La Princesse de Clèves au cinéma

Le texte qui suit est la version enrichie de liens encyclopédiques de mon article : « Le transfert intersémiotique et l’altérité culturelle : examen des cinq longs-métrages consacrés à La Princesse de Clèves (Delannoy, Oliveira, Zulawski, Honoré et Sauder) ». Romanica Wratislaviensia 60 (2013) : 103-111. Même si cet article a été écrit en 2012, il continue à représenter mon avis sur ces questions. Il est complété par un article non-publié dans une revue mais disponible sur Contagions sous le titre Lire et interpréter La Princesse de Clèves dans la France des cités.

Continuer la lecture de « La Princesse de Clèves au cinéma »

Les documentaires diététiques à thèse

Depuis quelques mois, je me suis lancé dans un recherche consacrée aux émissions culinaires aux États-Unis. Je dirai sans doute un peu plus dans les mois à venir ce dont il y est question mais, pour l’heure, je voudrais évoquer une série de documents annexes que j’ai traités à cette occasion. Comme toute enquête, la mienne a petit à petit étendu son objet, jusqu’à trouver la frontière, souvent poreuse, entre ce qui relève ou non de sa question.

Continuer la lecture de « Les documentaires diététiques à thèse »

Lafayette, Segrais, Ménage et Huet

Le texte qui suit est celui d’un article que j’ai publié en 2014, dans un ouvrage intitulé Savantes femmes et citoyennes de Tendre en Europe (1607-1678) et dirigé par François Le Guénnec pour L’Harmattan. On le trouvera aux pages 107 à 120 de ce livre ainsi que sur HAL. Afin de faciliter le travail des professeurs et des étudiants qui travaillent cette année sur La Princesse de Clèves, je le mets ici en ligne, enrichi de liens encyclopédiques et de liens vers les articles cités, quand ceux-ci sont facilement disponibles en ligne, en accès ouvert.

J’attire l’attention des lecteurs sur le fait que l’article a été rédigé avant la publication du volume de La Pléiade consacré à Lafayette et qui contient la version la plus récente de sa correspondance. Il se fonde donc sur l’édition de ces lettres disponibles à l’époque, qui était déjà ancienne.

Continuer la lecture de « Lafayette, Segrais, Ménage et Huet »

La Princesse de Clèves au programme des Khâgnes

La Princesse de Clèves est au programme des classes préparatoires littéraires (PDF). Au jugé, il me semble que Lafayette est désormais l’écrivaine la plus souvent inscrite à des programmes d’examen et de concours. On se souvient qu’il y a deux ans, la pétition de Françoise Cahen pour la place des femmes dans les programmes littéraires avait profité à La Princesse de Montpensier. J’avais évoqué cette question déjà dans mon billet pour un programme alternatif de l’agrégation de lettres modernes.

Continuer la lecture de « La Princesse de Clèves au programme des Khâgnes »

Le plurilinguisme en Europe à l’époque moderne

J’ai publié récemment un article intitulé « Le plurilinguisme dans les Entretiens de Pierre Costar et Vincent Voiture », dans le cadre du volume collectif dirigé par Agnès Coussin et consacré au genre de l’entretien, au XVIIe siècle. Cet article s’inscrit dans une étude plus large de la construction éditoriale de l’œuvre de Vincent Voiture, développée dans l’un des chapitres de la troisième partie de ma thèse, ainsi que dans les articles « Beautés et défauts de Voiture. La Défense des ouvrages de M. de Voiture de Pierre Costar » et « L’usage de la correspondance dans les textes théoriques de l’époque moderne : le cas de la querelle de Costar-Girac dans les années 1650 ». Mais il participe aussi d’une recherche que j’ai commencé à mettre en place l’année dernière et qui prend la suite d’un certain nombre d’observations formulées dans la deuxième partie de ma thèse.

