L’Appropriation de l’œuvre — vers la soutenance

Pour fêter, avec la sombre austérité qui convient, la dernière ligne droite de ma thèse, qui devrait être soutenue en octobre prochain, je vais essayer de proposer dans les mois à venir quelques billets où évoquer certains aspects de mes recherches. Comme je l’avais expliqué en fondant ce carnet, il y a plusieurs années, je voulais éviter que le travail de thèse y tienne la plus grande part, pour ne pas réduire mon activité de chercheur à sa seule dimension doctorale. Au bout du compte, je n’ai publié qu’une poignée de billets qui aient un rapport étroit avec ma thèse, à savoir, par ordre chronologique :

Avant toute chose, il m’est sans doute nécessaire d’expliquer sur quoi porte cette thèse et comment s’y articule la démonstration, parce que je me rends parfois compte que des amis et des chercheurs avec qui j’échange depuis longtemps n’ont en fait aucune idée de ce que je peux bien fabriquer de mon temps, quand je ne me livre pas à de honteuses apologies de la décadence sexuelle et morale ou de l’abêtissement télévisuel. Ma thèse, qui s’intitule « L’Appropriation de l’œuvre », étudie l’attribution des œuvres à leur auteur, principalement en France et/ou en français, entre les années 1640 et les années 1777. Elle ne s’interdit pas de remonter parfois à certains textes du XVIe siècle et pousse, sur certains sujets, jusqu’en 1830 à peu près, où se publient par exemple les derniers recueils d’ana. « En France et/ou en français », ça veut dire qu’il y est question des œuvres qui sont publiées en France dans une autre langue que le français (surtout le latin, donc) et en français ailleurs qu’en France, ce qui invite inévitablement à parler aussi, ponctuellement, de textes ni en français, ni en France.

Méthodiquement, j’y suis proche de la (nouvelle) histoire littéraire, c’est-à-dire d’une histoire littéraire très nourrie par l’histoire du droit, l’histoire du livre, la bibliographie matérielle et la sociologie de la littérature et qui peut paraître parfois éloignée des études littéraires dans ce qu’elles impliquent d’évaluation esthétique et de critique interprétative. Le propos historique est cadré, en introduction et en conclusion, soit une petite cinquantaine de pages, par une discussion théorique consacrée à l’auctorialité, en philosophie et en théorie littéraire, d’une part, et d’autre part à l’histoire de l’État du point de vue de l’histoire économique.

Le propos est sinon organisé en trois parties : la première sur les questions de propriété et de responsabilité du livre, du point de vue de l’État et du droit, la deuxième sur les classements des textes par les outils bibliographiques et la troisième sur les appropriations intellectuelles et éditoriales des œuvres par les auteurs en eux-mêmes. Il y est question à la fois d’auteurs très connus, comme Rousseau, Diderot ou Voltaire, et de personnes plus obscures, de sources très travaillées, comme le Dictionnaire historique et critique, et d’autres moins familières, comme le Journal de Varsovie, une publication périodique polonaise, en langue française, du XVIIIe siècle.

Dans la première partie, je reviens sur la pratique française des privilèges de librairie, qui encadrent à la fois la propriété privée des textes, qui est une conséquence des rapports de force entre des imprimeurs, des libraires, des auteurs et différentes institutions étatiques, et la responsabilité juridique des producteurs de ces textes, qu’il s’agisse des producteurs matériels (libraires et imprimeurs) ou intellectuels (auteurs). J’étudie plus en détail la responsabilité juridique de l’auteur du point de vue de la censure et de ses différentes formes, notamment à travers les affaires de l’Histoire amoureuse des Gaules, de l’Esprit d’Helvétius et de l’Émile de Rousseau. Enfin, je propose, une fois ce cadre posé, une typologie rapide des acteurs du livre à l’époque moderne.

