Cinq ans de Princesse de Clèves

Il y a quelques années, quand en sortant de classes préparatoires je hantais un peu au hasard les couloirs de l’université à la recherche d’un directeur de mémoire, avec une idée pour cinq ou six années de recherche sur le rapport des représentations de l’espace et du corps dans les littératures francophones et anglophones de l’époque médiévale à l’époque contemporaine, je me suis retrouvé à pitcher une idée de mémoire sur La Princesse de Clèves, comme on le ferait d’une idée de start up, de film ou de produit capillaire innovant. C’était la toute première étape de mon parcours de jeune chercheur et j’avais choisi La Princesse de Clèves pour son intérêt propre, au même moment où l’œuvre (re)devenait hype dans le milieu académique et universitaire, grâce aux propos de Nicolas Sarkozy, au cœur d’une polémique à laquelle j’allais consacrer, l’année suivante, une partie de mon second mémoire de master.

 J’étais jeune et insouciant, à l’époque, mais j’avais déjà deux traits de caractère qui ne m’ont pas quitté depuis, un égo démesuré et une ambition irrationnelle, bref, un tempérament qui aurait pu me pousser à tenter de dominer le monde mais qui, à la place, m’incite à ouvrir des chantiers académiques loufoques et gargantuesques. Quand mon directeur de mémoire de l’époque me suggérait, avec une perplexité diplomatique, que La Princesse de Clèves n’était pas tout à fait le plus obscur des textes et qu’il était fort possible que tout eût déjà été dit sur le sujet, même si j’ignorais beaucoup de la bibliographie critique, j’étais convaincu d’avoir assez d’idées nouvelles pour remplir une ou deux centaines de pages sur la question. Je me lançais donc d’un pas énergique, à défaut d’être joyeux, sur la chemin de la découverte.

J’avais raison. Comme on pouvait le craindre, ça n’a pas aidé à me rendre plus modeste, mais comme je n’ai pas encore décidé si je voulais que l’on m’appelle Imperator ou simplement Caesar (à moins que ce ne soit l’inverse), ma mégalomanie demeure relativement discrète. Mais passons. Avant-hier s’est tenu à l’Université Grenoble-3, la dernière réunion annuelle du conseil de l’École Doctorale 50, dont j’étais membre. Le conseil était réuni pour auditionner les candidats aux contrats doctoraux 2014-2017 et c’était une occasion d’avoir un aperçu de quelques-uns des sujets de thèse qui vont se développer, dans les années à venir, au sein de l’université.

Parmi eux, un beau sujet sur Tacite, qui a su convaincre, mais qui a dû d’abord le faire en prouvant qu’il y avait quelque chose de neuf à dire sur Tacite. Comme le conseil est pluridisciplinaire, peu de membres n’avaient ne serait-ce qu’une vague idée de l’état de la critique sur Tacite, mais l’auteur, comme La Princesse de Clèves, fait partie d’une sorte de culture générale de l’élite qui lui donne une familiarité dangereuse pour l’aspirant chercheur : on soupçonne toujours que tout a été dit sur ce dont on connaît le nom ou, tout du moins, qu’on en a dit déjà beaucoup.

S’il est vrai que sur Tacite la bibliographie internationale est déjà considérable, ce qui du reste n’empêche pas la nouveauté, sur La Princesse de Clèves, la vague est imposante mais ne submerge pas. Quelques années en arrière, donc, je découvrais que la bibliographie demeurait à taille humaine, d’une part, et d’autre part qu’elle fonctionnait avec quelques idées récurrentes jamais véritablement interrogées, devenues des évidences douteuses ou encore à prouver. Après m’être assuré une connaissance approfondie de l’œuvre dans un premier mémoire et de ses contextes de réception dans le second, y compris le nôtre, je me suis attaché à exposer les difficultés de ses traditions interprétatives les plus courantes, dans une série d’articles.

(C’est une très mauvaise habitude, soit dit en passant, d’écrire ses articles en série, d’abord parce que, l’édition universitaire étant ce qu’elle est, ils paraissent dans le désordre le plus absolu et vous font paraître à vos propres yeux, avec cinq ans de retard, parfaitement crétin, et ensuite parce que pour restituer la cohérence de la série, vous vous autocitez, pratique apparemment honnie — Dieu vous garde d’avoir de la suite dans les idées.)

 Le dernier paru en date, qui n’est pas du tout le dernier écrit, mais enfin le dernier paru en date est un article sur la scène de rencontre. Son rôle était double : 1. revenir sur une scène souvent évoquée mais rarement analysée en détail, sauf à considérer les quelques pages allusives qu’y consacre Jean Rousset dans Leurs yeux se rencontrèrent comme une véritable étude et 2. interroger les conditions de cohérence ou d’incohérence de la nouvelle en faisant coexister l’analyse structurelle et l’analyse idéologique.

La seconde a eu ses beaux jours déjà dans la critique lafayettienne : le diptyque de Jesús Camarero Arribas, sous le titre général « Filosofía y literatura en el siglo XVII » est un bon exemple relativement récent de ce geste interprétatif dont John Campbell, pour La Princesse de Clèves, dressait le bilan il y a quelques années dans son article « Round Up the Usual Suspects », paru dans la fameuse revue French Studies. Campbell concluait ainsi en 2006 à une relative indécidabilité du cadre idéologique de La Princesse de Clèves, ce qui trahissait moins une quelconque ambiguïté précieuse du texte qu’un déficit de réflexion méthodologique de la part des interprètes.

