Le problème de la valorisation des époques

J’ai évoqué à plusieurs endroits la propension des sciences humaines et des études médiatiques à défendre leur discipline en défendant leur objet de recherche, c’est-à-dire à tenter de prouver leur valeur en tant qu’activité productrice de connaissances en prouvant celle de ce sur quoi elles produisent ces connaissances. Comme je l’avais dit à propos des Teletubbies, la situation est frappante pour l’étude des séries télévisées, où toutes les séries jugées médiocres ont été promptement évacuées à partir de la montée de ce que l’on pourrait appeller le paradigme Slayage, du nom de la revue consacrée à l’étude de Buffy the Vampire Slayer. Ce n’est à vrai dire qu’une variation des attitudes adoptées souvent en histoire de l’art et en études littéraires — dont le sous-genre académique de la défense des études littéraires est un cas frappant — mais qui touchent également d’autres domaines.

Continuer la lecture de « Le problème de la valorisation des époques »

Les séries au Festival du Film d’Amour

En février dernier, j’étais invité au Festival International du Film d’Amour de Mons pour animer une table-ronde autour des séries télévisées franco-belges. Y étaient conviés Dominique Besnehard pour la série Dix pour cent (France 2), Nathalie Basteyns, pour Beau Séjour (Één), Anthony Rey, pour La Trêve (La Une), Matthieu Frances, pour Ennemi Public et Élizabeth Bourgine, pour Meurtres au Paradis / Death in Paradise (BBC One). Avant cette table ronde, j’avais proposé ici un petit panorama des études sur la télévision belge francophone et je propose de revenir désormais sur ces quelques heures de discussion.

Continuer la lecture de « Les séries au Festival du Film d’Amour »

Les études sur la télévision belge francophone

Du 14 au 17 février, je serai au Festival International du Film d’Amour de Mons, où j’ai été invité à animer une table-ronde autour des séries télévisées de la Fédération Wallonie-Bruxelles. J’y accueillerai Dominique Besnehard pour la série Dix pour cent, Matthieu Frances, pour Ennemi Public, Anthony Rey, pour La Trêve, Nathalie Basteyns pour Beau Séjour et France Zobda. C’est l’occasion pour moi de donner ici un rapide aperçu de l’état des recherches sur la télévision en Belgique. Celles-ci sont riches et nombreuses et, quoiqu’elles se consacrent rarement de manière particulière à la fiction télévisuelle, elles permettent de décrire un contexte favorable à l’émergence de nouveaux programmes ambitieux et bien accueillis par la critique journalistique.

Continuer la lecture de « Les études sur la télévision belge francophone »

Carole Desbarats, The West Wing : Au cœur du pouvoir, PUF, 2016

À Noël, avant-hier (chacun son rythme), j’ai reçu un petit livre dont je me propose de faire ici la recension, puisqu’il a rapport avec l’une des séries que j’étudie de près dans Gouverner l’Amérique. Il s’agit de The West Wing : Au cœur du pouvoir de Carole Desbarats, paru aux PUF en août 2016. Il s’inscrit dans la série de monographies consacrées à des séries télévisées, dirigée par Tristan Garcia et Jean-Baptiste Jeangène Vilmer. La série représente le parti pris complémentaire de celui de la collection dirigée par Ioanis Deroide aux éditions Vendémiaire, en choisissant de publier des ouvrages consacrés à une série en particulier. Comme West Wing est la grande série politique étasunienne, c’est celui-ci qui a surtout retenu mon attention.

Continuer la lecture de « Carole Desbarats, The West Wing : Au cœur du pouvoir, PUF, 2016 »

Savoirs antiquisants dans les séries télévisées

Le mois dernier, l’association Antiquipop, dédiée à l’étude des références à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine, a annoncé sur son carnet le programme de ses activités pour l’année 2016-2017. En juin dernier, sur le même carnet, Fabien Bièvre-Perrin avait consacré un billet à Penny Dreadful, une série de John Logan, qui avait été aussi le scénariste du Gladiator de Ridley Scott et du Coriolanus de Ralph Fiennes. Alors qu’Antiquipop prépare un billet sur la place des représentations antiques chez Justin Bieber, je propose de revenir ici sur un aspect peu exploré de la présence de l’Antiquité dans la culture populaire et en particulier dans les séries télévisées : la représentation que celles-ci donnent des antiquisants, de leurs savoirs et de leur pertinence pour la société actuelle.

