La scène de la rencontre dans la Princesse de Clèves

Le texte qui suit est la version enrichie de l’un de mes articules :
« Du conte de fées au pessimisme moral : la scène de rencontre dans La Princesse de Clèves ». La Rencontre. Carine Capone, Juliette Lormier et Julie Zamorano, dir. Lille : Presses Universitaires du Septentrion, 2014. 39-48.

J’y ai ajouté des liens encyclopédiques, ainsi que des liens vers les textes originaux de certaines sources, pour en faciliter la compréhension et en documenter la lecture.

Continuer la lecture de « La scène de la rencontre dans la Princesse de Clèves »

La Princesse de Clèves au cinéma

Le texte qui suit est la version enrichie de liens encyclopédiques de mon article : « Le transfert intersémiotique et l’altérité culturelle : examen des cinq longs-métrages consacrés à La Princesse de Clèves (Delannoy, Oliveira, Zulawski, Honoré et Sauder) ». Romanica Wratislaviensia 60 (2013) : 103-111. Même si cet article a été écrit en 2012, il continue à représenter mon avis sur ces questions. Il est complété par un article non-publié dans une revue mais disponible sur Contagions sous le titre Lire et interpréter La Princesse de Clèves dans la France des cités.

Continuer la lecture de « La Princesse de Clèves au cinéma »

Lafayette, Segrais, Ménage et Huet

Le texte qui suit est celui d’un article que j’ai publié en 2014, dans un ouvrage intitulé Savantes femmes et citoyennes de Tendre en Europe (1607-1678) et dirigé par François Le Guénnec pour L’Harmattan. On le trouvera aux pages 107 à 120 de ce livre ainsi que sur HAL. Afin de faciliter le travail des professeurs et des étudiants qui travaillent cette année sur La Princesse de Clèves, je le mets ici en ligne, enrichi de liens encyclopédiques et de liens vers les articles cités, quand ceux-ci sont facilement disponibles en ligne, en accès ouvert.

J’attire l’attention des lecteurs sur le fait que l’article a été rédigé avant la publication du volume de La Pléiade consacré à Lafayette et qui contient la version la plus récente de sa correspondance. Il se fonde donc sur l’édition de ces lettres disponibles à l’époque, qui était déjà ancienne.

Continuer la lecture de « Lafayette, Segrais, Ménage et Huet »

La Princesse de Clèves au programme des Khâgnes

La Princesse de Clèves est au programme des classes préparatoires littéraires (PDF). Au jugé, il me semble que Lafayette est désormais l’écrivaine la plus souvent inscrite à des programmes d’examen et de concours. On se souvient qu’il y a deux ans, la pétition de Françoise Cahen pour la place des femmes dans les programmes littéraires avait profité à La Princesse de Montpensier. J’avais évoqué cette question déjà dans mon billet pour un programme alternatif de l’agrégation de lettres modernes.

Continuer la lecture de « La Princesse de Clèves au programme des Khâgnes »

Préciosité vs. Galanterie

Il y a deux semaines, Caroline Muller du carnet Acquis de conscience était aux commandes du compte Twitter collaboratif En Direct du Labo pour y exposer son expérience au sein de l’université et différents aspects de son sujet de recherches. Comme on pouvait s’y attendre, le sujet de l’histoire du genre et de la sexualité a donné lieu à un spectaculaire lâché de trolls, tous plus hirsutes les uns que les autres. Il a néanmoins soulevé une question intéressante et récurrente qui, au-delà des acrimonies micro-bloggantes, aboutit à des prises de position très différentes chez les historiens et les littéraires. Cette question, c’est celle de l’usage ou non de catégories endémiques pour faire l’histoire des mentalités passées. Je propose de revenir ici sur un petit débat qui a agité et continue d’agiter, parfois, les spécialistes de la littérature française du XVIIe siècle : celui de la préciosité et de la galanterie.

Continuer la lecture de « Préciosité vs. Galanterie »

L’attribution de la Princesse de Clèves

Il y a peu, je discutais sur Twitter avec Caroline Muller d’Acquis de conscience, Anne GE de Women and Fiction et Françoise Cahen à propos de Louise Labé et en particulier de l’ouvrage que Mireille Huchon lui a consacré. Dans Une créature de papier, Mireille Huchon se proposait, en 2006, de montrer que l’identification de « Louise Labé » à une personne physique réelle n’était pas aussi facile que la tradition littéraire ne le suggérait. Elle y développe la théorie que Louise Labé pourrait être une création d’un cercle de poètes lyonnais. On imagine sans peine que cette hypothèse a suscité des réactions assez vives et l’ouvrage de Huchon a fait l’objet de critiques nombreuses, certaines bien documentées, d’autres plus douteuses. Il n’a hélas pas toujours été bien compris — ou bien on n’a pas voulu faire l’effort de le comprendre — et l’affaire, à ma connaissance, est plus ou moins enterrée à ce jour.

