Le plurilinguisme en Europe à l’époque moderne

J’ai publié récemment un article intitulé « Le plurilinguisme dans les Entretiens de Pierre Costar et Vincent Voiture », dans le cadre du volume collectif dirigé par Agnès Coussin et consacré au genre de l’entretien, au XVIIe siècle. Cet article s’inscrit dans une étude plus large de la construction éditoriale de l’œuvre de Vincent Voiture, développée dans l’un des chapitres de la troisième partie de ma thèse, ainsi que dans les articles « Beautés et défauts de Voiture. La Défense des ouvrages de M. de Voiture de Pierre Costar » et « L’usage de la correspondance dans les textes théoriques de l’époque moderne : le cas de la querelle de Costar-Girac dans les années 1650 ». Mais il participe aussi d’une recherche que j’ai commencé à mettre en place l’année dernière et qui prend la suite d’un certain nombre d’observations formulées dans la deuxième partie de ma thèse.

Continuer la lecture de « Le plurilinguisme en Europe à l’époque moderne »

Avis de soutenance

Je suis heureux d’annoncer plus officiellement la soutenance de ma thèse de doctorat.

Avis de soutenance

François-Ronan Dubois
Chercheur Assistant à l’Université de Varsovie
Présentera les travaux de sa thèse de doctorat

L’Appropriation de l’œuvre
Instances et visées de l’attribution des œuvres à leur auteur dans la France de l’Ancien Régime
1645 — 1777

Thèse de doctorat
Lettres & Arts
Littératures française et francophone

Thèse dirigée par M. Yves Citton et Mme Christine Noille-Clauzade
Université Grenoble-Alpes

La soutenance se déroulera le vendredi 13 octobre 2017, à l’Université Grenoble Alpes dans la Petite Salle des Colloques au 621 Avenue Centrale, 38400 Saint-Martin-d’Hères, à partir de 13 heures.

Le jury est composé de :

  • Madame Christine Noille-Clauzade, co-directrice de thèse, professeure à l’Université Grenoble-Alpes
  • Monsieur Yves Citton, co-directeur de thèse, professeur à l’Université Paris 8
  • Monsieur Antoine Lilti, rapporteur, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • Madame Dinah Ribard, rapporteure, directrice d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • Madame Florence Magnot, examinatrice, professeure à l’Université Rennes 2
  • Monsieur Marc Escola, examinateur, professeur à l’Université de Lausanne

La table des matières et l’index de la thèse peuvent être consultés en ligne, tout comme un résumé et quelques notes de recherche. La soutenance sera suivie d’un thé d’honneur, rendu hélas modeste par les contraintes géographiques. La soutenance est publique et chacun y est cordialement invité.

Le comique Alexis Piron

Il y a plus de perles dans le rayon « Humour » d’une librairie que dans les bassins d’un ostréiculteur spécialisé. Perles de psychiatre et perles de prof’, perles de comptoir et perles d’expert-comptable : chacun y va de son bon mot. Dans le rayon « Humour », on trouve aussi des livres de comique : le comique est une personne spécialisée dans les choses drôles, qui dit et écrit des choses drôles, sur la scène, à la télévision, parfois au cinéma. Le comique se présente en spectacle, pour faire des bons mots et raconter des histoires. Il semblerait que cette activité soit somme toute d’invention récente.

En réalité, par « comique », nous entendons aujourd’hui le plus souvent quelqu’un qui s’est spécialisé dans le stand-up et c’est cette activité particulière, propre, autant qu’on puisse en juger, à l’époque contemporaine, qui qualifie par excellence le comique, alors que celui-ci, auparavant, exerçait son art dans des œuvres de fiction, sur les planches du théâtre. Selon Jim Mendrinos, le stand-up apparait au milieu du XIXe siècle aux États-Unis mais il n’existe, à ma connaissance, aucune histoire satisfaisante de cet art.

Le stand-up se caractérise a priori par un plus grand engagement existentiel du comique dans son texte comique : c’est à la première personne le plus souvent qu’il fait ses remarques et raconte des histoires qui sont autant de commentaires sur l’existence réel. Cet engagement existentiel, perçu comme une caractéristique contemporaine, n’est pourtant pas l’apanage de notre époque et j’aimerais revenir ici sur l’une des sources que j’étudie dans ma thèse, les recueils d’ana, et en particulier à un recueil consacré à un auteur français du XVIIIe siècle, Alexis Piron.

Comme je l’ai déjà expliqué sur ce carnet, les recueils d’ana sont un genre littéraire de l’époque moderne, qui se poursuit jusqu’en 1830 à peu près, et où des anecdotes, des citations et des remarques sont attribuées à une figure centrale, généralement un écrivain ou un politicien important. Théoriquement, ces différents éléments sont récoltés par les familiers du grand homme et rassemblés en hommage après son décès mais, peu à peu, à cause d’un succès de librairie, on se met à fabriquer des recueils d’ana de toute pièce, dont certains fonctionnent comme les perles de nos librairies contemporaines.

L’un de ces recueils est consacré, en 1800, par Cousin d’Avalon, à Alexis Piron, sous le titre Pironiana, ou Recueil Des aventures plaisantes, bons mots, saillies ingénieuses, etc. d’ALEXIS PIRON, et publié à Paris, chez Vatar-Jouannet et Pigoreau. Cousin d’Avalon est le spécialiste de l’ana au XIXe siècle et quasi le seul à perpétuer un genre dont il fait son fonds de commerce. Il procède parfois en rassemblant des citations de sources imprimées et d’autres fois en inventant. Ses recueils n’ont pas grand-chose à voir avec les recueils commensaux qui marquent la naissance du genre, au début de l’époque moderne : ils tiennent le plus souvent d’une anthologie posthume de certains auteurs classiques.

Alexis Piron, quant à lui, est un auteur du XVIIIe siècle, mort en 1773, qui s’est fait une spécialité de l’opéra-comique, des chansons, des comédies et des épigrammes, quoiqu’il ait bien écrit une tragédie, Gustave Wasa, en 1733, pour la Comédie-Française. Pour le XIXe siècle, Piron est une figure marquante du siècle précédent et le type même de l’auteur comique qui amuse par son génie personnel et non par l’effet d’un travail laborieux. Pour Sainte-Beuve, le talent de Piron en matière de comédie est même atavique. Dès son vivant mais plus encore au siècle suivant, Alexis Piron devient un personnage comique, plutôt qu’un auteur, un peu à la manière d’un Arlequin.

Arlequin a lui aussi droit à ses recueils d’ana, dès le XVIIIe siècle. C’est d’ailleurs l’un des tournants dans l’histoire du genre, qui se détache petit à petit de la collection plus ou moins attestée de propos réels à l’anthologie plaisante, dont la source peut être fictive. Le Pironiana est en tout point construit comme un recueil d’ana pour Arlequin et l’auteur comique devient personnage comique grâce à la disponibilité de cette figure dans la culture du temps en général et dans le genre des anas en particulier. Alexis Piron n’est plus comique par la vertu de son art, de sa technique : il est un comique, de manière existentielle.

Dans la « Vie » de Piron qui précède les anecdotes du Pironiana, le recueil joue encore sur les deux registres. Cette biographie sommaire commence en effet pour souligner que Piron a reçu une excellente éducation classique, rigoureuse et sévère, mais cette insistance sur la technique acquise au contact des chefs-d’œuvre du passé, qui ne sont évoqués que du point de vue de leur austérité, ne sert guère qu’à mettre en évidence le caractère propre du comique, qui ne se laisse pas entamer par ces activités érudites et fastidieuses.

