AQJNEJ I — Introduction & Bébé dort

L’une de mes voisines a accouché il y a quelques jours et sur sa porte se trouve maintenant une affiche qui dit « Merci de ne pas sonner. Bébé dort. » Tous les jours, je passe devant l’affiche en allant travailler et tous les jours, une même angoisse me saisit, la même angoisse, j’en suis sûr, qui vous habite désormais : est-ce que Bébé est un nom propre ou un nom commun ? La consultation de la page Wikipédia consacrée en français à la question du nom propre vous aidera à comprendre le caractère hautement problématique de la catégorie et, c’est tout le sel de l’aventure, en quoi celle-ci constitue un excellent point d’entrée dans la problématique de la compréhension théorique des phénomènes grammaticaux par les prescripteurs académiques. (Vous êtes contents d’être restés jusque ici, n’est-ce pas ?)

Le problème de « Bébé dort » est le suivant. Nous sommes tous d’accord pour dire que le mot bébé désigne un type d’êtres dans le monde et les différentes manifestations possibles de cet être, c’est-à-dire que bébé peut servir à la fois à faire référence à la compréhension personnelle voire collective que l’on a de ce qui constitue un bébé, à partir des caractéristiques que l’on attribue à des êtres de ce type, soit par élaboration empirique, soit par démarche analytique (c’est un autre débat), et que bébé, avec des articles et des déterminants, peut servir à désigner tel être en particulier qui répond à ces caractéristiques, comme dans les phrases « Le bébé de Kermit a une jolie couleur smaragdine » ou « J’ai mangé ton bébé avec de la moutarde à l’ancienne ». Ordinairement, c’est ce que l’on appelle un nom commun, c’est-à-dire un nom qui peut être attribué en commun à plusieurs trucs (des êtres, des phénomènes, des choses) parce que ces trucs partagent des caractéristiques, à la différence d’un nom propre, qui peut être utilisé pour désigner différents personnages (toutes les Frénégonde que vous connaissez) sans que ces personnes aient des caractéristiques communes. Sauf que, clairement, dans « Bébé dort », Bébé, sans article ni déterminant, fonctionne grammaticalement comme un nom propre. Il fonctionne même sémantiquement comme un nom propre, comme pour les gens qui décident d’appeler leur chat le chat voire Minou ou quand nous appelons notre lune, qui gravite autour de notre planète, de la même manière que les lunes d’autres planètes gravitent autour de la sienne, la lune. (En fait, l’exemple lunaire est un peu plus compliqué que ça, mais passon.) Sauf qu’au même moment, Bébé fonctionne comme un nom commun, puisque c’est bien à partir des caractéristiques qui font de Bébé un bébé que l’on peut exiger que son sommeil ne soit pas dérangé.

En fait, le problème est encore plus pervers que ça. Si l’on veut bien admettre, finalement, qu’il y a toutes sortes de noms qui, en fonction des contextes, sont des noms propres ou des noms communs, et la page Wikipedia que j’ai liée deux paragraphes plus tôt en donne des exemples très pertinents comme Dieu et un/des dieu-x, il y a toutes sortes de cas beaucoup plus compliqués. Par exemple, si le système communément admis et enseigné veut que les noms propres qui servent de prénoms ou de noms aux individus humains ne sont pas des noms communs parce qu’ils ne prédisent rien de caractéristiques que ces individus partageraient, la pratique suggère plutôt le contraire. Marie-Thérèse de Mortemart est une combinaison de noms propres qui, pour beaucoup de locuteurs, recouvrent des caractéristiques socio-culturelles communes à toutes les Marie-Thérèse et à tous les de Mortemart. On peut soit admettre que les prénoms et les noms de famille ne sont pas des noms propres, soit reconnaître que la catégorie de nom propre ou, plus exactement, la distinction nom propre/nom commun est un outil de description grammaticale plutôt qu’un moyen de régulation a priori de la production discursive.

Le problème du nom propre, que des grammairiens expliqueraient et ont, je suppose, expliqué, des explications qui, soit dit en passant, ne sauraient toujours se réduire à des débats de logiciens, comme essaie sournoisement de le suggérer la page Wikipédia du nom propre en signalant pour seule référence les travaux de Kripke, le problème du nom propre, donc, illustre un problème général qui est celui de la présentation de la grammaire aux étudiants de l’enseignement supérieur voire aux élèves de manière générale. Cette présentation tend à faire de la grammaire un système descriptif de lois inhérentes à l’activité discursive ou même, pourquoi pas, aux phénomènes linguistiques en tant que tels, lesquels seraient nécessairement ordonnés. Cette présentation entretient au moins deux idées néfastes : 1) que toute déviation par rapport aux règles prescrites est une faute ou, si on a la bonne fortune d’être valorisé par une institution culturelle, une licence poétique et 2) qu’il existe pour tous les phénomènes grammaticaux un système régulier, lequel peut il est vrai admettre une liste finie d’irrégularités, comme les verbes irréguliers que tout un chacun apprend en classe d’anglais.

