Le mythe herculéen dans trois séries américaines : Supernatural, Buffy the Vampire Slayer et The X-Files

2.3. The X-Files

La vie de X-Files recouvre à peu près celle de Buffy. Créée en 1993 par Chris Carter, la série, diffusée sur la Fox jusqu’en 2002, compte 202 épisodes d’une quarantaine de minutes pour 9 saisons, ainsi que plusieurs films.

            La série expose les péripéties de Fox Mulder et Dana Scully[20], deux agents du FBI. Fox Mulder, brillant profiler formé en Grande-Bretagne, est convaincu que sa sœur Samantha a été enlevée par des extraterrestres lorsqu’ils étaient enfants et qu’une conspiration gouvernementale internationale dissimule l’existence des aliens au grand public ; il est par ailleurs disposé à prêter foi aux phénomènes paranormaux de toute sorte. Tout au contraire, Dana Scully, docteur en médecine, experte de médecine légale, femme de sciences, aborde ces étranges manifestations d’un œil positif. C’est d’ailleurs originellement sa mission : détruire par la preuve la crédibilité des affaires non-classées sur lesquelles travaille l’agent Mulder. Mais bientôt, une complicité se noue entre les deux collègues et Scully découvre, à son tour, des preuves de la sinistre conspiration. Elle est elle-même enlevée. Par qui ? Des extraterrestres ? Le gouvernement secret ? Des scientifiques japonais menant de sinistres expériences sur les citoyens américains ?

S’il est difficile de le savoir, c’est que X-Files se distingue par l’extrême complexité, du moins dans les premières saisons, de son intrigue. Si le spectateur peut être à peu près certain des groupes en présence[21], il n’est jamais facile de décider qui fait quoi dans quel but et de nombreux épisodes font se succéder les hypothèses pour n’en valider aucune. C’est dans ce contexte qu’interviennent des épisodes plus purement fantastiques où les agents Mulder et Scully côtoient les vampires, les sorcières et les monstres de toute sorte. Le mode opératoire est alors souvent le même : l’agent Muder a repéré, dans un journal local, une affaire étrange. Les deux agents prennent l’avion, louent une voiture, perdent parfois leur chemin, avant de se retrouver dans une petite ville fort typique de l’Amérique profonde où un shérif désemparé leur expose son désarroi. Armés l’une de la science, l’autre d’un savoir encyclopédique sur le paranormal, les deux agents traquent le monstre/mutant/produit d’une expérience scientifique ratée et, en de rares occasions, réussissent à le détruire. Qu’ils y parviennent ou non, la petite ville acquiert à la fin de l’épisode un sentiment (souvent trompeur, donc) de sécurité et les deux agents, plus perplexes qu’éclairés, quittent la chambre qu’ils avaient louée dans un motel miteux pour retourner à Washington, où leur hiérarchie kafkaïenne consultera leurs rapports d’un œil pour le moins perplexe.

 xfilesseason1

Carte des emplacements de la première saison

 xfilesmap2

Carte des emplacements de la seconde saison

 L’identification des mythèmes est beaucoup plus complexe dans X-Files que dans les séries précédentes :

  1. Motivé par l’enlèvement de sa sœur (Mulder) / Assignée aux affaires non-classées par la hiérarchie (Scully)
  2. Habileté et force humaines
  3. Voyage
  4. Rôle civilisateur (rarement accompli)
  5. Tueurs de monstres (parfois)
  6. Savoir occulte (Mulder) / Savoir positif (Scully)

En dehors du voyage, chaque mythème, s’il est bien présent d’une certaine manière (sauf pour le deuxième), fait l’objet d’une négociation. Sans parler des mythèmes à demi-réalisés, présents en intention plus qu’en effet (le quatrième et le cinquième), certains mythèmes renversent la structure du mythe. Ainsi le savoir positif de Scully, assimilable en tout point au savoir herculéen de la sphère ou de l’hydrologie, est-il souvent mis en défaut dans X-Files. Le savoir occulte de Mulder, certes plus fiable, n’a cependant pas l’efficacité de celui de John Winchester ou de Rupert Giles. Plus marquante encore est la question de la destination divine : c’est le gouvernement secret qui, on l’apprendra plus tard, a enlevé la sœur de Mulder et c’est encore le gouvernement secret qui assigne Scully aux affaires non-classées. En d’autres termes, le gouvernement secret remplit dans la structure herculéenne de X-Files le rôle du destinateur divin. L’ironie serait déjà assez cruelle si, d’un autre côté, ce n’était pas ce même gouvernement secret qui entravait la progression des héros et jouait donc le rôle d’anti-destinateur. Or, on le sait, le plan destinateur/anti-destinateur est celui des valeurs : la confusion des rôles, même si elle n’est qu’apparente[22], entraîne une confusion des valeurs. The X-Files présente donc une structure mythique à la limite de la rupture.

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Une réponse sur “Le mythe herculéen dans trois séries américaines : Supernatural, Buffy the Vampire Slayer et The X-Files”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.