Finalement, si Piron est talentueux dans son domaine, ce n’est pas grâce à l’étude mais malgré elle et parce qu’il a bon naturel :

Son caractère franc et honnête, sa conversation pleine de sel et d’ingénuité, sa gaieté naturelle et soutenue, ses saillies toujours neuves et intarissables, le firent rechercher par ces sociétés formées sous les seuls auspices du plaisir et de la liberté. (5)

Avec le « caractère », l’« ingénuité », le naturel, tout est fait pour que le talent comique paraisse inné plutôt qu’acquis. Tout le reste de la « Vie » est pour dire combien Piron fut un grand homme, malgré une fortune parfois contraire, combien il fut reconnaissant envers les puissants et bienveillant envers ses contradicteurs. Bien sûr, il entre ici beaucoup de lieux communs, propres aux genres biographiques de l’époque moderne, mais l’auteur s’en sert pour construire une figure particulière, que le recueil va ensuite développer en l’illustrant.

Je donne ici quelques exemples de ce que l’on trouve dans le recueil, pour qu’on se fasse une idée du genre du recueil d’ana en ce début de XIXe siècle.

Parlant d’un journaliste qui ne passait pas pour modeste, et dont le maintien annonçait la hauteur. Piron disait : Son visage appelle les soufflets.

Robbé lisant un jour son poëme de la vérole à Piron, celui-ci lui dit avec vivacité : — Monsieur, vous me paraissez plein de votre sujet. (89)

Piron ayant plaisanté assez vivement un homme qui n’entendait pas raillerie, celui-ci se fâcha et lui demanda raison de ses sarcasmes. A la bonne heure, dit Piron. Les champions partent pour aller se battre hors Paris. Piron, à demi-chemin s’arrête (la soif le pressait), il entre dans le premier endroit, et y boit abondamment de la bière. Son camarade, toujours marchant, s’excède de fatigue, et tout en sueur, se retourna enfin pour voir si son adversaire le suit. Point de Piron. L’homme court de plus belle, vole à la découverte : mais c’est inutilement. Harassé, il rentre chez lui, et meurt en deux jours d’une fluxion de poitrine. Piron en fut instruit. Quelque temps après plusieurs personnes lui demandèrent malignement des nouvelles de son affaire. — Comment vous en êtes-vous tiré avec un tel, lui dirent-elles ? — Fot bien, répondit Piron, je l’ai enrhumé. (107)

Piron avait coutume d’aller presque tous les matins au bois de Boulogne, pour y rêver à son aise. Un jour il s’y égara, et n’en sortit qu’à quatre heures du soir, si las de sa promenade, qu’il fut obligé de se reposer sur un banc tenant à un des pilliers de la porte. A peine est-il assis, que, de droite et gauche, il est salué par tous les passans qui entraient et sortaient à pied, à cheval, ou en voiture. Piron d’ôter son chapeau, plus ou moins bas suivant la qualité apparente des personnes. — Oh ! oh ! disait-il en lui-même, je suis beaucoup plus connu que je ne le pensais ! Que M. de Voltaire n’est-il ici, pour être témoin de la considération dont je jouis en ce moment ! lui, devant lequel je me suis presque prosterné ce matin, sans qu’il ait daigné autrement y répondre que par un léger mouvement de tête !
Pendant qu’il fait ces réflexions, le monde allait et venait à-la-fois, tant qu’à la fin l’exercice du chapeau devint très fatiguant pour Piron : il l’ôta tout-à-fait, se contentant de s’incliner devant ceux qui le saluaient.
Une vieille survient qui se jette à ses genoux, les mains jointes. Piron surpris et ne sachant pas ce qu’elle veut : — relevez-vous, lui dit-il, bonne femme, relevez-vous ; vous me traitez en faiseur de poëme épique ou de tragédie, vous vous trompez, je n’ai pas encore cet honneur-là ; je n’ai fait parler jusqu’à présent que des marionnettes. Mais la vieille restant toujours à genous sans l’écouter, Piron croit apercevoir qu’elle remue les lèvres, et qu’elle lui parle, il se baisse, s’approche et prête l’oreille. Il entend en effet qu’elle marmotte quelque chose entre ses dents : c’était un ave qu’elle adressait à une image de la Vierge, placée directement au-dessus du banc où Piron était assis. Alors il lève les yeux et voit que c’est à cette image que s’adressaient aussi tous les saluts qu’il avait pris pour lui. — Voilà bien les poëtes, dit Piron en s’en allant, ils croient que toute la terre les contemple, ou qu’elle est à leurs pieds, quand on ne songe pas seulement s’ils existent ! (73-75)

L’Appropriation de l’œuvre — vers la soutenance

Pour fêter, avec la sombre austérité qui convient, la dernière ligne droite de ma thèse, qui devrait être soutenue en octobre prochain, je vais essayer de proposer dans les mois à venir quelques billets où évoquer certains aspects de mes recherches. Comme je l’avais expliqué en fondant ce carnet, il y a plusieurs années, je voulais éviter que le travail de thèse y tienne la plus grande part, pour ne pas réduire mon activité de chercheur à sa seule dimension doctorale. Au bout du compte, je n’ai publié qu’une poignée de billets qui aient un rapport étroit avec ma thèse, à savoir, par ordre chronologique :

Avant toute chose, il m’est sans doute nécessaire d’expliquer sur quoi porte cette thèse et comment s’y articule la démonstration, parce que je me rends parfois compte que des amis et des chercheurs avec qui j’échange depuis longtemps n’ont en fait aucune idée de ce que je peux bien fabriquer de mon temps, quand je ne me livre pas à de honteuses apologies de la décadence sexuelle et morale ou de l’abêtissement télévisuel. Ma thèse, qui s’intitule « L’Appropriation de l’œuvre », étudie l’attribution des œuvres à leur auteur, principalement en France et/ou en français, entre les années 1640 et les années 1777. Elle ne s’interdit pas de remonter parfois à certains textes du XVIe siècle et pousse, sur certains sujets, jusqu’en 1830 à peu près, où se publient par exemple les derniers recueils d’ana. « En France et/ou en français », ça veut dire qu’il y est question des œuvres qui sont publiées en France dans une autre langue que le français (surtout le latin, donc) et en français ailleurs qu’en France, ce qui invite inévitablement à parler aussi, ponctuellement, de textes ni en français, ni en France.

Méthodiquement, j’y suis proche de la (nouvelle) histoire littéraire, c’est-à-dire d’une histoire littéraire très nourrie par l’histoire du droit, l’histoire du livre, la bibliographie matérielle et la sociologie de la littérature et qui peut paraître parfois éloignée des études littéraires dans ce qu’elles impliquent d’évaluation esthétique et de critique interprétative. Le propos historique est cadré, en introduction et en conclusion, soit une petite cinquantaine de pages, par une discussion théorique consacrée à l’auctorialité, en philosophie et en théorie littéraire, d’une part, et d’autre part à l’histoire de l’État du point de vue de l’histoire économique.

Le propos est sinon organisé en trois parties : la première sur les questions de propriété et de responsabilité du livre, du point de vue de l’État et du droit, la deuxième sur les classements des textes par les outils bibliographiques et la troisième sur les appropriations intellectuelles et éditoriales des œuvres par les auteurs en eux-mêmes. Il y est question à la fois d’auteurs très connus, comme Rousseau, Diderot ou Voltaire, et de personnes plus obscures, de sources très travaillées, comme le Dictionnaire historique et critique, et d’autres moins familières, comme le Journal de Varsovie, une publication périodique polonaise, en langue française, du XVIIIe siècle.

Dans la première partie, je reviens sur la pratique française des privilèges de librairie, qui encadrent à la fois la propriété privée des textes, qui est une conséquence des rapports de force entre des imprimeurs, des libraires, des auteurs et différentes institutions étatiques, et la responsabilité juridique des producteurs de ces textes, qu’il s’agisse des producteurs matériels (libraires et imprimeurs) ou intellectuels (auteurs). J’étudie plus en détail la responsabilité juridique de l’auteur du point de vue de la censure et de ses différentes formes, notamment à travers les affaires de l’Histoire amoureuse des Gaules, de l’Esprit d’Helvétius et de l’Émile de Rousseau. Enfin, je propose, une fois ce cadre posé, une typologie rapide des acteurs du livre à l’époque moderne.

