Le mythe herculéen dans trois séries américaines : Supernatural, Buffy the Vampire Slayer et The X-Files

L’analyse descriptive grâce à la mythocritique structurale a permis de découvrir plusieurs éléments. D’abord, et c’est déjà quelque chose, que la mythrocritique structurale, telle que je l’ai présentée tout du moins, a une approche productive pour l’analyse des séries télévisées. Ensuite, qu’il persiste, dans la culture populaire américaine, une structure mythique fondamentale que nous pouvons comprendre grâce à un mythe qui nous est familier, celui d’Héraclès. Enfin, que cette structure mythique est l’objet de certains réaménagements récurrents (la petite ville, le savoir occulte, les anti-destinateurs en place de destinateurs) ou atypiques (la négation du savoir positif, l’indétermination des valeurs).

À partir de ces éléments, il faudrait bien sûr construire désormais une interprétation, ce qui relève déjà un peu d’une autre technique d’analyse. Je me contenterai donc de l’esquisser ici à très grands traits. Le motif de la petite ville me paraît être la clef pour bien comprendre ces réaménagements. Souvenons-nous que le rôle du mythe herculéen est explicitement, chez Diodore de Sicile, de construire une civilisation unifiée. Si ce mythe persiste dans la société américaine contemporaine, on peut supposer que c’est en raison d’une utilité profonde et il faut alors comprendre que l’espace américain n’est pas unifié. Si l’on songe désormais aux oppositions incessantes des agents Scully et Mulder, du FBI, c’est-à-dire de l’État fédéral, avec les forces de l’ordre locales, si l’on songe à la perpétuelle hostilité des petites villes de Sam et Dean Winchester, l’on découvre une opposition fondamentale entre l’État fédéral et les villes[23], opposition politique et sociale profonde, dont le caractère conflictuel est incarné par les monstres, qui interdisent les échanges et la quiétude. Or, le savoir occulte, qui permet la résolution, est avant tout un savoir absent du corps social : il n’est ni agriculture, ni mathématiques. Faut-il y voir un problème dans la circulation des connaissances ? Encore une fois, ici se trouve le chantier de l’interprétation.

Ouvrages cités

Buffy the Vampire Slayer. 1993-2003. Télévision. Joss Whedon.

Supernatural. 2005-2012. Télévision. Eric Kripke.

The X-Files. 1993-2002. Télévision. Chris Carter.

Abbott, Stacey. « Then : The Road So Far ». TV Goes to Hell : An Unofficial Road Map of Supernatural. Toronto : ECW Press, 2010.

Badman, Derik A. « Academic Buffy Bibliography ». Slayage. N°7 (2002). 20 février 2012.

 Bertho, Vanessa. « La bibliothèque dans Buffy contre les vampires : grimoires et merveilles ». Conserveries mémorielles. N°5 (2008). 20 février 2012.

Bradney, Anthony. « The Politics and Ethics of Researching the Buffyverse ». Slayage. N°19 (2006). 20 février 2012.

Cantor, Paul A. « This Is Not Your Father’s FBI : The X-Files and the Delegitimation of the Nation-State ». The Independent Review. Vol. 5, n°1, 2001 : 113-23.

Durand, Gilbert. Les Structures anthropologiques de l’imaginaire. Paris : Dunod, 1960.

Fritts, David. « Warrior Heroes : Buffy the Vampire Slayer and Beowulf ». Slayage. N°17 (2005).

Karras, Irene. « The Third Wave’s Final Girl : Buffy the Vampire Slayer ». Thirdspace. N°1.1 (2002).

Lavery, David. « ‘I wrote my thesis on you !’ : Buffy Studies as an Academic Cult ». Slayage.N°14 (2004).

Pasquier, Dominique. « ‘Chère Hélène’ : les usages sociaux des séries collèges ». Réseaux. N°70, 1994 : 9-39.

Tovar, Elisabeth. 7 novembre 2011. « Supernatural ‘small-town America’ : errance hantée dans les vestiges de l’Amérique industrielle ». Métropolitiques. 23 février 2012.

Wandless, William. « Undead Letters : Searches and Researches in Buffy the Vampire Slayer ». Slayage. N°1 (2001).

 Wilcox, Rhonda V. « In ‘The Demon Section of the Card Catalog’ : Buffy Studies and Television Studies ». Slayage. N°21 (2006). 20 février 2012.


[1] Peut-on vraiment considérer, par exemple, que « Marxist » répond au même genre de distinction que « ethics » ? Est-il pertinent de séparer « Philosophy » de « Feminist » (ou même « Foucaldian », qui équivaut, dans la classification de Lavery, à « Marxist ») ? Les « Xander Studies », c’est-à-dire les études consacrées au personnage Xander, constituent-elles vraiment un ensemble indépendant ? On voit que cette perméabilité n’est pas sans une certaine confusion méthodologique.

