en proposant presque systématiquement des autrices très connues et bien étudiées par la critique universitaire. Je comprends néanmoins qu’il puisse susciter bien des déceptions, à cause des choix nécessaires qu’on a dû se résoudre à y opérer : c’est qu’il y a tant de femmes qui ont écrit, à ces différentes époques, qu’il a bien fallu en laisser certaines de côté.

M. van Strien-Chardonneau & M.-C. Kok Escalle, French as Language of Intimacy in the Modern Age, AUP, 2016

La semaine dernière, les Amsterdam University Press ont eu l’amabilité de me faire parvenir un exemplaire, afin que je puisse en faire la recension, de French as Language of Intimacy in the Modern Age, un ouvrage dirigé par Madeleine van Strien-Chardonneau et Marie-Christine Kok Escalle, paru en 2016. Les deux directrices avaient déjà apporté, depuis les années 1990, d’importantes contributions à l’étude du français en dehors de France à l’époque moderne. On peut en citer quelques-unes des dernières années. En 2013, M. van Strien-Chardonneau publiait avec Kees van Strien un article sur le maître de langues Étienne-Benard de Villemart, en 2010, les deux chercheuses collaboraient dans un article sur le plurilinguisme d’éducation aux Pays-Bas. En 2011, elles évaluaient la place des identités sexuées dans l’enseignement de la langue française, dans la même région et à la même époque. En 2013, toujours dans le même contexte, Kok Escalle revenait sur les répertoires de manuels d’enseignement, après avoir étudié, l’année précédente, une méthode utilisée en Perse à la fin du XIXe siècle. La plupart de ces travaux se sont inscrits dans le cadre de la Société Internationale pour l’Histoire du Français Langue Étrangère ou Seconde, la SIHFLES, et de sa revue, les Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, dans la lignée de la monumentale Histoire de la langue française (1905-1938) en onze volumes de Ferdinand Brunot, par l’intermédiaire d’André Reboullet, qui en fut l’un des membres fondateurs, en 1987.

Continuer la lecture de « M. van Strien-Chardonneau & M.-C. Kok Escalle, French as Language of Intimacy in the Modern Age, AUP, 2016 »

Quelques cas d’agents secrets à l’époque moderne

Ces derniers temps, j’ai travaillé sur l’édition de Kehl, une vaste entreprise d’impression des œuvres complètes de Voltaire, sous la direction de Beaumarchais et Condorcet. C’était pour moi l’occasion de me replonger dans les détails de la biographie de Beaumarchais, dont le nom reste associé, dans les manuels scolaires, à de grands succès théâtraux comme Le Barbier de Séville ou Le Mariage de Figaro mais dont les autres activités sont généralement moins bien connues. Pourtant, Beaumarchais est aussi un homme d’affaires, c’est-à-dire un entrepreneur et un spéculateur financier. Pour éditer Voltaire, par exemple, au lieu de collaborer avec un imprimeur déjà bien installé, il monte une société typographique qu’il installe finalement à Kehl, une forteresse qu’il loue pour vingt ans, avant de démonter ses ateliers et de poursuivre son activité à Paris. Après l’incendie chez son papetier fournisseur, il achète ses propres moulins à Arches. Son inventaire après décès, publié chez Champion en 1997 par Donald C. Spinelli, établi le 23 octobre 1800, soit un peu plus d’un an après sa mort, le 18 mai 1799, fait encore état d’une vaste collection de matériel typographique.

Continuer la lecture de « Quelques cas d’agents secrets à l’époque moderne »

L’État moderne et la privatisation au prisme de la librairie

Ces dernières semaines, j’ai beaucoup parlé ici de la télévision et des différents aspects de son analyse. Depuis la parution de l’Introduction aux porn studies, les études médiatiques sont à vrai dire la partie la plus visible, ou en tout cas la mieux connue, de mon activité de recherche, ce qui n’en laisse pas d’être un peu étrange pour moi, qui suis d’abord un spécialiste de littérature. C’est vers des questions littéraires que je propose de se tourner aujourd’hui, en reprenant le fil des notes sur des aspects de ma thèse, que j’avais laissé dans le billet sur la traduction en français, parue dans un journal danois, d’un poème de Klopstock.

Ma thèse, qui porte sur les enjeux de l’attribution, à l’époque moderne, des livres à leurs auteurs, était à l’origine une thèse de théorie littéraire, dont j’avais jeté les fondements dans un article de 2012 sur l’attribution fictive et, dans une moindre mesure, dans un autre article sur l’actualisation. On m’a très vite conseillé, pour des raisons essentiellement stratégiques, de me détourner de la théorie, en tout cas pour le gros du travail, et de me concentrer sur l’histoire littéraire. C’est ainsi que j’ai abouti à mon sujet actuel d’histoire littéraire : les moyens et enjeux de l’attribution des œuvres à leurs auteurs.

Ma période, qui court de la mort de Voiture en 1648 au décret royal du 30 août 1777, correspond si l’on peut dire à celle du fonctionnement normal du système de librairie de la France, à l’époque moderne, une fois l’imprimerie inventée et les principales techniques juridiques et étatiques développées pour l’encadrer. Mon but, avec cette thèse, est d’offrir un panorama compréhensif du problème de la propriété littéraire à l’époque moderne, en France, et ma méthode est d’adopter un sujet très restreint, celui de l’attribution, de l’étudier au plus près d’un ensemble de documents discontinu et sur la longue durée. Je souhaite offrir, à côté des études quantitatives qui se développent et qui sont censées pouvoir seules fournir une compréhension exhaustive et satisfaisante d’un phénomène, une approche interprétative stricte, à partir de documents choisis.

La conséquence de cette option méthodologique, sur laquelle je reviendrai plus tard, dans l’introduction et la conclusion de ma thèse, plus en longueur, est que le corps du travail laisse peu de place aux considérations théoriques larges, qu’il s’agisse d’observations littéraires formelles ou d’analyses historiques fondamentales. Ma thèse construit de manière implicite des objets et des théories dont elle montre l’efficacité à travers l’analyse documentaire plutôt que de l’exposer in abstracto. À mesure que j’approche de la fin de ce travail cependant, je me propose de mettre en évidence, ici, certains de ces points, parfois évidents, parfois contre-intuitifs.

Aujourd’hui, j’aimerais revenir sur les contours de l’État à l’époque moderne. L’État moderne est devenu un pilier de notre compréhension de la période qui, au moins, en France, s’étend de la centralisation entreprise par François Ier, une centralisation qui construit l’espace, la langue, les administrations, la culture en général, l’économie et bien d’autres choses, jusqu’aux derniers efforts révolutionnaires, comme par exemple l’adoption du système métrique décimal en 1795. L’État moderne se caractériserait par une rationalisation, un contrôle et une gestion généralisée de l’espace, du temps et de celles et ceux qui les habitent par un ensemble d’administrations, soumises elles-mêmes à un pouvoir politique.