La deuxième partie étudie une autre manière de rapporter les textes à leurs auteurs, qui implique d’autres usages de ces textes : l’attribution par les bibliographes. Elle étudie des séquences bibliographiques et plus précisément des séquences attributives, qui peuvent être plus ou moins étendues (quelques mots, plusieurs pages) et que l’on trouve notamment dans trois types de sources : les dictionnaires historiques et biographiques, les recueils d’ana et les recensions de livres et de spectacles dans la presse périodique. J’y aborde principalement le Dictionnaire historique et critique et ses modèles, l’ensemble des recueils d’ana en anglais, en français et en latin de la période, le Journal des sçavans, le Mercure Galant et une grande partie des périodiques en langue française publiés à l’étranger.

La troisième partie s’attache à l’exploration du rapport interprétatif et culturel des auteurs à leurs œuvres et aux œuvres des autres. J’y étudie un certain nombre de cas particuliers. Dans le premier chapitre, je reviens sur Charles Sorel, sa présentation des oppositions Charron-Montaigne et Voiture-Balzac, sa position intermédiaire d’auteur et de bibliographe, ses exercices d’auto-attribution et sa querelle avec Furetière, ainsi que le rôle qu’y joue la référence à Cyrano de Bergerac. Dans le deuxième chapitre, je me penche sur le cas de Vincent Voiture, sur les opérations éditoriales complexes dont il fait l’objet et sur son appropriation par Pierre Costar. Dans le troisième chapitre, je me consacre aux œuvres complètes de grands auteurs dirigées par d’autres auteurs et en particulier au Corneille de Voltaire, au Rousseau de Mercier et au Voltaire de Beaumarchais.

Ce travail présente quelques caractéristiques méthodiques propres et notamment une attention particulière à l’interprétation détaillée des paratextes (préfaces, privilèges, notices), en laissant parfois de côté les œuvres elles-mêmes, un choix systématique de privilégier les études de cas développées aux approches systématiques et notamment quantitatives, que l’on peut déjà trouver ailleurs, et une mise en avant des travaux internationaux susceptibles d’offrir des points de comparaison, en adoptant à chaque fois que c’était possible une bibliographie critique plurilingue qui ne se réduise pas seulement à la triade traditionnelle du français, de l’anglais et de l’allemand.

J’aurais l’occasion de présenter plus en détail dans les semaines à venir tel ou tel point de ce travail et j’invite mes (éventuels) lecteurs à me faire part de ceux qui retiennent en particulier leur attention.

Les tisons de Chapelain

Avant-hier, alors nous discutions sur Tweeter du petit billet écrit ici à propos de l’attribution de la Princesse de Clèves, la conversation en est venue à aborder les usages particuliers que l’on pouvait faire à l’époque moderne de la figure des auteurs. À cette occasion, j’ai évoqué le cas de ce que l’on pourrait appeler l’anecdote interprétative. Jean-Yves Vialleton a donné, notamment pour Corneille, des exemples de ce genre de choses1. Vialleton montre combien la vie de Corneille, même quand elle est écrite par ses contemporains, participe du répertoire des biographèmes mythiques hérités de la tradition antique : on y incorpore des éléments qui ne sont pas réels, des événements qui ne se sont pas vraiment produits, mais qui sont vrais au regard de l’interprétation qu’on donne de l’œuvre. En d’autres termes, la vie de l’auteur dramatique est façonnée de sorte à être conforme à l’interprétation de ses pièces. De ce point de vue, c’est une situation en quelque sorte comparable à celle que j’évoquais à propos de Lafayette, où l’on arrangeait la vie de la comtesse pour correspondre à une interprétation particulière de La Princesse de Clèves.

Continuer la lecture de « Les tisons de Chapelain »

  1. Jean-Yves Vialleton. « La vie de Corneille comme moment de réflexion des classiques sur la littérature ». Revue d’Histoire Littéraire de la France 106.3 (2006) : 599-628. []

C’était en juin sur Contagions : la valeur et les paratextes

Préface Casauboniana

Le mois de juin s’achève et, avec lui, bien des choses : une année de recherche, quoiqu’il me reste encore un colloque, le cycle des réunions estivales de la section et de l’école doctorale, un projet lexicographique au sein du RARE, mais aussi le premier mois entier passé sur Hypothèses, donc sur Contagions — un mois à lire, à commenter, à recenser des carnets, à lier des billets et, bien sûr, à alimenter Contagions même, malgré les multiples conférences et les nombreuses lectures.

Avant de repartir pour Paris parler de The West Wing, il est ainsi temps de faire un bilan transitoire de ce premier mois. Je l’annonçais divers dans mes activités et sans doute l’a-t-il été ; mais la variété des objets ne doit pas occulter toujours la cohérence des questions. S’il est vrai que la dispersion — mais je préfère le terme de variation — ne me paraît pas toujours aussi catastrophique qu’elle est souvent dépeinte dans certains contextes académiques, dans des discours du reste très contradictoires, il n’en demeure pas moins que parmi les hypothèses générales que j’avais formulées en ouvrant ce carnet, il y avait celle d’une communication possible entre des analyses de cas portant sur des domaines très différents.

Ainsi une question a-t-elle dominé, peut-être discrètement, les billets de Contagions durant ce mois écoulé, au rythme des réflexions nouvelles et des documents issus de mes archives, et cette question, c’est celle des paratextes. Paratextes éditoriaux avec les anas, dans le cadre de mon intervention à Liège ainsi que dans celui des Liaisons dangereuses comme paratextes académiques à de multiples reprises — et je vais y revenir : tout à la fois la question de la production des paratextes, de ce à quoi ils servent pour ceux qui les écrivent, et de leur utilisation, de ce à quoi ils servent pour ceux qui les lisent.

Un problème de centre et de périphéries

Mais qu’est-ce que c’est qu’un paratexte ? La notion a indubitablement suscité d’importantes réflexions théoriques, au moins dans le champ des études littéraires, depuis l’ouvrage fondateur de Gérard Genette, Seuils, en 1987. C’est là, comme le signale L’Atelier de Théorie Littéraire, que s’élabore le concept général de paratexte et ceux qui l’accompagnent, pour décrire formellement les effets de ce qui est, généralement, écarté de l’analyse littéraire.

De fait, l’existence d’un paratexte, c’est-à-dire d’un ensemble de phrases, délimité par des procédés éditoriaux, avant, après ou sous le texte, cette existence affirmée implique qu’il existe deux choses très différentes : le texte d’un côté, qui constitue la motivation discursive principale, et le reste, cette nébuleuse d’ajouts dont on pourrait à la rigueur faire l’économie mais que l’on consent, parfois, à lire, voire à analyser. En d’autres termes, la relation dynamique entre le texte et son paratexte, qui est toujours en quelque manière une opposition, met en jeu des processus de valorisation discursive, dont le but est d’établir une hiérarchie entre différents éléments.

Or, cette valorisation au moins implicite n’est pas sans conséquence sur notre compréhension de l’ensemble textuel formé par le texte et ses paratextes. Dans le meilleur des cas, elle nous invite à analyser le paratexte en fonction du texte qu’il accompagne ; une pareille analyse accorde certes une attention dont le paratexte est souvent privé, mais elle n’œuvre en aucune manière contre l’inféodation du paratexte au texte. Dans le pire des cas, la valorisation du texte nous présente le paratexte comme un discours négligeable, tout au mieux purement informatif, que l’on peut aisément passer.

