La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité

 Ces conclusions ne sont pas sans difficulté. Je vois dans le corpus critique deux séries d’études susceptibles de fournir des objections sérieuses, auxquelles il faut ajouter une troisième série, mal explorée encore.

1. Une série idéologique. Quelques articles ont été consacrés à l’inscription de La Princesse de Clèves dans le paysage philosophique ou idéologique de son époque. John Campbell avait tracé en 2006 un panorama peu compréhensif de ces travaux[13], qui négligeait leur force polémique au sein des études lafayettiennes. Impossible ici d’en refaire le tour, si bien que je me contente de signaler deux influences fréquemment remarquées : d’une part, celle de Descartes[14] et d’autre part, celle du jansénisme[15]. Il importe peu, à vrai dire, que La Princesse de Clèves soit marquée par l’augustinisme, le cartésianisme ou un curieux mélange des deux influences : il suffit ici de remarquer que deux courants philosophiques majeurs de l’époque permettent de rendre compte du parcours existentiel de l’héroïne, de sorte qu’il est faux de dire que la subjectivité qui s’y met en œuvre est parfaitement inédite, point qui, je le rappelle, servait à justifier sa fécondité politique.

2. Une série sociale. Si la peinture de la société aristocratique par La Princesse de Clèves a été abondamment commentée et si l’on a bien montré que l’auteur rendait fidèlement compte du monde de son temps, très peu d’articles ont été consacrés à souligner la conformité du comportement de Madame de Clèves avec les habitudes de l’époque. Certes, on rappelle en passant que l’histoire de Madame de Clèves n’est pas sans exemple dans le domaine espagnol[16], dans le Mercure Galant, chez Corneille[17] ou chez Madame de Villedieu[18], mais c’est pour n’en pas tirer les conséquences. Or, de la même façon que ces concordances en amont témoignent de préoccupations communes mises en œuvre de manière similaire à l’époque, des concordances en aval[19] soulignent encore la permanence des thèmes et la propension de la production littéraire à les assimiler. Par ailleurs, il faut constater que certains éléments qui font le cœur de l’argumentation féministe autour de l’exception de la Princesse ont pu être inscrit dans des contextes beaucoup plus vastes des pratiques de l’époque, par exemple le motif de la retraite[20], et de l’identité par différence avec tous les autres[21]. Les exemples ne manquent pas.

3. Une série réceptive. Nous ne manquons pas en effet de témoignages sur la réception, en 1678, à la parution de la nouvelle, de ces faits si extraordinaires qui y sont contenus. Le matériau est composé de deux types de documents : des traités doctes et des lettres de lecteurs publiées dans le Mercure Galant. Les critiques qui se sont penchés sur ces questions ont souvent exagéré l’impression d’altérité que la nouvelle aurait faite sur ses premiers lecteurs ; un examen minutieux des lettres du Mercure Galant tend au contraire à prouver qu’il est relativement aisé pour ces personnes de reprendre les thèmes évoqués par la nouvelle, même les plus nouveaux, et de les manipuler avec les catégories habituelles de leurs discours.[22]

En somme, les choix de la Princesse n’ébranlent pas aussi profondément que la critique féministe a été tentée de l’affirmer le socle de la société patriarcale ; pourtant, cette même critique n’en laisse pas de convaincre, quand elle met en avant le caractère séditieux et moderne de la formation subjective du personnage. Ce paradoxe du corpus critique force à affronter un problème : comment la Princesse de Clèves peut-elle être à la fois différente de toutes les autres femmes et identique à la société qui la voit naître ?

 

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Une réponse sur “La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.