Continuer la lecture de « Le plurilinguisme en Europe à l’époque moderne »

The Cartography of Poland: A Conversation in Europe

I recently submitted in English a proposal for a mobility grant to study XVIIIth century maps of Poland. The proposal was sadly rejected, on grounds which could by themselves be the matter of a whole story. I will pursue this work nevertheless, most likely in French, and I therefore offer here the core text of my original proposal, as an introduction to this on-going research. I’ve removed only the previsional costs section and some considerations specific to the original institution calling for applications. I’ve also added links to some of the sources and works cited.

Continuer la lecture de « The Cartography of Poland: A Conversation in Europe »

Centres de recherche et archivage des documents non-scientifiques

Comme certains d’entre vous le savent déjà, je suis depuis quelques semaines chercheur au Centre de Civilisation Française et d’Études Francophones de l’Université de Varsovie. Le CCFEF (ou OKFiSF, en polonais) fait partie de ces organismes de recherches maintenus par la France à l’étranger, dans le cadre de sa politique diplomatique et de sa politique de recherche. Ces organismes peuvent avoir des missions, des tailles et des formes juridiques très diverses, les plus connus étant d’un côté les Écoles françaises et de l’autre les centres qui participent du réseau des IFRE, les Instituts Français de Recherche à l’Étranger.

Continuer la lecture de « Centres de recherche et archivage des documents non-scientifiques »

Le problème de la valorisation des époques

J’ai évoqué à plusieurs endroits la propension des sciences humaines et des études médiatiques à défendre leur discipline en défendant leur objet de recherche, c’est-à-dire à tenter de prouver leur valeur en tant qu’activité productrice de connaissances en prouvant celle de ce sur quoi elles produisent ces connaissances. Comme je l’avais dit à propos des Teletubbies, la situation est frappante pour l’étude des séries télévisées, où toutes les séries jugées médiocres ont été promptement évacuées à partir de la montée de ce que l’on pourrait appeller le paradigme Slayage, du nom de la revue consacrée à l’étude de Buffy the Vampire Slayer. Ce n’est à vrai dire qu’une variation des attitudes adoptées souvent en histoire de l’art et en études littéraires — dont le sous-genre académique de la défense des études littéraires est un cas frappant — mais qui touchent également d’autres domaines.

Continuer la lecture de « Le problème de la valorisation des époques »

Transferts linguistiques et réformes culturelles dans l’Europe du XVIIIe siècle

Comme certains le savent déjà, je suis depuis quelque temps chercheur assistant au Centre de Civilisation Française et d’Études Francophones de l’Université de Varsovie, où je travaille principalement sur la question de la culture francophone dans la République des deux Nations au XVIIIe siècle. Dans ce cadre, j’ai participé la semaine dernière à l’ouverture du colloque international « Translatio et histoire des idées », organisé par l’Institut de Linguistique Appliquée de l’Université de Varsovie, sous la direction d’Anna Kukułka-Wojtasik.

Continuer la lecture de « Transferts linguistiques et réformes culturelles dans l’Europe du XVIIIe siècle »

Avis de soutenance

Je suis heureux d’annoncer plus officiellement la soutenance de ma thèse de doctorat.

Avis de soutenance

François-Ronan Dubois
Chercheur Assistant à l’Université de Varsovie
Présentera les travaux de sa thèse de doctorat

L’Appropriation de l’œuvre
Instances et visées de l’attribution des œuvres à leur auteur dans la France de l’Ancien Régime
1645 — 1777

Thèse de doctorat
Lettres & Arts
Littératures française et francophone

Thèse dirigée par M. Yves Citton et Mme Christine Noille-Clauzade
Université Grenoble-Alpes

La soutenance se déroulera le vendredi 13 octobre 2017, à l’Université Grenoble Alpes dans la Petite Salle des Colloques au 621 Avenue Centrale, 38400 Saint-Martin-d’Hères, à partir de 13 heures.

