Écrire sur un inconnu : problèmes de méthode

3. Questions de méthode

Il n’est pas question de revenir ici sur le profit qu’il y a à tirer de la lecture de l’ouvrage de K. Misono : la présentation de l’œuvre de Marandé, pour elle-même, pour la compréhension des controverses qui entourent le jansénisme et pour celle du fonctionnement des polémiques théologiques et des stratégies de ceux qui y prennent part, est très précieuse. Un semblable projet n’en pose pas moins certains problèmes de méthode, qui du reste peuvent paraître parfaitement accessoires à qui n’aurait pour but que de s’informer plus avant sur les questions d’histoire religieuse et d’histoire littéraire.

Le premier de ces problèmes est quasi un problème d’écriture. Comment présenter une doctrine complète en un nombre de pages assez réduit ? À bien y regarder, l’ouvrage de Misono est largement composé de citations de Marandé, insérées dans le texte, présentées indépendamment ou indiquées en notes, qu’accompagne la paraphrase de ce qui y est contenu, rendue souvent nécessaire par l’obscurité de la formulation et des distinctions théologiques utilisées. On comprend le désir de présenter autant que possible le texte même de Marandé, difficilement trouvable sinon, qui anime une semblable disposition, mais force est de constater qu’elle laisse peu de place aux commentaires véritablement originaux et à la contextualisation, et ainsi le lecteur qui ne serait pas déjà très familier de la doctrine janséniste, dont aucun résumé synthétique n’est proposé, et de l’histoire de sa répression, éprouverait des difficultés considérables à comprendre non seulement le contexte de production des écrits de Marandé, mais encore ces écrits eux-mêmes — de sorte que le livre se présente finalement comme un ouvrage pour (hyper-)spécialistes des querelles jansénistes ou tout du moins de l’histoire religieuse du dix-septième siècle. Or, sont-ce vraiment ces spécialistes qui tireront le plus de profit d’une semblable lecture ?

Loin de moi l’ambition de faire autre chose que de désigner lâchement le problème sans y apporter la moindre solution. Car, en effet, comment procéder ? Une présentation plus synthétique, qui accorderait moins de place à la voix de l’auteur étudié et à sa paraphrase, courrait le risque de fondre la pensée dans les conceptions plus générales des adversaires du jansénisme, auxquels Marandé n’apporte pas nécessairement des arguments d’une évidente originalité. À l’inverse, une présentation plus analytique, qui s’attacherait non seulement à la reformulation mais à la description précise des articulations du système, serait contrainte, ou de produire un ouvrage de plusieurs milliers de pages (et donc pour hyper-spécialistes courageux), ou de ne traiter qu’une petite partie de l’œuvre de Marandé et d’abandonner ainsi la spécificité du travail que l’on s’était originellement proposé.

Le deuxième problème consiste à déterminer s’il est bien possible d’inférer un auteur d’un corpus. Avec quelque force que Keisuke Misono affirme la cohérence de l’œuvre de Marandé, le lecteur a souvent l’impression d’avoir affaire à une série d’écrits dont le rapport n’est que circonstanciel. AÀ défaut de présentation étendue à la fois synthétique et analytique, à défaut également de données biographiques assez conséquentes et précises, Léonard de Marandé n’est plus le nom ni d’un personnage historique (dont on ne sait à peu près rien), ni d’une pensée singulière (qui est plutôt le produit de la polémique). La première partie de l’ouvrage, intitulée « Léonard de Marandé et son milieu familial », d’ailleurs fort brève, fait ainsi figure d’électron libre, et le dernier chapitre, concis lui aussi, consacré aux « réactions de Port-Royal », ne présente que l’image de Marandé véhiculée par les jansénistes. L’auteur reste finalement inconnu. La difficulté est loin d’être anecdotique. Par exemple, K. Misono s’applique à essayer de prouver que Marandé est un grand lecteur de Montaigne. Mais, à bien des égards, les rapports entre les textes de Marandé et ceux du célèbre essayiste relèvent plutôt de la reprise de lieux communs (sans rien préjuger de leur intérêt par ailleurs) que de l’influence directe. Or, si les données biographiques étaient plus précises, on trancherait plus aisément la question et il serait possible, ou d’exploiter plus avant le rapport entre Montaigne et Marandé en étant assuré que le second a lu le premier, ou de mesurer la diffusion générale des idées de Montaigne au dix-septième siècle.

En l’absence de documents, encore une fois, que faire ? Faut-il abandonner complètement toute figure de l’auteur, toute mention de ses motivations personnelles et de sa biographie, au risque de diluer enfin la singularité de l’œuvre dans l’esprit du siècle ou d’un groupe, ce qui ôte nécessairement à l’étude beaucoup de son intérêt socio-historique ? Faut-il au contraire se livrer à de hasardeuses conjectures, affirmer comme le fait parfois K. Misono que Marandé reprend ceci ou cela, agit pour telle ou telle raison, et produire un savoir peut-être loin d’être inexact, surtout très éclairant, mais dont les fondements sont fragiles ?

Encore une fois, que des interrogations ici et aucune solution.

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.