Continuer la lecture de « Savoirs antiquisants dans les séries télévisées »

Looking for the American Revolution on TV

(This note contains significant spoilers on The West Wing, United States of Tara, Buffy the Vampire Slayer and 30 Rock.)

Today, I’ld like to continue my series on Gouverner l’Amérique (Governing America), the book I’m writing on US televised political fiction for Vendémiaire, at the invitation of Ioanis Deroide. In a previous post I’ve already talked about how challenging writing on such a subject can be in the midst of a presidential election. In that post, I suggested it’s helpful to look at cultural trends in the long run, rather than to focus solely on the most contemporary context of current televised dramas. For instance, I’ve mentioned Capra’s Mr. Smith Goes to Washington as an important millstone in the history of American political fiction. Actually, my take on what would be to proper span for the historical context of American TV series is much wider than going back to the 1940s, and that’s why I’ll have a look at the American Revolution.

Although the American Revolution is certainly, with the Civil War, the most important set of events of the United States history, it seems to have attracted little attention from TV writers and producers. Indeed, if we turn our attention to the list of series about the American Revolution curated on Wikipedia, with the exception of TURN, we find only miniseries or short-lived attempts of a longer format. When I first started working on my book, based on the rise of interest for historical fiction on TV in the past two decades, I expected more significant material for the American Revolution. But does the lack of unequivocal historical fiction dedicated to the early modern days of the United States mean that the American Revolution is almost absent from television? As I researched the first chapter of my book, on the place of the Constitution in political fiction, I was led to a different conclusion.

Some series do indeed make a lot of references to the American Revolution, the Founding Fathers, and the Constitution. The West Wing is perhaps the program where one would be most likely to find them. After all, isn’t Zoe Bartlet, the daughter of President Bartlet, a Daughter of the American Revolution? Isn’t Jed Bartlet himself named after real-world Josiah Bartlett, signatory of the Declaration of Independence for the state of New Hampshire? As The West Wing also features a number of stories linked to the United States Supreme Court, the theme of the Constitution and the intent of the Founding Fathers is also often at the forefront of the drama. In season 1, episode 9, “The Short List”, aired in 1999, when a seat opens, the senior staff, prospective judicial nominees, and the President discuss the right of privacy, and how it may be expressed in the Constitution. Toby Ziegler, the Director of Communication, and Sam Seaborn, his deputy, as if often the case thorough the series, are proponents of a contextualized reading. The latter says the Founding Fathers “just fought a Revolution [and that] they had no question of their freedoms”, in response to an argument, made by a short-listed judge, against a right of privacy based on constitutional grounds. In season 6, episode 14, President Bartlet compliments Lawrence Lessig, a constitutional scholar whom he meets as Lessing is working with a Belorussian delegation to draft a new Constitution, calling him a “Founding Father for hire”.

But if one is to grasp the full importance of the American Revolution for contemporary television, it is perhaps worth the while to look beyond explicit references. It is for instance difficult to watch the Star Wars: The Clone Wars series, without wondering to what extend the war between the Confederacy of Independent Systems and the Republic is not only an obvious reference to the American Civil War, but also to the war for independence. By and large, science-fiction series such as Stargate SG-1, Star Trek, and Firefly, to say nothing of Kripke’s well titled Revolution, are rooted both in the Civil War and in the American Revolution mythologies. Yet, although the Frontier theme is well identified in contemporary American TV fiction, little attention is given to the actual historical context of the long, nation-building era between the 1770s and the late XIXth century. In fact, in collected essays with very promising titles, such as Goodrum’s and Smith’s Firefly Revisited, which opens with an article by Willis on “Frontier Fiction”, and Wilcox’ and Cochran’s Investigating Firefly and Serenity: Science Fiction on the Frontier, there’s not even much about the Frontier, beyond what is too often an academic exercise in postmodernism from the Buffy Studies circles.