Le jury est composé de :

  • Madame Christine Noille-Clauzade, co-directrice de thèse, professeure à l’Université Grenoble-Alpes
  • Monsieur Yves Citton, co-directeur de thèse, professeur à l’Université Paris 8
  • Monsieur Antoine Lilti, rapporteur, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • Madame Dinah Ribard, rapporteure, directrice d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • Madame Florence Magnot, examinatrice, professeure à l’Université Rennes 2
  • Monsieur Marc Escola, examinateur, professeur à l’Université de Lausanne

La table des matières et l’index de la thèse peuvent être consultés en ligne, tout comme un résumé et quelques notes de recherche. La soutenance sera suivie d’un thé d’honneur, rendu hélas modeste par les contraintes géographiques. La soutenance est publique et chacun y est cordialement invité.

L’Appropriation de l’œuvre — Sommaire & Index

Comme je l’ai annoncé ici au mois d’avril, je soutiendrai le 13 octobre de cette année, à Grenoble, ma thèse de doctorat en littérature française et, plus particulièrement, en histoire littéraire. Elle a été dirigée par Yves Citton et Christine Noille-Clauzade ; son jury sera composé de Marc Escola (Université de Lausanne), Antoine Lilti (EHESS), Dinah Ribard (EHESS) et Florence Magnot (Université Rennes 2). Sous le titre « L’Appropriation de l’œuvre — Instances et visées de l’attribution des œuvres à leur auteur dans la France de l’Ancien Régime (1650-1777) », elle propose un parcours de la propriété littéraire de la première modernité à l’aune de l’histoire du livre, de l’histoire du droit et de l’histoire littéraire.

Continuer la lecture de « L’Appropriation de l’œuvre — Sommaire & Index »

Le comique Alexis Piron

Il y a plus de perles dans le rayon « Humour » d’une librairie que dans les bassins d’un ostréiculteur spécialisé. Perles de psychiatre et perles de prof’, perles de comptoir et perles d’expert-comptable : chacun y va de son bon mot. Dans le rayon « Humour », on trouve aussi des livres de comique : le comique est une personne spécialisée dans les choses drôles, qui dit et écrit des choses drôles, sur la scène, à la télévision, parfois au cinéma. Le comique se présente en spectacle, pour faire des bons mots et raconter des histoires. Il semblerait que cette activité soit somme toute d’invention récente.

En réalité, par « comique », nous entendons aujourd’hui le plus souvent quelqu’un qui s’est spécialisé dans le stand-up et c’est cette activité particulière, propre, autant qu’on puisse en juger, à l’époque contemporaine, qui qualifie par excellence le comique, alors que celui-ci, auparavant, exerçait son art dans des œuvres de fiction, sur les planches du théâtre. Selon Jim Mendrinos, le stand-up apparait au milieu du XIXe siècle aux États-Unis mais il n’existe, à ma connaissance, aucune histoire satisfaisante de cet art.

Le stand-up se caractérise a priori par un plus grand engagement existentiel du comique dans son texte comique : c’est à la première personne le plus souvent qu’il fait ses remarques et raconte des histoires qui sont autant de commentaires sur l’existence réel. Cet engagement existentiel, perçu comme une caractéristique contemporaine, n’est pourtant pas l’apanage de notre époque et j’aimerais revenir ici sur l’une des sources que j’étudie dans ma thèse, les recueils d’ana, et en particulier à un recueil consacré à un auteur français du XVIIIe siècle, Alexis Piron.

Comme je l’ai déjà expliqué sur ce carnet, les recueils d’ana sont un genre littéraire de l’époque moderne, qui se poursuit jusqu’en 1830 à peu près, et où des anecdotes, des citations et des remarques sont attribuées à une figure centrale, généralement un écrivain ou un politicien important. Théoriquement, ces différents éléments sont récoltés par les familiers du grand homme et rassemblés en hommage après son décès mais, peu à peu, à cause d’un succès de librairie, on se met à fabriquer des recueils d’ana de toute pièce, dont certains fonctionnent comme les perles de nos librairies contemporaines.