À lire beaucoup de littéraires et certains historiens, on a l’impression que l’État est un monolithe facile à décrire et dont l’action s’exerce simplement sur tout ce qui dépend de lui — donc sur tout. Une fois passé le cap de l’absolutisme, qui serait lui aussi un concept très facile à comprendre et bien incarné par le pouvoir total du roi, Versailles, de jolies perruques et des jardins à la française, l’État agirait simplement de telle et telle manière, tout en rencontrant des poches de résistance, des espaces de désordre que la Révolution, avec sa centralisation et son uniformisation ultime, à coup de service militaire, d’impérialisme linguistique et d’identité nationale, viendrait finalement résorber. La situation est peut-être sensiblement plus compliquée que cela.

Pour le sujet qui m’occupe, les enjeux étatiques s’expriment dans trois domaines principalement : 1) la gestion économique des livres en tant qu’ils sont des biens marchands et donc, notamment, la propriété intellectuelle, 2) la gestion idéologique des livres en tant qu’ils sont des idées incarnées et donc, notamment, l’exercice de la censure et 3) la gestion culturelle des livres en tant qu’ils sont des instruments d’opinion et d’éducation et, donc, notamment, ce que l’on appelle les politiques ou les réformes culturelles. J’ai évoqué le troisième point dans le billet cité plus haut, sur Klopstock et les réformes culturelles danoises, je vais donc me concentrer ici sur les deux premiers.

J’ai déjà rapidement expliqué sur ce carnet, l’année dernière, dans un billet où je commentais un privilège de librairie, le fonctionnement de la propriété intellectuelle sous l’Ancien Régime. Pour résumer, l’auteur vend pour une somme convenue son manuscrit à un libraire, qui passe contrat avec un imprimeur. Généralement, le libraire paie à l’imprimeur une somme fixe pour l’ensemble du travail. Il peut également arriver que le libraire fournisse des matières premières et notamment du papier ; dans le cas contraire, c’est l’imprimeur qui est en relation avec les papetiers. Le libraire écoule ensuite l’ouvrage dans son commerce et empoche seul les gains. La propriété du libraire est protégée par un privilège, qui lui permet d’exploiter exclusivement un titre pendant une durée définie.

Ce schéma typique connait de nombreuses variations : un auteur peut obtenir un privilège en son nom, pour renforcer sa position lors des négociations avec le libraire, le libraire peut être un imprimeur, des libraires et des imprimeurs peuvent s’associer par parts lorsque le travail d’impression est considérable, par exemple dans le cas d’une encyclopédie, les ouvrages peuvent être financés par des souscriptions ou bien différentes sortes d’abonnements. Pour une large part, ces transactions échappent a priori à l’administration royale et c’est pour contrôler ces rapports contractuels implicites et explicites que se développent deux technologies : celle du privilège et celle de la censure.

J’appelle ici « technologies » la rencontre de discours sur un objet (qui disent ce que c’est qu’être propriétaire, auteur, professionnel, commerçant, créateur) et de techniques/outils (des fichiers, des registres, des lois, des cas juridiques, des spécialistes). Les outils peuvent être inventés ad hoc ou être dérivés de pratiques existantes. L’ouvrage essentiel dirigé par Deazley, Kretschmer et Bently, Privilege and Property: Essays on the History of Copyright, que l’on peut consulter librement en ligne, montre comment, par exemple, le privilège est un outil dérivé des privilèges d’exploitation artisanaux de la fin de l’époque médiévale, qui protégeaient l’investissement matériel dans une invention. C’est d’abord en tant que le livre est un objet artisanal produit par la presse d’imprimerie que sa propriété est protégée et il faut attendre la distinction fonctionnelle, économique et commerciale entre les libraires et les imprimeurs pour que le privilège de librairie devienne un outil juridique autonome et la marque d’une propriété spécifique, la propriété intellectuelle.

En théorie, rien n’empêche, on le voit, qu’un ouvrage paraisse sans privilège : le privilège protège le libraire dans son investissement mais il n’est jamais produit, avant 1777, avec l’idée d’une exclusivité a priori de la création intellectuelle. Pendant un temps en effet, rien ne s’oppose à ce que paraisse un ouvrage sans privilège. Simplement, libre alors à n’importe qui de produire d’autres exemplaires du même texte et le libraire qui l’a fait paraître le premier ne peut se prévaloir d’aucune exclusivité. Rapidement cependant, la propriété économique se trouve étroitement liée au contrôle idéologique : le privilège devient une nécessité et tout livre sans privilège tombe dans l’illégalité, si bien que l’État prétend exercer un contrôle systématique sur la production intellectuelle. Quelles sont alors les logiques à l’œuvre ?

Le fonctionnement normal du privilège, avant sa systématisation, repose sur l’idée que ce qui n’appartient à personne appartient à tout le monde et est protégé par le roi. Le privilège exclue artificiellement, par l’action positive du droit, quelque chose de ce domaine commun, qui est toujours d’abord le domaine du roi. Pour aller vite, le roi, par l’intermédiaire d’une administration, confère un privilège comme il donnerait des terres. Le privilège est par conséquent un état d’exception mais avec ceci de paradoxal qu’il est rapidement un état d’exception généralisée. À partir du moment où le privilège est une obligation, il n’est plus l’exception mais la norme. Cette norme est une nouvelle norme : elle n’est plus celle du partage commun soumis à la volonté du roi mais celle de la privatisation des biens appuyée par l’autorité de l’État.

Si le pouvoir royal systématise les privilèges, ce n’est pas cependant dans une logique économique ou, pour être plus exact, ce n’est pas, de son côté, en poursuivant des buts économiques. La privatisation économique est un outil de marchandage, un levier pour atteindre un but idéologique : le contrôle culturel. Exiger un privilège systématique est une manière d’exercer une contrainte sur la librairie à laquelle les libraires sont susceptibles de se soumettre volontairement, puisqu’ils en tirent un profit économique. Le but est évidemment pour l’administration d’accéder a priori à tous les ouvrages et de troquer sa position de censure a posteriori, quand le mal est déjà fait, pour une position de censure éditoriale, qui intervient a priori dans les textes, avant leur publication. Pour que le système fonctionne, il faut que les libraires soumettent volontairement leurs livres à l’intervention de l’État, une volonté qui s’obtient à la fois par la crainte de la prison et des amendes, et par le marchandage de la privatisation.

De facto, les libraires deviennent alors un organe de l’État. Ils sont un organe de l’État non seulement parce qu’ils participent à l’action de contrôle que celui-ci entreprend et parce qu’ils entrent avec lui dans une relation de marchandage mais parce qu’ils se constituent et/ou se laissent constituer en administration royale par proxy. C’est en fait à la Compagnie des libraires, une organisation corporatiste, que revient la charge d’enregistrer administrativement les privilèges de librairie et le registre qu’elle tient est désormais un document officiel qui sert de point de référence dans les comparaisons. L’aboutissement du marchandage de la privatisation, ce n’est donc pas que coexistent deux pouvoirs, l’un public, l’un privé, qui s’exercent sur la collectivité et ses biens mais plutôt que les institutions publiques et les institutions privées participent conjointement à une administration régulatrice et coercitive.