La deuxième partie étudie une autre manière de rapporter les textes à leurs auteurs, qui implique d’autres usages de ces textes : l’attribution par les bibliographes. Elle étudie des séquences bibliographiques et plus précisément des séquences attributives, qui peuvent être plus ou moins étendues (quelques mots, plusieurs pages) et que l’on trouve notamment dans trois types de sources : les dictionnaires historiques et biographiques, les recueils d’ana et les recensions de livres et de spectacles dans la presse périodique. J’y aborde principalement le Dictionnaire historique et critique et ses modèles, l’ensemble des recueils d’ana en anglais, en français et en latin de la période, le Journal des sçavans, le Mercure Galant et une grande partie des périodiques en langue française publiés à l’étranger.

La troisième partie s’attache à l’exploration du rapport interprétatif et culturel des auteurs à leurs œuvres et aux œuvres des autres. J’y étudie un certain nombre de cas particuliers. Dans le premier chapitre, je reviens sur Charles Sorel, sa présentation des oppositions Charron-Montaigne et Voiture-Balzac, sa position intermédiaire d’auteur et de bibliographe, ses exercices d’auto-attribution et sa querelle avec Furetière, ainsi que le rôle qu’y joue la référence à Cyrano de Bergerac. Dans le deuxième chapitre, je me penche sur le cas de Vincent Voiture, sur les opérations éditoriales complexes dont il fait l’objet et sur son appropriation par Pierre Costar. Dans le troisième chapitre, je me consacre aux œuvres complètes de grands auteurs dirigées par d’autres auteurs et en particulier au Corneille de Voltaire, au Rousseau de Mercier et au Voltaire de Beaumarchais.

Ce travail présente quelques caractéristiques méthodiques propres et notamment une attention particulière à l’interprétation détaillée des paratextes (préfaces, privilèges, notices), en laissant parfois de côté les œuvres elles-mêmes, un choix systématique de privilégier les études de cas développées aux approches systématiques et notamment quantitatives, que l’on peut déjà trouver ailleurs, et une mise en avant des travaux internationaux susceptibles d’offrir des points de comparaison, en adoptant à chaque fois que c’était possible une bibliographie critique plurilingue qui ne se réduise pas seulement à la triade traditionnelle du français, de l’anglais et de l’allemand.

J’aurais l’occasion de présenter plus en détail dans les semaines à venir tel ou tel point de ce travail et j’invite mes (éventuels) lecteurs à me faire part de ceux qui retiennent en particulier leur attention.

Retour sur six ans de rédaction

Aujourd’hui, j’ai fini la relecture de la première version du manuscrit temporairement définitif de ma thèse. J’ai donc pu envoyer, comme la misère tombe sur le pauvre monde, un peu plus de six cents pages à de malheureux relecteurs qui n’avaient rien demandé à personne. Il reste encore bien des corrections, bien des mises en forme et bien des ajouts à faire mais c’est tout de même la fin de la plus grande étape de la thèse. J’en profite pour revenir ici sur mon expérience de la rédaction au long cours, en remontant un peu avant le début de cette thèse, quand j’ai commencé à me lancer pour de bon dans la recherche académique, sans trop savoir quoi en attendre, ce qui m’a sans doute aidé à ne pas être déçu.

Continuer la lecture de « Retour sur six ans de rédaction »

Les injonctions nouvelles dans l’université moderne et contemporaine

Il y a peu, j’ai lu avec attention l’excellent article qu’Alex Mahoudeau a publié en réaction à une petite polémique qui a agité le monde académique britannique, ces deux dernières semaines. Elle a été déclenchée par un billet de la série « Academic Anonymous » du Guardian, consacré à l’injonction de visibilité virtuelle faite aux universitaires. La série « Academic Anonymous », qui est théoriquement un moyen pour le Guardian de permettre aux universitaires de prendre la parole franchement et sans avoir à trop s’inquiéter des conséquences professionnelles de leur exposé, est aussi parfois comprise comme un clickbait de la part du site. The Guardian manque d’ailleurs rarement son objectif et la dernière tribune de la même série, « Student surveys are destroying my confidence, says new academic », a elle aussi fait l’objet d’assez vives discussions. Les articles, très brefs et sans doute lourdement retravaillés par la rédaction du site, ne sont pas faits pour susciter une discussion saine et raisonnable. De façon plus générale, l’activité du Guardian s’inscrit dans le paysage des produits médiatiques adressés aux universitaires, dont les plus connus sont peut-être le Times Higher Education ou bien, de l’autre côté de l’Atlantique, au Canada, les University Affairs. Dans la même veine que le dernier article des « Academic Anonymous » du Guardian, ces dernières publiaient par exemple, en mai 2016, des vidéos d’enseignants réagissant à leur évaluation par les élèves. On imagine aisément qu’une partie des articles sur ces sites sont produits par des universitaires, trop heureux d’avoir la chance de s’exprimer, sans rémunération particulière.