Sometimes then, it may seem hope lies more with historians than television scholars. In a text about the use of pop culture references when teaching history classes, posted in The Junto, a group blog of early America historians, Benjamin Park, whose personal blog can be found here, seems more eager to unearth historical references in popular television than television scholars themselves. Works such as Fiona Hobden’s paper on Doctor Who serve to show how important are the contributions of historians to the field of television study, but these are too often reserved to historical fictions. We are led to believe that that contemporary television fictions are divided in two types: historical fictions for historians to analyze, on the hand, and on the other post-modernist fictions, burdened by their specific post-modernist problems, with no historical depths.

Yet, it seems obvious that 30 Rock, Tina Fey’s satirical sitcom where we follow a late-night comedy show crew, have something to say on nation building, with its two episodes on Abraham Lincoln (“Idiots Are People Two!” and “Idiots Are People Three!”) and its storyline about Tracy Jordan/Morgan being a descendant of Thomas Jefferson and Sally Hemings. These are two of the many instances where Tina Fey suggests, in 30 Rock, that the racial problem of contemporary America has something to do with the silencing of Black history from the Revolution to the Civil War. Of course, American history is not the only way in which 30 Rock adresses racial issues, but it is surely an important one. I would like to take another example on how American Revolution can be unexpectedly relevant on TV.

From 2009 to 2011, Showtime aired the comedy drama United States of Tara. Despite being the masterpiece of Toni Collette‘s television career as an actress, the show has not been granted a lot of attention by academic critics. United States of Tara, created by Diablo Cody, best known for being the screenwriter of Juno, follows Tara Gregson, a painter from Kansas City, and her family, composed of Max, her loving husband, and their two children, Kate and Marshall. Tara suffers from an extreme dissociative identity disorder, and exhibits several alternate personalities: Alice, the 1950s bigoted housewife, Bryce, a violent, sadistic male adolescent, Buck, the Vietnam veteran who’s lost his penis in battle, Chicken, a few years old little girl, Gimme, the embodiment of her primal instinct to pee on other people, Shoshana, a 1970s Jewish feminist psychoanalyst, and T, the hormone-driven teenaged girl. Tara, as well as many secondary characters, offers complex depictions of genders, sexualities, mental health, and social roles, but also a metaphorical portrait of contemporary America.

It is quickly established that Tara’s condition has been caused by an unknown traumatic event from her childhood, which has taken place, as we learn after many failed attempts at a therapy, during the 1976 Bicentennial commemorating the American Revolution and the birth of the Republic. It is thus suggested that the mental illness of the United States as a country is grounded in an unsaid original trauma of violence and division, which national celebrations of identity and cultural coherence fail to overcome. The divided states of Tara find no solution in the bigotry embodied by Alice, in the violent patriotism of Buck, in the consumerism of T, nor in the upper-class elitist intellectualism of Shoshana, because they’re all designed to escape, rather than to address, the violence history has left unspoken. In this overarching metaphor, the place reserved to the American Revolution is very small indeed, a little more than a cryptic allusion, but it is nevertheless very significant.

American televised fiction offers a wide variety of meditations upon the American Revolution, either explicit or implicit, easy to interpret or more indecisive. From the Black Jefferson of 30 Rock to the metaphor of Tara, from the “Pangs” (season 4, episode 8) of Buffy, where a British librarian fight with an American Jewish teenager over Thanksgiving while under siege by the spirits of Native American warriors, in front of a Scandinavian ex-demon, to President Bartlet asking if he could have taken Washington in a war (“Six Meetings Before Lunch”, season 1, episode 8), the American Revolution is everywhere to be found, if not at once seen, on television. It is to hope, then, that historians of early America find a way to work with television scholars to provide us with a comprehensive cultural understanding of contemporary fiction.