L’un de ces recueils est consacré, en 1800, par Cousin d’Avalon, à Alexis Piron, sous le titre Pironiana, ou Recueil Des aventures plaisantes, bons mots, saillies ingénieuses, etc. d’ALEXIS PIRON, et publié à Paris, chez Vatar-Jouannet et Pigoreau. Cousin d’Avalon est le spécialiste de l’ana au XIXe siècle et quasi le seul à perpétuer un genre dont il fait son fonds de commerce. Il procède parfois en rassemblant des citations de sources imprimées et d’autres fois en inventant. Ses recueils n’ont pas grand-chose à voir avec les recueils commensaux qui marquent la naissance du genre, au début de l’époque moderne : ils tiennent le plus souvent d’une anthologie posthume de certains auteurs classiques.

Alexis Piron, quant à lui, est un auteur du XVIIIe siècle, mort en 1773, qui s’est fait une spécialité de l’opéra-comique, des chansons, des comédies et des épigrammes, quoiqu’il ait bien écrit une tragédie, Gustave Wasa, en 1733, pour la Comédie-Française. Pour le XIXe siècle, Piron est une figure marquante du siècle précédent et le type même de l’auteur comique qui amuse par son génie personnel et non par l’effet d’un travail laborieux. Pour Sainte-Beuve, le talent de Piron en matière de comédie est même atavique. Dès son vivant mais plus encore au siècle suivant, Alexis Piron devient un personnage comique, plutôt qu’un auteur, un peu à la manière d’un Arlequin.

Arlequin a lui aussi droit à ses recueils d’ana, dès le XVIIIe siècle. C’est d’ailleurs l’un des tournants dans l’histoire du genre, qui se détache petit à petit de la collection plus ou moins attestée de propos réels à l’anthologie plaisante, dont la source peut être fictive. Le Pironiana est en tout point construit comme un recueil d’ana pour Arlequin et l’auteur comique devient personnage comique grâce à la disponibilité de cette figure dans la culture du temps en général et dans le genre des anas en particulier. Alexis Piron n’est plus comique par la vertu de son art, de sa technique : il est un comique, de manière existentielle.

Dans la « Vie » de Piron qui précède les anecdotes du Pironiana, le recueil joue encore sur les deux registres. Cette biographie sommaire commence en effet pour souligner que Piron a reçu une excellente éducation classique, rigoureuse et sévère, mais cette insistance sur la technique acquise au contact des chefs-d’œuvre du passé, qui ne sont évoqués que du point de vue de leur austérité, ne sert guère qu’à mettre en évidence le caractère propre du comique, qui ne se laisse pas entamer par ces activités érudites et fastidieuses.

Finalement, si Piron est talentueux dans son domaine, ce n’est pas grâce à l’étude mais malgré elle et parce qu’il a bon naturel :

Son caractère franc et honnête, sa conversation pleine de sel et d’ingénuité, sa gaieté naturelle et soutenue, ses saillies toujours neuves et intarissables, le firent rechercher par ces sociétés formées sous les seuls auspices du plaisir et de la liberté. (5)

Avec le « caractère », l’« ingénuité », le naturel, tout est fait pour que le talent comique paraisse inné plutôt qu’acquis. Tout le reste de la « Vie » est pour dire combien Piron fut un grand homme, malgré une fortune parfois contraire, combien il fut reconnaissant envers les puissants et bienveillant envers ses contradicteurs. Bien sûr, il entre ici beaucoup de lieux communs, propres aux genres biographiques de l’époque moderne, mais l’auteur s’en sert pour construire une figure particulière, que le recueil va ensuite développer en l’illustrant.

Je donne ici quelques exemples de ce que l’on trouve dans le recueil, pour qu’on se fasse une idée du genre du recueil d’ana en ce début de XIXe siècle.

Parlant d’un journaliste qui ne passait pas pour modeste, et dont le maintien annonçait la hauteur. Piron disait : Son visage appelle les soufflets.

