Les bourses de mobilité académique des ambassades de France

La semaine dernière, j’ai expliqué le programme d’aide à la publication de l’Institut Français, qui permet notamment de faciliter la parution d’ouvrages français traduits dans les langues des pays où le réseau culturel français est très présent. Ces aides ne sont qu’une partie du dispositif de coopération scientifique déployé par le ministère des affaires étrangères. Dans l’ensemble, ce dispositif est peu lisible, parce qu’il fait intervenir beaucoup d’acteurs différents, qui dépendent plus ou moins étroitement du ministère : l’Agence Française de Développement, l’Institut Français de Paris et son réseau d’instituts locaux, Expertise France, les ambassades de France, les centres de recherche français à l’étranger, et notamment les IFRE, Campus France, Business France, France Alumni, et j’en passe. Peu lisible aussi parce que, au même moment où certaines instances des pouvoirs publics entendent mettre en place une politique de ségrégation par le revenu pour fermer les portes des universités françaises aux étudiants venus des pays les moins favorisés, d’autres instances incitent à la mobilité internationale.

Continuer la lecture de « Les bourses de mobilité académique des ambassades de France »

Les programmes d’aide à la traduction de l’Institut Français

Le 10 mars dernier, je siégeais comme membre scientifique dans la commission du prix Boy-Żeleński. Tadeusz Boy-Żeleński (1874-1941) fut un traducteur prolifique en polonais de la littérature française. Il s’est notamment occupé de la Recherche du temps perdu, en prenant il est vrai parfois des libertés significatives avec l’original, de sorte qu’un projet de retraduction intégrale de Proust en polonais a été lancé il y a quelques années. En tout cas, l’Institut Français de Varsovie a donné son nom à la commission qui siège annuellement pour examiner les demandes d’aide à la traduction de la part des éditeurs polonais. C’était la première fois que j’y participais et j’en tire quelques leçons qui ne seront peut-être pas inutiles aux universitaires français.

Continuer la lecture de « Les programmes d’aide à la traduction de l’Institut Français »