L’un des grands enjeux pour le pouvoir royal est alors de contrôler son partenaire qui peut à tout moment devenir un concurrent. Pour cela, le pouvoir royal limite ceux des libraires qui sont susceptibles de participer à la privatisation de contrôle : il opère une limitation géographique et une limitation démographique. Du point de vue géographique, seuls les libraires parisiens ont finalement accès au système des privilèges, ce qui permet de centraliser toutes les opérations de contrôle et de faciliter la surveillance en réduisant les coûts. Les libraires lyonnais, second gros centre de l’édition française à l’époque, par où circulent notamment les livres espagnols et italiens, sont ainsi exclus. Du point de vue démographique, le pouvoir royal limite le nombre d’individus qui peuvent accéder au statut de libraire et à la corporation de la Compagnie, donc participer au marchandage de la privatisation.

Officiellement, ces limitations s’opèrent dans l’intérêt des lecteurs, parce qu’elles viseraient à garantir la qualité. Officiellement, le pouvoir royal s’assure que n’importe qui ne devienne pas un imprimeur et que des conditions minimales soient réunies pour que les produits de la presse répondent à un standard : le libraire doit avoir suivi la bonne formation, qui est un compagnonnage, il doit posséder un certain nombre d’objets (des presses, des caractères) et ainsi de suite. L’effet est bien entendu de créer des concentrations économiques dans le temps, c’est-à-dire qu’il est plus facile d’être libraire quand on est fils de libraire et époux de fille de libraire, que les veuves de libraires ont intérêt à épouser des libraires. La privatisation n’a alors rien à voir avec un hypothétique jeu du libre marché : au contraire, elle verrouille la profession autant qu’elle verrouille les produits. La privatisation entraine ainsi une disproportion toujours croissante entre ceux qui sont au centre des appareils de contrôle, au centre de la Compagnie, et ceux qui sont à la marge voire à l’extérieur.

La censure évolue de son côté selon une logique parallèle. Pour bien le comprendre, il faut opposer censure royale et censure ecclésiastique. On trouvera à ce sujet des informations très utiles dans l’ouvrage de 2013 par Laurie Catteeuw, Censures et raisons d’État. Une histoire de la modernité politique (XVIe-XVIIe siècle). La censure ecclésiastique demeure tout au long de la période une censure frontale qui oppose deux entités différentes : les auteurs et les libraires, d’un côté, et la Sorbonne, de l’autre. Il n’y a pas vraiment d’interférences fonctionnelles entre les deux mondes : les auteurs et les libraires se chargent de produire un texte et de le mettre en circulation, la Sorbonne se charge éventuellement de le lire, de le commenter, de le condamner et de le brûler. Elle peut ensuite chercher à punir de différentes manières l’auteur, s’entendre avec le reste de l’État, dont elle est une part elle-même, et ainsi de suite. La censure parlementaire fonctionne à peu près de la même manière. La censure royale emprunte des voies différentes.

La censure royale est en réalité un phénomène complexe qui s’exprime tant dans la création d’institutions culturelles, dans la mise en circulation de textes et dans l’édition active, c’est-à-dire la correction, la reformulation ou la suppression d’autres textes. Par exemple, on peut à bon droit considérer que le développement du salariat d’auteur est une forme de censure royale, dans le sens où le salariat remplit le même objectif que ce à quoi l’on pense spontanément quand on parle de censure : contrôler la circulation des idées. Minimiser la part des privilèges d’auteur dans le système de privilège est un exemple d’effort du pouvoir royal en direction du salariat d’auteur mais le plus connu est sans doute la mise en place de l’Académie Française. Le principe de l’Académie Française est en effet que l’État salarie des auteurs pour contrôler la langue officielle et sa manifestation culturelle. La querelle du Cid n’est pas seulement un affrontement esthétique et idéologique, elle est aussi une confrontation entre deux logiques économiques et sociales.

Bien sûr, quand on parle de censure royale, on parle généralement de l’activité de la direction de la librairie, dont Malesherbes fut le responsable le plus célèbre. Lorsque la direction reçoit un livre, elle le confie à un censeur, plus rarement plusieurs censeurs, qui le consultent, font des propositions de modification ou le rejettent entièrement. Les censeurs sont des gens de lettres, de même spécialité que celle de l’ouvrage, et dont la liste est officielle et annuellement publiée. Il faut que le censeur fournisse son approbation pour que l’ouvrage obtienne un privilège et paraisse. Ce système de censure fonctionne encore aujourd’hui dans certains domaines : en effet la revue par les pairs, dans le monde universitaire, opère de la même manière. Dans cette censure scientifique, un auteur envoie son texte et ne peut espérer le publier de manière officielle que s’il a été validé par plusieurs experts. La différence fondamentale est que, dans le second cas, le système est compliqué par le secret, puisque les experts ne sont pas connus. Dans les deux cas, le système est rendu acceptable aux auteurs qui s’y soumettent par l’expertise présumée des censeurs et il fait reposer la charge effective du contrôle à ceux-là mêmes qui sont contrôlés.

L’intérêt théorique de la censure royale est d’empêcher l’impression d’idées jugées dangereuses à l’ordre établi. Naturellement, elle ne fonctionne pas toujours très bien : les censeurs peuvent avoir trop de travail et mal lire les textes, ils peuvent être complices des idées à la mode, les libraires peuvent imprimer et faire circuler leurs textes de manière clandestine et ainsi de suite. L’un des ratés les plus célèbres de la censure royale est la parution de l’Esprit d’Helvétius en 1758, avec privilège et approbation des censeurs, l’un des plus gros scandales de librairie du siècle. Ce qui n’est pas toujours souligné, c’est que l’ouvrage a beau être rapidement jugé contraire à la monarchie et à l’Église, il n’en a pas moins été soumis à l’approbation, de la même manière que Rousseau, de son côté, entretient une longue relation avec Malesherbes. Comme l’Académie Française, l’activité des censeurs est organisée de telle sorte que la présence des pairs des auteurs au sein des administrations du pouvoir royal rend acceptable — voire souhaitable — le contrôle exercé par celui-ci et institue une relation de dépendance volontaire.

Rares sont évidemment les auteurs à être effectivement salariés, même si l’on veut bien élargir un peu la définition du salariat : il y a les Académiciens par exemple ou ceux qui jouissent du privilège d’un journal officiel. En revanche, la technologie du salariat s’exerce sur l’ensemble des auteurs. Ce contexte a produit des situations d’aliénation assez difficiles à analyser pour les historiens aujourd’hui et le cas le plus célèbre est celui de la Lettre écrite par Diderot, en 1763, pour le compte des libraires parisiens, à l’intention de Sartine, alors directeur de la librairie, dont je vous invite à lire le résumé lié.

Les mesures de contrôle de la librairie dans la seconde moitié de l’époque moderne, en France, invitent ainsi à aborder avec plus de nuance la question de l’État absolutiste. D’abord, mais c’est presque une évidence, l’État absolutiste n’a pas grand-chose d’absolu : il négocie efficacement mais péniblement avec toutes sortes d’acteurs pour établir son contrôle sur le territoire qu’il occupe et de larges parts de son territoire théorique lui échappent en pratique. Dans un tout autre domaine, celui de la gestion du foncier, on pourra trouver d’autres exemples dans l’étude récente consacrée par Castrucci à Marseille entre 1500 et 1790, dont j’ai proposé une recension dans Lectures — Liens Socio.

