La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité

 Ces dernières observations conduisent finalement à retrouver, au moins du point de vue de la méthode, si ce n’est du contenu, le terrain familier de l’archéologie foucaldienne, telle qu’elle se présente du moins dans Les Mots et les Choses. L’archéologie foucaldienne tend, rappelons-le, à concevoir les concepts d’une époque, non comme des créations entièrement nouvelles, mais comme des assemblages originaux des restes d’une époque passée, c’est-à-dire en quelque manière comme la réorganisation de la même matière. Chercher l’émergence de la subjectivité moderne, ce n’est donc pas tenter de découvrir l’exemple d’un sujet entièrement subversif qui renverserait ou aurait eu le pouvoir de renverser l’ordre social de son temps, mais bien d’essayer de repérer un assemblage atypique du matériel commun, qui vit à la marge mais dans la société, car toute vie extérieure (dans un récit, hors du langage) serait une vie dans le néant, c’est-à-dire une contradiction mortifère (c’est l’ultime silence des dernières lignes de La Princesse de Clèves).

Mais il est vrai que ces considérations archéologiques ne forment pas le cœur du présent propos, où il s’est bien plutôt agi d’examiner rigoureusement La Princesse de Clèves, ou plus exactement et modestement d’indiquer quelques pistes pour un semblable et futur examen. Pour l’heure, cette enquête aura eu, je l’espère, le mérite de dégager l’importance de ce que j’ai appelé une opération différentielle ou encore un instant de scansion existentielle, c’est-à-dire l’instant du choix, pour un être, de tous les chemins plus ou moins connus et prévisibles qui s’offrent à lui pour parcourir le territoire qu’il s’agit à présent pour lui d’occuper, et de souligner que si ces opérations différentielles sont ponctuelles, elles n’en demeurent pas moins la source de l’identité personnelle.

Bibliographie

Allentuch, Harriet, « Pauline and the Princess de Clèves », Modern Language Quaterly 30.2 (1969), pp. 171-83.

Allentuch, Harriet, « The Will to Refuse in La Princesse de Clèves », University of Toronto Quaterly 44.3 (1975), pp. 185-98.

Bayard, Pierre, Peut-on appliquer la littérature à la psychanalyse ?, Editions de Minuit, Paris, 2004.

Beugnot, Bernard, Le discours de la retraite au XVIIème siècle : loin du monde et du bruit, Presses Universitaires de France, Paris, 1996.

Brink, Margot, « Interprétations cinématographiques de La Princesse de Clèves : du cadavre exquis à l’héroïne d’une nouvelle éthique », Biblio 17 179 (2009), pp. 113-25.

Butler, Judith, Gender Trouble, Routeledge, New-York, 1999. pp. 107-94.

Camarero Arribas, Jesús, « Philosophie et littérature au XVIIe siècle : la théorie des passions de Pascal et La Princesse de Clèves de Madame de Lafayette », Thélème 15 (2000), pp. 113-25.

Camarero Arribas, Jesús, « Filosofía et literatura en el siglo XVII (II) : la teoría de las pasiones de Descartes et La Princesse de Clèves  de Madame de Lafayette », Revista de la Asociación Española de Semiótica 13 (2004), pp. 347-65.

Campbell, John, « Round Up the Usual Suspects : the Search for an Ideology in La Princesse de Clèves », French Studies 64.4 (2006), pp. 437-52.

Collington, Tara et Philip, « Adulteration or Adaptation ? Nathaniel Lee’s Princess of Cleves and Its Source », Modern Philology 100 (2002), pp. 196-226.

DeJean, Joan, « Lafayette’s Ellipses : The Privileges of Anonymity », Papers of Modern Language Association 99.5 (1984), pp. 884-902.

Dubois, François-Ronan, « De quoi la Princesse de Clèves est-elle le sujet ? », Université Stendhal, Grenoble, 2010.

Dubois, François-Ronan, « La Princesse de Clèves est une œuvre sans avenir », Université Stendhal, Grenoble, 2011, pp. 17-33.

Fisch, Gina, « Charrière’s Untimely Realism : AEsthetic Representation and Literary Pedagogy in Lettres de Lausanne et La Princesse de Clèves », Modern Language Notes 119.5 (2004), pp. 1058-1082

Green, Mary J., « Laure Conan and Madame de Lafayette : Rewriting the Female Plot », Essays on Canadian Writing 43 (1987), pp. 50-64

Fosalba, Eugenia, « Retazos de novela sentimental castellana. Hacia La Princesse de Clèves », Bulletin hispanique 108.2 (2006), pp. 389-420.

Foucault, Michel, Les Mots et les Choses, Gallimard, Paris, 1966.

Foucault, Michel, Le Souci de soi, Gallimard, Paris, 1984.

Foucault, Michel, L’Herméneutique du sujet, Gallimard, Paris, 2001.

Fournier, Nathalie, « Affinités et discordances stylistiques entre Les Désordres de l’Amour et La Princesse de Clèves : indices et enjeux d’une réécriture », Littératures classiques 61 (2007), pp. 259-76.