Écrire sur les séries politiques en période d’élections

Je suis en train d’achever la relecture de Gouverner l’Amérique, mon second ouvrage, consacré aux séries télévisées politiques, aux États-Unis, dont j’avais annoncé la mise en chantier ici l’année dernière, aux éditions Vendémiaire. Dans ce qui se rapproche désormais de sa forme finale, ce livre de petit format essaie d’identifier dans les fictions télévisées l’expression de grandes tendances idéologiques et politiques nationales dans le rapport à la religion, les médias, le pouvoir fédéral ou la Constitution, par exemple. S’il se concentre sur les développements de la fiction politique à partir de The West Wing, il comporte également un certain nombre de remarques sur des productions plus anciennes.

Continuer la lecture de « Écrire sur les séries politiques en période d’élections »

Méta-critique, méthodologie et anarchisme épistémologique

Il y a quelques semaines, dans un billet consacré à la franchise Law & Order : Special Victims Unit, j’évoquais ici une partie de mon travail sur l’interprétation : la méta-critique. C’est d’une certaine manière par la méta-critique que je suis entré dans la carrière académique, pour ainsi dire, il y a quelques années, avec un article sur la critique de La Princesse de Clèves, que l’on peut lire dans sa version enrichie sur ce carnet, un sujet sur lequel je suis revenu en août dans le billet sur l’attribution du roman à Lafayette. Dans le collectif Fictions médiatiques et récits de genre, dirigé par Anne Besson pour la Société Française de Littérature Générale et Comparée, vient de paraître mon article intitulé « Méthodes d’analyse formelle des séries télévisées : une mise en perspective méta-critique ».

Continuer la lecture de « Méta-critique, méthodologie et anarchisme épistémologique »

Autour de la critique universitaire de Law & Order: SVU

Le corps en lambeaux. Violences sexuelles et sexuées faites aux femmes vient de paraître aux Presses Universitaires de Rennes, sous la direction de Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Ludovic Gaussot, Marie-José Grihom et Myriam Soria. Il comprend les actes du colloque de Poitiers, tenu en novembre 2014, et qui avait été également présenté à l’Assemblée Nationale. J’y fais paraître un article intitulé « Les problèmes de l’analyse de la violence sexuelle dans les fictions de grande diffusion : le cas de Law & Order: Special Victims Unit » (293-301). Ce colloque faisait suite au Corps empoisonné, dont les actes sont parus chez Classiques Garnier et pour lequel on peut lire en ligne ma contribution sur Doctor Who.

Continuer la lecture de « Autour de la critique universitaire de Law & Order: SVU »

L’analyse structurelle d’ensemble dans l’étude de la télévision

La semaine dernière, l’émission Last Week Tonight de John Oliver sur HBO recevait 3 Emmys, la plus haute récompense professionnelle de la télévision américaine. Au total, le premium cable américain a récolté 22 awards, dont 12 pour le seul programme Game of Thrones. Si le succès de ce dernier est sans surprise, celui de John Olivier, dont l’émission a été acclamée par les critiques, a pu paraître plus surprenant, dans la mesure où Last Week Tonight était en compétition avec des grands noms du late night show et notamment le Tonight Show de Jimmy Fallon et le Saturday Night Live sur la NBC. On peut télécharger la liste des nominations pour toutes les catégories sur le site des Emmys. Le succès de Last Week Tonight est l’occasion de se pencher une nouvelle fois sur le concept de structure multiscalaire que j’ai proposé ici ou là pour l’analyse télévisuelle.

Continuer la lecture de « L’analyse structurelle d’ensemble dans l’étude de la télévision »

Why we should study Teletubbies

Teletubbies, Wobwruh69

When I was younger and my stepbrother was only a few years old, he would watch Teletubbies on CBeebies with what can only be described as a profound fascination, along with some version of Mitsubachi Māya no Bōken from Poland. As he grew older, he fortunately moved to what at that time I’ld deemed to be more intersting and stimulating shows, such as Thomas & Friends on Channel 5, what I believe was a rerun of Thunderbird on Cartoon Network and the rather colorful Balamory, back on CBeebies. Yet, as years went by, I remained deeply troubled by the Teletubbies and their predilection from seemingly pointless, repetitive documentaries. What was the point to show two or three times an episode the same documentary sequence? What on earth could the Teletubbies have been saying to one another, again and again, all these years? Later one, I discovered I hadn’t been the only one to have fallen prey to the powers of these creatures. Some people apparently thought they offer quite an enjoyable and possibly satanic psychedelic experience1 and actually went as far as to label club drugs after them2 — which, indeed, seems fitting. Many aspects of the show have now been underlined, by scholars and other critics, such as its materialistic depiction of social interactions and, of course, Tinky Winky relevance as an advocate for LGBT movements.

