Le mythe herculéen dans trois séries américaines : Supernatural, Buffy the Vampire Slayer et The X-Files

1. La Bibliothèque historique

Notre attention au texte de Diodore de Sicile[5] sera nécessairement réduite. Ce qui nous intéresse, ce n’est bien sûr pas la lettre, ni même l’organisation narrative ou la visée idéologique, mais simplement la structure d’un mythe. De ce point de vue, extraire des mythèmes de cette narration, c’est en quelque sorte réduire le texte en miettes ; mais ce sont ces miettes et non le texte que nous manipulons. C’est pour cette même raison que je n’offrirai qu’un résumé très succinct, et même lacunaire, de l’existence d’Héraclès telle que Diodore la décrit.

  Héraclès est le fils de Zeus et d’Alcmène, l’épouse d’Amphytrion. Pour abuser la fidélité de cette dernière, le roi des Dieux a pris l’apparence de son époux et allonge la durée de la nuit pour goûter plus longtemps à sa compagnie. À l’enfant qui naîtra de cette union, Zeus promet l’empire sur le royaume. Cette promesse suscite la jalousie d’Héra, qui prolonge la grossesse d’Alcmène et fait naître avant terme Eurysthée, qui devient l’héritier du pouvoir. Pour dédommager Héraclès, Zeus décide de lui proposer, en son âge adulte, douze travaux qui le porteront aux cieux. Alcmène, effrayée par la colère d’Héra, expose l’enfant. Héra, sans le savoir, recueille le nourrisson et lui donne sein : il mord trop fort et, de la poitrine de la déesse, du lait s’échappe qui forme la Voie Lactée. Courroucée, Héra envoie deux serpents tuer l’enfant, qui les étouffe sans difficulté. Héraclès grandit à Thèbes où son père Amphytrion est exilé : il surpasse, sans difficulté, tous ses camarades. C’est alors que survient sa première guerre, contre Erginus, roi des Myniens. Par la suite, Héraclès participe à de nombreuses guerres qui, parallèlement aux Travaux à proprement parler, constituent une part importante du récit de Diodore. Les Travaux sont quant à eux proposés à Héraclès par Eurysthée. Après avoir consulté l’Oracle de Delphes, le héros accepte la proposition du roi, assuré qu’il accomplit ainsi la volonté de Zeus. Héraclès accomplit avec succès ces Travaux[6] et est engagé dans de multiples aventures, parfois amoureuses. C’est la passion qui lui coûte finalement la vie, quand son épouse Déjanire, jalouse des sentiments qu’il a pour Iolé, lui fait présent d’une tunique empoisonnée par le sang du centaure Nessus. Voué à une mort certaine, Héraclès érige un bûcher sur le mont Œta. Après sa mort, il connaît l’apothéose.

Plusieurs aspects distinguent Héraclès non seulement du commun des mortels mais également des guerriers valeureux ou des brigands farouches qu’il affronte. Ce qui fait fondamentalement d’Héraclès un être à part, c’est d’abord sa naissance divine et l’intérêt que prennent, perpétuellement, les dieux à sa destinée :

Quoique Bacchus et Hercule fussent nés de femmes mortelles, ils furent cependant honorés du nom d’Olympiens, non seulement parce qu’ils étaient fils de Jupiter, mais aussi parce que, obéissant aux penchants de leur père, ils avaient adouci par leurs bienfaits la vie des hommes. (Diodore, 4, 15)

Cette origine divine, on le voit, a plusieurs conséquences : d’abord, Héraclès est un être distinct du commun des mortels, ensuite il se comporte d’une manière particulière (en accord avec les volontés de son père divin) et enfin il le fait dans une intention précise (pour adoucir la vie de l’humanité). L’habileté et la force surhumaines d’Héraclès ne sont donc pas purement destinées à ses accomplissements personnels mais servent la collectivité : le héros a un rôle civilisateur, qui peut prendre la forme d’une activité pacificatrice ou agricole. La cohérence de ces différentes activités est décrite lors du séjour du héros en Libye :