En fait, si l’État absolutiste est un État moderne, c’est en tant qu’il se construit sur une logique économique de privatisation et de salariat, dont il ne tire, en tant qu’administration, aucun profit en termes de recettes, mais qui est le double produit d’un côté d’un marchandage avec des secteurs d’activité de plus en plus concentrés et de l’autre du déploiement d’un système de contrôle pseudo-endogène. C’est aussi qu’il développe un discours sur son activité qui est sensiblement différent de l’activité elle-même : il dit qu’il contrôle le nombre de libraires et leur équipement, qu’il met en place l’Académie ou les journaux officiels pour produire un contenu de qualité alors qu’il fait en réalité tout autre chose. L’analyse la plus simple est de dire que l’État moderne repose sur la propagande, qui est un double discours : il y aurait le discours que l’État tient consciemment à ses complices et celui qu’il tient consciemment aux opprimés. L’examen des administrations polymorphes et sans cesse sous pression suggère néanmoins que l’État moderne a un double discours parce que les raisons et la marche de ses actions lui échappent à lui-même.

Le concept d’absolutisme monarchique n’a vraiment de sens que si l’on cherche à se réduire à l’analyse des institutions politiques en tant que telles et par comparaison avec la diffusion féodale du pouvoir. Suggérer que l’État absolutiste est un État qui s’organise en éliminant les contre-pouvoirs de l’exécutif est un aberration, parce que plus que tout autre, l’État absolutiste est soumis au contre-pouvoir réel des acteurs économiques privés et organisés, industriels, marchands et financiers, qui négocient avec lui un pouvoir politique officiel et institué grâce à la privatisation et à la participation aux administrations. On peut continuer à croire que lorsque le pouvoir monarchique impose le privilège nécessaire, c’est le signe d’un État absolutiste fort et centralisé qui prend le contrôle de la culture. Mais en réalité, c’est bien plutôt l’aveu d’une faiblesse et de l’insuffisance de la seule volonté royale à créer des états d’exception efficaces et encadrés, le moment où le pouvoir royal entame la privatisation systématique de la culture et cède son contrôle au pouvoir corporatiste.

Je voudrais conclure par une distinction importante. Mon propos n’est pas ici de dire que les visées absolutistes, de François Ier à Louis XIV, se sont heurtées à des forces contraires qui les ont empêchées de se réaliser pleinement mais bien que la logique même de centralisation absolutiste conduit à un affaiblissement du pouvoir royal dans la pratique, à la privatisation, à la concentration économique, au salariat intellectuel et au contrôle endogène.

Notes préparatoires sur le conte pornographique

Récemment, ma proposition d’article pour le volume collectif Le Conte dans tous ses états a été acceptée par Florence Fix et Germeline Pernoud, que je remercie encore une fois. Ma proposition, intitulée « La Révolution sexuelle et les contes pornographiques au cinéma », porte plus particulièrement sur deux classiques du genre, si l’on peut dire, l’Alice in Wonderland: An X-Rated Musical Comedy de Townsend et Osco en 1976 et le Grimms Märchen von Lusternen Pärchen de Thiele en 1969. En attendant de m’atteler à la rédaction complète de l’article, je voudrais proposer ici sur le sujet quelques notes de recherche sans ordre particulier et tenter d’expliquer ce qui fait à mon avis l’intérêt de semblables documents.

Après avoir travaillé essentiellement sur des questions de diffusion numérique de la pornographie, dans mon article sur les tubes et dans celui sur le reblogging, j’ai souhaité élargir le propos à des documents plus anciens. Dans mon Introduction aux Porn Studies déjà, et en particulier dans le premier chapitre historique, j’avais tenté de replacer les études universitaires sur la pornographie contemporaine face au temps long de l’histoire des représentations sexuelles. Pour l’heure, l’étude de la pornographie, dans le cadre des porn studies en tout cas, se fait principalement au présent, ce qui conduit parfois à surestimer la nouveauté de certains phénomènes technologiques.

Bien sûr, il existe un certain nombre de recherches sur les représentations sexuelles explicites en dehors du champ ordinaire des porn studies qui est, pour aller vite, la pornographie audiovisuelle occidentale entre 1990 et aujourd’hui. Ces travaux cependant ne font pas toujours partie du bagage systématique des porn studies. Il faut dire que certains, comme les recherches de Danielle Talerico sur les représentations sexuelles japonaises, publiées par exemple dans Impressions, ne sont pas facilement accessibles. La plupart du temps cependant, cette indifférence historique des porn studies à l’américaine s’explique par une préférence prononcée pour les explorations conceptuelles, aux dépends des recherches documentaires elles-mêmes.

Quoi qu’il en soit, je cherche depuis quelques temps des occasions d’étudier des documents pornographiques qui ne sont pas dans la droite ligne des porn studies, par souci de diversité. Le rapport entre conte et pornographie me paraissait devoir être prometteur pour trois raisons au moins.

  1. Le développement conjoint, au XVIIIe siècle, en France en tout cas, de la littérature de conte et de la littérature pornographique, qui sont alors deux phénomènes de librairie importants et qui sont tous les deux reliés à la mouvance philosophique. Le conte et le roman pornographique sont alors deux formes populaires, en tout cas du point de vue de la diffusion, qui peuvent avoir, mais pas toujours, un usage idéologique.
  2. L’abondance de fanfictions érotiques ou pornographiques qui prennent appui sur l’univers des contes. Naturellement, une partie de ces fictions est produite à partir des adaptations contemporaines de contes, comme Once Upon A Time, si bien qu’elle est plutôt caractéristique du potentiel pornographique de toute fiction contemporaine que du potentiel pornographique du conte en tant que genre. Ces fictions sont toutefois au moins l’indicateur d’une convergence possible entre contes et pornographie.
  3. La tradition d’interprétation psychanalytique des contes de fée, qui s’est attaché à y découvrir un contenu sexuel latent. On pense évidemment à The Uses of Enchantment de Bettelheim, dans les années 1970. La valeur de ces interprétations en tant que telle m’était indifférente mais elle rendait très probable une réappropriation militante de la psychanalyse des contes de fées par la pornographie alternative.

À partir de ces trois observations, deux choix s’offraient alors à moi : enquêter du côté du XVIIIe siècle et mettre en évidence des rapports étroits entre conte de fée et pornographie ou bien chercher, dans les années 1970 et autour des interprétations de Bettelheim, des productions pornographiques significatives. J’ai écarté la première voie parce qu’il y a déjà beaucoup de travaux sur les contes de l’époque moderne, qu’on peut retrouver notamment dans la revue de références Fééries et que, quoique moderniste moi-même, j’ai toujours souhaité travailler dans des directions différentes selon que je m’occupais de textes et d’histoire du livre, pour l’époque moderne, ou d’images et d’étude des médias, pour l’époque contemporaine. On trouvera en tout cas dans Fééries l’article de Sermain sur « le fantasme de l’absolutisme dans le conte de fées ».

