Roman & réel aux XVIIe et XVIIIe siècles

Une certaine idée de l’histoire littéraire

 Ce sont précisément ces questions auxquelles Nicholas Paige se refuse à répondre. L’entreprise théorique de l’auteur s’accompagne en effet du geste méthodologique majeur que constitue la remise en cause d’une orientation de l’histoire littéraire. L’histoire littéraire est une affaire moins de destination, affirme Nicholas Paige, que de contexte et c’est toujours s’exposer à commettre des erreurs et des approximations que de chercher dans des états passés les signes d’états futurs, qui peuvent leur être entièrement étrangers :

Nous nous représentons les grands romans du passé comme un archipel relié au continent du présent, alors qu’ils ne sont peut-être qu’une série de lieux accueillant notre perception de schémas, de schémas que nous concevons à partir de notre connaissance de ce qui est à venir. (25, je traduis ainsi que les citations suivantes)

Ou plutôt qu’une remise en cause de l’histoire littéraire toute entière, peut-être faut-il songer à remettre en cause l’histoire de la fiction, telle qu’elle s’est écrite. Après tout, comme le souligne Nicholas Paige, il n’est pas impossible de faire une histoire du sonnet ou du roman policier ; dans le roman policier, l’on peut encore écrire l’histoire du rôle narratif de la preuve.

C’est à partir de l’analyse de cette preuve par Franco Moretti en 2005, dans Graphs, Maps, Trees : Abstract Models for Literary History que Nicholas Paige construit son propre modèle d’histoire littéraire. Si Franco Moretti peut s’essayer à une histoire de la preuve au sein des romans policiers, c’est en tant que la preuve est une pratique, c’est-à-dire un ressort narratif partagé par plusieurs auteurs et dont l’émergence n’est pas trop antérieure à l’époque de son plus grand usage. En d’autres termes, l’histoire littéraire doit accumuler suffisamment de données pour appuyer son discours et ne saurait se contenter de quelques exemples frappants, très éloignés dans le passé, pour déterminer la date de naissance de tel ou tel phénomène :

Les efforts de Davis, Foley et Gallagher pour donner à la fiction une histoire ont un but conceptuel bien défini. A savoir, que la manière dont on écrit des romans vient de la manière dont on pense ; c’est parce que la manière dont on pense change que le roman change. Le processus peut être rendu réciproque sans changer la méthode : la nouvelle reflète un changement de la pensée qu’elle favorise et approfondit. Quoi qu’il en soit, l’histoire de la fiction doit être construite à partir d’un petit nombre d’œuvres qui témoigne d’une transformation conceptuelle sous-jacente. Et c’est ici que l’histoire littéraire est généralement comprise. (24)

En d’autres termes, il y a à la fois un problème de principe, celui de la finalité de l’histoire, et un problème de méthode, celui de la constitution du corpus. Considérer que l’histoire du roman mène nécessairement au réalisme balzacien et que cette histoire peut être écrite à partir d’une poignée de grands romans de la littérature française ou britannique conduit non seulement à mal comprendre cette histoire, mais à mal comprendre ces romans eux-mêmes, que l’on manipule en fonction d’une conclusion inadéquate. Plutôt que des exemples isolés dont il est trop commode de supposer qu’ils représentent un mouvement de fond, l’historien de la littérature doit donc s’attacher à décrire des régimes :

Qu’est-ce alors qu’un régime littéraire ? Une pratique dominante, qui se modifie au cours du temps et correspond à ce qu’un certain nombre de personnes désirent que la littérature fasse. (31)

Le terme ne doit pas être confondu avec les « paradigmes » kuhniens et les « épistémès » de Foucault, avec des manières de penser ou des modes de production du savoir qui basculent. À vrai dire, c’est le vocabulaire commun du basculement qui est hors de propos, parce qu’il nous contraint à penser le changement culturel sur le mode d’une tectonique des plaques soudaine et imprévisible. Les régimes changent en effet, et il est possible (mais non nécessaire) que le changement soit abrupt. Cela n’implique pas cependant que l’intelligence humaine fasse un bond, seulement que les comportements littéraires se modifient — pour parler de façon générale. (26)

 L’inflexion pourrait bien ne pas paraître très considérable, mais c’est justement parce qu’elle est inoffensive (« toothless », dit Nicholas Paige) qu’elle est considérable. Le rejet de la méthodologie historiographique de Kuhn et Foucault n’est pas ici innocent. Cette méthodologie en effet n’implique pas seulement une certaine conception de la temporalité de l’histoire intellectuelle, à sauts et à gambades, elle a également pour ambition de découvrir sous les textes une idéologie, une « manière de penser » ou un « mode de production du savoir », c’est-à-dire de faire de l’histoire littéraire, comme Davis, Foley et Gallager, une histoire de l’esprit humain.