Robbé lisant un jour son poëme de la vérole à Piron, celui-ci lui dit avec vivacité : — Monsieur, vous me paraissez plein de votre sujet. (89)

Piron ayant plaisanté assez vivement un homme qui n’entendait pas raillerie, celui-ci se fâcha et lui demanda raison de ses sarcasmes. A la bonne heure, dit Piron. Les champions partent pour aller se battre hors Paris. Piron, à demi-chemin s’arrête (la soif le pressait), il entre dans le premier endroit, et y boit abondamment de la bière. Son camarade, toujours marchant, s’excède de fatigue, et tout en sueur, se retourna enfin pour voir si son adversaire le suit. Point de Piron. L’homme court de plus belle, vole à la découverte : mais c’est inutilement. Harassé, il rentre chez lui, et meurt en deux jours d’une fluxion de poitrine. Piron en fut instruit. Quelque temps après plusieurs personnes lui demandèrent malignement des nouvelles de son affaire. — Comment vous en êtes-vous tiré avec un tel, lui dirent-elles ? — Fot bien, répondit Piron, je l’ai enrhumé. (107)

Piron avait coutume d’aller presque tous les matins au bois de Boulogne, pour y rêver à son aise. Un jour il s’y égara, et n’en sortit qu’à quatre heures du soir, si las de sa promenade, qu’il fut obligé de se reposer sur un banc tenant à un des pilliers de la porte. A peine est-il assis, que, de droite et gauche, il est salué par tous les passans qui entraient et sortaient à pied, à cheval, ou en voiture. Piron d’ôter son chapeau, plus ou moins bas suivant la qualité apparente des personnes. — Oh ! oh ! disait-il en lui-même, je suis beaucoup plus connu que je ne le pensais ! Que M. de Voltaire n’est-il ici, pour être témoin de la considération dont je jouis en ce moment ! lui, devant lequel je me suis presque prosterné ce matin, sans qu’il ait daigné autrement y répondre que par un léger mouvement de tête !
Pendant qu’il fait ces réflexions, le monde allait et venait à-la-fois, tant qu’à la fin l’exercice du chapeau devint très fatiguant pour Piron : il l’ôta tout-à-fait, se contentant de s’incliner devant ceux qui le saluaient.
Une vieille survient qui se jette à ses genoux, les mains jointes. Piron surpris et ne sachant pas ce qu’elle veut : — relevez-vous, lui dit-il, bonne femme, relevez-vous ; vous me traitez en faiseur de poëme épique ou de tragédie, vous vous trompez, je n’ai pas encore cet honneur-là ; je n’ai fait parler jusqu’à présent que des marionnettes. Mais la vieille restant toujours à genous sans l’écouter, Piron croit apercevoir qu’elle remue les lèvres, et qu’elle lui parle, il se baisse, s’approche et prête l’oreille. Il entend en effet qu’elle marmotte quelque chose entre ses dents : c’était un ave qu’elle adressait à une image de la Vierge, placée directement au-dessus du banc où Piron était assis. Alors il lève les yeux et voit que c’est à cette image que s’adressaient aussi tous les saluts qu’il avait pris pour lui. — Voilà bien les poëtes, dit Piron en s’en allant, ils croient que toute la terre les contemple, ou qu’elle est à leurs pieds, quand on ne songe pas seulement s’ils existent ! (73-75)

Les études sur Magic: The Gathering

Depuis quelques semaines, je prépare un article sur la représentation de la science dans Magic: the Gathering, un jeu de cartes à collectionner que j’avais déjà évoqué dans un précédent billet consacré à l’Antiquité et le Moyen-Âge dans les jeux de société contemporains. Assurément l’ancêtre, le plus célèbre et le plus prolifique des collectible/trading card games, Magic domine depuis 1993 un marché qui n’a cessé de se diversifier ces vingt dernières années. Fort de son succès, le jeu est devenu une franchise transmedia, avec des comics, des jeux vidéos, des nouvelles et des romans, peut-être bientôt un film.