Ceci n’étant pas pour dire que le conte pornographique contemporain est un sujet jusque là entièrement ignoré. Il a donné lieu à quelques études partielles. En 2008, Eric Tribunella publie dans Children’s Literature Association Quaterly un article intitulé « From Kiddie Lit to Kiddie Porn: The Sexualization of Children’s Literature » (33.2) et la question est évoquée par Jack Zipes dans son Enchanted Screen, dont on peut lire une recension par Jeana Jorgensen dans le Journal of Folklore Research. Le cinéma allemand des années 70 a aussi intéressé les chercheurs, tout comme le sous-genre du sexploitation film. On pourra consulter notamment les articles suivants :

  1. Jules Cohen. « The Chronic Crisis in West German Film ». Film Comment 3.1 (1965) : 32-35.
  2. Esteve Riambeau. « La venganza del sexo: The Curious Mutation from Horror Fantasy to Sexploitation Film (Emilio Vieyra, 1967) ». Despite All Adversities: Spanish-American Queer Cinema. Sous la direction d’Andrés Lema-Hincapié et Debra A. Castillo. New York : SUNY Press, 2015. 99-110.
  3. Harald Steinwender et Alexander Zahlten. « Sexploitation Film from West Germany ». A Companion to German Cinema. Sous la direction de Terri Ginsberg et Andrea Mensch. Oxford : Blackwell Publishing, 2012. 287-318.
  4. Gregory A. Waller. « An Annoted Filmography of R-Rated Sexploitation Films Released During the 1970s &lraquo;. Journal of Popular Film and Television 9.2 (1981) : 98-112.

Je ne doute pas de découvrir encore d’autres ressources au cours de mes recherches mais on ne peut pas dire que l’ensemble soit très abondant. Il existe cela dit, en parallèle, de nombreuses ressources de fans, comme c’est souvent le cas dans l’étude de la culture populaire.

À partir de ce premier examen en tout cas, mon argumentaire, en quelques mots, sera le suivant. Dans le contexte de la révolution sexuelle des années 1960 et 1970, qui peut très bien être une révolution perçue plutôt que réelle sans que cela ne change grand-chose au propos, les contes de fées pornographiques, qui représentent une part significative de la sexploitation, témoignent d’une appropriation des codes culturels et moraux traditionnels par les pornographes. C’est précisément parce que le conte est moral et éducatif qu’il est un instrument de choix pour la pornographie : il sert à la fois à dénigrer les valeurs morales ordinaires et à promouvoir une nouvelle éducation sexuelle.

Le conte a aussi une valeur esthétique : l’adaptation d’un conte exige des accessoires et des décors spécifiques, qui sont souvent l’occasion pour le cinéaste de prouver sa virtuosité technique. La littérature de l’époque moderne fournit traditionnellement au cinéma des occasions de ce genre, que l’on pense à la carrière de Starewicz à partir de La Fontaine, que j’avais évoquée il y a quelques années dans mon article non-publié sur la fable dans le cinéma d’animation, ou, plus proche de la sexploitation, à l’adaptation de Peau d’Âne par Demy. Il faut alors se garder de ne voir dans l’adaptation pornographique du conte de fées qu’une subversion parodique, un pied de nez à l’éducation traditionnelle, et être sensible à la volonté d’inscrire le cinéma pornographique dans une tradition culturelle ambiguë.

Les injonctions nouvelles dans l’université moderne et contemporaine

Il y a peu, j’ai lu avec attention l’excellent article qu’Alex Mahoudeau a publié en réaction à une petite polémique qui a agité le monde académique britannique, ces deux dernières semaines. Elle a été déclenchée par un billet de la série « Academic Anonymous » du Guardian, consacré à l’injonction de visibilité virtuelle faite aux universitaires. La série « Academic Anonymous », qui est théoriquement un moyen pour le Guardian de permettre aux universitaires de prendre la parole franchement et sans avoir à trop s’inquiéter des conséquences professionnelles de leur exposé, est aussi parfois comprise comme un clickbait de la part du site. The Guardian manque d’ailleurs rarement son objectif et la dernière tribune de la même série, « Student surveys are destroying my confidence, says new academic », a elle aussi fait l’objet d’assez vives discussions. Les articles, très brefs et sans doute lourdement retravaillés par la rédaction du site, ne sont pas faits pour susciter une discussion saine et raisonnable. De façon plus générale, l’activité du Guardian s’inscrit dans le paysage des produits médiatiques adressés aux universitaires, dont les plus connus sont peut-être le Times Higher Education ou bien, de l’autre côté de l’Atlantique, au Canada, les University Affairs. Dans la même veine que le dernier article des « Academic Anonymous » du Guardian, ces dernières publiaient par exemple, en mai 2016, des vidéos d’enseignants réagissant à leur évaluation par les élèves. On imagine aisément qu’une partie des articles sur ces sites sont produits par des universitaires, trop heureux d’avoir la chance de s’exprimer, sans rémunération particulière.

Continuer la lecture de « Les injonctions nouvelles dans l’université moderne et contemporaine »

On a Danish French Translation of Klopstock’s German

In a recent blog on The Many-Headed Monster, scholar of early modern British history Laura Sangha has explained why she loved working on personal diaries. She was soon rejoined by Cath Feely, while another modernist, Pelayo Fernández García shared his passion for early modern private letters. These posts and tweets made for an interesting discussion and proved once more how Twitter has becomed an important feature of early modern studies, in English at least. Since then, #histsource hashtag has offered historians an occasion to give a glimpse of their sources. Although not an historian per se myself, I would like to write about what another type of sources has to offer. Those of you, if any, who may be following this blog have perhaps noticed that I’ve been working extensively on periodical press from the XVIIth and XVIIIth centuries. My corpus there encompasses everything that has been written either in France or in French and that has been periodically published. Many of these sources were described in the now famous Dictionnaire des journaux (1600-1789).

Early modern newspapers are without a doubt my favorite sources. They of course offer great material an almost every subject and can be studied in tens of different ways. Scholars may try to map the news networks in Europe, or rather describe the social strategies developped by their journalists, or track the signs of the operatic reform thourough accounts of significant performances. There has been and there is still a lot of work done on this subject, but one can always find new ways to explore these sources. One of the reasons for this is the ever growing number of digitalized documents we may access, as years go by. Papers that were once kept in Polish academic libraries for instance are now available online. These sources are also more accessible in the sense that one may now search through a vast corpus and cross-reference particular events.

What I love about early modern newspapers though is that most of the time, they lead to a kind of detective work. I’ve recently given an example of this in a previous blog about Dubois de Rochefort’s translation of homeric texts and how it was received by the Journal des Sçavants. I’ve encountered numerous such cases through the third chapter of the second part of my thesis. In fact, I sometime feel I could open any paper at any page and find there a text, often only a few words, that would seem just a little bit off and would lead to a thrilling inquiry in the depths of the French-speaking literary world of the XVIIIth century. I suspect the thrill there is all mine, and most readers would find both the process and the results of these inquiries rather dull, but such is often the nature of our work.

For instance, in the Mémoires sur la littérature du Nord, printed in French in Copenhagen, one would find in the september-october 1760 issue, an article entitled « Ode en stances sur le jubilé de la révolution de 1660 ». The article iteself is a translation of a text published in the Nordische Aufseher, in German. The original author of the text is never given, which is a little surprising since, at the same time, the translator compliments him on his style and insists on how famous he is. Who’s, then, the author of the original German text? A quick search on the Internet shows that the ode is in fact a translation of Klopstock’s Ode auf das Jubelfest der Souveränität in Dänemark, which indeed makes a lot of sense. Klopstock was invited by Frederick V in Denmark in 1760, so he would finish there the Messias, his epic masterpiece started in 1749. It’s no surprise then that Klopostock would celebrate Danish history, even less so when Denmark, at that time, comprised lands where German was the main language. That Frederick V would invite Klopstock in Copenhagen and that Klopstock would celebrate Denmark are two symptoms of a cultural plan to integrate the German lands in an unified Danish kingdom.