 Écarter ce vocabulaire et cette temporalité, c’est donc écarter également cette ambition. Ce geste participe de la méfiance de l’auteur pour une certaine posture de l’historien de la littérature, porté aux théories plutôt qu’aux faits textuels, qui le conduit à parler souvent de tout autre chose que de littérature :

Rarement satisfaits par les influences démontrables ou en quête d’un moyen de les insérer dans quelque chose de plus vaste, les partisans des études culturelles affirment explicitement quelque chose de l’ordre d’une « sympathie occulte » entre des manifestations culturelles par ailleurs disparates. Sans aucun doute, si nous demeurons suffisamment vague dans notre définition de ce que la fiction « est », alors certainement, nous allons pouvoir remarquer des ressemblances évocatrices avec n’importe quel nombre d’autres phénomènes culturels. Mais il y a là preuve non d’un lien mais de la propension humaine à repérer des schémas, à croire que les îlots de données sont sous-tendus par un substrat conceptuel ou logique commun. Je suis aussi intrigué que tout un chacun par les coïncidences ; […] néanmoins, la présente étude résiste simplement à la tentation de lier la fiction avec la philosophie, la science, l’économie, le droit, etc. (32)

 La faiblesse conceptuelle de la définition du régime littéraire tend donc à écarter le risque de surinterprétation historiographique. En se tenant aux niveaux des pratiques plutôt que des idéologies, l’historien de la littérature s’assure d’observer les faits et non ses propres conclusions. Cette précaution méthodologique a naturellement deux conséquences : elle écarte d’un côté toutes les analyses issues des études culturelles et de l’autre toutes les commentaires philosophiques et techniques qui concernent la vérité et l’existence. Un temps convoqué, Frege est rapidement délaissé.

 Naturellement, ainsi disposé, l’historien de la littérature s’affronte à une difficulté majeure. Comment rendre compte des régimes, si les régimes sont des pratiques qui concernent un nombre considérable de personnes ? L’entreprise est titanesque. Mais à vrai dire, telle n’est pas la préoccupation de Nicholas Paige. Dans la mesure où le dessein de l’auteur est de prouver que l’histoire de la fiction ne saurait annexer aisément les grands romans d’Ancien Régime, son but est de réfuter plutôt que de prouver : il lui suffit donc d’analyser ces romans pour mettre en évidence leur statut de contre-exemple :

Les textes montrent clairement qu’en dehors de certains effets de surface, rien ne se passe, c’est-à-dire que la fiction n’est pas en train de naître. Peut-être l’est-elle ailleurs (j’en doute), mais pas dans les textes que j’ai choisis. Si nous voulons savoir de quelle manière la fiction en est venue à dominer le roman, alors nous devons étudier l’extension de ces procédés. Cela exigerait, de toute évidence, une étude très différente, une étude dans laquelle les œuvres individuelles exceptionnelles s’effaceraient à l’arrière-plan. Before Fiction n’est que prolégomènes à une histoire future qui, un jour, offrira peut-être une idée plus adéquate de la succession et compétition des diverses formes prises par le roman. (33)

Le projet de Nicholas Paige tel qu’il se réalise dans Before Fiction est donc une contextualisation à valeur de contre-exemple de six grandes œuvres qui, ordinairement, servent de points de repère dans l’histoire de la naissance de la fiction : La Princesse de Clèves (Lafayette), La Fausse Clélie (Subligny), Les Egarements du cœur et de l’esprit (Crébillon), Julie ou la Nouvelle Héloïse (Rousseau), La Religieuse (Diderot) et Le Diable amoureux (Cazotte).

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


2 réponses sur “Roman & réel aux XVIIe et XVIIIe siècles”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.