La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité

Aux études littéraires, la Princesse de Clèves a semblé pouvoir fournir un semblable exemple. Je rappelle brièvement le parcours existentiel de cette héroïne. Mademoiselle de Chartres, orpheline de père, immensément riche, est élevée loin de la Cour de Henri II par sa mère, Madame de Chartres, qui lui parle de l’amour pour mieux la mettre en garde. Vient le moment de se marier : la jeune femme est conduite à la Cour, plusieurs projets se forment, elle finit par épouser le Prince de Clèves, qui l’aime passionnément, mais pour lequel elle n’a, si aucune répugnance, aucun amour non plus. Madame de Clèves se rend dans tous les lieux et à toutes les fêtes auxquels son rang l’invite ; à un bal elle rencontre le Duc de Nemours, homme le plus fait pour plaire de la Cour et qu’une affaire avait retenu loin de Paris quelque temps. Les deux êtres tombent profondément amoureux. La Princesse de Clèves ne compte pas cependant céder à cette inclination et elle y résiste autant qu’elle peut ; cette résistance, heurtée mais jamais vaincue par des épisodes divers, la conduit à avouer son amour à son époux, à se retirer de la Cour et, finalement, le Prince de Clèves étant mort, se retrouvant elle en position d’épouser Monsieur de Nemours, à l’éconduire et à finir sa vie, d’ailleurs brève, dans une maison religieuse.

 Quels sont les apports, selon, entre autres, la critique féministe dominée par Joan DeJean[6], de la Princesse de Clèves et du roman qui l’abrite à l’histoire du sujet à l’âge classique ?

 1. La Princesse de Clèves constitue ce que l’on peut appeler une nouvelle psychologique, c’est-à-dire que le texte se consacre majoritairement à l’expression des conflits intérieurs de son héroïne et il s’y consacre, si l’on peut dire, en leur donnant voix au chapitre : ce sont des monologues intérieurs aux styles directs et indirects qui exposent les tourments de Madame de Clèves. Or, la subjectivité est toujours conçue comme une accession au langage[7] et être un sujet, c’est être l’auteur potentiel d’énoncés sur soi. Le sujet, étant acteur et spectateur de son propre drame, constitue un monde à part au sein du monde commun et cette différence fondamentale lui confère, à ses yeux du moins, une altérité constitutive.

 2. C’est la volonté de la Princesse[8] d’assumer pleinement cette altérité qui, aux yeux de la critique, a paru digne surtout d’intérêt. D’une certaine façon, La Princesse de Clèves se présente comme l’histoire de compromis proposés à l’héroïne et par elle rejetés : à Madame de Clèves il est demandé incessamment d’adopter le code de conduite qui fonde les identités communautaires et l’héroïne le rejette. Aux mensonges qu’elle adopte d’abord (prétendre être malade quand elle ne l’est pas, affirmer ignorer ce qu’elle sait, offrir une fiction à la place d’un récit véritable) et qui constituent la manière d’une jeune aristocrate de se ménager un espace à soi sans fracturer l’espace commun, elle finit par préférer la vérité, certes partielle, de l’aveu et la retraite. Elle rejette donc le régime commun des discours et, ce faisant, rejette également l’espace commun que ces discours régulent[9], pour vivre dans un espace propre (Coulommiers, la maison religieuse) et généralement silencieux.

 3. Cette altérité de fait n’est pas conquise par la force des choses : il faut y insister, c’est volontairement que la Princesse s’y engage. En effet, si l’on entend se contenter de définir l’altérité de Madame de Clèves au seul prisme de l’opposition de la vérité-silence au discours-mensonge, on échoue à expliquer la raison qui la pousse, à la fin de la nouvelle, à rejeter l’offre maritale de Monsieur de Nemours. Cette raison n’est pourtant pas complexe : Madame de Clèves, comme elle le dit dans un long discours adressé au Duc pour une fois silencieux, explique qu’elle ne désire pas être témoin du spectacle, selon elle inévitable, du refroidissement de l’amour de Monsieur de Nemours, de ses trahisons subséquentes et, en somme, ne désire pas être avec Monsieur de Nemours comme le seraient toutes les femmes. Cette motivation, n’être pas comme toutes les femmes, est constamment exprimée pour Madame de Clèves dans le roman, d’abord par sa mère, puis par elle-même. De ce point de vue, l’irruption de Monsieur de Nemours dans la vie de la jeune femme n’est guère qu’un prétexte à l’opération différentielle maximale qui conduit Madame de Clèves à être, comme le soulignent les dernières lignes du roman, un « exemple […] inimitable[…] »[10].

4. Inscrit dans le contexte social et historique[11], ce parcours existentiel constitue, toujours selon la critique féministe, celui de la constitution d’une subjectivité féministe moderne. En d’autres termes, Madame de Clèves devient un sujet contre la société patriarcale (ou hétérosexiste, selon le lexique utilisé) et il est symptomatique que son accession à la parole subjective se marque par : 4.1. la mort du père, 4.2. la mort du mari et 4.3. le rejet de l’amant.

 5. Ces observations, qui ne sont pas toujours, on le voit, dénuées de modulations psychanalytiques, fondent l’intérêt d’une pratique du texte ; lire et commenter La Princesse de Clèves contribue à comprendre et ériger en exemple un parcours féministe moderne et à modeler un concept du sujet qui, n’étant pas marqué par la domination hétérosexiste, se trouvera être plus compréhensif. De ce point de vue, La Princesse de Clèves est indubitablement l’histoire d’une réussite[12], certes un peu douloureuse, l’exemple d’un état subjectif viable fondamentalement différents de ceux proposés par la société.

 

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Une réponse sur “La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.