En analysant le corpus critique des cinquante dernières années à peu près, j’ai montré qu’il existait en fait plusieurs manières concurrentes de résoudre le texte et que chacune poursuivait ses propres objectifs. Dans un article paru en 2011 et récemment republié ici, j’avais tracé l’opposition entre les interprétations féministes et celles de l’histoire littéraire. Je me suis consacré ensuite à l’exploration des possibilités et des inefficacités de ces deux traditions, en termes d’usage de l’œuvre à l’époque contemporaine et particulièrement au tournant entre les XXe et XXIe siècles.

En 2012, j’ai bâti sur les bases de l’article de 2011, qui décrivait l’interprétation féministe comme une interprétation contre-historique, en montrant, dans un nouvel article consacré à la figure de Madame de La Fayette, la manière dont la biographisation de l’autrice servait a posteriori à historiciser une interprétation contredite par le contexte historique. Cet article faisait pendant à une conférence que j’avais donnée en 2009 au Lycée Champollion de Grenoble, où j’avais tenté de décrire sociologiquement le parcours d’écrivaine de Lafayette, une conférence dont j’ai perdu, hélas, la transcription. Dans une même perspective de déconstruction des cadres hérités de la perspective critique, je me servais en 2013, dans un troisième article général, du déplacement queer pour analyser théoriquement les apories de la lecture féministe de la nouvelle.

Dans le même temps, l’actualité scientifique me permettait de donner deux illustrations précises, sur des motifs thématiques isolés ou des séquences textuelles bien identifiées, du fonctionnement de mes analyses : la première consistait dans l’examen détaillé de la scène de rencontre, cité plus haut, et la seconde dans un article de 2013 sur le motif du secret dans La Princesse de Clèves. Tous ces efforts n’avaient pas pour but d’ôter toute crédibilité à l’interprétation féministe, mais bien de la transformer en outil performant tout à fait distinct de l’histoire littéraire et, parallèlement, je me suis attaché à participer à la définition collective des bienfaits des lectures anachroniques, dans un article qui prenait l’exemple de la ré-attribution fictive de l’œuvre à Virgnia Woolf, et dans un article plus théorique sur l’actualisation littéraire.

 L’histoire littéraire posait des problèmes différents. Ceux de la lecture féministe avaient tous trait à son exactitude, c’est-à-dire à l’adéquation entre les interprétations politiques progressistes et les données du texte, à la possibilité de faire l’économie ou non du contexte dans l’activité interprétative. Les problèmes de l’histoire littéraire, comme l’avait prouvé la polémique des années 2000, tenait à l’efficacité d’un texte trop précisément décrit par son ancrage historique. Il s’agissait d’interroger la possibilité, pour La Princesse de Clèves, d’être reçu comme un texte contemporain.

J’avais choisi l’angle de la transposition filmique pour aborder ce problème délicat, dans deux articles, l’un jamais publié, à cause de la disparition de la revue à laquelle il avait été soumis, et qui portait spécifiquement sur le Nous, Princesses de Clèves de Régis Sauder et sur les facteurs diastratiques dans la réception de l’œuvre littéraire, l’autre, paru en 2013, qui abordait toutes les transpositions, de Delannoy à Sauder. Un article sur les éditions contemporaines de la nouvelle doit encore paraître dans les mois (ou années) à venir. Au même moment, j’ai repris les travaux dont j’avais eu l’intuition dans ma conférence non publiée de 2009, autour du parcours social de Lafayette, grâce à l’étude de sa correspondance et de son réseau littéraire ; les premiers résultats de ses travaux, en partie présentés dans le séminaire de rhétorique de mon équipe d’accueil, sont pour l’heure en cours de publication.

***

Cinq ans après le jour où j’ai tenté, pour la première fois, de convaincre un universitaire de l’intérêt pour moi de continuer à étudier La Princesse de Clèves, j’ai donc produit sur la question une série d’une dizaine de textes académiques, conférences, articles, interventions, sans compter des billets comme celui-ci. Ce qui compte surtout, c’est que, au même moment, d’autres travaillaient sur de semblables questions.

Camille Esmein préparait ainsi l’édition des œuvres complètes de Lafayette à la Pléiade, parue il y a quelques mois, offrant un outil dont l’absence se faisait cruellement sentir et ouvrant la voie à de nouvelles études sur la correspondance de l’autrice, à propos de laquelle elle présentera ses premières conclusions à l’automne prochain, à Grenoble, lors du colloque organisé par Cécile Lignereux.

Beatriz Polidori Zechlinski, pour n’en citer que deux, soutenait en 2012 à Curitiba au Brésil sa thèse lusophone sur Scudéry, Jacqueline Pascal et Lafayette, où elle tentait de faire coïncider une approche historique rigoureuse et une lecture féministe : si on peut télécharger sa thèse, ce travail est sans doute condamné à demeurer méconnu parmi les lafayettiens, faute d’accéder à la traduction qu’il mériterait en anglais ou en français — un projet difficile à mener, me confiait l’autrice, que j’avais rencontrée au hasard d’un colloque, à Orléans. La situation est d’autant plus regrettable que Beatriz Polidori Zechlinski tentait au fil de sa thèse une conciliation audacieuse, même si à mon avis vouée à l’échec, de deux traditions critiques antagoniques.

Pour ma part, La Princesse de Clèves a cessé pour un temps d’être l’objet de ma recherche, quoique certains travaux critiques à son sujet tiennent une place importante dans le versant théorique et méthodologique de ma thèse sur l’attribution des œuvres à leurs auteurs. En revanche, comme Camille Esmein, avec laquelle j’ai eu l’occasion d’échanger il y a quelques mois grâce au colloque parisien sur les vices de style à l’époque moderne, j’estime que les textes jusque là mineurs de Lafayette, et notamment sa correspondance, ont encore beaucoup à apporter à la critique.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.