Naturellement, du côté du texte, une pareille disposition n’est pas non plus innocente. Si l’on peut passer le paratexte, si c’est le propre, par exemple, d’une préface, que de n’être jamais lue, comme nombre d’intervenants l’ont souligné au colloque de Liège, cela implique que le propre du texte est d’être toujours lu ou, plutôt, lu intégralement. Cette intégrité a priori accordée au texte réduit les interventions que le lecteur peut y opérer : dans un ouvrage scientifique, il est parfois acceptable de ne pas lire les notes de bas de page, il est déjà plus douteux de se priver des citations et il devient franchement de mauvais goût de ne lire qu’une page sur deux.

Ici comme ailleurs, comme dans toute description d’un système de centre(s) et de périphéries ou, si l’on préfère, de matrice(s) et de marges, il importe de ne pas oublier que les centres ont aussi à perdre dans leur opposition aux périphéries, que le propre d’une matrice, en tant qu’elle est une matrice, est de se reproduire elle-même et donc de se priver de son propre élan. L’attention portée aux paratextes n’est donc pas simplement une entreprise de légitimation d’un objet ignoré ou mal connu, mais également une entreprise de dé-naturalisation du texte intégral et, pour ainsi dire, sacré ; en d’autres termes, elle est une rupture de la dynamique texte-paratexte, donc de la valorisation principielle et des méconnaissances qu’elle implique.

La préface

La question de la préface littéraire offre une entrée aisée dans ces problèmes, parce qu’elle est, pour l’essentiel, dépassionnée. Ce n’est pas à dire que toutes les questions de valorisation, de légitimation, d’intégrité du texte, y soient durablement désamorcées et que l’œuvre littéraire soit devenue, grâce à une salvatrice opération théorique, une machine ouverte que l’on puisse librement démonter et remonter, soit pour en comprendre le fonctionnement, soit pour s’amuser ; la sacralisation artistique de l’œuvre, comprise comme la version valorisée du texte, est encore extrêmement vive dans l’Université. Mais la légitimité d’étudier les paratextes est mieux fondée désormais qu’ailleurs.

Ce qui ressort, entre autres, des diverses interventions du colloque de Liège, c’est bien entendu la potentielle fécondité des analyses portées sur ce type de matériau. En d’autres termes, la préface peut remplir des rôles multiples : elle peut très bien fonctionner de manière relativement autonome et se présenter, en somme, comme un traité, dont le texte, en appendice, serait l’illustration, au contraire situer étroitement un texte particulier dans un marché ou bien, dans un rôle intermédiaire, construire une identité, pour un genre, pour un auteur, pour une maison d’édition — et le plus souvent, sans doute, remplir l’ensemble de ces rôles à la fois.

L’autonomisation de certaines préfaces célèbres, soit qu’elles en viennent à être éditées séparément, comme c’est le cas pour les préfaces à la Critique de la raison pure dans des versions pédagogiques, soit que leur célébrité concurrence voire éclipse celle de l’œuvre qu’elles introduisent supposément, est le témoignage que le paratexte peut fonctionner de manière suffisamment indépendante pour que le rapport entre le centre et ses périphéries, dans certains cas, s’inverse. Et ainsi lit-on beaucoup plus volontiers la préface à Cromwell que la pièce elle-même.

Cette autonomisation toujours possible de la préface valorise par contrecoup les autres fonctions, plus situées, du paratexte. Autrement dit, le fait qu’un paratexte puisse fonctionner comme un texte incite à considérer que certaines des fonctions qui sont traditionnellement prêtées au paratexte peuvent n’être pas tout à fait indignes. Puisque la préface remplit des fonctions de construction identitaire, de positionnement et de commercialisation et puisque la préface peut être un texte, puisque, par ailleurs, le texte est toujours déjà légitime, ne doit-on pas en déduire que ces stratégies-là ne sont pas indignes, mais au contraire essentielles à la production d’un objet culturel lisible (ou audible, ou regardable) ?

Les paratextes académiques

Ce qui peut paraître une évidence pour tous ceux qui, loin du champ des études littéraires, ne fréquenteraient pas les discours esthétiquement transcendants qui les animent hélas encore, l’est beaucoup moins à l’intérieur de ce même champ ; plus problématique encore est la reconduction de ces analyses à des productions qui nous sont plus familières et plus communes : les publications académiques.

Je ne rentrerai pas dans les détails de la très vive résistance que j’ai rencontrée en proposant ici une analyse des paratextes qui entouraient une revue électronique dédiée à l’étude de la poésie, résistance à vrai dire si violente et continuelle, de la part du comité de rédaction de la revue, qu’elle m’a conduit, de guère lasse, à retirer le billet en question, malgré le soutien de plusieurs lecteurs de Contagions — que je remercie à nouveau. Ce type de réactions est plus surprenant, à vrai dire, dans sa vivacité qu’en lui-même : en effet, l’idée qu’une publication académique puisse impliquer, en plus d’un contenu de savoir, d’une démarche, d’une méthode, des considérations stratégiques de positionnement est rarement explicitée au sein de l’Université.

À la journée de la valorisation, qui s’est tenue à l’Université Stendhal ­— Grenoble 3 à la fin du mois de mai, une intervenante chargée d’évoquer la question de la valorisation de la recherche a tenu de manière symptomatique à rassurer l’assistance d’enseignants-chercheurs en précisant que la valorisation, ce n’était pas la même chose que la communication, perçue comme une basse besogne. Plus généralement, à l’Université, tout ce qui ne relève pas de la production intellectuelle novatrice est perçu comme un accompagnement au mieux nécessaire, au pire contraignant et indigne, dans tous les cas transparent, purement informatif.

Il n’est qu’à considérer les formules de précautions et de regrets qui entourent, dans les réunions, toute remarque concernant la dimension publicitaire ou stratégique d’un paratexte (présentation d’un projet pour un financement, rédaction de notices sur un site internet, conception de rapports d’activité), pour avoir l’impression que seule la noble et pure production d’un Article ou d’une Monographie, privés de leur matérialité et de leur dimension communicationnelle, ne relèverait pas d’un vile asservissement à une terrible logique mercantile capitalistico-quelque chose.

Tout se passe comme s’il était impossible de tenir tout à la fois un discours critique sur un ensemble de phénomènes (la réduction du financement des sciences humaines, la perte de valeur de ces connaissances dans le discours médiatique, la précarisation des universités) et une stratégie pragmatique de légitimation et de diffusion d’un objet, d’une méthode ou d’une recherche — ce qui revient de facto à postuler que tout aspect pratique ou communicationnel attaché à la recherche est indigne et étranger à l’activité idéale d’un enseignant-chercheur.

Mais ce qui se passe, c’est bien entendu que la valorisation de l’un ou l’autre de ces éléments (objet, méthode, hypothèses, conclusions) dépend à la fois de leur qualité intrinsèque et de la stratégie de positionnement qui règle leur diffusion au sein d’une communauté de savants ; or, ce sont les paratextes académiques qui expriment au mieux de cette stratégie. Je l’ai souligné pour les études sur les séries télévisées comme pour les appels à contributions : le paratexte académique, qu’il soit appel, page de soutiens, ligne éditoriale, consigne aux auteurs ou notice biobibliographique, donne tout à la fois une image de la publication, une image de ceux qui la gèrent, une image de ceux qui y participent et une image du champ dans lequel elle s’inscrit, c’est-à-dire du type d’objets qu’on y étudie, des raisons pour le faire et de la méthode adoptée.

Se réfléchir

Partant, la lecture de ces paratextes académiques peut être tout aussi profitable que celle des textes plus légitimes qu’ils accompagnent, des dossiers, des revues, des ouvrages, des projets de recherche. Je l’ai dit pour les appels à contributions : une lecture assidue et vigilante permet de comprendre les débats théoriques qui sous-tendent tel ou tel domaine d’études et qui ne sont pas toujours explicités dans des polémiques ouvertes. Par conséquent, lire des appels à contributions, plus généralement des paratextes académiques, permet d’affiner son propre positionnement, de sélectionner ses concepts et de développer une argumentation qui soit à la fois méthodique (qui rende compte de manière adéquate de l’objet) et méthodologique (qui perfectionne ses outils).