[2] « Mais les bons mots et les bonnes images peuvent, tout du moins, aider à définir les cadres d’une révolution. »

[3] Plusieurs raisons président à cette restriction. S’agissant de Buffy et des X-Files, elle est simplement destinée à faciliter le résumé des intrigues en évitant les complications excessives qui interviennent inévitablement à mesure que l’histoire se développe, ceci afin d’assurer la bonne intelligence du propos par un lecteur qui, peut-être, n’aura pas tout vu. Le cas de Supernatural est plus complexe, dans la mesure où les deux premières saisons se distinguent, structurellement, des saisons suivantes : ce qui est valable pour celles-ci, du moins en ce qui concerne le présent propos, ne l’est pas nécessairement pour celles-là.

[4] J’emploie la Bibliothèque historique non en affirmant qu’il s’agirait de la version la plus pure ou la plus complète du mythe mais plutôt en songeant qu’elle est la plus synthétique, la plus suivie et, surtout, la plus aisée à se procurer. Pour aider encore le lecteur qui désirerait s’approprier le texte, j’utiliserai une version librement disponible en ligne, ce qui ne préjuge rien, naturellement, de la qualité des supports plus traditionnels.

[5] De Diodore de Sicile lui-même, il y a peu à dire, sinon qu’il vécut au premier siècle avant l’ère chrétienne et qu’il écrivit en grec.

[6] Il s’agit, souvenons-nous en, d’étouffer le Lion de Némée à la peau impénétrable, de tuer l’Hydre de Lerne aux nombreuses têtes, de battre à la course la biche de Cérynie, animal d’Artémis, de capturer vivant le monstrueux sanglier d’Erymanthe, de nettoyer les écuries d’Augias (et il était temps), de tuer les innombrables oiseaux du lac Stymphale, de dompter le taureau de Crète, de capturer les juments anthropophages de Diomède, de voler la ceinture de la reine des Amazones Hippolyte, de s’emparer du troupeau des bœufs de Géryon, de cueillir les pommes d’or du jardin bien gardé des Hespérides et d’enchaîner Cerbère aux enfers.

[7] Il arrive qu’une série fasse référence à une autre. Ainsi Buffy dit-il à Giles : « I cannot believe that you of all people are trying to Scully me » (Je n’arrive pas à croire que vous, spécialement vous, essayiez de me scullyfier), faisant référence ainsi à l’esprit positif de l’héroïne de X-Files (« The Pack », Saison 1, Episode 6). De la même façon, dans l’épisode « The Usual Suspects » (Saison 2, Episode 7), les deux héros, Sam et Dean, se disputent en ces termes :

DEAN. What do you think, Scully ? You wanna check it out ? (Qu’est-ce tu en penses, Scully ? Tu veux aller vérifier ?)

SAM. I’m not Scully, you’re Scully. (Je ne suis pas Sculy : c’est toi.)

DEAN. No, I’m Mulder. You’re a red-headed woman. » (Non. Je suis Mulder. C’est toi, la femme rousse.)

[8] Respectivement Jensen Ackles et Jared Padalecki.

[9] Samantha Smith généralement.

[12] Par ailleurs célèbre pour sa série space-western intitulée Firefly ainsi que pour le spin-off de Buffy, Angel.

[18] Dont la phrase suivante de Giles résume assez bien l’esprit : « Uh, let me make sure I have this right. This witch is casting horrible and disfiguring spells so that she can become a cheerleader ? » (Attendez que je sois sûr de bien comprendre. Une sorcière lance d’affreux sorts défigurants pour pouvoir devenir cheerleader ?) (« Witch », Saison 1, Episode 3)

[19] Il est à noter que Buffy a déjà été comparée à des héros mythiques en raison de ces caractéristiques très spécifiques : ainsi David Fritts a-t-il pu la comparer à Beowulf.

[21] Pour faire simple : les extraterrestres qui prévoient de coloniser la terre, le gouvernement secret qui aide les extraterrestres pour ménager un compromis, des hybrides extraterrestres (produits par le gouvernement secret ?) qui s’opposent tant aux extraterrestres qu’au gouvernement secret (mais pas toujours), l’Homme à la Cigarette (William B. Davis) qui, au sein du gouvernement secret, poursuit ses propres buts (parfois), les informateurs de Mulder aux motivations souvent douteuses, le complexe militaro-industriel qui exploite les OVNIs pour dissimuler des essais militaires secrets et, pourquoi pas, un complot destiné à alimenter la machine de guerre américaine. Les militaires se font passer pour des extraterrestres, les extraterrestres pour des militaires, le gouvernement secret pour les deux et inversement. Tout cela sans compter, bien entendu, les divers scientifiques financés par le gouvernement secret (ou les hybrides ? ou les militaires ? ou le complexe militaro-industriel ?), qui parfois décident de trahir (on ne sait pas très bien qui).

[22] Car c’est bien sûr la vérité qui, in fine, motive Scully et Mulder.

[23] Sur la traitement de l’Etat fédéral dans The X-Files, on peut lire avec profit l’article de Paul Cantor cité en bibliographie, qui me paraît applicable à bien des séries policières, fantastiques ou non, de ces dix dernières années ; il y a là une importante question sur laquelle il faudra revenir.

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Une réponse sur “Le mythe herculéen dans trois séries américaines : Supernatural, Buffy the Vampire Slayer et The X-Files”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.