AQJNEJ I — Introduction & Bébé dort

Je vous ai manqué — ne cherchez pas à le nier — et un jour peut-être je vous expliquerai les raisons de ma longue absence, puisqu’elles ne sont pas indifférentes aux réflexions que nous pourrions avoir envie de nourrir en tant que communauté professionnelle. Pour l’heure, je vais essayer de me faire pardonner et je commence par vous offrir l’un des cadeaux qu’en universitaires-chercheurs-fonctionnaires-citoyens de la République vous aimez le plus : une nouvelle abréviation. AQJNEJ ou ac-j’n’ai-je, ou ac-genève, ou ac-geneviève, ou n’importe quelle variation que votre imaginaire linguistico-lacanien pourrait vous suggérer, c’est-à-dire : les Articles Que Je N’Écrirai Jamais.

Ceux d’entre vous qui suivent le petit monde de la blogo-twitto-polémico-sphère académique savent peut-être que ces derniers jours de vives discussions ont eu lieu autour de la publication d’articles académiques, à cause des prix prohibitifs exigés par les éditeurs scientifiques commerciaux, du retrait de certains bibliothèques universitaires de leurs contrats improbables avec ces éditeurs et d’un billet d’Olivier Ertzscheid, un maître de conférences en sciences de l’information et de la communication qui expliquait pourquoi il refusait désormais de publier dans des revues scientifiques. Ce billet a suscité beaucoup de commentaires et ça tombe plutôt bien parce que, pour ma part, je ne vais pas en parler du tout — pas tout de suite, en tout cas, même si je pense cette participation vigoureuse à un débat nécessaire n’est pas forcément définitive et que la question mérite d’autres réponses, et surtout des réponses qui ne seraient pas produites par des chercheurs qui ont déjà, justement, réussi leur carrière.

Je ne parlerai pas non plus de tous mes articles ratés, rejetés, refusés, bannis, abandonnés dans un coin de mon ordinateur. J’ai pourtant un gros dossier «refusés» plein de ce genre de choses. Vous avez peut-être suivi l’affaire Johannes Haushofer, cet assistant professor de psychologie à l’Université de Princeton qui a publié le CV de tous ses échecs, pour faire comprendre que les CV officiels, qui recensaient les succès d’une carrière, masquaient les immenses difficultés que tout un chacun rencontre dans le monde académique. Vous trouverez ici un article sur le sujet et je vous invite à consulter l’article de Sonia Sodha sur les limites d’un pareil exercice. Il n’empêche que l’idée n’est pas sans mérite.

Parfois, en colloques, je croise des doctorants que ma liste de publications laisse perplexes et, c’est un peu plus grave, admiratifs. Au risque de paraître très prétentieux, je veux bien reconnaître que de prime abord, le livre et celui à venir, la vingtaine d’articles dans plusieurs domaines différents, les conférences, les recensions forment un tableau de chasse qui fait joli dans ma salon, d’abord et essentiellement parce qu’il cache la réalité des dizaines d’articles ou de propositions refusés. Je ne tiens pas des archives assez rigoureuses pour en proposer la liste mais j’ai reçu bien des avis de relecteurs anonymes qui m’ont expliqué, en termes plus ou moins directs, que j’étais incapable, ignorant, dénué de méthode ou de recul, et que le sujet abordé était lui-même dépourvu d’intérêt pour ne pas dire tout simplement indigne, ce qui est sans compter les rejets laconiques et inexpliqués. Toutes les fois où l’on m’a complimenté pour mes recherches ne compensent hélas pas la violence — toute relative, entendons-nous bien — de cette expérience répétée que chaque universitaire doit apprendre à accepter, moins parce qu’elle est nécessaire que parce qu’elle est, pour l’heure, inévitable. Toute éventuelle complexe d’infériorité de la part d’un néo-chercheur au même stade de début de carrière que moi devrait donc être compensé par la conscience aiguë que ma production n’est peut-être q’un ramassi de facilités coupables publiées grâce à la négligence des éditeurs scientifiques.

