Le mythe herculéen dans trois séries américaines : Supernatural, Buffy the Vampire Slayer et The X-Files

2.2. Buffy the Vampire Slayer

Avec deux revues scientifiques presque exclusivement consacrées à son étude, Slayage : The Journal of the Whedon Studies Association et Watcher Juniors : The Undergraduate Journal of Whedon Studies, Buffy jouit, depuis plus de dix ans, d’une considérable attention critique, qui en fait sans aucun doute la série la plus représentée au sein de l’université. Créée en 1997 par Joss Whedon[12], diffusée d’abord en Nouvelle-Zélande pendant quelques semaines puis dans son pays d’origine sur les mêmes chaînes que Supernatural, Buffy compte, à la fin de sa diffusion en 2003, 143 épisodes d’une quarantaine de minutes pour 7 saisons.

 La série évoque l’histoire de Buffy Summers[13], lycéenne au dossier scolaire chargé, qui s’installe dans la petite ville en apparence paisible de Sunnydale. Mais Sunnydale est malheureusement située au-dessus d’une Bouche des Enfers et de nombreux monstres, au premier rang desquels des vampires, déferlent la nuit dans les rues pour attaquer les habitants. Par chance, Buffy est la Tueuse, l’élue des Forces du Bien dans leur lutte contre les Forces du Mal. Aidée par ses amis Willow et Xander, ainsi que par le Gardien et formateur Giles[14], accessoirement bibliothécaire du lycée, Buffy va d’abord déjouer les plans du Maître[15], vampire ancestral, et rencontrer l’amour en la personne d’Angel[16], vampire à l’âme torturée. Mais Angel perd son âme et, dans la deuxième saison, mène la vie rude à Buffy et ses acolytes. C’est qu’Angel prévoit, avec l’aide de Drusilla, vampire à l’état mental plus que douteux, de libérer un démon qui avalera le monde et provoquera l’Apocalypse. Alors que Willow s’efforce de restaurer l’âme d’Angel pour le ramener à de meilleurs sentiments, Buffy se résout à une alliance avec Spike, vampire cruel mais désireux de contrecarrer les plans d’Angel pour regagner le cœur de Drusilla[17]. Au moment où Willow parvient à rendre son âme à Angel, Buffy est contrainte de le tuer pour fermer le vortex interdimensionnel qui menace de détruire le monde. La victoire est amère.

Remarquable pour sa présentation humoristique de certains éléments fantastiques[18] et pour son mélange alors novateur du teen drama et du horror show, la série se distingue avant tout par la variété de son bestiaire. Le rôle de Buffy, dans cet univers, est très clairement identifié et il est longuement décrit, en de multiples occasions, par des prophéties ou par les considérations amères des démons qu’elle s’apprête à défaire. C’est que l’élection divine de Buffy n’est pas anodine : la jeune femme possède une force, une agilité, une vitesse et une maîtrise des armes très supérieures à celles des humains et de bien des créatures de la nuit. Quelques visions viennent même ajouter à la liste de ses capacités. Ces facultés bien utiles ne l’en dispensent pas de mener de longues recherches en bibliothèque pour s’informer de son ennemi ou, bien souvent, de déléguer cette fonction à ses amis, avec lesquels il faut compter (Wandless, Bertho). Au-delà de l’ennemi ponctuel qui sert de support à la plupart des épisodes particuliers, Buffy et ses amis sont engagés dans une lutte contre le grand ennemi de la saison, dont le dessein est souvent l’anéantissement du monde ou tout du moins la souffrance des pauvres gens : Buffy cherche ainsi à préserver la quiétude de Sunnydale en particulier et de notre dimension en général.

 Nous pouvons à présent tenter de nous livrer à l’identification des mythèmes :

  1. Naissance et destination divines
  2. Habileté et force surhumaines
  3. Sunnydale
  4. Rôle civilisateur
  5. Tueuse de monstre
  6. Savoir occulte

À nouveau, quatre mythèmes satisfaisants[19] et deux manquants. Je ne reviens pas sur le savoir occulte, qui accueille les mêmes remarques que celles formulées sur Supernatural. Du point de vue de la structure, il faut cependant remarquer que « Sunnydale » est un mythème qui incarne particulièrement le « Voyage » de Sam et Dean. Pour Sam et Dean, « Voyage » est un ensemble de « Sunnydale » : c’est le même genre de paysages, le même genre de villes.

 Retenons ces identités et ces différences pour mieux aborder notre troisième et dernière série.

 

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Une réponse sur “Le mythe herculéen dans trois séries américaines : Supernatural, Buffy the Vampire Slayer et The X-Files”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.