Dès 2005, Hasbro, qui avait racheté en 1999 Wizards of the Coast, la société à l’origine de Magic, affirmait que ce jeu était devenu sa meilleur vente, devant le Monopoly, le Trivial Pursuit et le Cluedo. Aujourd’hui, le jeu dispose d’un circuit professionnel avec de nombreux tournois mondiaux, en Asie, en Europe et en Amérique. Dans ce contexte, Magic a paru digne d’intérêt aux chercheurs à quatre titres : du point de vue de la théorie des jeux et des résolutions automatiques, du point de vue de l’imaginaire et des représentations, du point de vue de la sociabilité entre les joueurs et, enfin, du point de vue de son marché secondaire.

Sans être considérable, la bibliographie universitaire consacrée à Magic n’en est pas pour autant anecdotique et je voudrais en proposer un bref aperçu ici, pour montrer quels terrains divers restent encore à explorer aux études de jeux, au-delà des jeux vidéos qui, jusque là, continuent à tenir le haut du pavé. On verra au demeurant que c’est aussi en tant que Magic peut être réduit à un jeu informatique, c’est-à-dire à un jeu où les informations peuvent être traitées par un joueur non-humain, qu’il a attiré l’attention de certains commentateurs.

Par exemple, Ward et Cowling en 2009, dans leur présentation intitulée « Monte Carlo search applied to card selection in Magic: The Gathering », donnée à Milan au congrès « Computational Intelligence and Games », ont proposé d’appliquer la recherche arborescente Monte Carlo ou Monte Carlo Tree Search (MCTS), connue pour son succès au go notamment, à une version réduite du jeu. Ward a développé ses résultats avec Powley en 2012, dans une autre conférence, « Determinization in Monte Carlo Tree Search for the Imperfect Information Card Game Magic: The Gathering ». Les chercheurs ont entrepris de prouver l’efficacité de la MCTS grâce à des simulations et à des confrontations avec des joueurs humains de niveaux divers, pour des résultats qui, il faut bien l’admettre, laissent largement à désirer.

Comme bien des articles en réalité, les recherches de Ward et de ses confrères tendent à réduire la complexité du jeu, qu’il s’agisse du système de jeu lui-même, de son histoire, de la diversité des représentations ou des modes de sociabilité entre joueurs. Les recherches sur la MCTS appliquée à Magic ne se concentrent ainsi que sur une infime partie des interactions possibles entre les joueurs, à savoir les combats de créatures, qui peuvent être entièrement absents de certains modes de jeu.

De la même manière, les recherches culturalistes, interprétatives ou thématiques — selon le nom qu’on voudra leur donner — travaillent elles aussi souvent sur un échantillon réduit de cartes, dont elles prétendent tirer des conclusions générales. C’est le cas de Meggie Rosar Fornazarì dans « Magic The Gathering sob a ótica da Gramática Visual », qui veut établir la grammaire visuelle du jeu à partir d’une approche restreinte à quelques éditions de base, sachant que le jeu est enrichi, chaque année, de plusieurs éditions, depuis près de 25 ans. Dans « Jeu et fiction dans un jeu de cartes à collectionner : le cas Magic : l’Assemblée » Pierre Cuvelier propose en 2011, pour la revue Strenæ, un échantillon plus large mais qui demeure très restreint.

Le jeu se trouve ainsi souvent réduit à un imaginaire classique de fantasy, plus ou moins informé par la mythologie. L’extension Theros, inspirée par la mythologie grecque, semble surtout avoir retenu l’attention, avec l’article « The Recontextualization of the Kraken in Popular Culture, from Class of the Titans to Magic: The Gathering » de Stian Sundell Torjussen dans New Voices in Classical Reception Studies, en 2016 ou celui de Rosar Fornazari et Barbosa Macedo, « Gender Representation in Trading Card Games: Women and Men in “Magic: The Gathering” », pour Estudos Anglo-Americanos, la même année. Ces études, qui ont le mérite de montrer de quelle manière un TCG est susceptible de se réduire à des grilles de lecture importées, ne sauraient être entièrement satisfaisantes.

