La formation doctorale à Grenoble

La rentrée amène son lot d’étudiants, de formulaires à signer et de réunions & rendez-vous, dont la déferlante vous engloutit plus ou moins selon votre place dans la hiérarchie universitaire. C’est toujours l’occasion de découvrir de nouvelles salles et, pourquoi pas, de nouveaux bâtiments, de jalouser l’équipement des autres services et des autres UFRs, de réviser son organigramme de l’université que les fusions/réunions/démembrements rendent encore plus piquant que l’habituel mercato de l’été. Pendant que des étudiants en larmes hantent les couloirs en tentant désespérément de comprendre comment on peut bien s’inscrire dans une université française, pendant que le personnel administratif disparait sous des montagnes de dossiers tous aussi incomplets qu’atypiques, après des luttes titanesques avec des logiciels, dont la perversité algorithmique consiste de toute évidence à se créer leurs propres exceptions, le personnel enseignant et épisodiquement chercheur, dans la pesante ambiance d’un climat financier de moins en moins clément, se réunit.

Tout en bas de la hiérarchie, j’ai tout de même eu le droit, moi aussi, à mes réunions, probablement à cause de cet amour pathologique pour les fonctions extra-pédagogiques qui m’avait poussé à siéger au conseil de l’école doctorale 50, à Grenoble, et qui, il y a quelques mois de cela, avait éveillé en moi un intérêt sincère à la perspective de rejoindre un GT du CED de l’UGA. Je sais, ça fait rêver. Ce Groupe de Travail du Collège des Écoles Doctorales de l’Université de Grenoble-Alpes, cette plus ou moins COMUE (selon les saisons, et désormais plutôt plus que moins) s’inscrivait dans une initiative d’ampleur du Collège, à l’occasion du nouveau plan quinquennal et des multiples restructurations des organismes du site. En lançant plusieurs groupes de travail sur différents aspects de la vie doctorale à Grenoble et dans les universités partenaires de la région rhodanienne, le Collège entend améliorer de tout point de vue le doctorat à Grenoble et dans les autres villes de sa suzeraine dépendance, depuis le recrutement jusqu’aux perspectives professionnelles.

Le groupe de travail auquel j’appartiens, et qui en était, ce mardi, à sa pénultième réunion, avant la synthèse finale qui aboutira à des recommandations adressées au conseil du Collège, est consacré à la formation doctorale et piloté par Catherine Delmas, angliciste et directrice de l’école doctorale de Langues, Littératures et Sciences Humaines, au sein de la composante Stendhal de l’Université de Grenoble, et Johann Collot, physicien et directeur de l’école doctorale de physique. Il a réuni au fil de ses réunions une dizaine de participants réguliers, en sciences humaines comme en sciences de la matière et du vivant, ainsi que des consultants extérieurs, impliqués dans la formation doctorale, à Grenoble et au sein de l’Université de Savoie, à Chambéry principalement.

La dernière réunion en date a eu pour objet d’établir un panorama des pratiques des différentes écoles doctorales du site en matière de validation de la formation doctorale. L’exercice est un peu compliqué, dans la mesure où le site regroupe au moins 14 écoles doctorales, certaines exerçant leurs activités sur un grand nombre d’établissements. Par exemple, l’école doctorale des Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire accueille des doctorants de l’université Pierre Mendès France, de l’université Joseph Fourier, de l’université de Savoie et l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble. D’autres écoles, dans des situations très différentes, comme l’école de Langues, Littératures et Sciences Humaines, sont entièrement contenues à l’intérieur d’une seule université, en l’occurrence celle de Grenoble-3. Qui plus est, certains établissements disposent de plusieurs écoles doctorales, propres ou partagées, qu’ils réunissent au sein d’un collège doctoral d’établissement, lui-même absorbé par le Collège de site.