Ou bien — car on peut toujours formuler des hypothèses alternatives — la différence de production peut aussi s’expliquer par les conditions très confortables dont on jouit quand on a un contrat doctoral, comme ce fut mon cas à l’Université Grenoble-Alpes pendant trois ans, par une graphomanie névropathe très suspecte et par une attitude assez différente à l’égard de la publication scientifique elle-même. Nombre de mes collègues néo-chercheurs ont tendance à considérer qu’un article ne saurait être publié que lorsqu’il est parfait, une perfection qui répond à des critères d’ailleurs très divers d’une personne à l’autre mais qui implique, souvent, l’idée que les résultats doivent être définitifs, les démonstrations irréprochables, les réflexions pleinement abouties et toutes sortes d’autres expressions du même genre pour lesquelles on serait bien en peine, je crois, de donner des formulations vérifiables ou seulement falsifiables qui fassent consensus au sein d’une communauté même réduite de chercheuses et de chercheurs.

Pour ma part, je conçois la publication académique comme une situation d’interlocution au moins théorique, ce qui est une manière peu élégante de dire que son but n’est pas que de publier des résultats et des démonstrations que l’on juge conformes à un standard ou susceptibles d’établir un nouveau modèle mais aussi de soumettre à l’observation collective, même abstraite et ineffective, un ensemble de réflexions, de recherches et de tentatives que l’on a essayé de formuler de la manière la plus satisfaisante et honnête possible mais dont on ne considère pas qu’elles puissent être complètes sans de nouvelles interactions. Une pareille définition pose évidemment bien des problèmes théoriques et pratiques qu’il faut que je m’empresse de reconnaître. D’abord, pour être théorique, l’interlocution académique par articles interposés est, en effet, très théorique. Dans certains domaines, le dialogue académique — ou scientifique, si l’on y tient — est entièrement absorbé par des formes de sociabilité qui impliquent la participation à un réseau parfois étroit et difficilement accessible et ce réseau se met en place dans les séminaires dont le caractère «ouvert à tous» ne saurait tromper personne. Ensuite, notre capacité à mener une discussion décalée est considérablement amoindrie par des problèmes temporels d’au moins deux types : 1) le temps qui nous manque pour répondre à d’autres quand nous devons prouver notre propre activité de manière souvent unilatérale et 2) le temps que prennent nos articles, justement, à être publiés. Les nombreuses années qui séparent parfois la proposition qui fonde un article de la publication de cet article et les années souvent plus nombreuses encore qui séparent cette publication d’une véritable accessibilité matérielle rendent toute discussion impossible ou au moins par avance démodée. Ce deuxième problème temporel, dont chacun de nous je suppose a bien conscience, est beaucoup moins souvent examiné avec tout le sérieux qu’il mériterait, parce qu’il est très grave en effet, que le problème économique, lui aussi important, que nous tentons de résoudre.

Enfin, la manière dont les relecteurs et les revues tendent à aborder la publication scientifique n’est pas favorable à la publication de travaux hypothétiques ou infructueux, indépendamment même de l’attrait commercial ou identitaire que représente, pour une revue donnée, la publication d’articles définitifs et assurés. Plus largement, la virulence de la critique dont on peut supposer qu’on serait l’objet si l’on publiait tel ou tel état intermédiaire de ses travaux est bien différente du tableau irénique de communautés scientifiques promptes au dialogue constructif que j’ai pu esquisser dans le paragraphe précédent et il serait très contre-productif de créer une situation sociale et intellectuelle où seules les personnes les plus à même, par leurs tempéraments, de supporter la rudesse d’une controverse seraient susceptibles de communiquer. J’avoue à ma grande honte que j’ai participé moi-même, parfois, à entretenir ce climat hostile, par exemple dans cette recension d’un ouvrage de philosophie. Si ma position sur les défauts qu’il contenait et que j’ai formulée dans ma recension et les réponses à la discussion engagée par l’auteure, que l’on trouvera à la suite, n’a pas changé, je regrette amèrement ce que mon style a pu suggérer d’hostilité, parce qu’il me parait évident désormais que l’on ne saurait traiter ses interlocuteurs académiques comme des abstractions, même quand ils ne sont que potentiels, et que la politesse est une sollicitude nécessaire au bon développement collectif des connaissances.