Still, in France, while studies on TV serials are an ever growing field of interest, children’s programming has garnered next to little attention. Overall, in international scholarship, even a well-known show such as Dora the Explorer has almost only motivated studies on a single aspect, that is, of course, its main character’s hispanic background3 Surely, Dora is more than the brown girl on American Television. There’s no denying that racial and ethnic depictions are an important aspect of contemporary American television4 but we should by no mean reduce the scope of our inquiries in such a program as Dora. Obviously, as Teletubbies once did, Dora the Explorer is doing some strange things to our television and asks from its viewers behaviors that have little to do with ordinary televisual experience. Of course, it’s always relevant to study such mediatic experiments in the context of children’s programming, perhaps because they indeed are programming children, but they could very well be studied in a wider perspective.

By and large, western animated television is usually only considered by academic scholarship in its relation to children’s programming. It is the case that Teletubbies offers to narratology strangest phenomenons than most of Game of Thrones episodes and yet I do not believe there ever was a study on the subject. Studies on animated television outside of the frame of children’s programming tend to be included in collective works on animated cinema. In the sixth issue of the Revue d’Études Culturelles devoted to postmodern animation for instance, one would find a paper on The Simpsons5 whereas no paper on animated television can be found in the leading French journal on serial television, TV/series. In fact, if compelling works in French already exist on animated television, such as Lallet’s thesis6 , this corpus seems to have great difficulty to make his way into the current academic field of serial television studies in France.

Although it is frustrating that no one seems to want to take seriously my Teletubbies induced childhood trauma, it helps to remind oneself that studies in children’s literature have long encountered similar difficulties. Admittedly, the problem is not quite solved but great progresses have been made towards the recognition of children’s literature as a dignified field of interest for grown men and women with PhDs. It’s unlikely that being an international expert on Teletubbies, Dora the Explorer and T’choupi et Doudou will ever give the same social prestige as leading the field of shakespearian stylistic. Yet, one can certainly hope that the study of animated series will one day encompass both a special interest in children’s programming and a wider work on serial television. It is to be expected that such an evolution will be brought through the study of animated shows aimed at older audiences, as Futurama or The Simpsons are already discussed with some enthusiasm in English-written papers. Yet, this would feel as kind of a drawback, for it would tend to demonstrate that animated television is worthy of interest because of the similarities it bears with other programs deemed more serious. I would rather have a massive influx of Franklin related papers in French serial television studies.

It is perhaps a lot to ask from a field that is still struggling for wide scholarly approval. Studies on serial television are indeed flourishing in France, but more often than not, papers and communications are relegated at the kids’ table of collective works and conferences workshops, along with videogame studies and sex stuff. In France, working on serial television can sometimes still be regarded as some sort of a second-rate track for trendy young people who can’t read latin. As somene who can read latin but also watch quite a lot of TV series (as well as, if it comes to that, porn), I’ve observed that I could be treated quite differently depending on wether I would present a paper for a pentalingual formal analysis of a XVIIth text nobody has read but me or one on a show everybody has watched. Being a porn or a TV series scholar is not always an ideal way to shine in academic cocktail parties. It is true, on the other hand, that one can be very well received by very serious people and that’s why there’s hope. Plus, working on porn attracts lots of Internet queries.

It is perfectly understandable that scholars would prefer to study those programs with cultural and aesthetics qualities easiest to underline. After all, being able to draw parallels between this or that show and Shakespeare or Beowulf is a good way to prove that one has received a true humanistic education, and such proofs are by no mean irrelevant to one’s academic career. It is also the case that we might find more pleasure in watching again and again episodes of Buffy, The West Wing or The Wire, than in what could only be described as binge-Teletubbies torture. It sure takes a special strength of will to watch pencil in hand all four seasons of Cow and Chicken and survive the bovine nightmares that would ensue. In a rather similar way, reasons like this explain why there is so many scholarly papers on Rabelais and not so much interest in Hubert van Giffen’s works. It’s easier and probably much healthier to confront cultural hierarchies while working on something one likes than on a mind-numbing corpus.

