Le mythe herculéen dans trois séries américaines : Supernatural, Buffy the Vampire Slayer et The X-Files

Historiquement, les études sur les séries télévisées ont été et sont encore façonnées par des influences académiques fort différentes. Ainsi les recherches consacrées à Buffy the Vampire Slayer peuvent-elles se répartir en cinquante domaines disciplinaires différents (Lavery 13). Si, d’un point de vue méthodologique, la validité de certaines catégories peut faire discussion[1], il n’en demeure pas moins que l’étude des séries télévisées est un champ hétéroclite et particulièrement perméable aux méthodes importées d’autres domaines.

 C’est donc à une distinction souple, qui vise uniquement à clarifier le présent propos, que je vais recourir ; il faudrait naturellement la discuter longuement et l’amender. Quoi qu’il en soit, je dirais ainsi que les études sur les séries télévisées ont pu avoir notamment trois types d’approches.

1) Très tôt, des études ont paru dont le propos était de décrire les réactions de tel ou tel public devant tel ou tel problème. Ainsi, en 1995, un article consacré à Hélène et les garçons affirmait-il que la série télévisée était « devenue un support central aux interactions interindividuelles quotidiennes » (Pasquier 13). Étudier les séries télévisées, c’est étudier des représentations sociales et les comportements qui les accompagnent.

2) D’une façon voisine, les séries télévisées sont un matériau de choix pour ce qui s’appelle parfois les études culturelles, consacrées aux questions de genre, de classes, de colonialisme, d’orientation sexuelle, etc. L’attitude est à la fois descriptive et militante. Ainsi dans un article consacré à Buffy : « But the right words and pictures can at the very least help to shape a revolution’s canons. » (Karras, en ligne)[2]. Les personnages de série télévisée sont l’occasion de critiquer ou de soutenir, par une discussion universitaire argumentée, tel ou tel système de valeurs.

3) Plus traditionnellement, il a pu être question de discuter la manière dont les thèmes, les représentations culturelles, étaient construits. Par exemple, qu’est-ce qu’un vampire ? Ces discussions, plus traditionnelles en un sens, font appel à la variété des approches en recherches littéraires et cinématographiques.

 C’est indubitablement dans cette troisième catégorie, celle de l’étude des thèmes, que se place le présent propos. En m’inspirant de la méthode évoquée par Gilbert Durand, à partir de Gaston Bachelard, dans les Structures anthropologiques de l’imaginaire, telle qu’elle a été depuis comprise par des chercheurs comme Philippe Walter, je propose d’examiner la survivance d’une structure mythique dans un corpus composé de trois séries télévisées et, plus particulièrement, des deux premières saisons[3] de chacune d’entre elles. En d’autres termes, je fais le pari que l’on peut retrouver, entre les trois séries, une structure commune qui est aussi celle d’un mythe déjà ancien. Chaque série et chaque version du mythe constituent alors une manifestation particulière d’une structure fondamentale stable, manifestation qui peut être plus ou moins fidèle en cela qu’elle incorpore plus ou moins d’éléments de la version la plus ancienne. Ces éléments, qui sont à la fois des motifs narratifs et des noyaux de sens, nous les appellerons des mythèmes. Il s’agit alors de comparer les mythèmes que les textes partagent, le traitement qu’ils en font, ou bien, au contraire, d’identifier ceux qui manquent en tel ou tel endroit. Bien entendu, cette entreprise est essentiellement descriptive mais, pour en faciliter l’appréhension, je suggérerai des pistes d’interprétation.

            Dans un premier temps, il s’agira de rappeler à grands traits le mythe d’Héraclès, tel qu’il se trouve dans la Bibliothèque historique de Diodore de Sicile[4] et d’en isoler une série de mythèmes. Ce sont ces mythèmes que l’on cherchera par la suite à identifier dans chacune des trois séries successivement, pour observer les recouvrements et les manques.

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Une réponse sur “Le mythe herculéen dans trois séries américaines : Supernatural, Buffy the Vampire Slayer et The X-Files”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.