La sociabilité entre les joueurs n’a elle-même été que partiellement étudiée, dans des textes qui ont surtout eu pour objet de vanter les mérites de la diversification des services et des activités dans les bibliothèques, qu’elles soient communautaires ou universitaires. Plusieurs bibliothèques paraissent ainsi s’être reposées sur les jeux vidéos et Magic pour attirer un public différent, comme l’exposent par exemple Vanden Elzen et Roush dans « Gaming Programs for Impactful Outreach and Instruction at an Academic Library » (Library Trends, 2013) ou encore Jenny Levine dans « Libraries, Videogames, and Civic Engagement » (Library Technology Reports, 2009). Rares sont les observations sur les joueurs professionnels ou, ce qui serait aussi significatif, sur les joueurs dans les local game stores, quoiqu’il faille signaler l’article de J. Patrick Williams, « Consumption and Authenticity in the Collectible Strategy Games Subculture » (Gaming as Culture, 2006).

Enfin, l’économie secondaire de Magic a attiré l’attention à la fois du point de vue des enchères lors de la revente de cartes unitaires en ligne et de celui de la vente des modifications artistiques. C’est David Lucking-Reiley qui a surtout travaillé sur le premier point, par exemple dans un article de 1999 pour l’American Economic Review, « Using Field Experiments to Test Equivalence between Auction Formats: Magic on the Internet ». On doit à Aaron Tramell un article stimulant sur les implications juridiques du second point, « Magic Modders: Alter Art, Ambiguity, and the Ethics of Prosumption » (Journal of Virtual Worlds Research, 2013).

Comme c’est ordinairement le cas des objets qui émergent dans le champ académique sans parvenir à se constituer comme domaine de recherche à part entière et jouir, partant, d’une certaine récurrence et donc d’une force cumulative des études, Magic sert ainsi souvent à des exercices d’application théoriques, du reste souvent tout à fait dignes d’intérêt, et se trouve raboté au besoin pour constituer un bon cas d’école. De façon symptomatique, le jeu est parfois considéré comme le TCG typique, dont l’évocation vaut pour tous les jeux du même domaine, comme chez Darryl Woodford dans « Governance challenges in the global games industry » (2013) ou encore chez Lundgren, Bergström et Björk, dans « Exploring Aesthetic Ideals of Gameplay » (2009).

Les lecteurs curieux pourront se faire une idée des enjeux à partir de la bibliographie indicative suivante. La plupart des textes est facile à se procurer.

