Contre-essai, contre-dissertation ?

C’est le printemps et, comme chaque année, le printemps est la saison du pollen, des pigeons en chaleur et des partiels. Les partiels, c’est inévitable, stimulent l’imagination des enseignants sur Twitter et les réactions couvrent tout le panel des émotions fortes qu’ils éveillent chez leurs correcteurs : admiration, désespoir, perplexité, enthousiasme, projets de réorientation professionnelle, méditations sur le mythe de Sisyphe et le tonneau des Danaïdes, désir d’innovation pédagogique et, bien sûr, une bonne dose de mépris de classe. Des perles de copie — tradition détestable mais, hélas, toujours bien vivante — à la célébration des étudiants, certains sous-genres reviennent d’année en année.

Continuer la lecture de « Contre-essai, contre-dissertation ? »

Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes en 2020

Le programme de l’agrégation de lettres modernes pour l’année 2019-2020 est désormais disponible et, comme d’habitude, il est marqué par une très grande disparité entre les auteurs et les autrices. Cette année, les femmes sont entièrement absentes en littérature française et reléguées dans une seule question de littérature comparée, d’ailleurs exclusivement féminine, avec Carson McCullers, Marguerite Duras et Christa Wolf. C’est une situation regrettable et malheureusement trop familière : depuis des années désormais, les programmes de littérature, au baccalauréat, au concours des écoles normales supérieures ou bien à ‘agrégation ne font guère qu’une place anecdotique, dans le meilleur des cas, à la littérature des écrivaines.

Continuer la lecture de « Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes en 2020 »

Les bourses de mobilité académique des ambassades de France

La semaine dernière, j’ai expliqué le programme d’aide à la publication de l’Institut Français, qui permet notamment de faciliter la parution d’ouvrages français traduits dans les langues des pays où le réseau culturel français est très présent. Ces aides ne sont qu’une partie du dispositif de coopération scientifique déployé par le ministère des affaires étrangères. Dans l’ensemble, ce dispositif est peu lisible, parce qu’il fait intervenir beaucoup d’acteurs différents, qui dépendent plus ou moins étroitement du ministère : l’Agence Française de Développement, l’Institut Français de Paris et son réseau d’instituts locaux, Expertise France, les ambassades de France, les centres de recherche français à l’étranger, et notamment les IFRE, Campus France, Business France, France Alumni, et j’en passe. Peu lisible aussi parce que, au même moment où certaines instances des pouvoirs publics entendent mettre en place une politique de ségrégation par le revenu pour fermer les portes des universités françaises aux étudiants venus des pays les moins favorisés, d’autres instances incitent à la mobilité internationale.

Continuer la lecture de « Les bourses de mobilité académique des ambassades de France »

Les programmes d’aide à la traduction de l’Institut Français

Le 10 mars dernier, je siégeais comme membre scientifique dans la commission du prix Boy-Żeleński. Tadeusz Boy-Żeleński (1874-1941) fut un traducteur prolifique en polonais de la littérature française. Il s’est notamment occupé de la Recherche du temps perdu, en prenant il est vrai parfois des libertés significatives avec l’original, de sorte qu’un projet de retraduction intégrale de Proust en polonais a été lancé il y a quelques années. En tout cas, l’Institut Français de Varsovie a donné son nom à la commission qui siège annuellement pour examiner les demandes d’aide à la traduction de la part des éditeurs polonais. C’était la première fois que j’y participais et j’en tire quelques leçons qui ne seront peut-être pas inutiles aux universitaires français.

Continuer la lecture de « Les programmes d’aide à la traduction de l’Institut Français »

Valeurs culturelles de la quiche et posture de cheffe médiatique

On s’est beaucoup amusé ce week-end, sur Twitter, d’un article du New York Times au titre un peu singulier : « Real People Eat Quiche ». Ce texte, écrit par Gabrielle Hamilton,évoque le peu d’engouement aux États-Unis pour la quiche, les valeurs culturelles (souvent assez négatives) qui lui sont associées et le plaisir ou l’intérêt que l’on peut trouver à la cuisiner et à la servir dans des restaurants de bonne réputation.

Continuer la lecture de « Valeurs culturelles de la quiche et posture de cheffe médiatique »

Sur le style académique

Comme tous les carnetiers, j’ai reçu cette semaine une invitation à participer aux célébrations des dix ans d’Hypothèses. Dans le contexte écologique actuel, il me semble peu propice de prendre l’avion depuis Varsovie pour aller assister à Paris à une manifestation de ce genre, mais c’est tout de même pour moi une occasion de réfléchir sur ma pratique de blogging scientifique et sur ce qu’elle a changé dans ma façon d’écrire et de concevoir les textes académiques.

Continuer la lecture de « Sur le style académique »

L’édition francophone danoise au 18e siècle

Depuis un an, je poursuis, à Varsovie, au sein du Centre de Civilisation Française, des recherches débutées dans le cadre d’une petite partie de ma thèse, consacrée aux périodiques francophones publiés à l’étranger, au 18e siècle. Il y a deux situations qui m’intéressent particulièrement : celle de Varsovie et celle de Copenhague. J’ai étendu ma réflexion au-delà de la question des périodiques, pour m’intéresser de manière générale à la circulation des pratiques linguistiques, aux politiques culturelles et aux efforts de publications plurilingues dans l’Europe de la première modernité, et en particulier en Pologne et au Danemark.

Continuer la lecture de « L’édition francophone danoise au 18e siècle »

Food Studies

Il y a quelques années, j’enseignais la littérature argumentative française à l’université de Grenoble. Pour des raisons qui me sont toujours demeurées obscures, ce cours était proposé en priorité aux étudiants étrangers. La composition du programme éducatif des étudiants en mobilité internationale a toujours de quoi laisser perplexe : les emplois du temps finissent souvent par ressembler à une collection pour le moins hétéroclite de modules transversaux, privés des cours de tronc commun sur lesquels ils s’appuient et qui pourraient les rendre intelligibles.

Continuer la lecture de « Food Studies »

La scène de la rencontre dans la Princesse de Clèves

Le texte qui suit est la version enrichie de l’un de mes articules :
« Du conte de fées au pessimisme moral : la scène de rencontre dans La Princesse de Clèves ». La Rencontre. Carine Capone, Juliette Lormier et Julie Zamorano, dir. Lille : Presses Universitaires du Septentrion, 2014. 39-48.

J’y ai ajouté des liens encyclopédiques, ainsi que des liens vers les textes originaux de certaines sources, pour en faciliter la compréhension et en documenter la lecture.

Continuer la lecture de « La scène de la rencontre dans la Princesse de Clèves »

L’animal dans les émissions culinaires

La semaine dernière, j’ai évoqué mon projet autour de la télévision culinaire. Dans ma note consacrée aux documentaires diététiques à thèse, j’ai souligné l’existence de plusieurs documentaires vegan. Ceux-ci font naturellement une place particulière, dans leur représentation de la cuisine et le discours qui l’accompagne, à la question des autres animaux dans l’alimentation humaine et singulièrement de la souffrance qu’ils subissent, à la fois pendant qu’ils sont élevés et quand ils sont mis à mort. Cette semaine, je voudrais revenir sur ce sujet de l’animal dans la télévision culinaire, qui est périphérique à la recherche que je suis en train de mener, mais qui me paraît digne d’intérêt. Comme je travaille surtout sur des documents français et étasuniens, c’est de ces émissions dont il sera question.

Continuer la lecture de « L’animal dans les émissions culinaires »