Une pareille situation entraine des complexités administratives que l’on imagine aisément et qui freinent la collaboration entre les différents formateurs doctoraux, alors même que certaines formations n’ont pas un contenu disciplinaire spécifique. C’est le cas par exemple des formations en Français Langue Étrangère, destinées à tous les doctorants non-francophones arrivant sur le site, des formations en anglais pour les doctorants non-anglophones, des formations à la recherche d’emploi, etc. Le coût de la formation doctorale étant considérable pour un site qui accueille plusieurs milliers de doctorants, l’idée de mutualiser les ressources a émergé d’autant plus facilement que certaines formations se retrouvent sans formateur et certains formateurs sans formation, les étudiants parvenant difficilement à naviguer dans les méandres d’institutions trop hermétiques les unes aux autres.

Un premier effort avait été fait avec la mise en place du Service Doctoral pour la Formation, l’Initiation et l’Insertion Professionnelles, dit DFI, un service dépendant directement du Collège et en charge des formations transversales et professionnelles des doctorants du site. Le DFI a notamment piloté des labels destinés à faciliter la mise en place par les doctorants de projets professionnels cohérents dans des domaines délimités, comme l’enseignement et la recherche, l’industrie, le conseil, les administrations ou la création d’entreprise. Restait cependant que les labels ne pouvaient guère accueillir que deux ou trois cents des milliers de doctorants du site et que la formation doctorale était un problème plus vaste.

L’examen des procédures de validation des quatorze écoles doctorales du site, mardi dernier, a permis de mieux comprendre la manière dont les directeurs et directrices d’écoles ainsi que les gestionnaires envisageaient la formation doctorale. Certaines lignes de force, commandées du reste à la fois par les textes de lois en la matière et les pratiques héritées du site, ont émergé. Ainsi la plupart des écoles distinguent trois domaines de formation : les formations disciplinaires ou scientifiques, les formations professionnelles et les formations transversales. Pour la plupart des écoles, l’idéal est que le doctorant valide un tiers de chaque formation, certains appliquant une politique de double minima : au moins quarante pour cent de formations scientifiques et quarante pour cent de formations professionnelles.

Les formations scientifiques. Il s’agit soit de formations thématiques, soit de formations méthodologiques ou épistémologiques, contenues généralement dans les limites assez étroites d’une discipline, mais qui peuvent concerner un objet commun à plusieurs disciplines, notamment dans le cas des territoires et de leurs aménagements. Ces formations, en raison de leur contenu, sont essentiellement dispensées par les écoles doctorales, qui emploient comme formateurs les enseignants-chercheurs de leurs unités de formation et de recherche, de sorte que la formation doctorale est intégrée au sein du fonctionnement normal des services de l’établissement. Certaines de ces formations peuvent se confondre avec des séminaires pré-existants, soit séminaires d’équipes, soit séminaires de master de recherche. D’autres sont en revanche entièrement distinctes, par leur forme et leur organisation, et peuvent par exemple se présenter sous l’aspect de cycles de conférences, par des conférenciers extérieurs invites, comme au sein de l’école doctorale de Langues, Littératures et Sciences Humaines.

Les formations transversales. Il peut s’agir soit des formations scientifiques extra-disciplinaires, qu’une physicienne suivrait en mathématiques par exemple ou un littéraire en histoire, soit de formations méthodiques ou d’outillage sans contenu disciplinaire spécifique, telles que les formations à l’anglais scientifique, à la maîtrise de certains outils logiciels ou au droit de la recherche. Ces formations transversales dépendent soit du Collège, qui les pilote pour pouvoir efficacement les proposer à tous les doctorants, soit des écoles doctorales, les formations scientifiques des unes pouvant devenir les formations transversales des autres. Encore une fois, ce sont le plus souvent les enseignants-chercheurs des différents établissements qui assurent ces formations ou bien, et notamment pour l’école doctorale de Langues, Lettres et Sciences Humaines, les bibliothécaires et le personnel d’information et de documentation, qui proposent par exemple des formations aux outils de gestion bibliographique.