Il y a pourtant deux séries d’objections sérieuses que l’on peut faire à cette observation et dont chacun est amené à faire l’expérience au quotidien. La première consiste à mettre en évidence toutes les situations d’interlocution où des individus peuvent se comprendre grâce au langage dans une relative indépendance aux règles décrites par la grammaire et prescrites par l’usage scolaire de la grammaire, ce qui certes ne prouve en aucune manière que ces règles sont inutiles, puisque l’on peut à bon droit supposer que ces interlocuteurs s’entendraient mieux — encore faudrait-il savoir ce que cela veut dire — s’ils maîtrisaient pleinement les règles. La seconde consiste à remarquer qu’on peut douter du caractère intrinsèque de règles quand les listes d’irrégularités sont si considérables et surtout quand les objets les plus usités, donc a priori les plus faciles à réguler, sont justement ceux qui adoptent, au fil de leur évolution diachronique, les comportements les plus irréguliers, j’ai nommé en français, par exemples, le verbe être, d’un usage très courant et d’une conjugaison… très atypique.

L’alternative — qui n’est pas nouvelle — consiste à présenter la grammaire comme une tentative systématique d’ordonner un réel en apparence chaotique et donc les catégories grammaticales comme des outils dont le but est de produire l’intelligibilité de ce réel, de sorte que chaque outil n’a de validité que tant qu’on peut effectivement l’utiliser et que l’utilisation de ces outils est une activité sociale choisie plutôt qu’une nécessité linguistique. Quoique cela puisse paraître assez abstrait à celles et ceux qui ne sont pas occupés par des problèmes relatifs au langage et tout à fait évident à celles et ceux dont le langage est une préoccupation courante, ces idées assez simples ont une importance capitale et très concrète quand on enseigne la langue française, au moins, si je m’en fie à mon expérience, quand on l’enseigne après la mise en place des premiers processus d’acquisition de cette langue.

Je prendrai un seul exemple : celui de l’orthographe. En enseignant cette année les sciences humaines à l’École Nationale d’Ingénieurs de Brest, un enseignement qui est en fait la transformation de ce qui existe dans les Instituts Universitaires de Technologie sous le nom de communication et techniques d’expression, j’ai été amené à réfléchir sur la question délicate de la place que la remédiation orthographique doit occuper dans un pareil programme pédagogique. Convaincre les étudiants de l’intérêt d’un travail orthographique n’est pas une mince affaire parce qu’ils considèrent, à raison, que la chose n’a rien d’évident. D’abord, ils observent qu’ils peuvent très bien communiquer avec leurs professeurs et leurs pairs malgré un défaut de compétence orthographique parfois considérable. Ensuite, ils soulignent la prédominance des instruments rédactionnels incorporant des correcteurs automatisés d’orthographe dans leur expérience de la communication écrite. On ne saurait expliquer d’une part les faiblesses (provisoires ?) des correcteurs automatiques et d’autre part la valeur sociale de la maîtrise orthographique sans présenter au moins l’esquisse d’une théorie grammaticale qui ne soit pas seulement un ensemble de règles a priori mais qui prenne en compte la place de la gestion renouvelée des conventions linguistiques par les différents locuteurs dans une situation de communication. Or, Le Monde a récemment enfoncé une porte ouverte dans un article qui expliquait combien un défaut de compétence orthographique pouvait être nuisible à la progression professionnelle.

Il y aurait en fait beaucoup de choses à dire sur cet article et par exemple sur son cas final, la distinction entre à l’attention de et à l’intention de, qui n’a rien à voir avec de l’orthographe et montre en quoi le problème est beaucoup plus large. En tout cas, ce que je voudrais signaler, c’est le rôle qu’une réflexion grammaticale théorique peut jouer dans l’amélioration d’une formation professionnalisante en particulier et de toute formation langagière en générale. Ça ne veut pas dire que l’enseignant doit toujours faire un cours de théorie linguistique avant d’entreprendre de corriger les fautes d’orthographe de ses étudiants mais qu’on ne saurait faire l’économie d’une réflexion de fond sur ces questions avant de s’engager dans de semblables corrections et que, très souvent, partager une partie de ce contenu théorique avec les étudiants, même dans une version très simplifiée, peut être d’un grand secours.

Le cas de la porosité des catégories de nom propre et de nom commun ou, pour le dire mieux à mon avis, de la catégorie dynamique nom propre-commun tel qu’il s’exprime dans la phrase « Bébé dort » mérite certainement un article en tant que phénomène intéressant pour lui-même mais est aussi un bon point d’entrée, malgré son absence d’utilité apparente directe, dans une réflexion plus large et finalement assez urgente sur la conception de la grammaire qui régit l’enseignement du français (et peut-être d’autres langues mais, sur ce point, je n’ai aucune expérience qui me permette de me prononcer). Hélas, je ne suis pas grammairien et ma compréhension des phénomènes qui entourent nom propre et nom commun n’est qu’élémentaire : c’est donc un article que je n’écrirai jamais.

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Une réponse sur “AQJNEJ I — Introduction & Bébé dort”

  1. Hello,
    Je me permets de rajouter un point qui peut être à de l’importance pour expliquer notre folie sur les “publis” et les “reviewers”. La vie académique est ponctuée de corrections de copies. Comme il faut les corriger elles sont mauvaises par définition. Sans elle pas d’évaluation, elles n’évaluent pas également le travail mais plutôt une prescription. Je trouve que le parallèle est flagrant avec les “articles”. Comment ne pas nous soumettre à “l’évaluation par les pairs” quand nous passons autant de temps à évaluer les étudiants ? Sans compter les nombreuses copies (mauvaises toujours par définition) que nous avons déjà rédigé pour en arriver là.
    Bon courage pour les corrections,
    Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.