Écrire sur un inconnu : problèmes de méthode

1. Léonard de Marandé, sa vie, son œuvre, sa psychologie

Après une brève introduction qui rappelle l’obscurité quasi totale de l’objet de son propos, la première des cinq parties de l’ouvrage est consacrée à l’exposé de l’existence de Léonard de Marandé ainsi qu’à son contexte familial. À ces premières considérations biographiques se joignent, au cours de l’étude, d’autres éléments exposés plus ponctuellement, relatifs à la psychologie ou aux diverses circonstances de la carrière de l’auteur, et qui viennent compléter un portrait, nous allons le voir, difficile à établir avec précision.

Cette difficulté se fonde sur une première indécision : déterminer le nombre de Marandé auxquels on a affaire. Le premier chapitre de K. Misono expose ainsi ce que l’auteur appelle « la thèse des deux Marandé », mise en place dès le dix-septième siècle, à partir de mentions biographiques incomplètes dans diverses sources. L’essentiel de la question est de savoir si le Marandé greffier du Palais puis aumônier et conseiller du roi est le même que celui qui s’engage dans la controverse théologique et plus largement les écrits religieux. Après avoir expliqué la manière dont la thèse des deux Marandé a pu se construire, l’auteur prouve l’identité du personnage : il n’y a qu’un seul Marandé, auquel le prénom correct de Léonard n’est pas toujours attribué. Les documents sur son existence n’en sont pas pour autant plus nombreux ; au moins peut-on dire qu’il est issu d’une famille de noblesse de robe d’abord modeste qui connaît, au cours du dix-septième siècle, une fulgurante ascension sociale, dont la participation de Léonard de Marandé à une querelle de docteurs de premier plan constitue l’aboutissement.

Marandé n’est donc pas un théologien de profession et, en la matière, il est autodidacte. Ses connaissances, selon K. Misono, sont de première main, malgré les accusations que ses adversaires porteront à son encontre et deux penseurs exercent sur lui une influence considérable : Michel de Montaigne d’un côté et Thomas d’Aquin de l’autre. La première incarnation de la pensée de Marandé est ainsi sceptique : il s’agit du Jugement des actions humaines, paru en 1624, dont K. Misono estime qu’il entretient une très grande proximité avec les thèses de Montaigne. Sur ces bases, Marandé entame, de manière peut-être un peu étonnante, une carrière d’apologiste avec notamment Le philosophe chrétien ou les mystères de la foi prouvés par raisons naturelles (1638) puis Le Théologien français (en trois volumes, de 1641 à 1643, avec un Abrégé en 1642) et surtout La clef ou abrégé de la Somme de Saint Thomas (1649). Cette activité apologétique s’accompagne d’une recherche docte sur des questions qui préoccupent les théologiens contemporains, recherche rassemblée dans les Antiquités de l’Eglise de l’ancien usage des sacrements (1652). S’ouvre à partir de 1653 une prolifique carrière de polémiste, avec, parmi d’autres, les Inconvénients d’Etat procédant du jansénisme. Avec la réfutation du Mars français de Monsieur Jansénius (1654), qui envisage la question du jansénisme d’un point de vue politique, la Traduction fidèle du dernier décret d’Innocent X portant condamnation de la doctrine de Jansénius et des livres faits pour sa défense (1655), qui place Marandé au cœur de l’activité anti-janséniste et La question de fait touchant Jansénius, traitée par le droit et par le fait, avec la réponse à tous les libelles de Port-Royal qui ont paru depuis deux ans (1661).

Selon K. Misono, la progression est un peu atypique. À en croire les adversaires de Marandé, l’homme se distinguait par son ignorance des questions religieuses, n’étant pas théologien de formation, et par une vanité qui le poussait à vouloir paraître en toute circonstance. K. Misono souligne cependant que les partisans des Jésuites louaient le style et l’implication de Marandé et recommandaient à l’occasion ses ouvrages. Il est difficile, selon l’auteur, de démêler la vérité du caractère sous des opinions contradictoires ; il lui semble néanmoins que Marandé a essayé de se construire une stature de polémiste de premier plan, en répondant systématiquement aux libelles de Port-Royal, en envisageant les questions sur tous les plans (théologique et politique principalement) et en interpellant directement le plus éminent de ses adversaires, c’est-à-dire Arnauld. Il y aurait donc bien désir de se faire reconnaître et paraître. À cette motivation toute personnelle se joindrait celle, plus générale, de préserver la paix de l’État, défendre la royauté, transmettre à un large public les questions difficiles de théologie et d’histoire de la religion et préserver la continuité de l’Église Catholique.

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.