La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité

S’est constitué par l’archéologie foucaldienne comme un objet historique le concept du sujet, dont il a longtemps semblé qu’il devait être un point d’ancrage positif de toute philosophie psychologique ; ce qu’affirme Michel Foucault pourtant, d’abord dans Les Mots et les Choses[1] puis dans l’Herméneutique du Sujet[2], c’est que les préoccupations de la psychologie subjective naissent de l’âge classique, tandis que d’autres époques formulent des modèles de rapports réflexifs différents : l’Antiquité, par exemple, développe le souci de soi[3]. Si cette perspective historique n’est pas sans susciter, aujourd’hui encore, des doutes et des revendications, par exemple de la part de Pierre Bayard[4], il n’en demeure pas moins qu’elle a présenté à la recherche littéraire, sinon de nouveaux objets, du moins des orientations nouvelles susceptibles d’éclairer différemment des matériaux déjà considérés.

Encore faut-il mesurer justement l’apport foucaldien, car la nouveauté, ce n’est pas tant d’affirmer qu’à la fin du seizième siècle, tout au long du dix-septième siècle et à plus forte raison au dix-huitième, un nouveau mode de rapport à soi a pris forme et fait émerger dans le champ de la psychologie le sujet moderne et dans le champ de la politique l’individu, mais de souligner que ces constructions ne relèvent pas nécessairement d’un progrès positif dans l’appréhension du réel mais d’une formulation différente, et de ce fait concurrente, d’autres formulations plus anciennes d’un même matériau et qu’en cela il y a matière à discussion. Chasse était alors ouverte à tout ce qui, dans les processus historiques de constitution du sujet moderne, s’agrégeant à l’utile lui nuisait ; cette opération d’ouverture des catégories, chère on le sait à la philosophie féministe et queer, entend débarrasser le sujet moderne de tout ce qu’il possède en trop ou de trop rigide (son genre, par exemple), quitte à ce que cet allègement, vidant le concept de sa substance, le rende inutile et fasse sentir le besoin d’en créer de nouveaux.

On le voit, cette entreprise de déconstruction a donné à la psychologie du sujet un tour nettement politique et en cela elle a interrogé douloureusement ce que l’on pourrait appeler l’intégralité identitaire du sujet cartésien, c’est-à-dire la conception d’un sujet un et identique à soi-même, qui serait toujours en quelque manière irréductible à la mondanité de son existence et dont on comprend bien qu’elle s’articule à des considérations métaphysiques, au premier rang desquelles l’âme, qui ne sont pas le fort de la méthode foucaldienne. Pourtant, cette méthode ne prône pas nécessairement l’entière perméabilité des sujets, c’est-à-dire qu’en abolissant l’intégralité de l’identité, elle ne cherche pas à abolir, par le même mouvement, l’opération différentielle qui fait de chaque être un être identique à soi parce que différent des autres. Au contraire, la méthode foucaldienne se soucie au plus haut point de ces opérations différentielles, où elle espère voir jouer les articulations des identités communautaires.

Ce souci est en quelque manière un souci tératologique. Tout ce qui ne s’inscrit pas complètement dans les identités communautaires (qui font d’un être en quelque manière le même être que son voisin) et qui pourtant demeure viable est le témoignage de la contingence de ces identités communautaires et donc de la possibilité de les réformer, si l’opportunité se présente. Tel est le rôle dévolu, par exemple, chez Judith Butler, aux subversive bodily acts[5]. S’agissant de l’histoire de la constitution du sujet à l’âge classique, on se trouve donc invité à chercher l’exemple d’un sujet effectivement fonctionnel et qui néanmoins entretient, avec son époque un rapport d’irréductible altérité, pour ne pas dire d’aliénation volontaire ou forcée.

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Une réponse sur “La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.