Continuer la lecture de « L’attribution de la Princesse de Clèves »

Femmes et activités littéraires à l’époque moderne

Le mois dernier, Cyril Barde publiait sur le carnet de recherche du laboratoire junior GenERe le compte-rendu d’une séance de séminaire intitulé « Comment peut-on être auteure ? » Il y était question du problème récurrent, dans les études littéraires en général et dans celles qui se consacrent à l’étude du genre en particulier, de l’auctorialité féminine et, comme il est fréquent, le texte distinguait un peu implicitement deux grandes périodes : celle de l’Ancien Régime, ou plutôt de l’époque moderne, et celle de l’époque contemporaine, à partir de la fin du dix-huitième siècle. En fait, l’essentiel du texte de Cyril Barde était consacré aux rapports entre les femmes et les activités littéraires dans les deux derniers siècles, laissant de côté les questions spécifiques à l’époque moderne, sauf quelques remarques de passage. Or, force est de constater que la situation des femmes du XVIe au XVIIIe siècles, en France particulièrement mais aussi, quoique d’une manière un peu différente, en Angleterre et en Italie, est loin de refléter la situation des deux siècles suivants.

Continuer la lecture de « Femmes et activités littéraires à l’époque moderne »

Cinq ans de Princesse de Clèves

Il y a quelques années, quand en sortant de classes préparatoires je hantais un peu au hasard les couloirs de l’université à la recherche d’un directeur de mémoire, avec une idée pour cinq ou six années de recherche sur le rapport des représentations de l’espace et du corps dans les littératures francophones et anglophones de l’époque médiévale à l’époque contemporaine, je me suis retrouvé à pitcher une idée de mémoire sur La Princesse de Clèves, comme on le ferait d’une idée de start up, de film ou de produit capillaire innovant. C’était la toute première étape de mon parcours de jeune chercheur et j’avais choisi La Princesse de Clèves pour son intérêt propre, au même moment où l’œuvre (re)devenait hype dans le milieu académique et universitaire, grâce aux propos de Nicolas Sarkozy, au cœur d’une polémique à laquelle j’allais consacrer, l’année suivante, une partie de mon second mémoire de master.

Continuer la lecture de « Cinq ans de Princesse de Clèves »

La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité

Cet article est le second de ma campagne d’archivage et le premier que j’aie publié. Il a été publié en 2011 dans la revue Studii si Cercetari Filologice, Seria Limbi Romanice. Il reprend des thèmes développés dans mes deux mémoires de master, que l’on trouvera en bibliographie. Il constitue le premier d’une série d’articles sur l’interprétation et le traitement médiatique de La Princesse de Clèves. On a déjà pu lire sur Contagions l’article Lire et interpréter La Princesse de Clèves dans la France des cités.

L’image de bannière est un détail de la première page d’une édition de 1752.

François-Ronan Dubois. « La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité ». Studii si Cercetari Filologice, Seria Limbi Romanice 3.10 (2011) : 54-69

 


Roman & réel aux XVIIe et XVIIIe siècles

Cette note de lecture a été publiée en 2012 dans la revue Acta Fabula, dont elle suit la norme et les lignes éditoriales. On peut en consulter en ligne la version originale. Elle concerne l’ouvrage :

Nicholas D. Paige, Before Fiction : the Ancien Régime of the Novel, Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 2011, 312 p., EAN 9780812243550.

Le texte original a été aussi légèrement corrigé, lorsque des erreurs typographiques y demeuraient. Il a été également augmenté de liens vers les articles académiques cités, ainsi que vers différentes entrées de l’encyclopédie libre et collaborative Wikipedia, susceptible d’éclairer les lecteurs peu familiers avec le sujet. Il est présenté en plusieurs pages.

François-Ronan Dubois, « Roman & réel aux XVIIe & XVIIIe siècles : un problème d’histoire littéraire », Acta fabula, vol. 13, n° 5, Notes de lecture, Mai-Juin 2012, URL : http://www.fabula.org/revue/document7073.php, page consultée le 12 mai 2014.

Lire et interpréter La Princesse de Clèves dans la France des cités

J’ai rédigé hier un article pour un collectif dirigé par Anne Réach-Ngô sur la réédition des classiques, dont on peut encore lire l’appel à contributions. Cet article, intitulé “Dysharmonie entre militantisme universitaire et pratiques éditoriales : les éditions contemporaines de La Princesse de Clèves et la polémique des années 2000″ constituait la suite de mes réflexions sur la place de cette oeuvre canonique dans la culture française contemporaine. J’avais déjà consacré un article aux adaptations cinématographiques de la nouvelle, qui vient de paraître de la revue Romanica Wratislaviensia — j’en reparlerai bientôt. Pour faire le lien entre cette parution et cette écriture récente, je propose ici un article inédit, que j’avais rédigé en 2011 pour un numéro d’une revue doctorale étasunienne. La revue a cessé de paraître avant sa publication. J’ai augmenté la bibliographie de liens hypertextuels.

Continuer la lecture de « Lire et interpréter La Princesse de Clèves dans la France des cités »

Je publie : Le secret dans la Princesse de Clèves (article)

Le secret

Il est des articles qui arrivent comme des capsules d’une autre époque et que l’on relit en ayant l’impression de rouvrir un vieux journal intime. L’effet est un peu désagréable sans doute et il l’est d’autant plus quand l’article en question, rédigé des années auparavant, vient de paraître : un an, c’est déjà beaucoup, deux, c’est trop. Hélas, le rythme des publications académiques n’est pas ainsi fait qu’il suive souvent le mouvement de nos réflexions et nous paraissons toujours avec un temps de retard. C’est, soit dit incidemment, l’une des utilités d’un carnet régulier que nous ne soyons pas toujours ainsi disharmonieux.

Continuer la lecture de « Je publie : Le secret dans la Princesse de Clèves (article) »