Gevrey, Françoise, « Les registres de la jalousie dans quelques imitations de La Princesse de Clèves », Cahiers de l’Association Internationale des Etudes Françaises 41 (1989), pp. 25-40.

Greene, Mildred S., « ‘A Chimera of Her Own Creating’ : Love and Fantasy in Madame de Lafayette’s La Princesse de Clèves and Richardson’s Clarissa », Rocky Mountain Review of Language and Literature 40.4 (1986), pp. 220-232 .

Haig, Stirling, « La Princesse de Clèves and Saint-Réal’s Dom Carlos », French studies 22.3 (1968), pp. 201-205 .

Hamilton, Holly C., « Finding their wings :Yan-Zi and the Princesse’s journey from object to subject in Ying-Chen’s L’Ingratitude and Madame de Lafayette’s La Princesse de Clèves », Romances Notes 48.3 (2008), pp. 385-394.

Labio, Catherine, « What’s in the fashion vent : Behn, Lafayette and the market for novel and novelty », Journal of Medieval and Early Modern Studies 28.1 (1998), pp. 119-139 .

Lafayette, Marie-Madeleine, La Princesse de Clèves, Librairie Générale Française, Paris, 1990, p. 239.

Niderst, Alain, « Racine et Mme de Lafayette, lecteurs du Traité des passions », La peinture des passions de la Renaissance à l’âge classique, Université de Saint-Etienne, 1995, pp. 379-91.

O’Keefe, Charles, « The Princess, Dido, Diana : Lunar Glimpses in La Princesse de Clèves », Papers on French Seventeenth Century Literature 35.69 (2006), pp. 671-685.

Quantin, Jean-Louis, « Ces autres qui nous font ce que nous sommes : les Jansénistes face à leurs adversaires », Revue de l’histoire des religions 212.4 (1995), pp. 397-417

Reguig-Naya, Delphine, Le Corps des idées : pensées et poétiques du langage dans l’augustinisme de Port-Royal, II, Honoré Champion, Paris, 2007, pp. 569-656.

Rochigneux, Allison J., « L’expression de l’autonomie et de l’espace dans La Princesse de Clèves de Madame de Lafayette : la galanterie et la vertu », Université de Regina, 2001.

Santa Baneres, Angela, « ‘Le Scrupule’ de Jean-François de Marmontel, ¿cuento moral y/o parodia ? », Narrativa francesa en el s. XVIII, Universidad Nacional de Educación a Distancia, Madrid, 1998, pp. 109-118.

Schaf, Ellen, « Finding her voice : the Princess’ struggle in Madame de Lafayette’s La Princesse de Clèves », Miami University, Oxford (Ohio), 2011.

Sellier, Philippe, Port Royal et la littérature : le siècle de Saint Augustin, II, Honoré Champion, Paris, 2000, pp. 201-213.

Spagnola, Tabitha, « Au carrefour du roman et de l’histoire : des points tournants du statut de la femme dans La Princesse de Montpensier et La Princesse de Clèves de Madame de Lafayette », Université de Colombie Britannique, 1997.

Woshinski, Barbara, La Princesse de Clèves : The Tension of Elegance, Mouton, La Haye, 1973.


[1] Foucault, Michel, Les Mots et les Choses, Gallimard, Paris, 1966.

[2] Foucault, Michel, L’Herméneutique du sujet, Gallimard, Paris, 2001.

[3] Foucault, Michel, Le Souci de soi, Gallimard, Paris, 1984.

[4] Bayard, Pierre, Peut-on appliquer la littérature à la psychanalyse ?, Editions de Minuit, Paris, 2004.

[5] Butler, Judith, Gender Trouble, Routeledge, New-York, 1999. pp. 107-94.

[6] DeJean, Joan, « Lafayette’s Ellipses : The Privileges of Anonymity », Papers of Modern Language Association 99.5 (1984), pp. 884-902.

[7] Schaf, Ellen, « Finding her voice : the Princess’ struggle in Madame de Lafayette’s La Princesse de Clèves », Miami University, Oxford (Ohio), 2011.

[8] Allentuch, Harriet, « The Will to Refuse in La Princesse de Clèves », University of Toronto Quaterly 44.3 (1975), pp. 185-98.

[9] Rochigneux, Allison J., « L’expression de l’autonomie et de l’espace dans La Princesse de Clèves de Madame de Lafayette : la galanterie et la vertu », Université de Regina, 2001.

[10] Lafayette, Marie-Madeleine, La Princesse de Clèves, Librairie Générale Française, Paris, 1990, p. 239.

[11] Spagnola, Tabitha, « Au carrefour du roman et de l’histoire : des points tournants du statut de la femme dans La Princesse de Montpensier et La Princesse de Clèves de Madame de Lafayette », Université de Colombie Britannique, 1997.