De la même façon, une pareille lecture en séries de ce type de discours permet évidemment d’être en état d’en produire soi-même de plus performants. Outre que la limite ne soit pas toujours sensible entre le texte que l’on produit pour présenter un projet de recherches à des financeurs potentiels et celui que l’on met à la disposition de la communauté de savants qu’on a choisie, sur un site, pour rendre compte de ce même projet, il suffit de considérer que, quoi qu’on en pense, ces discours sont absolument nécessaires à la pratique de la recherche pour mesurer l’intérêt qu’il y a à s’y perfectionner.

Plus fondamentalement, admettre comme un objet de réflexions légitime ce qui passent, dans d’autres logiques, pour autant de parasites de la Science toute pure, c’est aussi rompre avec une certaine bohème de la pensée, passée tout ingénument du monde littéraire à une partie du monde académique, une bohème où l’indifférence aux Chiffres (l’argent, le nombre d’élèves, le nombre de citations, de visiteurs, de publications) témoigne plutôt d’une pureté supposée que d’une attitude critique (et donc nuancée, et donc efficace), une bohème où le rejet total des épreuves et des difficultés de la communication, de la transmission, de la valorisation et de la vulgarisation, met à l’abri de toute réflexion embarrassante sur la pertinence des objets, des concepts et de leurs légitimations.

C’est de ce point de vue que ma réflexion sur les paratextes a partie liée avec ma volonté de connecter le siècle le plus classique de la littérature française avec les productions les plus populaires de la culture audiovisuelle étasunienne et contemporaine. Rompre l’évidence de nos valorisations me paraît être un préalable nécessaire à toute réflexion saine et compréhensive. Je préfère de très loin la stratégie consciente, les positionnements bien calculés, aux inspirations prétendues et aux traits de génie trop typiques. De la même manière qu’un texte littéraire a toujours une utilité, une publication scientifique a toujours un but — l’Art pour l’Art, comme la Science pour la Science, sont des coups médiatiques bien joués, mais qui ne rendent pas compte de ce qui existe.

Image

Jean-Christophe Wolf, Casauboniana, 1710. Préface.

La très-sanglante histoire d’une conférence à Liège

FRD Criminel

Il y a peu paraissait (virtuellement) sur le carnet (virtuel) de la revue Dissidences un compte rendu (virtuel) de Jean-Guillaume Lanuque, consacré à l’ouvrage (matériel) de Cédric Biagini, L’Emprise numérique, où l’on s’inquiétait très vivement des affreux dangers que faisaient courir à la Culture les affres néo-technologiques. On n’a pas tort de s’inquiéter que les enfants, bientôt, n’apprennent plus à écrire que sur des claviers — moi-même, jeune comme je suis, je dois  bien m’avouer incapable d’exécuter des fresques pariétales grâce au charbon et aux pigments naturels. De fait, la modeste histoire d’un succès techno-culturel que je m’apprête à esquisser ici, étant toute personnelle, ne constituera qu’une médiocre consolation à l’empire sans partage des démoniaques virtualisateurs.

Il est vrai que la secrète collusion entre les études sur les textes un peu anciens et le monde numérique est devenue depuis quelque temps si publique qu’on ne peut regarder qu’avec un légitime soupçon ce nouveau témoignage d’une collaboration prétendument fructueuse. Je ne rappellerai pas ici le navrant témoignage de Virginie Muller, dans le carnet ArchéOrient, sur l’usage du numérique dans l’étude du sumérien, qui éloigne l’archéologue de sa charnelle communion avec la poussière du désert, pas plus que je ne pointerai d’un nouveau doigt accusateur les odieuses menées de l’équipe d’Hyperdonat, dont le carnet  comme le site témoignent assez la déperdition ou l’infâme plateforme Corpus Électronique de la Première Modernité.

Hélas, ces dérives sont trop connues. En attendant que les vigilantes enquêtes signalées par Marin Dacos et Olivier Le Deuff donnent enfin un visage à cette polymorphe menace et permettent ainsi de procéder à l’hygiénique rematérialisation de nos esprits, je ne peux que procéder à mon humble autocritique et présenter la vérité toute nue, sans voile de pixels artificieux : depuis lundi, j’ai sacrifié une vingtaine d’heures à des méditations incorporelles.

Comment on me mit un couteau dans la main

Tout a commencé il y a presque un an de cela. Non que je me souvienne précisément de la date, à vrai dire : j’ai dû pour m’en rappeler utiliser la fonction de recherche mon calendrier virtuel. C’était donc le 15 novembre 2012. Le 15 novembre 2012 s’achevait un appel à contributions dont j’avais eu connaissance sur Internet. Il s’agissait de proposer une communication pour un colloque liégeois sur la préface.

À l’époque, je n’avais pas mauvaise conscience. C’est presque innocemment, si je puis dire, si ce mot a encore du sens, c’est presque innocemment, donc, disais-je, qu’à l’aide de mon traitement de texte, je rédigeai une proposition avant de l’envoyer par courriel, je veux dire par message électronique — ne nous cachons pas derrière de charmants mais nébuleux néologismes (qui risquent, soit dit en passant, de grossir indument nos dictionnaires qui, étant bien épais, sont déjà fort difficiles à manier).

Quelle ne fut pas mon erreur ! Inexplicablement, quoique ma proposition à la typographie normalisée par l’emprise technocratique d’une police standard, privée de l’hésitante gaieté des impressions renaissantes, n’eût pas le charme opaque de mon écriture difficilement déchiffrable (preuve à charger), elle fut acceptée, acceptée, je tiens à être tout à fait transparent — mais attendez que je vérifie la mémoire de ma boite aux courriels —, acceptée, voilà, le 8 janvier 2013 à 09:29 du matin par Denis Saint-Amand (j’accuse !). Vous voyez que je ne crains pas de livrer mes complices, que cela au moins soit mis à mon crédit.

Il ne me restait plus qu’à réserver en ligne mes billets de train, car une misanthropie probablement cultivée en moi par une fréquentation trop assidue des Pokémons et de ces dresseurs à casquettes qui ne cessent de vous agresser à chaque pas, que dis-je, une coupable haine du genre humain, me fait trouver peu de charme à la compagnie de mes semblables dans la sinueuse file d’attente de la gare de Grenoble ; il ne me restait plus qu’à réserver mon hôtel en ligne, car l’esprit de lucre ne va jamais sans l’avarice et ainsi j’espérais économiser quelques euros.

Comment l’idée me vint de tuer la culture

Le monde s’était ainsi incliné devant moi pour creuser à mes pieds la dangereuse pente du crime. J’avais hardiment proposé d’étudier la préface d’ana en France et Angleterre au dix-septième et au dix-huitième siècles — un pareil projet signalait déjà en moins le criminel, car personne n’ignore que le numérique se cache-là plus qu’ailleurs. Qu’on ne croie pas en effet que les saintes et matérielles couronnes des temps jadis puissent jamais préserver les oeuvres qu’elles obombraient par leur fécond mécénat des tentacules sournois de la virtualité : tout au contraire, leur rareté en fait des victimes privilégiées.

Que sont les ana ? Ce sont des recueils qui paraissent, à ma connaissance, dans les pays anglophones, germanophones et francophones, c’est-à-dire en France, en Suisse, dans les Pays-Bas et dans le Saint Empire, à partir du dix-septième siècle et qui jouissent d’une popularité considérable au moins jusqu’à la première moitié du dix-neuvième siècle, avant de s’estomper peu à peu pour tomber dans un oubli dont ils ne sont plus guère tirés aujourd’hui que par les recherches (plus ou moins) scrupuleuses des érudits.