We should still study Teletubbies and all animated television and we definitely have to include animated series in our works on serial television. We should tried to understand what make T’Choupi so interesting, why Dora has so much trouble locating her monkey, and why Dipsy is so bad at putting on hats. We should probably also admit that older viewers that watch these programs alongside children are not spacing out for the time of the show, but rather experiment it in their own fashion. Put in an other way, we should be aware that if these shows are intended to captivate children, they’re also directed at parents, whom they tried to convince to let them captivate children. Even questions most narrowly framed by the children’s programming perspective bring new problems and these problems are a great way to investigate the whole of television. As painful as it could be, we should step up, and come forth in academic congresses, and say: I’m hear to talk to you about the feud that has been going for too long between Laa-Laa and Po.

  1. Agatha Cowart. « Time for Teletubbies: Childhood, Child Participation, and the Struggle for Meaning ». Mémoire de master. Denton : University of North Texas, 2003. PDF. 3-6. []
  2. JeanAnne Johnson Talbert. « Club drugs. Coming to a patient near you ». The Nurse Practitioner 39.3 (2014) : 19-25. PDF. []
  3. Nicole M. Guidotti-Hernández. « Dora the Explorer: Constructing Latinidades and The Politics of Global Citizenship ». Latino Studies 5.2 (2007) : 209-232. Sandra L. Calvert et al. « Interaction and Participation for Young Hispanic and Caucasian Girls’ and Boys’ Learning of Media Content ». Media Psychology 9.2 (2007) : 431-445. Kristin C. Moran. « The Growth of Spanish-Language and Latino-Themed Television Programs for Children in the United States ». Journal of Children and Media 1.3 (2007) : 294-300. []
  4. Olivier Esteves and Sébastien Lefait. La question raciale dans les séries américaines. Paris : Presses de Sciences Po, 2014. See my review. []
  5. Chloé Gauzi. « Do I Dare Live Out the American Dream? Subversion et réaffirmation des discours fondateurs dans The Simpsons. Revue d’études culturelles 6 (2014) : 47-58. []
  6. Mélanie Lallet. Il était une fois… le genre. Le féminin dans les séries animées françaises. Bry-sur-Marne : INA, 2014. See my review. []

Gouverner l’Amérique

J’ai le plaisir de vous annoncer la mise en chantier de mon prochain ouvrage. Après l’Introduction aux porn studies, parue aux Impressions Nouvelles l’année dernière, les éditions Vendémiaire et moi-même venons de signer un contrat pour la livraison en juin de l’année prochaine d’un manuscrit intitulé Gouverner l’Amérique : les séries télévisées politiques depuis The West Wing. C’est à l’invitation de Ioanis Deroide, qui y dirige une nouvelle collection consacrée à la télévision, que je réponds ainsi. On s’en souvient, c’est à lui que l’on doit Les séries TV. Mondes d’hier et d’aujourd’hui, paru aux Ellipses en 2011. Attaché à l’étude des séries télévisées historiques, à propos desquelles il s’est de nombreuses fois exprimé dans la presse généraliste, spécialisée et dans des publications scientifiques, Ioanis Deroide prépare, pour Vendémiaire, un autre ouvrage sur le même sujet. C’est une chance de voir aboutir, dans cette initiative comme dans d’autres, dans l’apparition de revues dédiées comme dans celle de collections, les menées des universitaires qui ont tenté de rendre légitime, ces dernières années en France, la recherche sur la grande forme du récit contemporain.

Les ouvrages sur la question se multiplient en effet. On pense bien entendu ouvrages des Presses Universitaires de France consacrés, depuis quelques années, à l’étude de telle ou telle série précise ou encore, l’année dernière, au travail remarquable intitulé La question raciale dans les séries américaines, publié par Olivier Esteves et Sébastien Lefait aux Presses de Sciences Po. Il me semble que c’est désormais vers de semblables corpus élargis qu’une partie de la recherche doit se tourner, quoique le commentaire rapproché d’une série particulière puisse toujours porter ses fruits. Devant la multiplication des productions sérielles, leur accumulation surtout dans la mémoire collective des téléspectateurs qui les partagent, des tentatives de synthèse, qui resteront pour encore quelques années difficiles à mener, sont absolument nécessaires.