[12] Brink, Margot, « Interprétations cinématographiques de La Princesse de Clèves : du cadavre exquis à l’héroïne d’une nouvelle éthique », Biblio 17 179 (2009), pp. 113-25.

[13] Campbell, John, « Round Up the Usual Suspects : the Search for an Ideology in La Princesse de Clèves », French Studies 64.4 (2006), pp. 437-52.

[14] Woshinski, Barbara, La Princesse de Clèves : The Tension of Elegance, Mouton, La Haye, 1973 ; Niderst, Alain, « Racine et Mme de Lafayette, lecteurs du Traité des passions », La peinture des passions de la Renaissance à l’âge classique, Université de Saint-Etienne, 1995, pp. 379-91 ; Camarero Arribas, Jesús, « Filosofía et literatura en el siglo XVII (II) : la teoría de las pasiones de Descartes et La Princesse de Clèves  de Madame de Lafayette », Revista de la Asociación Española de Semiótica 13 (2004), pp. 347-65 ;

[15] Camarero Arribas, Jesús, « Philosophie et littérature au XVIIe siècle : la théorie des passions de Pascal et La Princesse de Clèves de Madame de Lafayette », Thélème 15 (2000), pp. 113-25 ; Sellier, Philippe, Port Royal et la littérature : le siècle de Saint Augustin, II, Honoré Champion, Paris, 2000, pp. 201-213 ; Reguig-Naya, Delphine, Le Corps des idées : pensées et poétiques du langage dans l’augustinisme de Port-Royal, II, Honoré Champion, Paris, 2007, pp. 569-656 ;

[16] Fosalba, Eugenia, « Retazos de novela sentimental castellana. Hacia La Princesse de Clèves », Bulletin hispanique 108.2 (2006), pp. 389-420.

[17] Allentuch, Harriet, « Pauline and the Princess de Clèves », Modern Language Quaterly 30.2 (1969), pp. 171-83.

[18] Fournier, Nathalie, « Affinités et discordances stylistiques entre Les Désordres de l’Amour et La Princesse de Clèves : indices et enjeux d’une réécriture », Littératures classiques 61 (2007), pp. 259-76.

[19] Gevrey, Françoise, « Les registres de la jalousie dans quelques imitations de La Princesse de Clèves », Cahiers de l’Association Internationale des Etudes Françaises 41 (1989), pp. 25-40.

[20] Beugnot, Bernard, Le discours de la retraite au XVIIème siècle : loin du monde et du bruit, Presses Universitaires de France, Paris, 1996.

[21] Quantin, Jean-Louis, « Ces autres qui nous font ce que nous sommes : les Jansénistes face à leurs adversaires », Revue de l’histoire des religions 212.4 (1995), pp. 397-417.

[22] Dubois, François-Ronan, « La Princesse de Clèves est une œuvre sans avenir », Université Stendhal, Grenoble, 2011, pp. 17-33.

[23] Dubois, François-Ronan, « De quoi la Princesse de Clèves est-elle le sujet ? », Université Stendhal, Grenoble, 2010.

[24] Collington, Tara et Philip, « Adulteration or Adaptation ? Nathaniel Lee’s Princess of Cleves and Its Source », Modern Philology 100 (2002), pp. 196-226 ; Fisch, Gina, « Charrière’s Untimely Realism : AEsthetic Representation and Literary Pedagogy in Lettres de Lausanne et La Princesse de Clèves », Modern Language Notes 119.5 (2004), pp. 1058-1082 ; Green, Mary J., « Laure Conan and Madame de Lafayette : Rewriting the Female Plot », Essays on Canadian Writing 43 (1987), pp. 50-64 ; Greene, Mildred S., « ‘A Chimera of Her Own Creating’ : Love and Fantasy in Madame de Lafayette’s La Princesse de Clèves and Richardson’s Clarissa », Rocky Mountain Review of Language and Literature 40.4 (1986), pp. 220-232 ; Haig, Stirling, « La Princesse de Clèves and Saint-Réal’s Dom Carlos », French studies 22.3 (1968), pp. 201-205 ; Hamilton, Holly C., « Finding their wings :Yan-Zi and the Princesse’s journey from object to subject in Ying-Chen’s L’Ingratitude and Madame de Lafayette’s La Princesse de Clèves », Romances Notes 48.3 (2008), pp. 385-394 ; Labio, Catherine, « What’s in the fashion vent : Behn, Lafayette and the market for novel and novelty », Journal of Medieval and Early Modern Studies 28.1 (1998), pp. 119-139 ; O’Keefe, Charles, « The Princess, Dido, Diana : Lunar Glimpses in La Princesse de Clèves », Papers on French Seventeenth Century Literature 35.69 (2006), pp. 671-685.

[25] Santa Baneres, Angela, « ‘Le Scrupule’ de Jean-François de Marmontel, ¿cuento moral y/o parodia ? », Narrativa francesa en el s. XVIII, Universidad Nacional de Educación a Distancia, Madrid, 1998, pp. 109-118.

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Une réponse sur “La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.