Que contiennent-ils ? D’abord, ils s’inscrivent de leur propre aveu dans une tradition plus ou moins discutable, que certains éditeurs de l’époque font remonter à la compilation des propos de Socrate par Xénophon et Platon, et qui, en tout cas, dans le temps restreint de l’époque moderne, prend sa source dans les propos de tables de Luther ou, par exemple pour le cas anglais, dans ceux de Selden. (Je ne doute pas que mes lecteurs soient parfaitement familiers de l’histoire des juristes anglais à l’époque moderne ou qu’à défaut ils disposent tous, chez eux, d’une abondante encyclopédie qui fournira d’excellents articles sur cette question si débattue et ce n’est guère que par habitude vicieuse que je les invite à s’informer dans cet ouvrage, si je puis dire, de second rayon.)

Partant, les ana contiennent a priori des propos tombés de la bouche même de personnalités intellectuelles de tout premier plan ou, pour le dire latinement, excerpta ex ore. À ces propos se mêlent assez vite des anecdotes concernant le célèbre personnage, si bien que certains ana peuvent proposer d’assez longues narrations, comme c’est le cas, par exemple, du Swiftiana paru en 1804. Comme chacun sait que Jonathan Swift est mort en 1745, on devine la particularité du genre : très majoritairement, ces recueils sont publiés après le décès de celui qu’ils consacrent, parfois peu de temps après la mort, comme pour le Menagiana, d’autres fois après une période beaucoup plus longue.

Pour les éditeurs de l’époque, ce genre de parutions pose bien des problèmes. Comment ne pas avoir l’air de profiter de l’intérêt du public pour de basses anecdotes en salissant la mémoire du grand disparu ? Comment convaincre le monde de l’authenticité parfois douteuse des anecdotes en question ? Quelle image de l’auteur honoré souhaite-t-on donner ? Comment organiser une matière par nature disparate, parfois très fragmentaire en effet ? Comment ménager à la fois le public sérieux et le public mondain ?

Pour ma part, je m’affrontai d’abord à un problème beaucoup plus terre à terre : comment lire ces livres ? On s’en étonnera sans doute, mais les bibliothèques grenobloises ne possèdent pas précisément la plus vaste collection d’ana du monde et mon amour lointain pour la Belgique ne multipliant pas pour autant les chiffres de mon compte en banque, je ne pouvais guère me permettre d’aller plusieurs jours à Paris — car il y a des gens, n’est-ce pas, qui ne vivent pas à Paris.

Comment j’ai tué des livres

J’avais bien eu connaissance des ana les plus célèbres (si l’on peut dire) grâce à Google Books. Le germe du mal était donc chez moi déjà ancien. Mais la numérisation est hélas une pratique aussi dangereuse que la masturbation : comme elle, elle plonge le sujet dans un permanent état de pusillanimité, comme elle, elle l’empêche de se concentrer sur de longues et sérieuses méditations et comme elle, elle crée un terrible effet d’accoutumance. Je voulais plus qu’une dizaine d’ana — toujours plus.

J’ai donc rouvert mon édition du Casauboniana, que l’on sera peut-être heureux de connaître sous son titre complet : Observationes Sacrae in utriusque Foederis loca, Philologicae item & Ecclesiasticae et Animadversiones in Annales Baronii Ecclesiasticos ineditae, Ex varii Casauboni MSS. In Bibliotheca Bodlejana reconditis Nunc primum erutae et Jo. Christophoro Wolfio, Prof. Publ. Philosoph. Extraordinario in Academ. Witteberg. Accendunt duae Casauboni epistolae Ineditae, & praefatio ad librum de Libertate Ecclesiastica Cum notis Editoris in Casauboniana Ac praefatio qua de hujus generis libris differitur. C’était à Hambourg en 1710.

Quand je dis rouvrir, je parle bien entendu de cliquer sur l’icône du fichier PDF dans mon dossier ana sur mon ordinateur. Comme le difficile labeur académique ne m’a pas (encore) rendu riche, je ne suis pour l’heure pas en état de m’offrir de précieux ouvrages. Donc, j’ai rouvert cette numérisation. Pourquoi celle-ci particulièrement ? Parce que l’éditeur, Wolf, propose une longue préface de 56 pages (en latin, bien entendu) où se trouvent recensés nombre d’ana.

Ces premiers titres en tête, j’ai ensuite ouvert mon édition (numérique) du Brookiana, que l’on sera peut-être heureux de connaître sous son titre complet : Brookiana. Il comporte lui aussi une recension, plus brève que celle de Wolf, parce qu’en substance, dans de nombreux ouvrages britanniques, c’est la préface de Wolf qui est traduite en anglais après avoir été condensée. La dernière étape de cette bibliographie indicative a été de consulter un opuscule du dix-neuvième siècle, également numérisé, Bibliographie des ouvrages publiés sous le nom d’ana; accompagnée de notes critiques, historiques et littéraires; par P. Namur, Docteur en philosophie et lettres et conservateur-adjoint de la Bibliothèque Royale de Bruxelles (décidément, la Belgique).

La bibliographie de Namur, à ma connaissance, est une des plus complètes. Un peu trop complète, même. Namur semble parfois procéder comme un programme informatique, c’est-à-dire, bien entendu, bêtement : il recense tous les ouvrages dont le titre se termine en –ana, sans se rendre compte parfois qu’il s’agit du nom d’un personnage fictionnel, comme cette « nouvelle polonaise » publiée à Paris en 1801 et intitulée Ouliana. Mais même après un premier écrémage destiné à ôter tout ce qui ne m’intéressait pas, c’est-à-dire tout ce qui ne relevait pas du genre du recueil d’ana, je me trouvais malgré tout avec plus d’une centaine de titres, peut-être deux cents. Il eût été fort peu pratique de repasser sans cesse du PDF de Namure à l’outil que j’allais utiliser ensuite : j’avais besoin d’une note rapide, fluide, sans latence, où je pouvais me contenter de récupérer en un clic un titre d’ouvrage. Dans ma barre d’icônes, l’éléphant d’Evernote était là qui me tendait sa trompe tentatrice.

Comment je connus le Milieu

J’avais mes titres. Il n’était pas trop tard pour rejoindre le chemin de la vertu. À raison de quelques centaines d’heures de travail et de quelques milliers d’euros, je pouvais localiser, dans les fichiers cartonnés de la Bibliothèque National,e chacun des ouvrages, puis me transporter sur les lieux où ils étaient conservés, vérifier s’ils rentraient ou non dans le projet qui était le mien et, le colloque étant passé, télégraphier mon texte pour les actes, si toutefois il était encore temps.

Ma décision fut bien plus sinistre : elle fut paresseuse, technologique et allemande. Je me transportai vers le Karlsruhe Virtual Katalog, affectueusement surnommé KVK, un outil dont Francis Goyet (j’accuse !) avait vanté les mérites lors de la dernière séance du séminaire RARE, où l’on fait, soit dit en passant, un usage soutenu des éditions numérisées. Vous voyez que ce n’est pas ma faute : je grandis dans un environnement des plus défavorables.

Le KVK est un catalogue des catalogues, un métacatalogue qui fouille dans tous les catalogues pour trouver la perle rare. Avec le KVK, je m’épargnais des milliers d’euros et des centaines d’heures, je me privais de la satisfaction du travail rudement accompli et, en sélectionnant toutes les entrées de la section numérique, je téléchargeai successivement les titres recensés dans Evernote.

Tous n’étaient pas là, bien sûr. Fort heureusement, certains ouvrages sont encore préservés du rayon mortifère du scanner numérique et d’autres, ou ont disparu de la circulation, ou n’ont tout simplement jamais existé. J’en ai cependant récupéré environ soixante-dix, en comptant les réimpressions (le même texte, à l’identique, à une date ultérieure, éventuellement avec une page de titre différente) et les rééditions (le même texte, mais avec de nouveaux éléments). Dans ce matériau encore brut, j’ai procédé à une nouvelle sélection, en écartant tous les recueils qui ne concernaient pas une personnalité historiquement attestée, par exemple le Jocrissiana ou l’Arlequiniana, consacrés à des personnages comiques, les Vasconiana, compilation de gasconnades ou encore les Balourdisiana, ouvrage contre-révolutionnaire dont le titre est des plus transparents.