Hercule purifia ensuite la Libye d’un grand nombre d’animaux sauvages dont elle était remplie ; il fit cultiver beaucoup de contrées désertes, qui se couvrirent bientôt d’arbres fruitiers, de vignes, d’oliviers et d’autres plantations. En un mot, de la Libye, infestée de bêtes féroces, il fit une terre fertile et prospère ; exterminant les scélérats ou les despotes insolents, il rendit les villes florissantes. (Diodore, 4, 17)

Tuer des monstres n’est donc pas une exigence spécifique à la dynamique des Travaux imposés par Eurysthée : cette mission relève de l’activité quotidienne d’Héraclès, de son rôle civilisateur. Ces monstres peuvent être les créatures merveilleuses qu’il affronte lors des Travaux, les bêtes féroces de la Libye ou bien des brigands sans foi ni loi :

Il rendit la route, de rude et difficile qu’elle était, accessible à une armée avec tout son bagage. Les Barbares qui habitaient ces montagnes avaient coutume de piller et de massacrer les troupes qui les traversaient. Hercule soumit cette nation, et, après avoir puni les chefs des brigands, il assura pour toujours la sécurité de ces passages. (Diodore, 4, 19)

Il faut comprendre ici que l’activité du Tueur de Monstres a deux conséquences : elle pacifie le pays qu’ils infestaient et permet la circulation des voyageurs. Dans la mesure où les monstres, les brigands et les Géants ont la fâcheuse habitude de défier au combat tous ceux qui se présentent sur leur territoire, les contrées méditerranéennes vivent dans l’isolement ; l’intervention du Tueur de Monstres permet au contraire de rétablir les relations commerciales. C’est que pour aller capturer les bœufs de Géryon, qui se trouvent sur la péninsule ibérique, Héraclès entreprend un long voyage par l’Afrique du Nord, vers l’Espagne, avant de remonter la péninsule, de passer en Gaule et de revenir, par ce chemin, en Grèce ; Héraclès est également un héros voyageur :

Il n’est pas raisonnable que les hommes envient à Hercule les louanges dues aux bienfaits de la civilisation qu’il a répandus sur la terre par tant de travaux. (Diodore de Sicile, 4, 8)

 Ce n’est donc pas la seule Grèce qu’Héraclès civilise, mais la terre entière, c’est-à-dire l’espace imaginaire grec qui embrasse l’ensemble de la Méditerranée. Cette vie nomade lui permet de rapporter des savoirs étrangers :

Comme Hercule apporta le premier en Grèce la science de la sphère, il en retira une grande gloire ; c’est ce qui fit dire aux hommes, allégoriquement, qu’il avait reçu d’Atlas le fardeau du monde. (Diodore de Sicile, 4, 27)

 Le rôle d’Héraclès dans la circulation des connaissances est donc double : certes, il exporte hors de Grèce les connaissances agricoles, détourne des fleuves, favorise les cultures, mais il importe également dans son pays des savoirs mathématiques.

 Rassemblons nos informations. Héraclès est un héros civilisateur, qui construit un monde imaginaire commun en voyageant, qui le domestique en le purgeant des monstres, grâce à son savoir, à son habileté guerrière et à la protection des Dieux. Je propose de résumer en six mythèmes fondamentaux les aspects du mythe civilisateur herculéen :

  1. Naissance divine et destin,
  2. Habileté et force surhumaines,
  3. Voyage,
  4. Rôle civilisateur,
  5. Tueur de monstres,
  6. Savoir.

Ce sont ces mythèmes que nous allons à présent essayer de retrouver dans les séries télévisées.

 

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Une réponse sur “Le mythe herculéen dans trois séries américaines : Supernatural, Buffy the Vampire Slayer et The X-Files”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.