Continuer la lecture de « Les injonctions nouvelles dans l’université moderne et contemporaine »

Blogging in English

Regular readers have noticed that I’ve started doing some blogging in English these past few weeks. Choosing a language to blog when an academic should never be an easy nor obvious choice. As a matter of fact, lingustic choices are very important all across our activities, be they a matter of language or style. I’ve never been at ease with the possibility to blog or write papers in English. I’ve only ever written one paper in English, for a presentation given in Lisbon, a few years back, as I can only read but not speak Portuguese. When I got back, I soon translated this talk in French and published it here, where it attracted its little readership. This was proof to me that although English is widely spread in Academia, other languages could still be of relevance.

Since the beginning of my short career, I’ve tried to support in my own little way non-English languages within Academia, especially in an international context. I’ve tried to jump in the finnish sauna. I’ve helped non-native French speaker give presentations and publish papers in French and I’ve included in my papers, my talks and my thesis, as often as possible, references to works in German, Spanish, Italian, Catalan, Portuguese and, more recently and with greater difficulties, Deutsch, Danish and Polish. There’s a lot of papers and thesis out there that are quite deserving but that garner little attention because scholars won’t often search through databases with keywords other than those of their own language and English. Obviously, it’s always possible to add English keywords to any document but, by and large, the gap between avaibility of world scholarship on any subject and linguistic diverisity in citations is disappointingly large.

For instance, there has been a constant interest for French early modern literature in Brazil and Spain these last decades. But, whereas Japanese scholars, who have contributed in an important way in the same field, usually publish in French or English, many scholars from Bresil and Spain choose to do so in their own language. Although I personally find this very commendable, it has obviously gravely impeded the spread of such scholarship in the rest of the world. The same could be said, I gather, of Romanian scholarship in medieval studies, less known than its German counterpart, for instance, even so there seems to be less and less interest in German scholarship in German from young scholars as we move further into the XXIth century.

And yet, lately, some events made me rethink my position about on avoiding English if possible. First of all, let’s be clear. I love English. I’ve truly learned English when reading J.K. Rowling and W.B. Yeats back to back when I was fourteen. When I was seventeen, I paid little attention to my philosophy class because I was reading Shakespeare, hidden in the last row. Many of my favorite writers write in English: Dickinson, Yeats, Plath, Dickens. I’ve translated some of Woolf’s essays in French and published one of them in an academic journal, an other in a literary journal and a third in an academic blog. I’ve worked extensively on English literature, English and American television. If I avoid writing English, it’s partly because my style and my grammar are lacking, mainly because I feel the need to promote other languages but certainly not because any spite I would feel for this beautiful language.

The first event was when a colleague of mine was pressured to deliver her presentation in English, in an academic conference in Paris. Most of the audience was French but the chief of the organizing comittee felt that the only way to produce true international scholarship was to speak and write in English. Apparently, there was some resistance during the conference and my colleague spoke half in English, half in French. Needless to say it was not a enjoyable experience for her. Yet, as I listened to her when she told me about this, although I found the methods and demands of this organizer quite injustified and indeed deeply discourteous, I could see his point. On this occasion, he truly didn’t want to have a bigger impact factor, he just wanted to be able to engage with other academics that didn’t speak French.