Le corpus final est constitué de 51 exemplaires pour une quarantaine de textes différents. Ils couvrent les dix-septième, dix-huitième et dix-neuvième siècles et présente une forte prédominance du français, suivi de loin par l’anglais et d’encore plus loin par le latin quoique certains des textes les plus importants, on l’a vu, soient effectivement rédigés dans l’une ou l’autre de ces deux langues. Les préfaces, avertissements ou épitres dédicatoires couvrent de deux pages, pour les plus brèves, par exemple celles de Cousin d’Avalon, à cinquante-six pages pour celle de Wolf.

Comment je vais recruter des complices

Un pareil corpus, qui peut sembler dérisoire quant on le compare à l’amplitude des études de cas dans d’autres disciplines, dérisoire, même, à l’égard de ce qui se trouve dans d’abondantes bases de données virtuelles  sur la littérature comme Theaville, est en fait assez important pour un genre tout à fait mineur de siècles qui pré-datent toute entreprise d’archivage instituée de quelque ampleur. Il offre une occasion unique de procéder à une étude significative de certains phénomènes.

L’un d’entre eux est, par exemple, le rôle du discours préfaciel dans la constitution d’un genre problématique. Sans rentrer dans les détails de ce qui fera une bonne partie de ma conférence, la semaine prochaine, à Liège, je dirai simplement que les préfaciers des ana citent beaucoup leurs prédécesseurs ; de toute évidence, l’un des points problématiques est la constitution du recueil d’ana en genre. Pour se rendre compte de l’importance de ce phénomène récurrent, un bon moyen est de proposer un tableau à double entrée ou un graphique reliant les citeurs aux cités (tout serait évidemment beaucoup plus simple avec des pings).

À cela on peut encore joindre un graphique de l’évolution du volume de parutions par moitié de siècles, pour mesurer la particularité de l’entreprise commerciale d’un Cousin d’Avalon, qui inonde le marché au début du dix-neuvième siècle, et vérifier l’affirmation des préfaciers quant à une période creuse à partir des années 1720. On peut aussi représenter les volumes linguistiques, qui devraient établir l’existence d’une tradition française beaucoup plus solide que sa contrepartie britannique.

On l’aura deviné : un nouvel abîme s’est ouvert sur mes pieds. Je pourrais courir à la papèterie pour acheter un compas à tracer des camemberts et me précipiter chez le marchand de jouets pour mettre la main sur un boulier, mais au lieu de cela, j’utilise bêtement une feuille de calcul. Je pourrais imprimer un exemplier de dix pages en cinquante exemplaires, mais au lieu de cela, je prépare lâchement un diaporama — cet outil aux influences perverses qui, depuis sa si récente invention dans les années 1950, n’a cessé de précipiter le déclin intellectuel de la civilisation.

Cette autocritique ne serait enfin pas complète si je n’avouais non seulement mes crimes passés mais mes sombres projets pour l’avenir. Je le reconnais donc : plutôt que de recopier à la main en cinquante exemplaires (toujours, je suis ambitieux) les cinquante-et-un ana dont il sera question, plutôt, même, que de les photocopier, ce qui représenterait donc 2550 ouvrages, soit à raison de 300 pages en moyenne par ouvrage, 765 000 pages, plutôt, enfin, que de transporter ces 4 000 kilogrammes de papier dans ma valise, peut-être parce que je doute de ma musculature, j’ai prévu de subvertir mes semblables en faisant tourner une clé USB dans l’assistance, comme un joint dans une réunion de hippies.

***

En guise de conclusion à cet utile avertissement, je propose de méditer l’animalière sagesse que l’on trouve à la première page des Chants de Maldoror :

La grue la plus vieille et qui forme à elle seule l’avant-garde, voyant cela, branle la tête comme une personne raisonnable, conséquemment son bec aussi qu’elle fait claquer, et n’est pas contente (moi, non plus, je ne le serais pas à sa place), tandis que son vieux cou, dégarni de plumes et contemporain de trois générations de grues, se remue en ondulations irritées qui présagent l’orage qui s’approche de plus en plus. Après avoir de sang-froid regardé plusieurs fois de tous les côtés avec des yeux qui renferment l’expérience, prudemment, la première (car, c’est elle qui a le privilège de montrer les plumes de sa queue aux autres grues inférieures en intelligence), avec son cri vigilant de mélancolique sentinelle, pour repousser l’ennemi commun, elle vire avec flexibilité la pointe de la figure géométrique (c’est peut-être un triangle, mais on ne voit pas le troisième côté que forment dans l’espace ces curieux oiseaux de passage), soit à bâbord, soit à tribord, comme un habile capitaine ; et, manœuvrant avec des ailes qui ne paraissent pas plus grandes que celles d’un moineau, parce qu’elle n’est pas bête, elle prend ainsi un autre chemin philosophique et plus sûr.

(J’ai copié/collé ce texte depuis un site hébergé par l’Université de Paris 3.)

Image

Alain Ayroles, Jean-Luc Masbou, De Cape et de Crocs Acte III : l’Archipel du Danger, Paris : Delcourt, 1998. p. 32

En juin sur Contagions : des séries, des ana, des auteurs

juin

Comme de petites fleurs sauvages sur les bordures herbeuses des pistes cyclables, les plages de couleur éclosent un peu partout sur les jours de mon mois de juin : c’est le cycle saisonnier des colloques, ceux auxquels on participe, ceux auxquels on assiste, quand les beaux jours répondent aux pluvieuses rencontres du mois d’automne. Au rythme de ces tribulations, Contagions prendra sans doute un peu de vacances : sauf les longues heures de correspondances dans les gares TGV au charme grisâtre et industriel, je n’aurai sans doute pas le loisir d’écrire aussi régulièrement. En attendant, voici un bref aperçu de ces tribulations estivales.

Grenoble, 28 mai 2013 : Journée de la recherche

Rencontre annuelle de l’Université Stendhal — Grenoble 3, la journée de la recherche permet aux membres titulaires des diverses équipes de recherche de présenter leurs travaux à l’ensemble des personnels universitaires. Elle est conçue comme une occasion pour les centres aux perspectives disciplinaires et historiques différentes, qu’aucun colloque ne saurait réunir ensemble, de se rencontrer. Le programme de cette année est bien entendu en ligne.

Bordeaux, 30 et 31 mai : Un imaginaire politique, l’apocalypse

Ce colloque dont on peut consulter encore l’appel à contributions et désormais le programme réunira des interventions aussi bien littéraires que cinématographiques et télévisuelles. Le thème est de plus en plus populaire, singulièrement dans le champ contemporéaniste. Les 4 et 5 novembre 2011, l’école doctorale 120 de l’université de Paris 3 organisait les journées d’études « Fin(s) du monde », soit la même année que « Visions d’Apocalypse », la graduate conference des études francophones l’université de Cambridge ; un an plus tard, le 10 novembre 2012 à la Roche-Guyon se tenait la journée d’études « Présages, prophéties et fins du monde de l’Antiquité au XXIe siècle » et le colloque « Figures de l’apocalypse. La crise de la culture en Italie » de l’université de Nantes. Cette année, les 6 et 7 juin, à Bruxelles, aura lieu le colloque « Apocalyptique et figures du mal ».

Je proposerai à Bordeaux une intervention intitulée « L’agir humain et les apocalypses dans les séries télévisées : une étude comparée de Buffy the Vampire Slayer, Supernatural et Doctor Who », qui prolongera des observations indiquées marginalement dans mon article « Le mythe herculéen dans trois séries américaines : Supernatural, Buffy the Vampire Slayer et The X-Files » (e-lla, 2012) et précisera la problématique délimitée dans mon article « Fantastique, science-fiction et résolution individualiste des crises globales dans les séries télévisées étasuniennes de 1990 à nos jours » (Magazine de la communication de crise et du sensible, 2013). 