This cultural plan in turn takes place into the wider context of Bernstorff’s cultural reform which, like Czartoryski’s cultural reform in Poland at the same time, is heavily dependent on an influx of western and especially French and German cultural artefacts in Copenhagen. Czartoryski gets former printer of the Sorbonne Piotr Dufour to settle in Varsaw and Bernstorff finds in France and Switzerland French-speaking scholars and writers. In Copenhagen, some of these writers produce newspapers in French, newspapers which primary intended audience is certainly made by both a Danish cultural elite with a sufficient understanding of the French language and the French protestant diaspora. The translation in French of Klopstock’s poem is then produced in a very complex and dense cultural and political context.

And one of the many things that make this translation strange is its rendering of Klopstock’s original « Souveränität in Dänemark » by « révolution de 1660 ». The ode is by no mean a revolutionary text, quite the contrary even, since the first stanza is entirely designed to explain that liberty can thrive in a kingdom as well as (and if not better than) in a democracy. What is then the intent behind this translation? It is my guess that the translator is here trying to prove that the strong, national Danish kingdom of the XVIIIth century has been built through radical changes in the previous centuries, and that, therefore, contemporary changes, for instance Bernstorff’s cultural reform, can only benefit the nation. In other words, the French translation shows the events of 1660 not as part of a mythical and atemporal past but rather as the start of a modern and historically oriented political construction.

Future readers of my thesis will find there other similar investigations, for instance on why an article of the Journal de Vienne hardly mentioned Calzabigi in its review of the Alceste the Italien poet wrote for Gluck, or why the Journal littéraire de Varsovie says next to nothing on the Ernelinde polemic while still reviewing the second performance in Versailles. Why does the French Avantcoureur despise the Journal littéraire de Francfort? What can we infer from advertisments in Deutsch for French newspapers? What use do the heirs of Van Ghelen printing dynasty in Vienna have for newspapers printed in French?

All these questions open way to important conclusions on the early modern printing world, on the spread of the French language in XVIIIth Europe and how it responded to needs very different from those of Paris, on the western trend in cultural politics in northern and central Europe at that time, and so on. But really, they are first and foremost quite enjoyable. Granted, one might find more fun in tracking down a spirited Snorlax in a secluded place before brutally ending its freedom. Still, I find great pleasure in starting with just a few words, a name missing or added, a typographical oddity, and in ending up watching the unraveled web of early modern intellectual world. To me, it’s like these boardgames where one starts small and then builds up, to see later great plans in motion, except these plans are not one’s owns, but men’s and women’s who once lived, a long time ago.

It’s not letters and it’s not diaries, it’s not the very flesh and feelings of once unsuspected intimacies, and yet, it has the kind of humanity that only comes from the realization that one’s sources have been written by hands akin to our owns.

L’enclave papale d’Avignon et la presse à l’époque moderne

En ce moment se déroule le festival d’Avignon et c’est une excellente occasion de parler d’un sujet essentiel : l’enclave papale d’Avignon et son rôle dans la vie de l’imprimerie, de l’édition et de la culture française dans les deux dernières siècles de l’Ancien Régime. Il y a sans doute des sujets plus excitants de prime abord mais les particularités d’Avignon aux XVIIe et XVIIIe siècles sont très utiles pour comprendre comment les choses peuvent fonctionner, du point de vue des territoires et des dispositifs légaux, sous l’Ancien Régime. Et quoi de mieux qu’un jour de célébration de la Révolution Française pour tenter de se mettre les idées en ordre sur ces dispositifs et leur gestion ?

En fait, l’un des problèmes que l’on rencontre parfois quand on s’occupe de l’histoire de l’Ancien Régime, en tout cas pour ma part de l’histoire culturelle, c’est que les différences entre l’époque moderne et nos propres habitudes sont si considérables qu’on a souvent, de prime abord, l’impression d’avoir affaire à un chaos administratif et légal, même économique, qui représenterait un état immature de la gestion des affaires publiques. La grande histoire de la naissance de l’État moderne, étroitement associé au développement progressif d’administrations centralisées, a tendance à considérer qu’un État ne fonctionne bien que lorsqu’il gère de manière systématique et relativement cohérente l’ensemble de ce qui se passe sur son territoire. La période révolutionnaire verrait le premier grand aboutissement de cette dynamique, avec des dispositions marquantes comme celles qui concernent les poids et les mesures en 1795. Le système de 1795 serait l’aboutissement des recherches d’une mesure universelle entamées dès le XVIIe siècle1de la même manière que le droit d’auteur serait celui de la pénible lutte menée par de courageux écrivains pour la rationnalisation des dispositifs royaux en la matière.

Alternativement, on peut considérer que le système administratif et légal de l’Ancien Régime était un système fonctionnel, par exemple parce qu’il a fonctionné. Ça ne veut pas dire que ce système n’est pas plein de trous et d’imprévus. Récemment, par exemple, Colette Castrucci a souligné combien il était difficile, pour les propriétaires marseillais de l’époque moderne, de savoir sous quelle juridiction, pour aller vite, tombait leur bien immobilier2. Mais ces vides sont parfois utiles parce qu’ils laissent une marge de manœuvre aux différents acteurs du domaine considéré, que ce soit le foncier ou l’imprimerie. On peut essayer de comprendre en quoi ces incohérences et ces vides sont constitutifs et essentiels au fonctionnement du système en se penchant sur le cas de l’enclave papale d’Avignon.

C’est aux travaux de René Moulinas dans les années 1970 que l’on doit les bases de notre connaissance de la presse à Avignon à l’époque moderne3. La création de l’enclave papale d’Avignon remonte à 1309, quand Clément V choisit Avignon comme siège papal, une situation qui dure jusqu’en 1377. À l’époque, la ville fait partie du Royaume d’Arles, à l’intérieur du Saint Empire Romain. Après bien des tribulations qui conduisent Avignon à jouer un rôle central dans le Grand Schisme d’Occident des XIVe et XVe siècles, le Comtat Venaissin et la ville d’Avignon demeurent des possessions papales, gouvernées par un légat, souvent le Cardinal-Neuveu, jusqu’à la bulle Romanum decet pontificem d’Innocent XII, qui abolit le népotisme en 1693 et conduit à la création de la Congrégation d’Avignon. Il faut attendre 1793 pour que, à la suite d’une décision votée en 1791 par l’Assemblée Constituante, le Venaissin et la principauté d’Orange soient intégrés, sous la forme du département du Vaucluse, au territoire français4. Les Constituants ne furent cependant pas les premiers à avoir des vues sur le Comtat Venaissin, puisque Louis XV avait occupé celui-ci peu de temps auparavant, entre 1768 et 1774, et y avait imposé une réforme française des institutions. Le Comtat avait d’ailleurs déjà été envahi plusieurs fois par la France dans les années 1660.