Pour ma part en tout cas, je crois n’avoir que rarement lu d’article, de livre ou de thèse dont je n’ai tiré aucun profit, même lorsque j’en ai jugé les résultats douteux et les démonstrations suspectes, précisément parce que la confrontation à une insatisfaction scientifique est au moins une expérience précieuse du point de vue méthodologique. Il m’est arrivé très souvent de citer des articles que je trouvais imparfaits à bien des égards, parce que j’en avais retiré une ou deux lignes intéressantes, et quelque irritation qu’ait pu susciter en moi la lecture de tel ou tel papier que je n’aurais pas volontiers publié si j’avais été le directeur de telle ou telle revue, cela n’entame rien à la volonté que j’ai d’en lire d’autres du même genre. Si j’éprouve par exemple un enthousiasme somme toute très limité à lire une énième réinterprétation pseudo-foucaldienne d’un texte hyper-classique qui aboutira probablement à une observation déjà exprimée cinquante ans plus tôt dans le chapitre d’un ouvrage que je considère incontournable, je n’exclue pas la possibilité que cette réinterprétation attire mon attention, peut-être même malgré elle, sur un problème inédit, un détail conceptuel ou littéraire, ou bien m’offre tout simplement la possibilité de produire une réfutation que je juge utile d’une hypothèse discutable.

Est-ce que je crois alors que tous les articles rejetés par les revues devraient être publiés ? Très certainement — ce qui ne veut pas dire qu’ils devraient tous être publiés par les revues qui les ont rejetés ni d’ailleurs par des revues académiques. Ce débat est assurément très complexe, je ne fais ici que l’esquisser et mes lecteurs déjà découragés doivent commencer à sentir ce que mes observations doivent à l’anarchisme épistémologique. Quoi qu’il en soit, je crois qu’il est possible de s’entendre sur le fait que nos manières d’appréhender la publication scientifique souffrent de graves défauts et que les éditeurs commerciaux ne sont pas les seuls responsables de l’état de nos moyens de communication. L’attitude de certains organismes d’évaluation des carrières à l’égard des actes de colloques est un exemple parmi beaucoup d’autres des impensés épistémologiques d’un ensemble de pratiques reproduites et administrées. Il y en aurait d’autres, comme la propension des revues à confier la relecture des articles qu’elles reçoivent à des spécialistes disciplinaires plutôt qu’à des spécialistes thématiques et donc à inféoder la qualité d’une production scientifique à son obédience méthodologique.

Mais en fait, ce n’est pas du tout de ça dont je vais vous parler (twist). Les AQJNEJ ne sont pas l’expression d’un militantisme épistémologique facile mais plutôt un instrument thérapeutique destiné à apaiser ma frustration. Les Articles Que Je N’Écrirai Jamais, ce ne sont pas les propositions refusées mais les idées d’articles que j’ai eues au hasard de l’existence mais dont le sujet dépasse de beaucoup mon cadre de compétences. Il m’arrive — et il vous arrive sans doute aussi — de penser que tel document, tel phénomène, tel fait ou que sais-je encore mériterait un article, sans avoir le temps, l’énergie, la légitimité ou les aptitudes nécessaires pour mener ce projet à bien. Par exemple, je suis parfaitement incapable d’écrire un article — ou même de savoir s’il a déjà été écrit — à propos des modes de sociabilité des usagers des équipements sportifs urbains de plein air. Je vis en face d’une esplanade avec des barres de traction publiques, où des gens très différents viennent faire du sport, discutent entre eux, s’échangent ce qui parait être des conseils techniques, etc. Sociologues du sport, si cet article n’existe pas, sachez qu’il y a un public pour le lire. (D’accord, pour l’instant, à ma connaissance, je suis tout seul mais je peux recruter.)

Le but des AQJNEJ peut donc au moins être de signaler très maladroitement des sujets d’intérêt possible pour des spécialistes qui passeraient par là et qui, par chance, pourraient indiquer des études déjà publiées sur la question. Et maintenant, venons-en aux choses sérieuses. Tournez la page.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. olivier dit :

    Hello,
    Je me permets de rajouter un point qui peut être à de l’importance pour expliquer notre folie sur les « publis » et les « reviewers ». La vie académique est ponctuée de corrections de copies. Comme il faut les corriger elles sont mauvaises par définition. Sans elle pas d’évaluation, elles n’évaluent pas également le travail mais plutôt une prescription. Je trouve que le parallèle est flagrant avec les « articles ». Comment ne pas nous soumettre à « l’évaluation par les pairs » quand nous passons autant de temps à évaluer les étudiants ? Sans compter les nombreuses copies (mauvaises toujours par définition) que nous avons déjà rédigé pour en arriver là.
    Bon courage pour les corrections,
    Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.