Écrire sur un inconnu : problèmes de méthode

Il suffit de consulter la liste des ouvrages parus dans la collection « Lumière classique » chez Honoré Champion pour se convaincre de la considérable attention critique dévolue, ces dernières années, à Port-Royal et, plus largement, à la question du jansénisme et de l’augustinisme au dix-septième siècle. Les ouvrages de Philippe Sellier, Michel Le Guern, Tony Gheeraert, Marie Pérouse, Laurent Susini, Simon Icard (voir la recension de François Trémolières), Delphine Reguig-Naya et, pour la seule année 2012, Tetsuya Shiokawa (voir la recension de Sébastien Charbonnier), Bernard Chédozeau (voir la recension du premier volume de Port-Royal et la Bible par Philippe Sellier) et Keisuke Misono, témoignent, pour cette seule collection, de l’intérêt porté à ce que l’on pourrait appeler, faute d’un meilleur terme, un courant de pensée. Dans ce paysage critique contemporain, l’ouvrage de Keisuke Misono occupe à première vue une place singulière : quand l’essentiel des études parues concerne ce que Port-Royal dit de Port-Royal, ce que Port-Royal fait de la religion, de la politique ou de la littérature, K. Misono s’intéresse pour sa part à l’autre discours de cette grande affaire de la seconde moitié du dix-septième siècle : celui des opposants à la doctrine d’Arnauld. À cette première particularité il faut en ajouter encore une seconde, qui est le souci quasi exclusif de l’ouvrage pour un auteur si mineur qu’à moins d’être spécialiste, non seulement du dix-septième siècle, mais encore des polémiques religieuses, il est bien difficile de connaître : Léonard de Marandé.

À n’en pas douter, le projet est intéressant. Plus que cela, même, il est rendu nécessaire précisément par la vivacité et la prolixité des études consacrées au jansénisme, qui risqueraient fort de faire oublier que les gens de Port-Royal n’occupaient pas seuls l’espace théologique et littéraire du dix-septième siècle et qu’il y avait, contre eux, un discours théologique, politique et polémique virulent. Le dix-septième siècle n’était pas janséniste et il s’efforçait avec beaucoup d’ardeur de ne pas le devenir. Nécessaire encore de s’attacher aux grands oubliés de l’histoire littéraire, tant il est vrai que cette histoire, pour le siècle qui par excellence est celui des classiques, nous offre parfois un tableau de la scène littéraire bien différent de celui qui se présentait aux contemporains et il suffit de songer à l’abîme qui sépare l’obscurité présente de Ménage et sa grande célébrité d’alors pour mesurer combien les siècles successifs ont construit un dix-septième siècle, et singulièrement un siècle de Louis XIV, pour reprendre le titre de Voltaire, qui n’a parfois que peu de rapport avec la production effective.

Seulement, l’entreprise n’est pas sans difficulté. À présenter un inconnu comme Léonard de Marandé, on court toujours le risque de céder à l’ambition de défendre celui que l’on exhume, comme la critique féministe de langue anglaise qui, en tirant la dramaturge du dix-septième siècle Aphra Behn de l’oubli relatif dans lequel l’histoire littéraire victorienne l’avait laissée, s’est escrimée à défendre en même temps qu’elle les exposait les pièces de l’auteure, quitte à faire bon marché de ce qu’elles avaient de conventionnel et de commercial. Pire encore : l’inconnu peut être inconnu parce que les documents n’abondent pas à son propos. Comment alors rendre compte efficacement de la cohérence d’une pensée dont il ne reste que des traces ? Ou bien, quand tous les textes sont encore disponibles, est-il judicieux de construire une œuvre à partir d’ouvrages qui n’ont en commun qu’un nom ? Cela suffit-il à faire un auteur et l’histoire littéraire a-t-elle bien besoin de ce genre d’auteurs ?

Ces questions, Keisuke Misono ne les expose que rarement de manière explicite ; il me semble pourtant que son ouvrage les ravive. Pour ne pas réduire cependant cette étude aux problèmes qu’elle pourrait poser, j’en présenterai d’abord les grandes lignes, avant de m’attacher plus particulièrement aux questions de méthode que je viens ici d’évoquer.

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.