La situation des enclaves territoriales à l’époque moderne est toujours une situation fragile. Si elles peuvent exister, c’est bien sûr parce qu’elles sont soutenues par une grande puissance politique mais leur existence est étroitement conditionnée par les dispositions de la seconde grande puissance qui les entoure. La vie de ces enclaves est donc faite de compromis et de coups de force, de rencontres entre des préoccupations particulières et locales d’un côté et de l’autre des enjeux géopolitiques internationaux qui les dépassent de beaucoup5. Ces tensions s’expriment dans tous les aspects de la vie des enclaves et le cas de l’université d’Avignon, par exemple, a été bien documenté il y a quelques années6.

Pour la librairie, cette situation est bien éclairée par le cas du Courrier d’Avignon, dont les exemplaires connus sont numérisés et disponibles sur le site des Gazettes européennes du 18e siècle. Le Courrier d’Avignon est l’un des innombrables périodiques qui apparaissent avec le développement de la presse dans le dernier siècle de l’époque moderne. Les évolutions commerciales, technologiques et culturelles rendent en effet viables toutes sortes de publications régulières, qui sont plus faciles à produire, plus faciles à acheminer, plus faciles à financer et qui trouvent plus de clients. Le nombre de périodiques ne cesse de croître tout au long du siècle et leur portée géographique est parfois considérable. En effet, on ne lit pas, en France, que des périodes français : il existe en dehors du royaume un grand nombre de publications francophones. Toutes ne sont pas forcément destinées en premier lieu au public français mais, généralement, on peut quand même les acquérir chez les libraires parisiens qui ont des correspondants un peu partout en Europe.

Les situations juridiques de ces périodiques peuvent être très diverses. Certains sont évidemment interdits parce qu’ils sont licencieux ou séditieux, d’autres sont simplement tolérés tant qu’ils demeurent discrets, d’autres peuvent circuler à la vue de tous, sans être tout à fait soumis au même contrôle que les périodiques français, du moins en apparence. C’est le cas du Courrier d’Avignon. Celui-ci, imprimé dans l’enclave pontificale, n’est pas soumis à l’activité de la censure française de la Direction de la Librairie — dont il ne faut pas du reste exagérer l’efficacité mais c’est un autre problème — et peut donc, en théorie, jouir d’une plus grande liberté de ton. Ce qui le distingue des autres périodiques francophones extérieures, c’est sa relation privilégiée avec la Ferme générale des postes. Créée en 1672, la Ferme générale des postes a en charge le réseau postier français dans tous ses aspects, pour le transport des marchandises, du courrier et des voyageurs, pour le réseau7, pour les relais et pour les tarifs. Les accords particuliers permettent au Courrier d’Avignon de jouir de tarifs préférentiels, de sorte que le périodique est très compétitif parmi les publications étrangères : son prix en France varie du dixième à la moitié du prix d’un périodique venu d’Amsterdam.

En pratique, s’il est vrai que les périodiques étrangers ne sont pas soumis à la même censure que les périodiques français, ce sont les postes qui se substituent à la librairie pour assurer le contrôle du contenu de la publication. Dans les années 1750, l’intendant des postes Janel surveille activement le contenu des périodiques étrangers et empêche plusieurs gazettes hollandaises de pénétrer dans le royaume8. La puissance de l’intendant des postes est soulignée dans une lettre de Voltaire en 1763, où l’écrivain dit de Janel qu’il est le « maître absolu de tous les imprimés qu’on envoie ». L’intendant des postes joue ainsi, pour les périodiques étrangers notamment, le rôle que le directeur de la Librairie ne peut pas avoir. Comme toutes les publications étrangères, le Courrier d’Avignon est soumis à ce contrôle, qui est d’abord un contrôle économique.

Partant, les tarifs postaux dont jouit le Courrier de manière privilégiée le désignent comme une publication semi-officielle. À la différence du Mercure de France par exemple, il n’est pas un périodique officiel dans le sens où sa rédaction n’est pas étroitement contrôlée par le pouvoir mais son contenu est validé par des faveurs économiques particulières. Pourtant, le Courrier d’Avignon a aussi à l’époque une grande réputation d’indépendance qui, jointe à son accessibilité financière, lui donne un statut à part parmi les publications étrangères et assure son succès. Sans doute, son ton est plus libre que celui des périodiques français légaux mais cela ne veut pas dire qu’il peut développer une critique à l’encontre du pouvoir royal. Au contraire, ce dernier est le premier à profiter de la réputation d’indépendance d’un journal dont il contrôle par ailleurs étroitement la fortune commerciale et donc, indirectement, le contenu. Comme nombre de publications étrangères, le Courrier d’Avignon est une soupape de sécurité dans le système de la librairie d’Ancien Régime. Il a un statut comparable à ces livres que le directeur de la librairie Malesherbes, sans autoriser explicitement, parce qu’ils ne sauraient être approuvés par le pouvoir royal, laisse cependant circuler.

En d’autres termes, la diversité des juridictions ne doit pas toujours être interprétée comme un défaut d’organisation de la part de l’Ancien Régime et les privilèges particuliers, dont la multiplicité brouille l’application générale des dispositions légales, comme un frein à une approche systématique qui serait par ailleurs souhaitée par les institutions. La diversité des juridictions et des dispositifs est plutôt un moyen de mieux contrôler les produits culturels, en ménageant des marges, des espaces où des voix divergentes sont tolérées, parce qu’elles sont encadrées de manière discrète. Le contrôle exercé par les autorités sur le Courrier d’Avignon est plus étroit encore qu’il n’y paraît, si l’on songe que son impression est confiée à Charles Giroud, qui est par ailleurs l’imprimeur officiel du vice-légat. C’est par exemple Charles Giroud qui produit les documents nécessaires au contrôle de la population d’Avignon grâce au recensement de 17209.

Le Courrier d’Avignon n’est que l’un des multiples exemples de la manière dont la prolifération administrative de l’époque moderne permet au pouvoir royal d’assurer un contrôle discret des productions culturelles. Bien sûr, les avantages que présentent le règne des situations particulières, des exceptions et des privilèges n’interdisent pas que certains administrateurs aspirent à une gestion plus systématique des affaires : les entreprises révolutionnaires de normalisation ne naissent pas ex nihilo. Simplement, ces aspirations, plus conformes à nos conceptions contemporaines, ne doivent pas nous conduire à ignorer les logiques d’organisation et l’efficacité des processus qui dominent pendant plus d’un siècle.