J’avais proposé à Ioanis Deroide d’autres sujets, en plus que celui que nous avons finalement retenu, quand il m’a contacté, au début de l’été. L’un d’entre eux portait sur les séries d’espionnage américaines et britanniques après la Guerre Froide, une fois les doctrines et les discours ordinaires confrontés à des menaces qui remettaient en cause les récits habituels, un autre sur le statut de la preuve dans des séries policières où la rationalité scientifique prétend parfois tenir la plus grand part, un autre encore sur les carrières comparées, à la télévision, d’ Aaron Sorkin et de Tina Fey. Gouverner l’Amérique fut donc le projet retenu et je m’en réjouis.

C’est à House of Cards, bien sûr, que l’on pense d’abord désormais quand il est question de série politique étasunienne et même de série politique tout court, tant il est vrai que la version de Fincher et Willimon a éclipsé la série originelle, cet House of Cards thatcherien diffusé par la BBC à l’hiver 1990. On voit dans cette série souvent présentée comme audacieuse et subversive le renouvellement d’une critique politique qui ne se serait exprimée sinon, à la télévision américaine, qu’à travers les sketchs comiques qui fleurissent particulièrement aux périodes électorales. House of Cards en est venu à cacher la diversité de la production américaine en la matière, y compris peut-être des séries pourtant majeures, comme The Wire. Pourtant, il faut remonter bien au-delà du cynisme parfois trop facile de la série de Netflix pour saisir la manière dont la fiction audiovisuelle, aux États-Unis, représente le pouvoir.

C’est peut-être le Mr. Smith Goes to Washington de Frank Capra qui, en 1939, fonde les lois d’un genre appelé à fleurir bien des décennies plus tard, à partir de la fin des années 1980. Cette œuvre majeure du cinéma américain avait offensé, on s’en souvient, bien des sénateurs lors de sa première projection dans le Constitution Hall, le 17 octobre 1939. On y découvrait un sénat corrompu et procédurier, courageusement combattu par un jeune homme vertueux dont la politique n’était pas le métier. C’était, entremêlées, les deux directions que la fiction politique prendrait plus tard à la télévision : celle d’une noirceur réaliste peignant le mariage des ambitions et des intérêts privés ou celle de l’idéalisme patriote que l’on retrouve dans The West Wing ou Commander in Chief. Mais au-delà de cette opposition simple, il y avait encore, dans Mr. Smith Goes to Washington, les idées Républicaines du Frank Capra qui s’est si systématiquement opposé à Roosevelt : la méfiance en un gouvernement lointain, procédurier et probablement corrompu, qui n’a pas vu la terre et ne connait pas les gens dont il fait les lois et la confiance dans ceux qui savent, implantés comme ils le sont, ce qui est bon pour leur communauté. C’est peut-être l’échec le plus frappant d’House of Cards que de n’avoir rien à dire sur cette grande opposition entre Républicains et Démocrates, de ce qui fait le contenu même de la vie politique, et de la traiter plutôt comme l’improbable partie d’échecs qui opposerait des esprits finalement sans envergure.

La diffusion de The West Wing est un tournant marquant. Cette série, qui met en scène la présidence idéale du démocrate Josiah Bartlet, diffusée pour la première fois le 22 septembre 1999, arrive sur les écrans un peu plus d’un an après l’article du journal Drudge Report dénonçant à la fois la liaison entre Bill Clinton et Monica Lewinsky et sa dissimulation par Newsweek. The West Wing venait alors incarner le déroulement d’une présidence Démocrate fantasmée, loin du centrisme Nouveau Démocrate du gouvernement Clinton. En cela, elle pavait aussi la voie pour le style idéaliste de la campagne Obama de 2008. Dans The West Wing, Aaron Sorkin pratique déjà ce qui lui sera reproché plus vivement encore quelques années plus tard, avec The Newsroom en 2012 : une réécriture du réel pour en suggérer le fonctionnement idéal. Au-delà des enjeux idéologiques de l’œuvre, parfois comprise comme une série pour bourgeois gauchistes bien-pensants, The West Wing surprend par son attention méticuleuse au petit fonctionnement administratif de Washington, un thème qu’elle n’est pas la première à traiter mais auquel elle accorde une attention constante.