Les formations professionnelles. Elles ont pour but d’assurer l’avenir professionnel du doctorant, dans le public ou le privé. La plupart d’entre elles se repose sur un service associatif appelé Valoridoc, qui assure de longue date et avec beaucoup d’efficacité de semblables formations, à Grenoble entre autres lieux. Valoridoc propose des séances de formation, des simulations d’entretien d’embauche, des entretiens blancs en français et en anglais quand le doctorant a trouvé un poste spécifique, des réunions de réseau, etc. L’essentiel de la formation professionnelle est à vrai dire orientée vers la recherche d’emploi dans le privé ou, autre grande spécialité grenobloise évidemment, vers la création d’entreprises, notamment technologiques.

La validation de ces différentes formations fait pour l’heure l’objet de pratiques divergentes que les recommandations du groupe de travail ont vocation à harmoniser. On distingue d’abord les écoles doctorales qui adoptent un système de crédits de celles qui adoptent un système d’heures. En réalité, la base des deux systèmes sont les 120 heures réglementaires de formation, qui sont en fait des heures d’équivalence de formation, un peu comme un cours magistral peut valoir tant d’heures équivalent TD dans le service d’un enseignant-chercheur. Les crédits expriment ces heures en unités plus abstraites et mieux adaptées à la réalité fluctuante des formations. Pour certaines écoles, 1 crédit représente 3 heures, pour d’autres 5 ou 6 et ainsi de suite, avec des modulations en fonction du type de formations et des plafonds.

Or, si chaque système est (à peu près) compréhensible pour les membres des écoles doctorales prises individuellement, il devient beaucoup plus obscur lorsqu’il est affronté par un doctorant issu d’une autre école doctorale, soit dans le cadre du DFI, soit dans celui des formations transversales. L’opacité des validations est un frein considérable à la diversification de la formation par la mutualisation, en cela que l’un des deux objectifs de la mutualisation, au-delà de la mise en commun de certaines formations, est l’ouverture du plus grand nombre de formations au plus grand nombre de candidats potentiels. Ironiquement, le principal obstacle à l’interdisciplinarité dans la formation doctorale résiderait moins dans les spécificités épistémiques de chaque discipline que dans la gestion administrative de la validation.

Au-delà de ces problèmes qui se résument, finalement, à des questions de terminologie et d’unités de mesure, des divergences plus considérables existent. L’une d’entre elles tient à la validation des cotutelles et des activités professionnelles. Certaines écoles doctorales considèrent que les cotutelles constituent une formation en elles-mêmes, certaines estiment aussi que le salariat, soit parallèle à la recherche en thèse, soit lié à un contrat CIFRE (Convention Industrielle de Formation par la Recherche), est en soi une formation professionnelle, etc. Autre grande différence, qui distingue nettement les sciences de la matière et du vivant des sciences humaines et sociales : la conception de la publication. D’un côté, les sciences exactes tiennent la publication comme une fonction habituelle du chercheur, sans rapport avec sa formation ; de l’autre, les sciences humaines, qui pratiquent la publication et la signature individuelle et publient à un rythme infiniment moindre, voient dans les premières publications du doctorant une étape fondamentale de sa formation et les créditent donc, parfois très généreusement.

En d’autres termes, toute discussion d’uniformisation des pratiques de formation doit tenir compte in fine, des pratiques et des cultures disciplinaires. Si certains grands regroupements sont possibles, les pratiques des différents domaines sont parfois trop considérables pour être aisément effacées. À l’heure des fusions, des communautés universitaires, des harmonisations galopantes et des économies d’échelle sans doute pas très économiques, il importe de prêter attention à ce que des discussions en apparence purement administratives et gestionnaires n’aient pas des conséquences épistémologiques et culturelles imprévues. De ce point de vue, la constitution de groupes de discussion et de travail non-hiérarchiques à l’intérieur des superstructures en création pour en contrôler les effets de bord est un instrument essentiel pour la gouvernance de nos savoirs — un instrument dont aucun comité d’administration ne pourrait prétendre à faire à l’économie sans encourir des risques considérables.

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Une réponse sur “La formation doctorale à Grenoble”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.