  1. Jean-Robert Armoghate, « Un seul poids, une seule mesure », Dix-septième siècle, 2013, 2001, 631-640. []
  2. Colette Castrucci, Le quartier du port de Marseille (1500-1790). Une réalité urbaine restituée, Marseille, Presses Universitaires de Provence, 2016. J’ai fait pour Lectures un compte-rendu de cet ouvrage. []
  3. René Moulinas, L’Imprimerie, la Librairie et la Presse à Avignon au XVIIIe siècle, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1974. On peut lire en ligne un compte-rendu de l’ouvrage fait par Émile Lizé, l’année suivante, pour Dix-huitième siècle. []
  4. Edward James Kolla, « The French Revolution, the Union of Avignon, and the Challenges of National Self-Determination », Law and History Review, 31.4, 2013, 717-747. PDF. Jean-Jacques Clere, « Le rattachement d’Avignon et du Comtat à la France : approche juridique (1789-1791) », Annales historiques de la Révolution française, 290.1, 1992, 571-587. []
  5. Sur ces enclaves, on peut consulter : Paul Delsalle et André Ferrer (dir.), Les enclaves territoriales aux Temps modernes (XVIe-XVIIe siècles), Besançon, Presses Universitaires francomtoises, 2000 et le numéro des Mémoires de l’Académie de Vaucluse consacré en 2006 à la principauté d’Orange par Claude-France Hollard et Françoise Morel. On peut lire en ligne un compte-rendu de cet ouvrage dans les Annales du Midi par Patrick Fournier. []
  6. Patrick Ferté, « L’université d’Avignon, à la fois française et étrangère, et ses rivales (Aix-en-Provence, Besançon, Orange, Valence) », Annales du Midi, 268, 2009, 459-478. []
  7. Anne Bretagnolle et Nicolas Verdier, « Images d’un réseau en évolution : les routes de poste dans la France préindustrielle (XVIIe siècle-début XIXe siècle », M@ppemonde, 79, 2005, en ligne. []
  8. Pierre Retat, « Les gazetiers de Hollande et les puissances politiques : une difficile collaboration », Dix-huitième siècle, 25, 1993, 319-335. []
  9. Olivier Zeller, « La ville en fiches : la méthode de recensement urbain de Jean-François Palasse (Avignon, 1720) », Annales de démographie historique, 112, 2006, p. 217-241. []

L’Odyssée de Rochefort : une enquête bibliographique au XVIIIe siècle

Aujourd’hui, je voudrais développer avec vous l’une des notes de bas de page de ma thèse. Je viens de finir une section de chapitre consacrée au Journal des Sçavans, qui est désormais peut-être le périodique français le plus célèbre de l’époque moderne, et j’ai croisé au cours de mon travail un cas d’étude bibliographique qui, à mon avis, peut permettre de comprendre certaines difficultés qui se posent dans ce domaine depuis longtemps. Pour ma part, je travaille sur le Journal dans le cadre d’une étude sur les pratiques bibliographiques de l’époque moderne, entre 1645 et 1777, en relation avec l’usage de la figure d’auteur comme outil d’interprétation et de classification. Dans cette partie centrale de ma thèse, je me penche sur des documents de trois types surtout : le Dictionnaire de Bayle, les recueils d’ana et les recensions d’ouvrages dans les périodiques. Ce n’est toutefois pas la question de l’auteur qui va nous occuper ici mais plutôt celle de la fiabilité de ces documents et du genre de démarche critique qu’il faut adopter quand on les manipule.

Continuer la lecture de « L’Odyssée de Rochefort : une enquête bibliographique au XVIIIe siècle »

Le Noble d’Isabelle de Charrière

L’été dernier, j’annonçais ici ma préparation d’une édition pédagogique d’un texte de jeunesse d’Isabelle de Charrière, intitulé Le Noble. Ce texte, le premier publié par Charrière, en 1762, est un conte politique et satirique qui annonce nombre des thèmes que l’on retrouvera plus tard, à la fin des années 1780 et au début des années 1790, dans l’œuvre essayistique de l’autrice. J’ai le plaisir d’annoncer que la première version de cette édition, à destination d’abord des étudiants et de celles et ceux qui souhaiteraient découvrir l’œuvre de cette écrivaine importante, est désormais achevée. On peut la télécharger librement à partir de ce billet.

Télécharger Le Noble d’Isabelle de Charrière

L’édition se compose de brèves remarques sur le processus de son établissement et les conditions de sa reproduction et de sa distribution, d’une préface succincte sur le texte et l’œuvre d’Isabelle de Charrière et enfin du texte lui-même. Le texte du Noble a été annoté toutes les fois où il aura paru nécessaire d’en éclairer la compréhension. Cette édition est évidemment très imparfaite encore et elle a vocation à mûrir avec le temps ; j’invite les lecteurs et les lectrices qui auraient la patience de proposer des remarques à son propos, même pour ne faire part que de leur perplexité devant tel ou tel passage, à me les communiquer de la manière suggérée dans l’avant-propos ou ici même, grâce aux commentaires.

La littérature d’idées et ses autrices

Ce semestre, je reprends la responsabilité du cours de Littérature d’Idées, à destination des premières et deuxièmes années de licence, que j’avais assuré déjà l’année dernière et dont j’avais dit quelques mots ici. La description pédagogique de ce cours par les brochures de l’université est pour le moins laconique. Elle tient à vrai dire en un paragraphe unique :

Continuer la lecture de « La littérature d’idées et ses autrices »

Commentaire d’un privilège de librairie de 1776

Je suis en ce moment plongé dans la rédaction de la première partie de ma thèse, consacré aux dispositifs légaux qui encadrent la production du livre dans la France de l’Ancien Régime, en particulier entre les années 1640 et la fin du XVIIIe siècle. Ce qui m’intéresse très précisément, ce sont les effets de ces dispositions légales et du commerce de librairie dont elles participent sur l’attribution des œuvres à leurs auteurs. L’un des types de textes que je suis amené, dans de pareilles recherches, à croiser très souvent, c’est celui des privilèges royaux, parfois délivrés à des imprimeurs, des libraires, des auteurs ou des institutions, pour leur permettre l’impression d’un ouvrage.

Continuer la lecture de « Commentaire d’un privilège de librairie de 1776 »

Vers une édition pédagogique d’Isabelle de Charrière

Le 7 août dernier, une question anonyme a été posée sur le site Academia Stack Exchange, une plateforme dédiée aux questions et aux réponses des universitaires à propos d’une grande variété de sujets touchant à leur pratique professionelle : aux questions de recherche, que l’on trouve déjà dans certains réseaux sociaux comme Research Gate se mêlent des questions déontologiques, politiques ou purement pratiques. La question du 7 août portait ainsi le titre suivant : «Should I inform students that there are cheaper alternatives to the on-campus book store ?». Je la reproduis ici intégralement :

Continuer la lecture de « Vers une édition pédagogique d’Isabelle de Charrière »

Femmes et activités littéraires à l’époque moderne

Le mois dernier, Cyril Barde publiait sur le carnet de recherche du laboratoire junior GenERe le compte-rendu d’une séance de séminaire intitulé « Comment peut-on être auteure ? » Il y était question du problème récurrent, dans les études littéraires en général et dans celles qui se consacrent à l’étude du genre en particulier, de l’auctorialité féminine et, comme il est fréquent, le texte distinguait un peu implicitement deux grandes périodes : celle de l’Ancien Régime, ou plutôt de l’époque moderne, et celle de l’époque contemporaine, à partir de la fin du dix-huitième siècle. En fait, l’essentiel du texte de Cyril Barde était consacré aux rapports entre les femmes et les activités littéraires dans les deux derniers siècles, laissant de côté les questions spécifiques à l’époque moderne, sauf quelques remarques de passage. Or, force est de constater que la situation des femmes du XVIe au XVIIIe siècles, en France particulièrement mais aussi, quoique d’une manière un peu différente, en Angleterre et en Italie, est loin de refléter la situation des deux siècles suivants.

Continuer la lecture de « Femmes et activités littéraires à l’époque moderne »