Et c’est alors une question purement télévisuelle qui se posait : jusqu’à quel point le récit sériel peut-il descendre dans la procédure et constituer, encore, une œuvre susceptible de trouver son public ? Aucune manière de filmer le fonctionnement courant des institutions officielles ne peut plus alors être anodine : bien plus que dans les crises à succession de Commander in Chief, ce sont les réunions de Comstat des gradés de The Wire ou la vacuité des premiers épisodes de Veep qui montrent ce qu’est la politique américaine. Ce qu’est la politique aux séries, ce que les séries sont à la politique : question de style autant que de thématiques.

Ce sont ces chemins parmi d’autres que j’espère pouvoir prendre au fil d’un page d’un petit ouvrage qui saura peut-être trouver ses lecteurs.

L’Antiquité et les séries télévisées

Les Presses Universitaires de Perpignan viennent de faire paraître un volume collectif, daté de 2014 et édité par Ghislaine Jay-Robert et Cécile Jubier-Galinier. Intitulé Héros voyageurs & constructions identaires, ce volume reprend les actes d’un colloque qui s’était tenu à Perpignan en novembre 2012, sous la tutelle de l’Institut des Méditerranées et dans le cadre du Labex ARCHIMEDE. J’y avais proposé une intervention sur Doctor Who, reprise dans le volume sous le titre « Enée dans un vaisseau spatial : héros épique et héroïnes romanesques dans les nouveaux Doctor Who ». Pour moi, cette intervention et l’article auquel elle a donné naissance se situent au croisement de deux de mes pistes de recherche en matière de séries télévisées : d’un côté, le rôle de la culture antique et/ou sur l’Antiquité dans la conception et l’interprétation de ces programmes audiovisuels et de l’autre, l’intérêt des travaux sur l’Antiquité et certains de ses genres littéraires en particulier pour l’exploration du fonctionnement des séries télévisées.

Continuer la lecture de « L’Antiquité et les séries télévisées »

Auteur, régie discursive et primo-producteurs

À la rentrée, je co-animerai probablement un séminaire d’archéologie et écologie des médias, en compagnie de Christophe Cave, spécialiste de la presse d’Ancien Régime, et d’Yves Citton,  passeur (entre autres) de l’archéologie des médias en France. Ce séminaire de recherche s’adresse aux étudiants en master de recherche, lors de leur seconde année, particulièrement en lettres modernes et en arts du spectacle, et il est lié aux travaux de l’antenne grenobloise de l’UMR Littérature, Idéologies et Représentations. Les travaux de cette antenne concernent principalement les textes imprimés et les arts vivants, mais mes propres recherches concernent aussi bien l’imprimerie, que la télévision ou Internet, à travers les terrains de la littérature française de l’époque moderne, de la pornographie en ligne ou des séries télévisées anglophones des années 1990 aux années 2000.

Continuer la lecture de « Auteur, régie discursive et primo-producteurs »

Le mythe herculéen dans trois séries américaines : Supernatural, Buffy the Vampire Slayer et The X-Files

Cet article est le premier de ma campagne d’archivage et d’ouverture à la discussion, évoquée dans le précédent billet. Il a été publié en 2012 dans la revue e-lla, devenue depuis Les chantiers de la création. Il est la version développée d’une intervention à Aix-en-Provence, dans le cadre de la journée d’études Passe !, le 8 février 2012. Il a été originellement publié en ligne. Il constitue le premier d’une série d’une dizaine d’articles et intervention sur les rapports entre mythes et séries télévisées.

Continuer la lecture de « Le mythe herculéen dans trois séries américaines : Supernatural, Buffy the Vampire Slayer et The X-Files »