Roman & réel aux XVIIe et XVIIIe siècles

Conclusion : l’histoire littéraire est une histoire de la littérature

 L’ouvrage de Nicholas Paige brille indubitablement par ses études de cas, que les spécialistes de chaque auteur consulteront avec intérêt. Mais au-delà de ces interprétations particulières, au-delà même de l’apport théorique et historique considérable à l’étude de la fiction, même si cet apport consiste à ôter beaucoup à son empire, Before Fiction présente un indéniable intérêt méthodologique pour la nouvelle histoire littéraire.

 Les apports de la contextualisation y sont sensibles : il faut envisager les œuvres au sein de leur contexte théorique, critique et littéraire immédiat plutôt qu’à l’aune de catégories futures qui, par définition, n’existent pas encore. Mais le finalisme historiographique n’est pas, pour Nicholas Paige, le seul ennemi à abattre. Il manque aussi à l’histoire littéraire une certaine humilité, celle de parler de la littérature en tant qu’elle est une collection de textes.

Mes préoccupations intralittéraires n’impliquent pas que je considère que la littérature soit autonome ou absolue, dans le sens moderne. Après tout, le fait que les écrivains de l’époque dont je m’occupe aient conféré à la littérature des pouvoirs moraux et émotionnels indique quelque chose de très éloigné de l’autonomie esthétique (l’art pour l’art), du désintéressement (l’art est pour l’esprit non pour les sens) ou de l’autoréférentialité (le medium est le message). Les formes littéraires sont donc un problème morphologique et non esthétique. Si nous cessons de demander ce dont le roman est le « signe », un champ de questions intéressantes et presque inédites s’ouvre à nous, des questions qui ont peu à voir avec ces vieilles études qui se contentaient de regrouper les romans dans des sous-genres et des écoles aux limites floues. (32)

 Par quels moyens tel texte littéraire produit tel effet sur ses premiers lecteurs ? Voilà la question méthodologique qui pourrait orienter le travail de Nicholas Paige. Chez Crébillon, c’est un usage inédit du discours intérieur ; chez Diderot, l’élaboration d’un encadrement pseudo-factuel authentique. C’est par le texte que l’histoire littéraire se fait, car « il n’y a rien qui soit de la fiction, en dehors des romans fictionnels. » (206)

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


2 réponses sur “Roman & réel aux XVIIe et XVIIIe siècles”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.