Grenoble, 4 juin : Journée de la valorisation en LLASHS

Comprendre lettres, langues, arts, sciences humaines et sociales. L’une des préoccupations constantes de l’école doctorale 50 et de son conseil a été de favoriser l’ouverture de ces disciplines vers l’extérieur de l’université ; cette préoccupation, qui l’a conduite à proposer à ses doctorants des formations aussi bien à la vulgarisation scientifique qu’à l’insertion professionnelle (en partenariat avec l’association ValoriDoc), s’exprimera dans cette journée faite à la fois de bilans et de perspectives. On peut en consulter le programme.

Grenoble, 5 juin : Journée doctorale du LIRE

L’UMR Littérature, Idéologies et Représentations, dont je fais partie, est une structure mixte de recherche, sise à Lyon et à Grenoble. Le pôle grenoblois organise ces journées doctorales, comme le font d’ailleurs la plupart des centres de recherche en lettres de l’université Stendhal. Les doctorants y sont invités à exposer leurs recherches, préparer leur soutenance ou présenter une communication en lieu avec leurs travaux, devant les membres titulaires de l’équipe, ainsi que les enseignants-chercheurs et les étudiants qui souhaiteraient y assister.

On peut consulter (toujours) le programme de cette année. Sous le titre « Construire l’auteur à l’époque moderne et contemporaine : enjeux éditoriaux, enjeux interprétatifs », je poserai pour ma part la problématique d’ensemble de ma recherche sur l’auctorialité, dont ma thèse sur les logiques d’attribution textuelle à l’époque moderne est une partie. Il s’agira d’examiner l’utilité, pour différents acteurs culturels, de la représentation de l’œuvre comme produit d’un auteur.

Grenoble, 7 et 8 juin : Journées d’études du RARE

L’équipe Rhétorique de l’Antiquité à la Révolution, dont je fais partie (aussi), se consacre depuis de nombreuses années désormais à l’étude des commentateurs de rhétorique de l’Ancien Régime, afin de reconstruire de l’intérieur l’architecture conceptuelle de la rhétorique, pour dépasser l’examen, souvent superficiel, des seuls traités de l’Antiquité. Ce projet de grande ampleur destiné à cartographier toutes les subdivisions de la rhétorique telle qu’elle est alors théorisée et pratiquée est mené grâce à un séminaire mensuel (dont on peut consulter les comptes-rendus rédigés par Francis Goyet) où se rencontrent pendant quatre heures les membres de l’équipe, afin de travailler de concert sur des textes écrits en latin et en français.

L’année est par ailleurs ponctuée de diverses manifestations, dont une traditionnelle journée d’études qui envisage la présence de la rhétorique chez l’auteur choisi par le programme de l’agrégation de lettres modernes pour représenter le dix-septième siècle (cette année, c’était donc Sévigné) et une double séance du séminaire, en forme de journées d’étude, au mois de juin, qui permet la rencontre avec d’autres équipes de recherche aux préoccupations voisines.

Dijon, 12, 13 et 14 juin : Sujet créateur et conscience d’auteur

Témoignage parmi bien d’autres de l’intérêt permanent pour la figure de l’auteur depuis le début des années 1990, ce colloque organisé par Jacques Poirier et Joël Loehr de l’équipe Textes-Discours-Représentations proposait dans son appel à contributions un cadrage plutôt conceptuel et théorique qui tranche avec les perspectives résolument historiques adoptées depuis quelque temps et assez souvent réservées à l’étude de l’époque contemporaine, une ambition théorique que reflète le programme établi par les organisateurs.

Pour ma part, dans la contribution « L’établissement a posteriori de l’auteur dans la littérature française du XVIIe siècle », je présenterai une partie de mes recherches de thèse en me concentrant sur les recueils d’ana, quelques correspondances et quelques notices biobliographiques parues dans les dictionnaires critiques ou historiques d’Ancien Régime. J’y soulignerai la permanence d’un geste attributif qui consiste à relier des œuvres anonymes et mal attribuées à leur auteur supposé véritable. À partir de ces observations, j’examinerai si le geste attributif a ou non des conséquences interprétatives, avant de tenter de proposer un mouvement réflexif à l’égard de nos pratiques contemporaines.

Liège, 26, 27 et 28 juin : Jeux et enjeux de la préface

Dans une perspective à la fois historique, rhétorique et sociocritique, l’université de Liège organise ce colloque dont on peut toujours consulter l’appel à contributions. Offrant de l’attention à une pièce liminaire souvent négligée par le lecteur un peu pressé, ces trois journées devraient permettre, je crois, de mettre en évidence la permanence de certaines stratégies au fil des siècles.

Pour ma part, dans « Les préfaces des recueils d’ana en France et en Angleterre aux XVIIe et XVIIIe siècles », je me concentrerai sur un genre précis et assez méconnu, que je viens d’évoquer à propos du colloque dijonnais : le recueil d’ana. Étudié d’un point de vue d’histoire éditoriale dans l’ample thèse de Francine Wild, Naissance du genre des ana, une thèse dont les conclusions devraient être en partie renouvelées à la publication de la thèse récemment soutenue par Karine Abiven sous le titre « L’anecdote ou la fabrique du petit fait vrai », le genre des ana est surtout utilisé, par les historiens de la littérature, comme une source.

Pour faire simple, il s’agit d’ouvrages dans lesquels sont recueillis les propos et anecdotes mémorables attribués à tel personnage fameux de la République des Lettres : Ménage, Segrais, Scaliger, Du Perron, Swift, etc. Les ana ont évolué depuis leur apparition au début du dix-septième siècle si bien qu’entre les premiers ana consacrés à Scaliger et les publications britanniques bien ordonnées du dix-huitième siècle, la forme paraît difficilement comparable. Cependant, les préfaces d’ana présentent la caractéristique remarquable de construire quasi obsessionnellement une histoire du genre, souvent pour s’en détacher : c’est cette stratégie un peu ambiguë que j’examinerai.

Paris, 5 et 6 juillet : PhiloSéries 5 — À la Maison Blanche

Cette cinquième édition des rencontres organisées par Sylvie Allouche, Sandra Laugier et Marjolaine Boutet, perpétue la tradition de PhiloSéries, qui ne joua pas un médiocre rôle dans le développement des études sur les séries télévisées en France. Instituées, du point de vue de la méthode, aux croisements des préoccupations de Sylvie Allouche, qui a soutenu récemment une thèse sur les potentialités philosophiques des récits science-fictifs, et de Sandra Laugier, dont on peut lire par exemple les réflexions sur Stanley Cavell dans l’ouvrage collectif Théories ordinaires paru cette année, les rencontres PhiloSéries seront cette fois l’occasion d’étudier l’œuvre d’Aaron Sorkin, scénariste majeur du paysage télévisuel étasunien, dont la dernière création, The Newsroom, s’achemine vers sa seconde saison.

The West Wing / À la Maison Blanche, qui contribua considérablement à asseoir la réputation de Sorkin pour le meilleur et le pire, propose le récit idéaliste et didactique des deux mandats du président fictif Josiah Bartlet à la tête de la Maison Blanche. Réputée autant pour ses tics stylistiques aisément reconnaissables et souvent parodiés, à l’instar du walk-and-talk que pour son contenu exigeant et parfois obscur, The West Wing reste pour l’heure largement inexploitée par la recherche universitaire.

Dans une communication intitulée « Enjeux et moyens de la fiction didactique dans The West Wing », j’examinerai les relais du scénariste au sein de la fiction et les références métatélévisuelles de la série, afin d’en dégager un projet explicite, assez proche du docere et placere classique, pour tenter de comprendre les procédés stylistiques qui permettent à Sorkin de mettre en place son entreprise didactique.

Image

Mon emploi du temps du mois de juin. En partie. Pour l’instant.