The second event was when I gave the draft from my upcoming book on American television to read to my best friend. She lives with her partner in Warsaw: he speaks English and Polish, she speaks French, English, Spanish and she’s currently learning Polish. Therefore, when she would talk to him about the book, she would do so in English and, as he was kind enough to show some interest, he would ask her questions in English. She would then ask my these suestions in French and in French I responded, which she then conveyed in English back to her partner, with some precisions in Polish. It did seem like quite a bit of trouble to share my modest insights on 24. There, academic English was no longer for me an abstract aspect of the contemporary international academia but a rather more personal matter.

So, recently, when I wanted to engage with the Twitterstorians in the discussion of enjoyable historical sources and when I wanted to write about a show my stepbrother, who was raised in the United Kingdom, had watched in English, while my first impulse was to stick to French, I ended up writting in English. It has been a great experience. For a start, it has improved a little my writing, although I remain rather ashamed at my performances. It certainly doesn’t mean that I intend to stop writing in French. I still think it’s very important that every scholar publishes, at least once in a while, in his or her own language. I’m still scooping blogs in Spanish and Portuguese, on Hypotheses, for good entries to share and the references sections of my works will still be as babelian as I can make them.

So, while I will still support scholars I know who fear they’ll be missing on something if ever they don’t publish in English, I will also help in any modest way I can those who would wish to do so in English. I know many French academics, both young and weathered, who, although being proficient readers of numerous foreign languages, are intimidated at the prospect of writing or speaking English. Yet, we’ve all heard very good talks delivered in a terrible accent and dubious grammar. More often than not, academic gatherings should be like ordering in a foreign pub: it’s the drink that matters.

(P.S.: Since I’ve written this blog, last week, interactions in English on Twitter have allowed Emilie K. M. Murphy and myself to virtually meet, as she was looking for a French early-modernist who could help her assess stylistical aspects of a corpus of XVIIth century letters written by English nuns in French. So, I guess I’ve come full circle.)

AQJNEJ I — Introduction & Bébé dort

Je vous ai manqué — ne cherchez pas à le nier — et un jour peut-être je vous expliquerai les raisons de ma longue absence, puisqu’elles ne sont pas indifférentes aux réflexions que nous pourrions avoir envie de nourrir en tant que communauté professionnelle. Pour l’heure, je vais essayer de me faire pardonner et je commence par vous offrir l’un des cadeaux qu’en universitaires-chercheurs-fonctionnaires-citoyens de la République vous aimez le plus : une nouvelle abréviation. AQJNEJ ou ac-j’n’ai-je, ou ac-genève, ou ac-geneviève, ou n’importe quelle variation que votre imaginaire linguistico-lacanien pourrait vous suggérer, c’est-à-dire : les Articles Que Je N’Écrirai Jamais.

Continuer la lecture de « AQJNEJ I — Introduction & Bébé dort »

Twitter : un an après

Le 3 juin dernier, je (ne) fêtais (pas) ma première année passée sur Twitter. À cette occasion, comme beaucoup, j’ai eu la curiosité de retrouver le premier de mes tweets. À l’époque, j’y signalais la parution récente de ma traduction d’une nouvelle de Virginia Woolf, les « Jardins de Kew », dans un numéro estival de la revue poético-académique, Le Pan des Muses. Aujourd’hui, un an et deux mois plus tard, avec 10 049 tweets au compteur, je crois que le moment est venu de faire le bilan de cette année passée sur la twittosphère académique.

Continuer la lecture de « Twitter : un an après »

Intervention à l’Assemblée Générale des carnetiers

Leonardo_da_Vinci_helicopter

Vous trouverez  à la suite de ce préambule de précaution le texte de mon intervention à l’assemblée générale des carnetiers de la plateforme, qui s’est tenue hier, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. J’avais rédigé ce texte dans le train avant de venir et je ne l’ai finalement pas lu — puisque c’est ainsi que je procède toujours. Comme on dit en politique, seul le prononcé fait foi et le texte écrit se trouve parfois éloigné du discours que j’ai pu tenir. Il ne reflète pas, par ailleurs, les échanges ponctuellement un peu houleux que certaines de mes désaffections ont pu susciter. Continuer la lecture de « Intervention à l’Assemblée Générale des carnetiers »