Bibliographie indicative sur Magic: The Gathering

  • Bisz Joe. « The birth of a community, the death of the win; player production of the Middle-Earth Collectible Card Game ». Transformative Works and Cultures 2 (2009) : en ligne.
  • Brett Martin. « Using the imagination: consumer evoking and thematizing of the fantastic imaginary ». Journal of Consumer Research 31.1 (2004) : 136-149.
  • Carter Marcus, Gibbs Martin et Harrop Mitchell. « Metagames, Paragames and Orthogames: A New Vocabulary ». FDG 12, Raleigh, 29 mai au 1 juin 2012.
  • Chatterjee Krishnendu et Ibsen-Jensen Rasmus. « The Complexity of Deciding Legality of a Single Step of Magic: the Gathering ». ECAI (2016) : 1432-1439.
  • Chen Peayton, Kuo Rita, Chang Maiga et Heh Jia-Sheng. « Designing a Trading Card Game as Educational Reward System to Improve Students’ Learning Motivations ». Transactions on Edutainment III (2009) : 116-128.
  • Costikyan Greg. « Game Styles, Innovation, and New Audiences: An Historical View ». Changing Views — Worlds in Play. Proceedings of DiGRA 2005.
  • Cowling Peter I., Ward Colin D. et Powley Edward J. « Ensembel Determinization in Monte Carlo Tree Search for the Imperfect Information Card Game Magic: The Gathering ». IEEE Transactions on Computational Intelligence and AI in Games 10.10 (2012).
  • Cuvelier Pierre. « Jeu et fiction dans un jeu de cartes à collectionner : le cas de Magic : l’Assemblée ». Strenæ 2 (2011) : en ligne.
  • Descampes Guillaume et d’Alcantara Ann. « Gaming as a therapeutic tool in adolescence: experience of Institutional Therapy of CThA, UCL, Brussels, Belgium ». Psychiatria Danubina 28.1 (2016) : 59-62.
  • Dubois Matthieu. « Imaginaire logocentrique et quête de performativité : Magic : l’assemblée ». Image & Narrative 16.3 (2015) : 90-99.
  • Fornazari Rosar Meggie et Barbosa Macedo Litiane. « Gender Representation in Trading Card Games: Women and Men in “Magic: The Gathering” ». Estudos Anglo-Americanos 45.1 (2016) : 154-174.
  • Fornazari Meggie. « Magic: The Gathering sob a ótica da Gramática Visual ». In-Traduções 5 (2013) : 13-28.
  • Galotti Kathleen M., Drebus David W. et Reimer Rebecca L. « Ways of Knowing as Learning Styles: Learning MAGIC With a Partner ». Sex Roles 44.7-8 (2011) : 419-436.
  • Ham Ethan. « Rarity and Power: Balance in Collectible Object Games ». Game Studies 10.1 (2010) : en ligne.
  • Levine Jenny. « Libraries, Videogames, and Civic Engagement ». Library Technology Reports 5 (2009) : 11-18.
  • Lucking-Reiley David. « Using Field Experiments to Test Equivalence between Auction Formats: Magic on the Internet ». The American Economic Review 89.5 (1999) : 1063-1080.
  • Lundgren Sus, Bergström Karl J., Björk Staffan. « Exploring Aesthetic Ideals of Gameplay ». Breaking New Ground: Innovation in Games, Play, Practice and Theory. Proceedings of DiGRA 2009, Londres, 1-4 septembre 2009.
  • Patrick Williams J. « Consumpting and Authenticity in the Collectible Strategy Games Subculture ». Gaming as Culture: Essays on Reality, Identity and Experience in Fantasy Games. Sous la direction de J. Patrick Williams, Sean Q. Hendricks et W. Keith Winkler. Jefferson : MacFarland & Co., 2006. 77-99.
  • Paul Christopher A. « Optimizing Play: How Theorycraft Changes Gameplay and Design ». Game Studies 11.2 (2011) : en ligne.
  • Pawlicki Matthew, Polin Joseph et Zhang Jesse. « Prediction of Price Increase for Magic: The Gathering Cards ». CS229 (2014), Stanford.
  • Sundell Torjussen Stian. « “Release the Kraken!” — The Recontextualization of the Kraken in Popular Culture, from Clash of the Titan to Magic: The Gathering ». New Voices in Classical Reception Studies 11 (2016) : en ligne.
  • Trammell Aaron. « Magic Modders: Alter Art, Ambiguity, and the Ethics of Prosumption ». Journal of Virtual Worlds Research 6.3 (2013) : en ligne.
  • Vanden Elzen Angela M. et Roush Jacob. « Brawling in the Library: Gaming Programs for Impactful Outreach and Instruction at an Academic Library ». Library Trends 61.4 (2013) : 802-813.
  • Ward Colin D. et Cowling Peter I. « Monte Carlo Search Applied to Card Selection in Magic: The Gathering ». CIG’09, Milan, 7-10 septembre 2009.
  • Woodford Darryl. « Governance challenges in the global games industry ». New Directions in the Development of Creative and Media Industries, Hong Kong, 7-8 juin 2013.